Chapitre 17. 1405/1431 – Mais qui a donc vu passer Zheng He ?

LES GRANDES NAVIGATIONS CHINOISES du premier tiers du XVe siècle sont un lieu commun de l’histoire globale. Elles interpellent le lecteur occidental qui voit là un pendant aux « grandes découvertes » européennes, mais tandis que celles-ci auraient révolutionné l’histoire du monde, celles-là ne seraient qu’un non-événement où le grandiose de l’expédition n’égalerait que le vide de conséquences. Il y a là sans doute une grande bifurcation et on peut se plaire à imaginer un futur dans le passé duquel des navires chinois auraient contourné l’Afrique et seraient arrivés à Lisbonne – sans céder pour autant aux histoires de pacotille dans lesquelles les marins chinois auraient même effectué le tour du globe.

Le problème majeur, ne le cachons pas, est la destruction de la plus grande partie des archives portant sur les sept grandes expéditions menées par l’eunuque Zheng He entre 1405 et 1431. Parmi les textes préservés demeure, cependant, l’ouvrage de Ma Huan, le Ying-yai Sheng-lan, « L’étude globale des rivages des océans ». Ma Huan participa personnellement à la septième et dernière des grandes expéditions vers les « mers occidentales » en 1431-1433, et notamment à l’expédition secondaire déléguée par Zheng He vers La Mecque.

En la cinquième année du règne de Hsuän-te [Xuande, 1430], un ordre de la cour impériale fut reçu enjoignant le grand eunuque Cheng Ho et d’autres de gagner tous les pays étrangers pour y lire les décrets impériaux et accorder des récompenses.

Lorsqu’une partie de la flotte atteignit le pays de Ku-li [Calicut], le grand eunuque Hung vit que ce pays envoyait des hommes pour voyager jusqu’ici ; sur ce, il choisit un interprète et d’autres personnes, sept hommes en tout, et les envoya avec un chargement de musc, d’objets en porcelaine, et d’autres choses ; ils joignirent un bateau de ce pays et partirent-là-bas. Cela leur prit un an d’aller et revenir.

Le roi du pays de Mo-chi’eh [La Mecque] dépêcha également des envoyés qui portèrent quelques articles locaux, accompagnèrent les sept hommes, dont l’interprète, qui avaient été envoyés là-bas, et présentèrent les objets à la cour1.

Ma Huan décrit l’Arabie comme un pays très religieux, où les hommes enturbannent leurs têtes, portent des vêtements longs, et où les femmes sont voilées de manière à ce qu’on ne puisse pas voir leur visage, où la loi interdit de boire du vin et où il n’y a aucune famille misérable. Il mentionne également la mosquée de la Kaaba. Rien, toutefois, ne laisse entendre qu’il ait été lui-même musulman, contrairement à Zheng He, dont on dit souvent, à tort, qu’il fit le pèlerinage.

On a pu se gausser de ces Européens, au XVIIe siècle, revenant des Indes en héros quand ils ne s’y étaient comportés que comme des bandits. On pourrait penser à ces marchands romains qui semblent s’être présentés à la cour impériale chinoise comme des ambassadeurs d’un empereur romain qui en ignorait probablement l’existence. Mais qu’en est-il de ces expéditions chinoises qui avaient tout le lustre de l’Empire Ming ? On devrait bien trouver des témoins de leur passage dans les sources arabes ou persanes, voire européennes. Il serait étonnant qu’elles soient passées inaperçues.

***

En 1431/1432, l’historien égyptien Ahmad al-Maqrīzī (1364-1442), dans un mémoire sur les relations des princes mamelouks avec l’Inde, raconte l’arrivée de deux jonques chinoises, chargées de porcelaine, de soie, de musc et autres marchandises de valeur2. Elles n’avaient pas pu faire affaire au Yémen, ruiné, et remontèrent la mer Rouge jusqu’à Jedda. Le fait était nouveau et demandait l’autorisation du sultan. L’émir de La Mecque, Abū al-Barakāt ibn Hasan, et l’inspecteur de Jedda, Sa’ad al-Dīn Ibrāhīm, arguèrent l’importance des revenus que le commerce avec les Chinois lui procurerait. Le sultan leur accorda la permission qu’ils avaient demandée, en leur enjoignant de les recevoir avec toutes sortes d’honneurs.

Ces jonques, dont la venue est présentée par al-Maqrīzī comme accidentelle, font-elles partie de la septième et dernière expédition de l’amiral chinois Zheng He ? Il est difficile de l’affirmer, car rien ne semble indiquer une relation de type diplomatique.

Ma Huan écrit que les sept Chinois qui sont parvenus à Jedda et à La Mecque ont voyagé sur des navires indiens, ou arabes (le texte est un peu flou) ; il ne mentionne pas de jonques chinoises. Pourtant, le reste du texte d’al-Maqrīzī correspond de façon assez juste au fait que les Chinois qui parviennent à Jedda font partie d’un groupe plus vaste arrivé à Calicut. Il explique également les raisons de cette excursion : les difficultés que traversent alors le Yémen, et qu’Éric Vallet fait remonter aux années 1360-13803. Mais pour le reste rien ne vient dénoter l’exceptionnel, le surprenant qu’on aimerait pouvoir accorder à ces expéditions chinoises. Les Chinois arrivant à Jedda ne sont pas les Européens débarquant dans le Nouveau Monde. Nul choc des civilisations. L’événement a lieu dans le système eufrasien, les liens dans l’océan Indien ont été noués depuis des siècles. Comme l’écrivait déjà le voyageur arabe Ibn Battūta, qui passa à Calicut à plusieurs reprises dans les années 1340 : c’est

un des grands ports du Malabar où abondent les navires en provenance de la Chine, de Java, de Ceylan, des Maldives, du Yémen et du Fars [Perse] et où se réunissent les marchandises de tous les horizons car c’est un des plus grands ports du monde4.

Au-delà de la question du non-étonnement, un point mérite explication : pourquoi les navigateurs chinois n’ont-ils pas atteint l’isthme central de l’Eufrasie ? Tout d’abord, Ahmad al-Maqrīzī le souligne bien : le principal port en relation avec les ports indiens était Aden. C’était là que se faisait la connexion entre deux systèmes de réseau. Mais le Yémen était alors ruiné, ce qui obligea les navigateurs chinois à poursuivre leur route à l’intérieur de la mer Rouge. Or le principal port, il y avait peu de temps encore, « un des ports les plus fréquentés qui fussent au monde » était celui d’Aydhab, situé sur la côte égyptienne, mais il fut détruit en 1426. Arrivés au point extrême du réseau commercial maritime de l’océan Indien, les marchands chinois ne purent découvrir l’existence d’un isthme qui aurait été la porte vers la Méditerranée et vers l’Europe. Mais là où
on voit aujourd’hui un isthme, une mince barrière entre deux mers, il faut imaginer un véritable espace tampon faisant obstacle entre deux mondes. C’est cette distance que n’ont pas franchie les jonques chinoises, et à cause de laquelle leur présence aux bornes de la « Très Grande Méditerranée » braudélienne est passée inaperçue.

***

Toutefois, de cette présence chinoise sur les rives occidentales de l’océan Indien, il y a peut-être un autre témoignage, lointain, confus, recueilli par un espion bourguignon dans une taverne de Constantinople auprès d’un missionnaire napolitain revenu du royaume du Prêtre Jean au fin fond de l’Afrique, et couché par écrit vingt ans plus tard… A priori, une histoire peu crédible, encore une de ces merveilles d’un Orient fabulé ; et pourtant.

Bertrandon de La Broquière, écuyer tranchant du duc de Bourgogne, homme de confiance, fut envoyé au Levant en 1432-1433 pour y collecter secrètement des informations. Alors qu’il revenait par voie de terre, à Pere, dans cette ville proche de Constantinople où se retrouvaient nombre de marchands et de voyageurs européens, Bertrandon de La Broquière rencontra un Napolitain qui lui raconta qu’il avait été avec un Français et un Espagnol au « pays du Prêtre Jean », c’est-à-dire dans le royaume d’Éthiopie, où ils avaient vécu quelque temps, aux alentours de l’année 1430. Or, parmi toutes ses histoires, il y a celle-ci :

Item, me dit qu’il [le roi d’Éthiopie] fait toujours la guerre contre un grand seigneur qui est près de son pays, devers le soleil levant, lequel ils nomment Chinemachin, et nous l’appelons le Grand Can. […]
Item, me dit que ce grand seigneur que l’on nomme Chinemachin a bien huit mille grosses naves trop grosses qu’il n’y a nulle part deçà ; et qu’en son pays se trouvent les pierres précieuses et les épices et les autres merveilles qu’Alexandre raconte5.

Deux éléments interpellent. Le premier est la mention de très gros navires, comme il n’y en a pas en Europe et en Méditerranée, ce qui correspond à une réalité : les navires chinois sont exceptionnellement grands, et plus particulièrement ceux des expéditions de Zheng He. Le deuxième est le terme de Chinemachin, qui existe en arabe pour désigner la Chine, et que Bertrandon de La Broquière traduit par « Grand Khan », qui provient, lui, des langues altaïques et qui renvoie à l’époque de la domination mongole sur la Chine, donc avant 1368. Avec ce double biais linguistique, on a ainsi une illustration, à une époque où l’Eufrasie fonctionne encore comme un archipel de mondes, des deux grandes voies de mise en relation de l’Europe et de la Chine, soit par les steppes de l’Asie centrale, soit par les mers du Sud.

En revanche, il ne semble pas y avoir eu de guerre entre l’Empire chinois et l’Éthiopie, mais on sait qu’effectivement, les navires de la flotte chinoise eurent à faire usage de la force devant certains ports de la Corne de l’Afrique. Il se pourrait que ce texte en soit l’écho lointain.

***

Il existe un troisième document qui pourrait porter la trace de ces voyages : la carte de Fra Mauro. « Frère Maur » était vénitien. Au milieu du XVe siècle, à la demande du roi Alphonse V de Portugal, il réalisa une très grande carte circulaire, d’environ deux mètres de diamètre. Achevée en 1459, elle fut envoyée au commanditaire ; elle a disparu. Heureusement pour nous, Fra Mauro en avait fait une copie pour la république de Venise, conservée aujourd’hui à la Biblioteca Marciana. Cette carte impressionne, de par sa taille, mais aussi par le fourmillement d’informations, ainsi que par quelques petites choses étonnantes.

Fra Mauro, 1459 (Museo Galileo).

D’abord, sous l’influence de la cartographie arabe, elle est orientée vers le sud.

Ensuite, l’Afrique est représentée sous une forme qui se rapproche de la réalité à une époque où personne n’en a fait le tour. Mais Fra Mauro anticipe toute critique. Qui oserait remettre en question le témoignage des marins portugais qui se sont élancés le long de la côte atlantique de l’Afrique en direction du Sud-Ouest, atteignant la longitude de Tunis, voire, selon eux, d’Alexandrie ? Il cite également la référence classique en matière de circumnavigabilité de l’Afrique : la Cosmographie de Pomponius Mela, dans laquelle il est question d’un certain Eudoxe qui aurait fui un roi d’Arabie et aurait navigué jusqu’à Gadès en passant par le sud. Il n’y avait aucun doute pour lui que la mer d’Inde était un océan, et non une mer fermée, voire stagnante, « che quel mar indiano sia occeano e non stagnon6 ».

Enfin, tout en haut, il y a un petit bateau dessiné, un parmi d’autres disséminés sur toutes les mers, mais celui-ci interpelle. Coincé entre la côte de l’Afrique et le rebord de la carte, il semble naviguer vers la pointe méridionale de l’Afrique. Il est accompagné par un commentaire relativement long, qui commence ainsi :

Autour de l’année 1420, un bateau, ou jonque, d’Inde a traversé l’océan Indien vers l’île des Hommes et l’île des Femmes, au-delà du cap Diab, entre l’île Verte et les ténèbres. Il a navigué pendant quarante jours en direction du sud-ouest sans trouver autre chose que du vent et de l’eau7.

Quelle est cette jonque (çoncho) ? Il est très tentant, encore une fois, d’y voir un écho d’une des expéditions menées par Zheng He. Mais rien ne permet de l’affirmer ; l’histoire est pleine de marins égarés.

***

Nous sommes donc tenus d’en revenir à ce constat étonnant. Des expéditions de Zheng He jusqu’aux abords de l’isthme eufrasien, il n’existerait aucun témoignage assuré autre que les sources chinoises. Le monde était décidément très épais. C’est ainsi qu’on peut lire un autre document chinois, une sorte de carte, reproduite deux siècles plus tard dans le Wubei Zhi, un traité militaire publié en 1621 par Mao Yuanyi. Celui-ci explique, faisant explicitement référence à Zheng He :

Ses cartes enregistrent scrupuleusement et correctement les distances des routes et des différents pays et je les ai insérées pour que la postérité les connaisse, comme mémento de ses réalisations militaires8.

Ces cartes peuvent paraître assez sommaires, peu respectueuses de la topographie et des distances. Il s’agirait plutôt d’une sorte de diorama avec des pays présentés de profil et avec des indications maritimes, comme les caps à suivre, les distances à parcourir, la hauteur des étoiles, parfois des profondeurs à la sonde. On y trouve ainsi une représentation de l’océan Indien, avec les côtes de l’Arabie et de l’Afrique orientale. On identifie clairement certains toponymes : adan, Aden, dont le nom est inscrit dans un cartouche distinctif, man-ba-sa, Mombasa, ou ma-lin-di, Malindi (plutôt le pays et non la ville). Ces côtes apparaissent comme une limite infranchissable, en tout cas infranchie, malgré une sorte de passage, entre Arabie et Afrique, mais vers nulle part. Même s’il est difficile d’établir leur origine précise, ces planches n’en restent pas moins uniques comme témoignages des connaissances géographiques et maritimes de l’époque Ming.

Mao Yuanyi, Wubei Zhi, 1621.

La représentation du monde

Zheng He n’a laissé aucune carte. Les sept grandes expéditions n’avaient pas de motivation cartographique. Il ne s’élançait pas vers de nouveaux mondes. Il n’y a pas eu de « grandes découvertes » chinoises et quasiment tous les documents relatifs à ces expéditions maritimes ont été délibérément détruits. N’en est resté que deux récits assez laconiques et une sorte de diorama ou de cartogramme.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 19, faire le tour du monde sur une carte. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 15, mettre le monde en une feuille.

Le rétrécissement du monde

Les expéditions de Zheng He n’ont pas atteint l’Amérique, elles n’ont pas fait le tour de l’Afrique, ni même traversé l’isthme de Suez. Celui-ci est resté une barrière majeure entre les deux faces de l’Eufrasie, vaste continent, épaisseur du monde. Il n’y a aucun désenclavement planétaire.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 18, partir loin dans le Pacifique. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 16, assister à la déconnexion d’un monde.

Sommaire


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (19 mai 2022). Chapitre 17. 1405/1431 – Mais qui a donc vu passer Zheng He ? Carnets de géohistoire. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p00p


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.