Revue de géographie historique

La Revue de géographie historique vient d’être créée en 2012 par Philippe Boulanger et Nicolas Todorov. Première revue de ce type en France, elle se veut le reflet de la diversité du champ géohistorique et cherche à stimuler le dialogue entre historiens et géographes. Son premier numéro, « Regards sur la géographie historique française », paraîtra en novembre 2012.

site: http://enec.in2p3.fr/SGHProject/

Modélisation chrono-chorématique de Limoges pré-industrielle

par Marie Queru

Résumé. La chrono-chorématique urbaine vise à la modélisation des villes dans la longue durée en dégageant les structures élémentaires de l’espace. L’application de cette approche à l’analyse de la trajectoire urbaine de Limoges permet de concevoir un modèle spécifique pour chaque grande phase d’évolution de la ville. Dans une perspective comparative, ces modèles peuvent ensuite être rapprochés d’une trajectoire-type définie suivant une chronologie correspondant aux principales transformations des villes de France. L’écart à ce modèle général permet de mettre en évidence les spécificités urbaines de Limoges, par rapport à une ville théorique, pour chaque phase de son histoire pré-industrielle.

La suite sur M@ppemonde.

Géohistoire de la Nouvelle-Zélande : unité territoriale et intégration à l’espace-monde

Par François Cognard

Résumé. Tout au long de son histoire, la société néo-zélandaise s’est efforcée de nouer des liens avec le monde extérieur tout en maintenant l’intégrité de son territoire multi-insulaire. Selon une perspective privilégiant le temps long, cet article décrit les spécificités physiques et humaines de l’archipel du Pacifique sud ainsi que son processus d’intégration à l’économie monde. Une approche qui, à l’aide de la modélisation graphique, souligne l’originalité des dynamiques spatiales du territoire national caractérisées par l’opposition entre ses deux principales îles.

La suite sur M@ppemonde.

Quel patrimoine du XXème siècle pour Lyon ? (Café géo, Lyon, 21 mars)

Débat « Quel patrimoine du XXème siècle pour Lyon ? Réflexions à partir de la Part-Dieu » animé par Vincent Veschambre, professeur à l’École d’architecture de Lyon, le 21 mars, à 18h, au Café de la Cloche.

Sur le site des Cafés géographiques

L’Église au risque de l’espace public (1200-1700)

Séminaire de Dominique Iogna-Prat, directeur d’études à l’EHESS

Jeudi de 17 h à 19 h (EHESS, salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 8 mars 2012 au 14 juin 2012

Sous l’intitulé programmatique de « L’Église au risque de l’espace public », il s’agit d’aborder la question de la « pétrification » de l’Église latine médiévale sous une forme visible et monumentale, au prix d’une confusion entre contenant et contenu emblématique d’un englobement, d’une prise de contrôle de la société chrétienne par l’institution ecclésiale. Dans un passage célèbre de son Esthétique (III, i, 3), Hegel voit dans l’architecture gothique « le centre caractéristique du romantisme », et il fait de la cathédrale médiévale un idéal-type, « une œuvre qui existe pour elle-même », « un être pour soi ». Est-ce à dire que la référence monumentale à l’Église accompagne l’histoire du christianisme en tant qu’universalisme éthique dans les grands systèmes philosophiques classiques ? Sans doute, mais au fil d’une histoire qui voit se découpler les domaines du théologique et du politique. D’où la nécessité de confronter la monumentale Église médiévale aux formes modernes de la communauté, de 1200 à 1700, depuis la scolastique jusqu’à l’absolutisme, dans une longue pré-modernité sécularisée au cours de laquelle s’opèrent de larges mouvements de transferts de sacralité de l’Église à la Cité et à l’État, avec l’émergence de la politique comme « science de l’architecture ».

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2011/ue/1173/

Les « grands territoires » au Moyen Âge, réalités et représentations

Introduction de Stéphane Boisselier au N°21 des Cahiers de recherches médiévales et humanistes

Résumé. Cette introduction formule quelques propositions assez générales pour faire converger les approches historiques, géographiques et littéraires d’un objet très présent dans les matériaux d’étude de ces disciplines : les « grands territoires ». Il s’agit d’espaces plutôt vastes, en tout cas dépassant l’inter-connaissance, qui se construisent donc par des représentations mentales (y compris le lexique les désignant) et par des processus socio-politiques ayant des conséquences matérielles. Sur ce sujet, les historiens, dominant le plus de types de sources, ont de nombreuses pistes à proposer ; mais les médiévistes « littéraires », spécialistes des sources discursives savamment construites, et les géographes, travaillant sur le présent (mais aussi sur le sub-contemporain) avec des modélisations très fines et assez universelles, doivent diversifier et corriger les perspectives « purement » historiennes.

Lire la suite ici.

Sommaire

 Les « grands territoires » au Moyen Âge, réalités et représentations
(approches historiques, géographiques et littéraires)
Sous la direction de Stéphane Boisselier

 Stéphane Boissellier
Les « grands territoires » au Moyen Âge
Introduction

 La construction matérielle des grands territoires politiques
(études d’historiens)

Amélia Aguiar Andrade
Une source privilégiée pour l’étude de l’espace à échelle régionale dans le Portugal médiéval : les enquêtes royales

 Historiographie et suggestions de recherches

Philippe Jansen
Les « Provinces », terres de souveraineté dans les pays latins du monde méditerranéen ? (Xe-XIIIe siècles)

Brahim Jadla
Le Maghreb de l’expédition mérinide au périple de Léon l’Africain.
La tripartition définitive du Maghreb

 Isabella Lazzarini
Les langages politiques du territoire.
Quelques réflexions autour des sources publiques de l’Italie du bas Moyen Âge (fin XIVe-début XVIe siècle)

 Juliette Dumasy
Construction et administration territoriales d’une seigneurie en pays d’habitat dispersé.
Sévérac-le-Château (Rouergue), XIe-XVe siècle

 La représentation des grands espaces : une contribution à leur territorialisation ?
(autres sources ou autres approches)

 François Clément
À propos de balad / bilād et autres noms.
Quelques observations sur la terminologie des grands territoires dans les sources arabes

 Marie-Geneviève Grossel
La terre qui mange les hommes, « l’Orient », espace d’altérité chez Jacques de Vitry

Nathalie Bouloux
Trois cartes territoriales de Brescia.
Première approche : leur contexte d’élaboration

 Vincent Capdepuy
Grands espaces et territorialité.
Le regard d’un pape géographe sur l’Europe, Æneas Sylvius Piccolomini (Pie II)

 Un rebond vers l’interdisciplinarité

Nacima Baron Yelles
Les « grands territoires » médiévaux dans la lunette du géographe

Un espace : l’Eufrasie

Le géohistorien a pour habitude d’ausculter le passé des sociétés humaines dans leurs relations à l’espace, aux milieux et aux territoires: il aime également se laisser aller à retracer l’archéologie des découpages spatiaux pour mettre en lumière l’historicité d’une géographie que certains voudraient éternelle; plus rarement se tourne-t-il vers l’avenir. Pourtant, dans L’Invention des continents, Christian Grataloup termine son étude sur le constat de l’obsolescence du découpage actuel du monde et prend le risque, comme il le dit lui-même, d’esquisser une nouvelle carte (Grataloup, 2009). C’est également à cet exercice prescriptif que je voudrais ici m’essayer en plaidant l’utilisation d’un nom nouveau pour désigner l’ensemble constitué de l’Europe, de l’Afrique et de l’Asie: l’Eufrasie.

[…]

Lire la suite sur le site de la revue M@ppemonde.

Séminaire Histoire et géographie, temps et espace

Marie-Vic Ozouf-Marignier, directeur d’études à l’EHES
Nicolas Verdier, chargé de recherche au CNRS

Histoire et géographie, temps et espace
Croisements et fertilisations

Jeudi de 13 h à 15 h (salle 9, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 1er mars 2012 au 7 juin 2012

Géographie historique, géohistoire, histoire géographique : il existe de multiples déclinaisons de la rencontre de deux disciplines et des deux notions qui lui sont associées. Ce séminaire souhaite les interroger à partir de deux volets. Le premier pratiquera une réflexion épistémologique et historiographique sur les lieux, les moments et les matériaux de cette interaction. Le second passera par des études de cas inscrites dans les champs privilégiés de ce croisement intellectuel. On articulera donc la perspective d’histoire des savoirs et des disciplines et celle de la pratique effective d’approches croisées ou d’études d’objets historico-géographiques ou géographico-historiques. Administration et modes de découpage du territoire, réseaux de communication, construction du paysage et de la ville seront notamment des terrains d’étude. On s’intéressera également aux supports, outils ou genres mobilisés : l’image (de la carte à la photographie en passant par le schéma), la statistique (littéraire ou quantitative), la description (de la topographie à la chorographie). Enfin, ce séminaire souhaite accorder une large place aux dispositifs qui coordonnent science et action, autrement dit aux situations dans lesquelles la géographie historique sert l’aménagement ou la décision politique

1er mars 2012
Marie-Vic Ozouf-Marignier (Directeur d’Etude à l’EHESS)
Nicolas Verdier (Chargé de Recherche au CNRS)
Introduction

8 mars 2012
Daniel Nordman (Directeur de recherche au CNRS)
« Evénement et Méditerranée »

15 mars 2012
Dominique Iogna-Prat (Directeur d’Etude à l’EHESS)
« L’Eglise médiévale comme fabrique territoriale : un bilan »

22 mars 2012
Denise Pumain (Professeure à l’université Paris I)
« Variations sur le temps des villes, ses effets structurels et ses modélisations »

29 mars 2012
Annick Lacroix (Doctorante à l’ISP/CNRS)
« Administrer un territoire colonisé. Quadriller, contrôler, aménager l’Algérie avec des bureaux de poste (1870-1930) »

5 avril 2012
Marie-Claire Robic (Directrice de recherche au CNRS)
« La différence des temps et l’analyse spatio-temporelle. A propos de Paul Vidal de la Blache »

Les villes au congrès national des Sociétés historiques et scientifiques

Du 23 au 27 avril se tient à Tours le congrès national des Sociétés historiques et scientifiques. Cette année, le thème en est les villes et nombre de contributions s’inscrivent à la croisée de l’analyse géographique et de l’analyse historique (programme).

On attirera l’attention sur la matinée du 26 avril consacrée à la chrono-chorématique urbaine, qui s’attache à modéliser l’espace urbain en dégageant ses structures élémentaires dans la longue durée et qui a été développée depuis les années 1990 dans le cadre d’une collaboration entre archéologues et géographes engagée au sein d’un atelier de chrono-chorématique coordonné par le Centre national d’archéologie urbaine (ministère de la Culture) depuis 2001.

Qu’est-ce que la géohistoire ?

Le néologisme braudelien de « géohistoire » a été initialement créé pour se démarquer d’une part de la géographie historique érudite incarnée par Auguste Longnon, d’autre part de la géopolitique développée par Karl Haushofer, et pour promouvoir une histoire intégrant le temps long du milieu, sous l’influence de la géographie environnementaliste adaptée en France par Vidal de la Blache (Braudel, 1949, 1979). Délaissé rapidement par Braudel lui-même, qui le trouvait « horrible », le mot connaît depuis les années 1990 (Grataloup, 1996) et plus encore 2000 (Jacob-Rousseau, 2009) un regain d’intérêt en France, tandis que la géographie témoigne d’une attention croissante aux dynamiques et aux temporalités (Pumain, 1997), et l’histoire aux spatialités, aux territorialités et aux échelles (Torre, 2008). Un champ de recherche aux frontières floues émerge à l’interface entre histoire et géographie. Il est porté par des chercheurs aux appartenances disciplinaires variées, utilisant ou non le terme de « géohistoire » (et/ou de « géographie historique »), mais qui partagent la conviction qu’il est impossible de penser la dimension spatiale des sociétés sans sa dimension temporelle et réciproquement, et par conséquent nécessaire d’impenser la frontière institutionnelle, chronologique et méthodologique héritée des sciences sociales du XIXe siècle (Wallerstein, 1991) qui oppose les triptyques histoire-passé-archives et géographie-présent-terrain. Le point commun, explicite ou implicite, aux recherches relevant de la géohistoire réside dans un positionnement épistémologique en faveur d’un changement d’échelles spatiales (la géohistoire est historiquement associée à l’histoire globale (Wallerstein, 1980) et temporelles (la géohistoire, héritière des trois temporalités braudeliennes, étudie volontiers le temps long (Droulers, 2001 ; Djament-Tran, 2011), dont la pertinence contemporaine consiste à proposer une autre lecture de la mondialisation, ou plutôt des mondialisations (Grataloup, 2007 ; Ghorra-Gobin, 2006 ; Lévy, 2008). Dans un pays où l’association scolaire et universitaire de l’histoire et de la géographie s’est souvent accompagnée d’un partage des tâches hiérarchique et de la marginalisation des formes d’hybridation, la promotion de la géohistoire représente également un enjeu didactique. Il est intéressant de noter que les futurs programmes de l’option d’histoire-géographie de classe de Terminale S, pour la première fois, ouvrent la voie d’un décloisonnement en proposant quatre questions-clés, mêlant histoire et géographie, « pour lire le monde ».

Relèvent de la géohistoire ainsi largement définie au moins quatre sous-champs de recherche en interférence.

–          La métagéographie fait l’histoire des construits et découpages spatiaux (Lewis & Wigen, 1997, comme le Proche- et Moyen-Orient (Capdepuy, 2008) ou les continents (Grataloup, 2009).

–          La géographie historique, particulièrement développée dans les universités anglaises et américaines (Darby, 1936 ; Baker, 2003), propose une géographie du passé (Trochet, 1998 ; Boulanger, Trochet, 2005).

–          L’histoire géographique, dont les origines remontent à l’influence de l’École vidalienne sur l’École des Annales(Bloch, 1931) et dont la première génération revendiquait le terme de géohistoire (Braudel, 1949 ; Chaunu, 1956 ; Morazé, 1947), consiste en une histoire prenant au sérieux la dimension environnementale des sociétés(Bertrand, 1975),l’organisation de l’espace; (Lepetit, 1984 et 1988), les centralités (Charle, Roche, 2002) et/ou les réseaux (Lombard, 1990).

–          On peut qualifier de nouvelle géohistoire les efforts de « structuralisation géographique de l’histoire » (Dosse, 1998) nés de croisements d’analyse spatiale et d’histoire géographique (Reynaud, 1992 ; Lepetit, Pumain, 1993 ; Archaeomedes, 1998). En son sein, on notera en particulier le dynamisme de l’archéologie spatiale – usage de modèles d’analyse spatiale à des fins de prospection et d’interprétation archéologique apparu dans les années 1960 (Renfrew, 1969) – et de la chrono-chorématique, qui utilise la chorématique pour représenter graphiquement les temporalités de l’espace(Théry, 1990 ; Atelier de chronochorématique du CNAU, 2011).

Certaines thématiques de recherche se prêtent en outre tout particulièrement à une approche géohistorique, qui étudie le passé et les dynamiques des espaces. Signalons en deux :

–          la géohistoire de l’environnement et du paysage (Jacob-Rousseau, 2010), en essor sous différents intitulés, au sein de laquelle l’archéogéographie propose une approche  réflexive et critique (Chouquer, 2008),

–          la géohistoire du patrimoine : si l’expression n’est pas labellisée, les études patrimoniales et notamment la géographie du patrimoine (Gravari-Barbas, Guichard-Anguis, 2003) impliquent une analyse conjointe de l’écriture de l’histoire et de la production et de l’aménagement de l’espace.

Vincent Capdepuy, Géraldine Djament-Tran