chapitre 49. 2003 – Un Monde façon puzzle

C’EST UN GLOBE EN PUZZLE, un puzzle inachevé, dont chaque pièce représente la même lettre, mais en des alphabets différents : latin, chinois, arabe, coréen, cyrillique, etc. Il n’y a là aucune énigme et tout le monde aura reconnu le logo de Wikipédia, la célèbre encyclopédie collaborative en ligne. De ce point de vue, on peut penser que ce logo est plutôt une réussite. Il exprime à la fois la globalité, la multinationalité, la collaboration et l’incomplétude fondamentale d’un tel projet. C’est une belle représentation d’un pan de la mondialisation, celui des savoirs.

Wikipédia a été créé en 2001, avec une ambition quelque peu utopiste : « Imaginez un monde dans lequel chaque personne sur la planète aurait accès à la totalité du savoir humain. » Si on en croit les chiffres publiés, Wikipédia comptait en 2004 plus de 800 000 articles en plus de cinquante langues différentes ; en 2015, on dénombrait plus de 30 millions d’articles en plus de 290 langues [Add. En 2022, on dénombrait plus de 59 millions d’articles en 325 langues.]. Chaque jour, environ sept mille articles sont créés.

Ce succès n’a pas été sans polémique. En 2007, dans L’Histoire, Pierre Assouline publiait un article fustigeant le manque de fiabilité du site : « Wikipédia, l’erreur à haut débit. » Plusieurs, depuis, ont dénoncé ce site en introduisant volontairement des erreurs pour voir comment elles étaient ensuite reproduites par des gens qui s’y fiaient. Soit, mais c’est sous-estimer la responsabilité de ceux qui ne croisent pas leurs sources d’information, et surtout la relecture qui est faite des articles, lecture certes plus ou moins régulière, plus ou moins vigilante, plus ou moins savante, mais non moins réelle, et qui assure un contrôle certain sur le contenu des articles à l’encontre des actes de vandalisme et en faveur de ce qui constitue un des cinq principes fondateurs de Wikipédia : la neutralité du point de vue, qui est expliquée dans le « mode d’emploi » du site. Depuis, Wikipédia a fait ses preuves et a montré ses qualités, à égalité avec d’autres encyclopédies de référence. On y trouve énormément d’informations, et aussi, il est vrai, des erreurs. À chacun, dans ce cas, de mettre la main à la pâte pour les corriger, et pas seulement les dénoncer.

Il importe donc de souligner la différence entre Wikipédia et une encyclopédie classique. La publication de connaissances n’est pas soumise à un contrôle a priori, mais à un processus permanent d’addenda et corrigenda dont les traces sont conservées dans un historique et qui suscitent parfois des débats, en aparté, entre les différents auteurs, anonymes ou non. L’intervention hiérarchique d’une instance de contrôle qui existe bel et bien est rare. La qualité des articles est finalement erratique, on peut avoir de très bonnes surprises, comme des déceptions.

Dans une certaine mesure, on peut penser que le logo reflète cela. Ce dernier résulte d’une première proposition faite en 2003. La « silver ball » a été créée par « Nohat » sur la base d’un logo réalisé par « Paullusmagnus », alias Paul Stansifer. Du 20 juillet au 27 août 2003, un concours international a été organisé au sein de la communauté wikipédienne pour choisir un logo, avec un vote à la clé. Mais des erreurs furent pointées du doigt par certains utilisateurs et aujourd’hui, on trouve même un article consacré à ces erreurs. Le caractère en kannada, qui est la langue officielle du Karnataka, au sud de l’Inde, était mal dessiné ; l’Omega majuscule ne portait pas d’esprit, comme cela aurait dû être le cas. Les caractères chinois et arabes ne correspondaient pas au son [w], à l’initiale du mot Wikipédia, ce qui suscita des débats autour de l’intentionnalité même de l’auteur : s’agissait-il nécessairement de ne représenter que des caractères représentant le mot Wikipédia ? « Nohat » se défendit en disant que certains avaient été choisis au hasard. Futilité ? Pas tant que ça. La communauté des wikipédiens japonais exprima son mécontentement, considérant que ces erreurs reflétaient un mépris occidental à l’encontre des autres cultures, ce qui minait totalement la portée cosmopolite du projet. Tout ceci aurait-on pu penser était facilement corrigible, sauf que le logo ne fonctionnait pas comme un article, car il était une marque. Il fallut donc attendre 2010 pour qu’un nouveau logo soit proposé, sur la base du précédent.

Indépendamment de ces considérations orthographiques, l’image du globe, dans le logo, introduit un effet de réel et on pourrait considérer que Wikipédia serait une juxtaposition de pays, avec le Wikipédia anglais, le Wikipédia français, le Wikipédia allemand, arabe ou japonais, etc., des pays qui n’existent plus ou pas, avec le Wikipédia en latin ou le Wikipédia en espéranto, des pays-continents, comme le Wikipédia anglais et ses plus de cinq millions d’articles, et des micro-pays, comme les Wikipédias en zulu ou en abkhaze avec moins de mille articles chacun. Toutes les langues ne sont pas à égalité, très loin de là, contrairement à ce que le logo voudrait signifier. Le multilinguisme de Wikipédia reste un horizon et l’encyclopédie numérique continue d’être dominée par l’anglais, notamment en termes de consultation. Les articles en anglais, même si leur part, en proportion, tend à diminuer au fil des années, sont ceux qui sont les plus consultés : en octobre 2016, plus de six millions de vues par heure, très loin devant les pages en chinois, en russe ou en espagnol. Il y a un décalage entre la promotion du multilinguisme et de la diversité d’un côté, et la domination de l’anglais de l’autre.

S’interroger sur le logo de Wikipédia amène également à questionner la nature de l’espace du virtuel. La distance topographique est en effet abolie par Internet et en se connectant, on entre dans une logique fondée sur la connectivité, dans un espace topologique où ce sont les liens hypertextes qui priment, en l’occurrence ces passerelles à l’intérieur même de Wikipédia, entre les articles, ou bien vers d’autres sites, à l’extérieur de Wikipédia, sans oublier la démultiplication des articles en des langues différentes.

Le géographe Boris Beaude a écrit plusieurs textes sur cette spatialité de Wikipédia1 et a repris la figure de la ville qui avait été initialement proposée par Andrew Lih, The Wikipedia Revolution, en 2009, et développée par Noham Cohen, journaliste du New York Times, dans la recension de cet ouvrage2. Wikipédia serait une « ville mondiale », une agglomération cosmopolite s’étendant sans cesse, avec ses quartiers, ses places bondées et ses dédales de ruelles obscures, avec ses actes d’incivilité et ses voisins vigilants. La métaphore est pour le moins séduisante. Elle rappelle le « village global » de Marshall McLuhan, dès 1967. Mais Wikipédia peut-il être considéré comme un lieu de coprésence ?

Incontestablement, Wikipédia est un lieu où le monde entier peut se retrouver, quelle que soit la distance matérielle. C’est le processus de synchorisation, de création d’un espace commun abolissant l’échelle entre local et global. Cependant, il n’y a pas de synchronisation ; au contraire. Ce n’est pas un site de rencontre. On peut s’y affronter, dans des corrections incessantes et contradictoires sur des sujets plus sensibles que d’autres, on peut parfois échanger, en coulisses, via l’« historique » de chaque article, mais cela n’est pas la norme dans l’utilisation de Wikipédia et cela ne se fait pas en direct. Une minorité contribue ; une majorité utilise, consomme sans croiser personne. S’il existe un réseau social derrière la façade, peu le connaissent et y participent.

De ce point de vue, il ne faut pas oublier que les contributeurs aux différents Wikipédia sont donc soumis aux législations nationales. L’inclusion dans les articles d’images, par exemple, nécessite de prendre en compte les droits qui peuvent exister sur celles-ci et les éventuelles restrictions. C’est bien ce qui a conduit, dès 2004, à l’initiative d’Erik Möller, à la création d’« une médiathèque multilingue de contenus (images, sons et vidéos) à vocation pédagogique relevant du domaine public ou publiés sous licence libre » : Wikimedia Commons. Le terme puise dans l’histoire anglaise et fait référence aux anciens terrains communaux ; il renvoie, plus généralement, à l’idée de biens communs. Selon l’économiste Benjamin Coriat, le « retour des communs », si on adopte l’anglicisme, révéleraient une logique contemporaine de résistance à l’idéologie propriétaire3.

Dès 1995, au début de l’Internet public, certains ont vu le potentiel en termes d’échange d’informations. Dans un article du Monde diplomatique, Pierre Lévy décelait dans l’interconnexion des ordinateurs un instrument au service de l’intelligence collective.

En effet, le « cyberespace » en voie de constitution autorise une communication non médiatique à grande échelle. Comme on le sait, les médias classiques (relation un-tous) instaurent une séparation nette entre centres émetteurs et récepteurs passifs isolés les uns des autres. Le téléphone (relation un-un) autorise une communication réciproque, mais ne permet pas de vision globale de ce qui se passe sur l’ensemble du réseau ni la construction d’un contexte commun. On approche d’une infrastructure pour l’intelligence collective grâce à un troisième dispositif de communication, structuré par une relation tous-tous. Dans le « cyberespace », chacun est potentiellement émetteur et récepteur dans un espace qualitativement différencié, non figé, aménagé par les participants, explorable. Ici, on ne rencontre pas les gens principalement par leur nom, leur position géographique ou sociale, mais selon des centres d’intérêt, sur un paysage commun du sens ou du savoir. Il en est ainsi, par exemple, dans le réseau de réseaux Internet, ou dans certaines organisations grâce à des logiciels pour le travail et l’apprentissage coopératif. Le « cyberespace » manifeste des propriétés neuves, qui en font un instrument de coordination non hiérarchique, de mise en synergie rapide des intelligences, d’échange de connaissances et de navigation dans les savoirs4.

Le globe iconique de Wikipédia n’est sans doute pas la meilleure représentation du cyberespace, d’un Monde réticulaire. Mais sur le plan sphérique, il n’y a aucun centre, aucune hiérarchie. Il y a juste de l’utopie.


La représentation du monde

L’usage du globe était ancien, il est devenu banal, il n’en demeure pas moins pertinent pour dire le Monde dans lequel nous vivons. En revanche, il ne montre pas la forme réelle de l’espace réticulaire de ce Monde mis en connexion par Internet.

► Si vous allez au fil du temps, vous avez atteint le terme de ce parcours sur la représentation du monde, même si on aurait pu poursuivre avec d’autres représentations où le globe disparaît derrière des graphes. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 47, voir le globe pour de vrai.

Le rétrécissement du monde

Wikipédia est un lieu commun du village planétaire, mais un lieu où paradoxalement il n’y a pas d’heure. Il constitue une sorte de présent éternel et figé d’un savoir paradoxalement en constante (ré)écriture. Où est le Monde dans le cyberespace et dans le cybertemps ?

► Si vous allez au fil du temps, vous avez atteint le terme de ce parcours sur cette place du village global. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 47, vous heurter à des murs

Sommaire


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.