Archives de catégorie : Grains de géohistoire

#6 – Dina Morgabin, Diba Margabim

Sur l’article Wikipédia consacré à l’histoire de La Réunion, on peut trouver une petite chronologie avec cette indication :

1153                Le géographe arabe Al Idrissi cartographie l’île sous le nom de « Dina Morgabin »

Wikipédia, juillet 2022

C’est faux, il n’est nulle question de cette île dans l’œuvre du géographe arabe al-Idrīsī, et il est regrettable que cette erreur ait put être reprise ailleurs. Je ne sais pas s’il faut épiloguer sur cette tentation de vouloir vieillir l’histoire de l’île, découverte par un navire portugais au début du XVIe siècle et habitée seulement à partir du milieu du XVIIe siècle. La question est : l’île a-t-elle été connue d’autres navigateurs avant ?

C’est possible.

En 1801, Jean-Nicolas Buache a présenté devant l’Institut national des sciences des « Considérations géographiques sur les îles Dina et Merseveen ». S’appuyant notamment sur la carte d’un certain « Nicolas Carnerio », datée de façon imprécise du début du XVIe siècle, il identifia un groupe de trois îles avec ce qu’on appelle aujourd’hui l’archipel des Mascareignes. Il souligna le fait que ces îles avaient été portées sur la carte avant d’être accostées par les navigateurs portugais et qu’elles n’étaient connues que par ce que des navigateurs locaux en avaient dit :

« C’est donc d’après des rapports vagues et sur des oui-dires qu’ils ont placé toutes ces îles sur la carte que nous examinons, et il est facile de voir que ces rapports n’étaient rien moins qu’exacts. »[1]

Et il développait ainsi son analyse :

« La première, ou Dina Margabin, est la plus occidentale, la plus rapprochée de Madagascar, et celle qui paraît être la plus grande : elle est aussi distinguée des autres, sur cette carte, par une couleur d’or qui couvre toute sa surface ; ce qui annonce qu’elle était considérée comme la principale du groupe et la plus fréquentée. Sous ces différents rapports, cette île doit être celle de la Réunion qui est la plus occidentale, la plus grande et la plus proche de Madagascar. L’île Arobi, placée dans l’est, et à peu de distance de l’île Margabin, me paraît devoir être l’Île de France ; et l’île Moraze, qui est la plus nord, sera l’île Rodrigue. Nous ne savons par qui ces noms ont été imposés, ni ce qu’ils signifient. À en juger par le premier, celui de Margabin, on pourrait conjecturer qu’ils viennent des Arabes, Margabin étant assez analogue à Mogrebin, qui, dans leur langue, signifie occidental, et c’est la position de l’île de la Réunion, par rapport aux autres îles de ce groupe. »[2]

Le planisphère du Génois Nicolaus de Caverio, daté d’environ 1505, montre effectivement un groupe de trois îles à l’est de Madagascar : Diba Margabim, Dina Morare, Dina Aroby.

Planisphère de Nicolaus de Caverio, ca. 1505 (Source gallica.BnF.fr)
Détail : les trois îles

On retrouve exactement les mêmes informations sur un autre planisphère : la Carta da navigar per le Isole nouam tr[ovate] in le parte de l’India: dono Alberto Cantino al S. Duca Hercole, « carte pour naviguer de par les îles nouvellement trouvées dans la région de l’Inde : donnée par Alberto Cantino au seigneur duc Hercule ». Elle a été donnée au duc de Ferrare en 1502 et représente les découvertes les plus récentes réalisées par les Portugais.

Planisphère dit “de Cantino”, 1502 (Biblioteca Estense Universitaria)
Détail

Depuis 1801, l’identification proposée par Jean-Nicolas Buache n’a jamais été remise en question, pas plus que la lecture arabe de « Margabim », possible, mais pour le moins conjecturale…


[1] Jean-Nicolas Buache, 1802, « Considérations géographiques sur les îles Dina et Merseveen », Mémoires de l’Institut national des sciences et arts, Tome IV, Paris, Baudouin,p. 374.

[2] Ibid., p. 376.

#5 – Nos Europäi, Nous Européens

Nos Europäi, « Nous Européens » – depuis l’ouvrage de John Hale[1], la formule est souvent attribuée à Francis Bacon, qui l’aurait employée dans son De augmentis en 1623[2]. Pourtant, on trouve des occurrences plus anciennes, notamment une dans le Theatrum orbis terrarum d’Abraham Ortelius.

Dans la première édition, qui date de 1570, l’expression est absente. Mais elle est attestée en latin dans l’édition de 1591, sur la page, nouvelle, consacrée à la Chine : « quem ea forma quam nos Europai depingunt »[3], « qui est de la figure que nous Européens dépeignons ». L’édition française de 1587 ne traduit pas exactement l’expression : « lequel ils dépeindent de telle figure que nous qui sommes d’Europe »[4]. « Europai » est donc rendu par une périphrase.

Mais le texte le plus intéressant, sur lequel j’ai fini par tomber au hasard d’une nuit, est le dictionnaire des synonymes géographiques du même Abraham Ortelius, la Synonymia geographica, publié en 1578. J’avais déjà eu l’occasion de travailler dessus pour ma thèse, mais sous un autre angle.

Une première entrée est très significative par l’équivalence qu’elle pose :

Christiani, vide Europæi[5]

Chrétiens, voir Européens

Ce qu’une deuxième entrée développe donc :

Europæi, populi sunt, qui Europam incolunt. Christianos vocant semetipsos. Franki in universum fere ab omnibus Asiaticis, exceptis Turcis, qui distinguunt inter eos qui Romana et illes qui Græcæ religionis sunt : hos enim Romeos, illos tantum Franki nominant. Abissini quoque in Africa, qui Presbytero Ioanni (ut vulgo apud nos vocatur) subsunt, nos Alfrangues, et Christianorum regionem Frankiam nominant. Hæc scimus ex variorum relatu, et scriptis peregrimationibus. » [6]

Européens, ce sont des peuples qui habitent l’Europe. Ils s’appellent eux-mêmes Chrétiens. Franki en général, presque par tous les Asiatiques à l’exception des Turcs, qui distinguent entre ceux qui sont de religion romaine et ceux qui sont de religion grecque : ils appellent les uns Romeos, les autres Franki. Les Abyssins aussi en Afrique, qui sont sujets du Prêtre Jean (ainsi que nous l’appelons communément), nous donnent le nom de Alfrangues, et à la région des chrétiens celui de Frankiam. Nous savons cela grâce à différentes relations et écrits de voyages.

Où on retrouve l’influence du récit de voyage de Francisco Álvares.

Quant à la citation de Francis Bacon, elle n’est en réalité pas tout à fait exacte, ce qui peut faire perdre un tout petit peu de temps à qui la chercherait… En voici donc le texte et une traduction possible :

« At hodie, atque apud nos Europaeos, si unquam, aut uspiam, potentia navalis ( quae quidem huic regno Britanniae in dotem cessit ) summi ad rerum fastigia momenti est. »[7]

Mais aujourd’hui, pareillement, entre nous Européens, quand que ce soit, où que ce se soit, la puissance navale (qui, certes, échoit en dot à ce royaume de Grande-Bretagne) est de la plus haute importance.

Remarquons simplement que là encore, dans la traduction française de l’époque, Nos Europaeos fut rendu par une périphrase :

« Mais c’est principalement aujourd’hui entre nous autres qui habitons l’Europe (et aux Anglais particulièrement qui ont toujours tenu l’avantage), c’est, dis-je, une affaire de grande importance pour avoir le dessus, d’être le plus puissance sur la mer. »[8]


[1] John Hale, 1993, Civilization of Europe in the Renaissance, Londres, Harper Collins, p. 3.

[2] Citation initialement donnée par Heinz Gollwitzer, 1964, Europabild und Europagedanke : Beiträge zur deutschen Geistesgeschichte des 18. und 19. Jahrhunderts, Munich, C.H. Beck.

[3] Abraham Ortelius, 1591, Theatrum orbis terrarum, Anvers, in Officina Plantiniana, p. 101.

[4] Abraham Ortelius, 1587, Théâtre de l’univers, Anvers, C. Plantin, p. 93.

[5] Abraham Ortelius, 1578, Synonymia geographica, Anvers, Christophe Plantin, p. 94.

[6] Ibid., p. 136.

[7] Francis Bacon, 1624, De dignitate et augmentis scientiarum, Livre IX, Paris, Pierre Mettayer, p. 492.

[8] François Bacon, 1632, Neuf livres de la dignité et de l’accroissement des sciences, trad. du latin par le sieur de Golefer, Paris, chez Jacques Dugast, p. 649.

#4 – Les revendications du Congrès panafricain de Paris (1919)

Au départ, il s’agissait de compléter une note de bas de page pour une citation trouvée ici ou là ; à l’arrivée, plusieurs jours après, c’est se rendre compte qu’il n’existe apparemment pas d’édition établie d’un texte qu’on ne devrait pourtant pas ignorer.

Après la Première Guerre mondiale, en marge de la conférence de la paix, s’est tenu à Paris un congrès panafricain. Celui-ci s’est réuni les 19, 20, 21 février 1919, au Grand Hôtel, boulevard des Capucines. Le Comité exécutif était composé de Blaise Diagne, président, de W.E. Burghardt Du Bois, secrétaire, d’Ida Gibbs Hunt, secrétaire adjointe, et de E.F. Fredericks. Au total, cinquante-sept délégués étaient présents, des États-Unis, de France, d’Haïti, du Libéria, d’Égypte, des colonies africains françaises, portugaises…

Au terme de trois jours de débats, un texte a été adopté. Comme le soulignait déjà Maurice Delafosse dans un article des Renseignements coloniaux en 1919[1], deux versions existent, l’une en anglais, l’autre en français. Celle en anglais peut être établie grâce aux rapports envoyés par W. Du Bois au journal The Crisis, qui a publié un article dès le printemps 1919. La version française, en revanche, paraît introuvable et ne peut être reconstituée qu’à partir de ce qu’en a publié la presse de l’époque, pour partie dans Le Petite Parisien, pour partie dans Le Temps. Mais au-delà des divergences de traduction, la seconde apparaît surtout  tronquée. Pour l’établir définitivement, il faudrait avoir accès au texte conservé aux Archives nationales aux États-Unis…

Records of the American Commission to Negotiate Peace, record group 256, 540.16/8

Addendum du 17 juillet 2022. Le document en question est accessible numériquement ici. Ce qui permet d’établir définitivement les deux versions.

I. The Negroes of the world in Pan-African Congress assembled at Paris February 19, 20, 21 , 1919, demand in the interests of justice and humanity, for the purpose of strengthening the forces of Civilization, that immediate steps be taken to develop the 200,000,000 of Negroes and Negroids ; to this end, they propose :

Les Noirs du monde réunis en un congrès panafricain, tenu à Paris les 19, 20, 21 février 1919, déclarent que dans l’intérêt de la justice et de l’humanité et afin dans le but d’apporter de nouvelles forces au progrès et à la civilisation, les congressistes ont estimé qu’il convenait, il convient par tous les moyens, de favoriser l’évolution des 200 millions de noirs qui peuplent la terre planète, et qu’à cet effet tout un ensemble de mesures s’imposent immédiatement. Dans cet esprit, ils émettent ce voeu :[2]

1.A. – That the allied and associated Powers establish a code of laws for the international protection of the natives of Africa similar to the proposed international code for Labor.

A. – Que les Gouvernements des Puissances alliées et associées se préoccupent d’établir un code de protection internationale pour les indigènes, comme ils se préoccupent d’établir le code international pour le monde du travail ;

2.B. – That the League of Nations establish a permanent Bureau charged with the special duty of overseeing the application of these laws to the political, social and economic welfare of the Natives.

B. – Que, dans la Ligue des nations, un secrétariat permanent s’occupe plus particulièrement de l’application de toutes les mesures d’ordre politique, social, économique, qui constitueront le statut des Indigènes.

II. The Negroes of the world demand that hereafter the Natives of Africa and the Peoples of African descent be governed according to the following principles :

Les Noirs du monde demandent que, dorénavant, les indigènes d’Afrique et les peuples d’origine africaine soient gouvernés selon les principes suivants partout où déjà ils ne sont pas appliqués ;

1. – The Land : The land and its natural resources shall be held in trust for the Natives and at all times they shall have effective ownership of as much land as they can profitably develop.

1. – La Terre : Le sol et ses ressources naturelles seront réservés et sauvegardés pour les Indigènes. Ceux-ci auront la propriété effective des terres qu’ils seront en état de faire valoir.

2.– Capital : The investment of capital and granting of concessions shall be so regulated as to prevent the exploitation of Natives and the exhaustion of the natural wealth of the country. Concessions shall always be limited in time and subject to State control. The growing social needs of the Natives must be regarded and the profits taxed for the social and material benefit of the Natives.

2. – Le Capital : Le régime des concessions devra être réglementé de façon à empêcher l’exploitation de l’Indigène et l’épuisement des richesses naturelles du pays. Ces concessions, qui seront toujours temporaires, devront fonctionner sous le contrôle de l’État. Il sera tenu compte des besoins grandissants des indigènes. Une partie des bénéfices réalisés devra être utilisée pour des œuvres intéressant le développement moral et matériel des Indigènes.

3.– Labor : Slavery, forced labor and corporal punishment, except in punishment of crime, shall be abolished; and the general conditions of labor shall be prescribed and regulated by the State.

3. – Le Travail : Abolition de l’esclavage et des châtiments corporels, abolition du travail forcé, sauf en matière pénale pour le châtiment des crimes. Promulgation d’une réglementation officielle du travail.

4.– Education : It shall be the right of every Native child to learn to read and write his own language and the language of the trustee nation, at public expense, and to be given technical instruction in some branch of industry. The State shall also educate as large a number of Natives as possible in higher technical and cultural training and maintain a corps of Native teachers.

4. – L’Éducation : Tout enfant indigène devra, être instruit non seulement dans sa langue maternelle, mais aussi dans la langue de la nation tutrice. Il recevra également l’enseignement professionnel. Ces enseignements, primaire et professionnel, seront organisés aux frais de l’État. En outre, l’État favorisera le développement intellectuel et technique intégral du plus grand nombre possible d’Indigènes ; il entretiendra un corps d’enseignement indigène.

5. – Medicine and Hygiene : It shall be recognized that human existence in the tropics calls for special safeguards and a scientific system of public hygiene. The State shall be responsible for medical care and sanitary conditions without discouraging collective and individual initiative. A service created by the State shall provide physicians and hospitals, and shall spread the rules of hygiene by written and spoken word. As fast as possible, the State shall will establish a native medical staff.

5. – Assistance médicale et hygiène : il doit être reconnu que l’existence humaine sous les tropiques exige des sauvegardes spéciales ainsi qu’un système scientifique d’hygiène publique. L’État doit être tenu pour responsable des soins et conditions sanitaires sans que cela diminue l’initiative des sociétés missionnaires et les initiatives personnelles. Un service d’assistance médicale pourvu de médecins, et d’hôpitaux doit être crée par l’État.

6.– The State : The natives of Africa must have the right to participate in the government as fast as their development permits in conformity with the principle that the government exists for the natives and not the natives for the government. The natives They shall have voice in the government to the extent that their development permits, beginning at once be allowed to participate in with local and tribal government according to ancient usage, and extending gradually as education and experience proceeds, to the higher offices of State, to the end that, in time, Africa be ruled by consent of the Africans.

6. – L’État : Les Indigènes africains seront admis progressivement à participer à la gestion de la chose publique au fur et à mesure de leur développement intellectuel, en vertu du principe qui veut que les gouvernements existent pour les peuples et non les peuples pour les Gouvernements.[3] On commencerai immédiatement l’application de cette réforme en admettant les Indigènes, selon la coutume ancienne, au Gouvenernement local de l’administration de la Tribu ; on développera cette participation en l’étendant graduellement aux postes plus élevés de l’adminitration régionale et centrale, au fur et à mesure que l’expérience l’autorisera et que la culture plus développée permettra ainsi finalement le Gouvernement de l’Afrique avec le concours des Africains.

7.– Culture and Religion : No particular religion shall be imposed and no particular form of human culture. There shall be liberty of conscience. The uplift of the Natives shall take into consideration their present condition and shall allow the utmost scope to racial genius, social inheritance and individual bent, so long as these are not contrary to the best established principles of civilization.

7. – Culture et Religions : Pas de religion imposée obligatoirement, ni une forme particulière de culture intellectuelle. Liberté de conscience. Pour amener les populations à une civilisation supérieure, on partira de la situation actuelle des peuplades ; on respectera le génie de leur race, leurs traditions, et les tendances propres à chacune d’elles pour autant qu’elles n’ont rien de contraire aux principes les plus certains de la civilisation générale.

8. – Civilized Negroes : Wherever persons of African descent are civilized and able to meet the tests of surrounding culture, they shall be accorded the same rights as their fellow-citizens; they shall not be denied on account of race or color a voice in their own government, justice before the courts, and economic and social equality according to ability and desert.

8. – Noirs civilisés : Partout où les personnes d’origine africaine sont civilisées et en état de s’assimiler la culture intellectuelle qui les entoure, il y a lieu de leur reconnaître les mêmes droits qu’aux autres citoyens. Ils jouiront des mêmes droits civils, économiques, sociaux et politiques, des droits de l’homme et du citoyen.

9. – The League of Nations : Greater security of life and property shall be guaranteed the Natives; international labor legislation shall cover Native workers as well as whites; they shall have equitable representation in all the international institutions of the League of Nations, and the participation of the blacks themselves in every domain of endeavor shall be encouraged in accordance with the declared object of Article 19 of the League of Nations, to wit: “The well being and the development of these people constitute a sacred mission of civilization and it is proper in establishing the League of Nations to incorporate therein pledges for the accomplishment of this mission.”

Whenever it is proven that African natives are not receiving just treatment at the hands of any State or that any State deliberately excludes its civilized citizens or subjects of Negro descent from its body politic and cultural, it shall be the duty of the League of Nations to bring the matter to the attention of the civilized World.

For the Pan-African Congress, composed of 57 members from 15 countries, inhabited by 85.000.000 Negroes and persons of African descent.

Blaise DIAGNE, President.
W.E.B. DU BOIS, Secretary[4]

.

9. – La Ligue des Nations : Plus de sécurité garantie aux Indigènes dans leur vie et dans leurs biens. Extension de la législation internationale du travail aux travailleurs indigènes comme aux travailleurs blancs. Représentation équitable des intérêts des populations noires au sein des institutions internationales de la Société des Nations. Qu’en tous domaines se réalise, par la participation progressives des Noirs eux-mêmes le but de la colonisation européenne inscrit à l’article 19 de la Ligue des Nations ; ainsi conçu : “Le bien-être et le développement de ces peuples (les Noirs) forment une mission sacrée de la civilisation, et il convient, en constituant la Société des Nations, d’y incorporer des gages pour l’accomplissement de cette mission.”

Soit que les originaires d’Afrique ne reçoivent pas un juste traitement de tel ou tel Etat, soit que cet Etat exclut délibérément ses citoyens d’origine africaine civilisés de son corps politique et intellectuel, il sera du devoir de la Ligue des Nations de porter l’affaire à l’attention du Monde.

Le Congrès Pan-Africain était composé de 57 membres de 15 pays, habités par 85 millions de Nègres et de personnes d’origine Africaine.

W.E. Burghardt DU BOIS, secrétaire
Blaise DIAGNE, président du Congrès

Quel rapport avec la géohistoire ? Plusieurs en fait. Ce document s’inscrit à la croisée de plusieurs recherches, l’une sur le panafricanisme, l’autre sur la question du « monde »…


[1] Maurice Delafosse, 1919, « Le congrès panafricain », Renseignements coloniaux, Suppl. à l’Afrique française, Vol. 29, N°1 & 2, pp. 53-59.

[2] Le Petit Parisien, 22 février 1919, p. 3.

[3] Le Temps, 23 février 1919, p. 2.

[4] W.E.B. Du Bois, 1919, « The Pan-African Congress », The Crisis, Vol. 17, N° 6.pp. 271-274.

#3 – Mondial, mondiale

Pour comprendre l’apparition du mot « mondialisation » en 1904, il faut saisir l’émergence de l’adjectif « mondial » sur lequel il est forgé. Si on en croit le Trésor de la Langue française informatisé[1], celui-ci serait attesté, au sens de « relatif au monde entier », à partir de 1903.

On trouve pourtant des occurrences plus anciennes, dès les années 1870 dans Le Figaro. Mais lorsque l’adjectif y est employé, c’est toujours avec précaution. Que ce soit à propos de « cette vieille barbe » (sic) de Garibaldi, qui en juillet 1873 parla de la chute de la Commune de Paris comme d’« un malheur pour l’univers entier (mot à mot, une aventure universelle sventura mondiale) »[2] ; ou à propos de « “la fraternité mondiale” chantée par Hugo dans le style macaronique que vous savez »[3]. Il faudrait donc, semble-t-il, voir ici une (mauvaise) influence de la langue italienne.

De fait, l’adjectif « mondiale » est plus ancien en italien[4]. Dès le XIVe siècle, on le trouve employé dans l’expression « la macchina mondiale » pour désigner le monde, l’univers. Quelques traductions en français ont pu donner lieu à des occurrences qu’on considérera comme erratiques, car sans lendemain. Par exemple, en 1541, Charles Estienne publia une traduction de la comédie Gl’Ingannati¸ pièce représentée en 1531 par l’Accademia degli Intronati de Sienne. Il traduisit littéralement une des répliques : « Tu verras ici un clocher, le plus excellent qui soit en toute la machine mondiale [in tutta la machina mondiale] »[5]. L’adjectif « mondial » n’existait pas en français et n’en exista pas pour autant.

Au XIXe siècle, pour montrer les décalages linguistiques, on pourrait prendre l’exemple du nom de l’Exposition de Londres de 1851. En anglais, celle est appelé de The Great Exhibition (of the Works of Industry of All Nations) tandis qu’en France, on parla de l’« Exposition universelle » – nom qu’on donna aux expositions qui eurent lieu à Paris en 1855, en 1878, en 1889 et en 1900. Or en italien, il était question de l’Esposizione mondiale di Londra[6], même si l’expression « Espositione universale » est aussi usitée.

Qu’est-ce qui aurait pu donc faire passerelle entre l’italien et le français au début des années 1870 ? Peut-être peut-on voir là une conséquence de l’implication de Garibaldi dans la guerre contre la Prusse en 1870 et de circulations politiques transnationales entre la France et l’Italie.

À l’occasion de la mort du général polonais Jozef Bossak le 21 janvier 1871 lors de la bataille de Dijon, Garibaldi salua en lui le « Léonidas des temps modernes », qui allait manquer « à l’avenir, à la démocratie mondiale »[7]. L’expression est donnée sous cette forme par Philippe Bordone, général de l’Armée des Vosges. Ignazio Cantù, qui publia également ses mémoires, donne la version italienne : « all’avvenire della democrazia mondiale »[8], qui permet au demeurant de corriger la traduction de Bordone : « l’avenir de la démocratie mondiale ». Or un troisième document, publié aussi en 1871, met côte à côte les deux versions du texte, avec une traduction française plus conforme au lexique de l’époque : « l’avenir de la démocratie universelle »[9]. Manifestement, le transfert n’était pas encore assuré.


[1] Cf. http://atilf.atilf.fr/

[2]Le Figaro, 5 juillet 1873, p. 3.

[3]Le Figaro, 21 juin 1878, p. 1

[4] Cf. Tresoro della lingua Italiana delle Origini : http://tlio.ovi.cnr.it/TLIO/

[5] 1549, Les Abusés, trad. de l’italien par Charles Estienne, Paris, Étienne Groulleau, n.p., Acte III, scène 1.

[6] Gaetano Suzzara, 1851, L’Italiano a Londra durante l’esposizione, cenni storici descrittivi, Milan, Francescp Fusi, p. 

[7] Philippe Bordone, 1871, Garibaldi et l’armée des Vosges : récit officiel de la campagne, Paris, A. Lacroix, Verboeckhoven & Cie, p. 336.

[8] Ignazio Cantù, 1871, Storia aneddotica delle campagne e degli assedj della guerra franco-prussiana 1870-71, Milan, Francesco Pagnoni, p. 196.

[9] Luigi Stallo, 1871, Verità e calunnia in faccia al generale Giusepp Garibaldi : reminiscenze di un volontario italiano in Francia, Genève, Albane, p. 101.

#1 – Les monts Poyas

On le sait, la délimitation entre l’Europe et l’Asie est pour le moins arbitraire. L’Oural est un toponyme bien pratique, appris dans nos leçons d’école primaire et sagement récité. Le récit métagéographique classique présente ce choix comme un coup géopolitique. La fixation de la limite entre l’Europe et l’Asie le long des monts Oural aurait permis d’étendre la partie européenne de l’Empire russe, ou, pour le dire autrement, d’européaniser la Russie[1]. Ce n’est peut-être pas si évident, mais ce ne sera pas l’objet du jour.

On attribue souvent l’idée à Philip Johan von Strahlenberg, scientifique suédois fait prisonnier par les armées russes. De fait, en 1725, sur une carte réalisée par ses soins et imprimée à Paris, Nova descriptio geographica Tattariae Magnae tam orientalis quam occidentalis, on peut lire le long d’une chaîne de montagnes qui s’étirent du sud au nord : Mons Pojas Semnoi dictus Terminus inter Europam et Asiam, « la montagne Poyas Semnoi est la frontière entre l’Europe et l’Asie ». D’Oural, il n’en est pas encore question, même si on peut trouver le toponyme Mons Ural Tau, au sud, de façon plus localisée.

Philip Johan von Strahlenberg, 1725, Nova descriptio geographica Tattariae Magnae tam orientalis quam occidentalis (Source gallica.bnf.fr / BnF)

Poyas Semnoi ? Le toponyme est attesté dans le livre de Sigmund von Herberstein, Rerum Moscoviticarum Commentarii, « Commentaires sur les choses moscovites », publié en 1549. L’auteur, un baron allemand, ambassadeur du Saint-Empire, se rendit deux fois en Moscovie, en 1517 et en 1529. Dans son livre, il affirmait que pour les Ruthènes, ce nom signifiait cingulus mundi vel terræ, « Ceinture du monde, ou de la terre »[2]. C’est l’expression qu’il reprenait sur une carte placée à la fin de l’ouvrage pour nommer une chaîne de montagnes tracée du nord au sud : Montes dicti cingulus terrae.


Sigmund von Herberstein, 1549, Rerum moscoviticarum commentarii (Source Google)

Jules Verne le savait bien lorsqu’il écrivit le voyage de Michel Strogoff de Russie en Sibérie :

« Les monts Ourals se développent sur une étendue de près de trois mille verstes (3,200 kilomètres) entre l’Europe et l’Asie. Qu’on les appelle de ce nom d’Ourals, qui est d’origine tartare, ou de celui de Poyas, suivant la dénomination russe, ils sont justement nommés, puisque ces deux noms signifient “ceinture” dans les deux langues. Nés sur le littoral de la mer Arctique, ils vont mourir sur les bords de la Caspienne. »[3]



[1] Mark Bassin, 1991, « Russia between Europe and Asia: The Ideological Construction of Geographical Space », Slavic Review, Vol. 50, N° 1, pp. 1-17.

[2] Sigmund von Herberstein, 1549, Rerum moscoviticarum commentarii, « Nunc chorographiam principatus et dominii magni ducis moscoviae aggrediar », Vienne, f° xii v.

[3] Jules Verne, 1876, Michel Strogoff, Paris, J. Hetzel et Cie, p. 91.