Chapitre 18. 146* – Un Inca dans le Pacifique

PEDRO SARMIENTO DE GAMBOA (ca 1530-1592) est l’auteur d’une Historia de los Incas, « histoire des Incas », écrite à la demande du vice-roi du Pérou Francisco de Toledo1. La lecture publique en fut faite le 29 février et le 1er mars 1572, après quoi le manuscrit fut remis à un garde pour être envoyé au roi d’Espagne Philippe II. L’auteur revenait de loin. Né, peut-être, à Alcalá de Henares, près de Madrid, il combattit d’abord dans les armées de Charles Quint au début des années 1550, avant de s’embarquer pour le Nouveau Monde, où on le retrouve en 1555 dans les geôles de l’Inquisition à Puebla. Accusé d’user de pratiques magiques, il n’en fut pas moins libéré et partit plus loin, vers le sud. Au Chiapas d’abord, puis au Pérou, en 1559. Il y fréquenta la cour du vice-roi don Diego López de Zúñiga y Velasco, qui finit assassiné dans les rues de Lima en 1564. Sarmiento fut à nouveau arrêté par l’Inquisition, pour la possession d’anneaux magiques et d’écrits à l’encre sympathique – pour peu, on le croirait échappé d’un roman d’Umberto Eco. Il s’était confié à un dominicain, Francisco de la Cruz, féru lui aussi de pratiques occultistes, mais compagnon peu recommandable sans doute car il avait fui l’Espagne et l’Inquisition. Mais comme l’a magnifiquement montré Romain Bertrand, le XVIe siècle est aussi l’époque de la mondialisation de ce Saint Office2. Francisco de la Cruz fut rattrapé à Lima, jugé, et finalement exécuté en 1574. Sarmiento de Gamboa, inquiété, sauva sa tête en témoignant contre son ancien compère, mais il fut condamné au bannissement perpétuel des Indes et enfermé dans un monastère en attendant un navire qui le ramènerait en Espagne. 1567, coup de théâtre, Sarmiento fut libéré sur l’intervention de Lope García de Castro, qui assurait par intérim la fonction de vice-roi du Pérou. À en croire Sarmiento de Gamboa lui-même, cette grâce lui était accordée pour découvrir au nom de Sa Majesté « les nombreuses îles et les grandes terres qui se trouvent dans la mer du Sud3 ». Fabulation ? Peut-être. Toujours est-il que depuis 1565, une petite révolution avait eu lieu dans le Pacifique : Andrés de Urdaneta était parvenu à réaliser le tornaviaje, le voyage retour depuis les Philippines jusqu’à Acapulco. Or toutes les expéditions avaient jusqu’alors été organisées à partir du Mexique. Le viceroi se laissa convaincre de soutenir une entreprise à partir du Pérou.

Quelles sont ces îles de la « mer du Sud », de l’océan Pacifique ? Dans son Histoire des Incas, Sarmiento rapportait le récit d’une expédition maritime menée par l’Inca Tupac Yupanqui (1471- 1493). Sous le règne de son père, l’Inca Pachacuti Yupanqui (1438- 1471), il fut mis à la tête de l’armée et contribua à l’expansion de l’empire. Après la naissance de son fils, il combattit les Indiens Huancavelicas, qui se trouvaient au nord-ouest de Cuzco. Il mena la guerre longtemps, dans les montagnes mais aussi sur mer, le long de la côte, de Tumbes à Manta, dans l’actuel Équateur. Mais, alors qu’il venait de s’emparer de l’île de Tumbes, peut-être celle dite de Puna aujourd’hui, des marchands arrivèrent de l’ouest sur des balsas. Ils
se disaient venir d’îles appelées Avachumbi et Ninachumbi, où il y avait, selon eux, beaucoup de gens et d’or. Tupac Yupanqui, toujours insatisfait, entreprit de partir encore plus loin, à la conquête de ces îles. Là, Sarmiento de Gamboa se montre très critique à l’encontre de Tupac Yupanqui et lui reproche sa crédulité – ce qui est piquant lorsqu’on connaît le personnage. Au lieu d’interroger plus avant ces marchands, Tupac Yupanqui se fia à un nécromancien, Antarqui, qui prétendait pouvoir voler dans les airs et visiter ces îles, et qui confirma ainsi les dires des marchands. Tupac Yupanqui se décida alors à faire construire une grande flotte de balsas sur laquelle il embarqua 20 000 hommes. Il navigua jusqu’à ces îles et en revint, ramenant des hommes noirs, de l’or, une chaise en métal, une peau et une mâchoire de cheval. La durée de cette expédition fut de neuf mois, mais d’autres disent un an ; et durant tout ce temps, tout le monde le crut mort. Sarmiento de Gamboa conclut en affirmant que ces trophées furent conservés dans la forteresse de Cuzco jusqu’à la venue des Espagnols et qu’au moment où il écrivait, un Inca, Urco Huaranco, avait toujours la charge de cette peau de cheval. « Je le précise car à ceux qui ne connaissent rien sur les Indiens cela paraîtra une chose étrange et difficile à croire4. »

Le récit, quoiqu’on le retrouve sous une forme à peu près similaire dans l’ouvrage de Cabello Balboa, constitue un témoignage totalement isolé qu’on prendrait volontiers pour une légende, un de ces voyages imaginaires comme on en connaît d’autres. Certains ont proposé d’identifier ces îles comme étant celles des Galápagos. Pourtant, ce n’est pas du tout la piste que Sarmiento de Gamboa propose à la suite de son récit. Il ajoute en effet, en une sorte de codicille très laconique : « Ce sont les îles découvertes le 30 novembre 1567, à l’ouest, mais Álvaro de Mendaña, général de la flotte, n’a pas souhaité les occuper5. » Les îles dont il semble parler sont beaucoup plus loin, s’il faut comprendre qu’ils désignent ainsi les îles Salomon découvertes, et ainsi nommées, par Álvaro de Mendaña. Et de fait, ce serait plus logique puisque les îles Galápagos étaient inhabitées au XVe siècle, ce qui écarte toute possibilité d’arrivée de commerçants en provenance de ces îles. Inversement, les îles Salomon sont, pour le moins, très éloignées des côtes péruviennes. Celles-là sont à 1 200 kilomètres, celles-ci à 13 000 kilomètres. Or Sarmiento parle d’un peu plus de deux cents lieues marines, soit, si on compte la lieue à cinq kilomètres cinq cents, 1 100 kilomètres.

De son point de vue, la question importe peu, car l’important pour Sarmiento de Gamboa fut bien de mobiliser le récit de l’expédition de Tupac Yupanqui pour légitimer sa propre participation à l’expédition espagnole qui partit le 20 novembre 1567 de Callao. Quatre mois plus tard, en février 1568, ils touchaient terre. Álvaro de Mendaña pensait avoir atteint Ophir, où le roi Salomon s’approvisionnait en or – autre légende mobilisatrice –, d’où le nom donné à ces îles.

Étonnamment, les auteurs qui se sont penchés sur ce « mystérieux » voyage ont totalement délaissé la première partie du récit. Ils se sont interrogés sur la faisabilité de l’expédition de Tupac Yupanqui, mais ont oublié le fait qu’au point de départ, il y a l’arrivée de marchands venus de ces îles, qui plus est – mais cela pourrait être un effet de traduction – sur des balsas. Ce qui est évoqué à travers le récit de Sarmiento de Gamboa, ce n’est pas seulement l’aventure légendaire d’un roi inca, mais une interconnexion entre Tumbes et on ne sait quelles îles lointaines du Pacifique. Or ce récit est des plus improbables, à moins de comprendre que les marchands en question, qui débarquent à Tumbes, ne font en réalité que revenir à leur point de départ. Car on sait que la ville fut un centre de commerce maritime. C’est du moins ce que laisse deviner la capture d’un balsa en 1526 par un bateau piloté par Bartolomé Ruiz lors du second voyage de Pizarro, relatée par plusieurs sources.

Dans un bref récit traditionnellement attribué à Juan de Sámano et à Francisco López de Xerez, l’auteur anonyme décrit un navire de roseaux de trente tonneaux, avec une mâture, une voile de coton et une quille. Il transportait vingt personnes, et une riche cargaison : couronnes, diadèmes, bracelets, jambières, plastrons, couvertures de laine (de lama) et de coton, chemises, tuniques (aljulas), pantalons et autres vêtements dont la plupart très travaillés, très colorés – écarlates, cramoisis, bleus, jaunes… –, et décorés de figures d’oiseaux, d’animaux, de poissons, d’arbres. Ils avaient également une sorte de balance romaine pour peser l’or6. Pedro Cieza de León, dans ses Crónicas del Perú, s’appuyant sans doute sur un témoignage de Nicolás de Rivera, parle d’une relativement grande embarcation, assez pour être confondue, de loin, avec une caravelle, mais de seulement dix Indiens à bord – cinq hommes, trois femmes, deux garçons. Ceux-ci déclarèrent venir de Tumbes, plus au sud, ce qui est confirmé dans la suite du récit : lorsque les navires espagnols accostèrent sur l’île de Santa Clara, qui était dans la baie de Tumbes, ils se réjouirent de la reconnaître et dirent qu’ils étaient près de leur pays.

Par ailleurs, on connaît l’attrait qu’exerça l’or sur les conquistadores espagnols, mais quelle était la motivation de Tupac Yupanqui ?

Il fut un conquérant. Dès le règne de son père, il avait étendu l’empire jusqu’en Équateur, en remportant une série de victoires contre les peuples de la sierra entre Cuzco et Quito. Ensuite, il s’empara de l’empire côtier des Chimú et de toutes les richesses accumulées dans les mausolées et les palais de Chan Chan. Après avoir accédé au trône, il continua sa politique d’expansion et de conquêtes contre le royaume des Chincha. Malgré la résistance des Anti à l’est, des Chiriguano et des Mapuche au sud, il étendit son royaume jusqu’à la vallée du fleuve Maule. Le nom quechua de l’Empire inca, Tawantinsuyu, signifie, littéralement, « les quatre bandes réunies », c’est-à-dire « l’empire des quatre directions ». Il exprime une vision topologique du territoire impérial en fonction des quatre routes principales qui partaient de Cuzco et qui structuraient l’empire, reliant le centre aux périphéries progressivement intégrées : la « bande des Chincha » (Chinchaysuyu), vers le nord-ouest, la « bande des Kunti », vers le sud-ouest, la « bande des Qulla », vers le sud, et la « bande des Anti », vers l’est – Anti, dont le nom a donné, sous une forme dérivée, celui des Andes.

L’expédition maritime au cours de laquelle Tupac Yupanqui disparut s’inscrivait pleinement dans cette logique. Elle poursuivait cet empire réticulaire dans l’océan. Plus d’un conquérant se refusa à voir ainsi la nature borner son empire, à ses risques et périls.


L’outrepassement du monde

La venue d’hommes d’au-delà l’horizon ne pouvait qu’inciter à vouloir franchir celui-ci, fût-ce l’océan lui-même. Tupac Yupanqui, Inca conquérant, n’aurait pas hésité à s’élancer vers des îles inconnues, dont il serait revenu. L’expédition ne fut pas réitérée, mais le récit en demeura et mobilisa un siècle plus tard les Espagnols pour s’aventurer à leur tour. Ce qu’avait rapporté Tupac Yupanqui était peut-être insuffisant pour motiver une nouvelle expédition ; les Européens suppléèrent à cela par des légendes d’or : la quête d’Ophir était un puissant motif pour s’aventurer en un océan inconnu.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 22, collecter l’exotique. Si vous allez à rebours, avancez jusqu’au chapitre 14, parcourir le monde d’un bout à l’autre de l’Eufrasie.

Le rétrécissement du monde

L’océan Pacifique est le plus large du globe. Il fut une barrière à l’histoire des hommes. Il ne faudrait cependant pas en ignorer tout, y compris l’expédition de Tupac Yupanqui, malgré sa dimension légendaire. En tout cas, certains conquistadores lui donnèrent du crédit lorsqu’ils découvrirent des îles à l’ouest du Pérou.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 23, de l’autre côté du Pacifique. Si vous allez à rebours, avancez jusqu’au chapitre 17, dans l’océan Indien.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (19 mai 2022). Chapitre 18. 146* – Un Inca dans le Pacifique. Carnets de géohistoire. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p00q


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.