Chapitre 19. 1521/1522 – Le tour du monde d’une carte

LE PARCHEMIN EST À PEU PRÈS CARRÉ, d’environ soixante-dix centimètres de côté. À l’intérieur, tangent aux bords, un cercle gradué le long duquel est écrit « Equinotialis » – la ligne équatoriale ; au centre, autour d’une étoile, deux mots, « Polus meridionalis », le pôle Sud, circonscrit par un autre cercle et une autre inscription, « Circulus antarcticus », le cercle Antarctique. Nul doute, il s’agit de l’hémisphère austral. Malgré une erreur, au demeurant étonnante : « Tropicus cancri », le tropique du Cancer, en lieu et place du « Tropicus capricorni », le tropique du Capricorne, attendu. Plusieurs déchirures, des taches, révèlent que l’objet a connu une vie passablement mouvementée. En bas, à gauche, un cartouche, ou du moins, la moitié droite de celui-ci. De toute évidence, le parchemin a été coupé en deux. À l’origine, il devait comporter les deux hémisphères, représentant le globe terrestre selon une double projection azimutale polaire. On en connaît d’autres, mais elles sont rares. Parmi les plus anciennes, on pourrait citer la mappemonde en deux hémisphères d’Antonio Floriano, datée de 1555 ou de 1556, elle-même inspirée par la double mappemonde cordiforme créée par Mercator en 1538, mais qui est en fait le dessin de fuseaux polaires destinés à être montés sur un globe.

Carte Hazine n° 1825 (Bibliothèque du Palais de Topkapı, Istanbul).

Mais sur ces dernières, est représenté un hypothétique continent austral, « magellanique » comme on l’appelle alors, suite au passage de la flotte de Fernão de Magalhães, Fernand de Magellan, à travers le détroit qui portera son nom, entre le continent américain et la Terre de Feu, et initialement perçu comme l’extrémité d’une terre continentale. Cette carte semblerait donc antérieure.

Pourtant, la carte porte justement la trace de l’événement, avec cette mention très sobre, écrite le long du littoral occidental de l’Amérique du Sud : « hesta terra descobrio Fernando de Magallannes », « Fernand de Magellan a découvert cette terre ». La traversée a eu lieu entre le 21 octobre et le 27 novembre 1521 ; la carte lui est donc postérieure.

À moins qu’elle ne soit ni l’une ni l’autre, mais qu’elle soit contemporaine de cet événement, littéralement traversée par lui.

Pour le reste, les informations cartographiques sont plutôt limitées. La majeure partie est vide. À commencer par le centre : le continent antarctique est bien entendu totalement ignoré ; on ne trouve pas non plus trace de la Terra Australis, qui semble avoir été représentée pour la première fois par Johannes Schöner sur le globe qu’il réalisa en 1523, deux ans plus tard, mais qu’on ne connaît que par la carte cordiforme de Oronce Finé, la Nova Universi Orbis Descriptio, la « Nouvelle description du monde universel », de 1531.

Les deux principales masses terrestres sont constituées par l’Afrique et l’Amérique du Sud, la première, non nommée sur la carte, ayant été contournée à partir de la fin du XVe siècle, la seconde, qui n’est pas encore l’Amérique, mais simplement la Terra do Brasil, ayant été découverte par les Européens et explorée au tournant du XVe et du XVIe siècle. Le troisième ensemble terrestre est formé par l’archipel indonésien, notamment l’île de Java, « Jaos » sur la carte.

Le mélange de toponymes latins et portugais, mais aussi le dessin amènent à penser que cette carte aurait pu être réalisée par le cartographe portugais Pedro Reinel (fin XVe s.-1542). En maints détails, en effet, elle rappelle le planisphère que celui-ci a fait en 1519. Sur l’une et l’autre, on trouve notamment la cartographie de l’archipel qui aurait été découvert en 1513 à l’est de Madagascar par Pedro de Mascarenhas – qui lui a donné son nom : les ilhas mascarenhas, à savoir l’île de La Réunion et l’île Maurice. Dans le canal du Mozambique, l’atoll de la Judia, aujourd’hui Bassas da India, est figuré exactement de la même manière ; son nom était celui du navire portugais qui s’y était échoué en 1506. Plus à l’est, les petites îles de la Sonde sont cartographiées avec une grande précision, jusqu’à Banda et Ambon, atteintes par António de Abreu en 1511. La dernière est nommée : Y. dos homes brancos, « l’île des hommes blancs ». En revanche, le continent américain semble moins bien renseigné. Sa limite occidentale est factice et le cartographe n’a pas tenu compte – par ignorance des avancées espagnoles ? – de la côte Pacifique découverte par Balboa en 1513 et partiellement levée par Bartolomé Ruiz. Côté Atlantique, le tracé du littoral comporte un nombre relativement important de toponymes, du moins jusqu’au cap Santa Maria ; plus au sud, le tracé continue, mais sans aucun nom.

Tout ceci correspond assez bien aux connaissances portugaises. Depuis la découverte du Brésil en 1500 par Alvarez Cabral, la partie méridionale de ces terres continentes a fait l’objet de plusieurs reconnaissances. Tout au sud, un retour du trait de côte indiquerait le détroit, mais ce n’est qu’une esquisse, pas une véritable cartographie du lieu. Quant à l’océan Pacifique, non nommé, il n’y est indiqué aucune des découvertes de Magellan. La mention, surprenante par l’emplacement, d’Amtilhas, le long du cercle de l’équateur, à l’ouest de l’Amérique, ne peut faire référence aux îles désertes et baptisées Infortunées par Magellan. Bref, dans la mesure où une ordonnance royale de 1504 a interdit toute représentation cartographique des terres situées au-delà du Congo, l’auteur de cette carte ne peut qu’avoir eu accès à la Casa da India à Lisbonne, mais aussi au projet de Fernand de Magellan.

Un détail cartographique mérite qu’on s’y attarde. D’une part, l’équateur est gradué, alors que le calcul de la longitude reste toujours un problème. Le premier globe à être gradué sur tout l’équateur est celui construit par Martin Behaim en 1492. D’autre part, fait unique, le méridien d’origine est celui de l’archipel des Moluques, et non celui des îles Fortunées, dont la référence s’est imposée avec la redécouverte de la géographie de Ptolémée – ce qui correspond aux îles Canaries. Cette prépondérance accordée aux Moluques dans la construction de cette carte fait sens dans le contexte très particulier du début des années 1520. Le royaume
d’Espagne et le royaume du Portugal étaient alors en conflit, ou du moins en désaccord. Depuis que les Portugais étaient parvenus aux Moluques en 1515, dans le prolongement de la conquête de Malacca par Albuquerque en 1511, les Espagnols cherchaient à leur tour à les atteindre – ce qui fut l’objectif de l’expédition de Juan Díaz de Solís en 1515, puis celle de Fernand de Magellan en 1521 –, mais aussi à démontrer que ces îles étaient comprises dans l’hémisphère occidental qui leur était attribué depuis le traité de Tordesillas de 1494.

Pour rappel, dès 1455, le pape Nicolas V avait émis une bulle, Romanus pontifex, accordant aux Portugais la juridiction sur toutes les terres nouvelles découvertes au-delà du cap Bojador et l’exclusivité du commerce, mais le royaume d’Espagne avait contesté cet ordre. En 1480, le traité d’Alcáçovas, ratifié par Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon à Tolède (Toledo), mit un terme au conflit larvé qui opposait les deux royaumes ibériques en reconnaissant aux rois catholiques la possession des îles Canaries, et au roi de Portugal celle de toutes les îles sises plus au sud, au large de l’Afrique. L’année suivante, le pape Sixte IV confirmait cet accord par la bulle Aeterni regis.

Mais le retour de Colomb, en mars 1493, reposa le problème. Le 27e parallèle nord n’était plus pertinent et les roi et reine d’Espagne interpellèrent immédiatement le pape Alexandre VI, aragonais d’origine, pour qu’il se prononçât en garantissant leur mainmise sur les nouveaux territoires découverts, aussi incertains qu’ils fussent alors – puisque Christophe Colomb pensait bien être parvenu aux Indes et n’avait pas conscience d’être à l’abord d’un continent inconnu. En réponse, le pape émit cinq bulles garantissant leurs droits sur « les Indes », les Bulas alejandrinas : donation, partition, privilèges, extension.

La première, Inter cætera, datée du 3 mai 1493, établissait la possession de ces pays et îles, et enjoignait d’instruire les habitants de ces territoires dans la foi catholique. La deuxième, prise le lendemain, reprenait à peu près les termes de la précédente, mais en fixant une ligne nord-sud, située à cent lieues à l’ouest des Açores et des îles du Cap-Vert. Une autre bulle du 3 mai 1493, Eximiæ devotionis, accordait aux monarques espagnols les mêmes privilèges qui avaient été donnés aux rois du Portugal quant aux territoires qu’ils découvriraient. Par une quatrième bulle, du 25 juin 1493, Piis fidelium, le pape invitait expressément les Espagnols à christianiser les habitants de ces terres, et accordait pour cela des pouvoirs spirituels spéciaux aux missionnaires. Mais c’est la dernière bulle, en date du 25 septembre 1493, Dudum siquidem, qui devait poser le plus problème : Alexandre VI garantissait aux rois catholiques les terres découvertes à l’est, au sud et à l’ouest de l’Inde qui n’étaient pas alors sous domination d’un autre monarque chrétien. C’était la veille du nouveau départ de Christophe Colomb. Cette fois-ci, il était à la tête d’une flotte de dix-sept navires.

C’est dans ce contexte que de nouvelles négociations furent entamées à Medina de Campo, à partir de mai 1494, et aboutirent à un traité – en réalité plusieurs –, signé à Tordesillas le 7 juin 1494. Le traité enjoignait de tracer dans la « mer Océane une ligne droite de pôle à pôle, c’est-à-dire du pôle arctique au pôle antarctique, ce qui est du nord au sud, laquelle ligne devant se tirer et se tirant droite, comme il a été dit, à 370 lieues des îles du Cap-Vert, vers le couchant1 » : première grande ligne globale que les Européens tracèrent dans ce coup de force géopolitique mondial totalement inédit.

Elle restait malgré tout incomplète, car laissait dans l’incertitude ce qui se passait de l’autre côté du globe. Le problème devint épineux précisément après le tour du monde effectué par Magellan et fut résolu quelques années plus tard, en 1529, lors du traité de Saragosse, par une deuxième ligne.

Aussi la pauvreté apparente des informations portées sur la carte ne doit-elle pas induire le lecteur en erreur. Cette carte, en son temps, fut à la pointe de la connaissance géographique. Ce qui amène au fait crucial de cette histoire : cette carte ne se trouve pas dans une quelconque bibliothèque d’Espagne, mais fut conservée jusqu’en 1923 dans le trésor du palais de Topkapi à Istanbul. Comment est-elle arrivée là ?

Elle était dans une liasse comprenant deux cartes italiennes, deux cartes catalanes et les cartes de Piri Reīs. Amiral de l’Empire ottoman, celui-ci est surtout connu par son oeuvre cartographique, redécouverte en 1929. Au début du XVIe siècle, il réalisa deux versions successives d’une carte du monde, en 1513 puis en 1528. De la carte de 1513, nous n’en conservons qu’un tiers, mais celui-ci, centré sur l’océan Atlantique, montre l’Espagne, l’Afrique de l’Ouest et surtout la côte américaine. Vingt ans après la découverte de ce « nouveau monde » par les Espagnols, les Ottomans ont donc déjà capté cette connaissance cartographique. Comme Piri Reīs l’affirme, ce travail de compilation à partir d’une vingtaine de cartes d’origines diverses aboutit à une carte inédite : « En cet âge, personne n’a vu une carte comme celle-ci. » Or, à côté de cartes arabes anciennes (« du temps d’Iskender dhu-l karnain »), de cartes inspirées par Ptolémée et de cartes portugaises, Piri Reīs a également utilisé une carte attribuée à Qulūnbū, Christophe Colomb, dont nous n’avons par ailleurs aucune copie. Comment se l’est-il procurée ? Nous ne le savons pas. En tout cas, il continue, dans les années qui suivent, à collecter des cartes européennes, dont cette fameuse carte anonyme.

Selon Dejarinah Couto, plusieurs hypothèses sont possibles2. Estêvão Gomes, qui revint à Séville en 1521 à bord du San Antonio après avoir déserté l’expédition, juste avant le passage du détroit de Magellan, pourrait être l’auteur des informations portées sur la carte, où rien n’est indiqué au-delà de la baie de San Julian. Mais Andres de San Martín, qui était le cartographe officiel de l’expédition, fut puni pour avoir gardé une carte des routes suivies jusque-là. Le secret a probablement été préservé.

Autre hypothèse, en octobre 1522, les Portugais s’emparèrent de la Trinidad, qui avait été la nef amirale de Magellan. Le navire était endommagé et il avait été décidé qu’il resterait à Tidore, aux Moluques, le temps d’être réparé, pendant qu’Elcano rentrait en Espagne via l’océan Indien. Le commandant de la Trinidad tenta une traversée de l’océan Pacifique, en vain. À son bord, les Portugais trouvèrent le journal de San Martín et deux planisphères réalisés par Pedro Reinel. Envoyés à Lisbonne, ces documents ont dû être conservés dans la Casa da India à l’abri des regards.

Troisième hypothèse, l’auteur de la carte pourrait être Antonio Lombardo, dit Pigafetta, l’un des rares survivants de la circumnavigation espagnole, dont on perd la trace après 1524. Trente ans plus tard, en 1554, l’amiral ottoman Seydi Ali Reis, dans le Kitab ül Muhit, « Le Livre de l’Océan », écrit ceci :

À une époque antérieure, pendant que le défunt Ibrahim Pacha était ministre, un navigateur portugais très habile est venu à Istanbul, le domaine bien protégé du sultan. Il s’est soumis à la haute majesté du Padisha, et comme il était particulièrement ingénieux dans l’art de naviguer et avait de grandes connaissances en navigation astronomique, on lui a octroyé un salaire. Ce fut auprès de lui que j’ai obtenu les informations mentionnées, lui qui avait traversé le détroit de Magellan, continué à naviguer vers la Terre de Feu, et gagné le Portugal en passant par l’extrémité méridionale en doublant le cap de Bonne-Espérance3.

Pigafetta n’était pas portugais, mais il n’est pas impossible qu’il y ait eu méprise.

Quoi qu’il en soit, cette carte hémisphérique du monde qui montrait la possibilité d’une circumnavigation et qui, par sa présence probable à bord d’un des navires de l’expédition, portait la trace de cet acte, était infiniment plus précieuse qu’elle n’en donne l’air aujourd’hui. Elle méritait que l’Empire ottoman, menacé géographiquement par l’expansion nouvelle des royaumes ibériques, se la procurât, d’une manière ou d’une autre4.


La représentation du monde

La sphéricité du globe terrestre avait déjà été représentée, mais le choix de Pedro Reinel d’une double projection polaire pour cartographier les deux hémisphères était révolutionnaire, au sens littéral du mot. Ce type de projection était en effet le plus à même de représenter la possibilité de faire le tour du monde par l’absence de coupure Est-Ouest. Cependant, il est resté rare et nous demeure peu familier.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 21, traduire la carte du monde. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 17, témoigner de navigations impériales.

L’ordonnancement du monde

À peine l’espace global a-t-il été appréhendé que les puissances chrétiennes d’Europe se le sont accaparé. Le globe a été immédiatement perçu comme le Monde, le champ clos de leurs rivalités. Il fallut donc pour la papauté, en quête, parfois, de paix, les contenir et en fixer les limites par des grandes lignes globales. Mais c’était sans compter sur les puissances non européennes, qui n’avaient aucune raison d’accepter cet accaparement.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 20, gouverner à distance. Si vous allez à rebours, avancez jusqu’au chapitre 14, quand l’ordre du monde eufrasien était musulman.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (19 mai 2022). Chapitre 19. 1521/1522 – Le tour du monde d’une carte. Carnets de géohistoire. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p00r


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.