Chapitre 16. 1405 – La mort de Tamerlan

TAMERLAN, TIMUR LANG EN PERSAN, fonda un immense empire, il fut l’amir al-kabir, le « grand prince ». De Samarkand, en 1369, il multiplia les conquêtes vers la Russie, où il prit Moscou en 1382, vers la Perse, où il s’empara de Herat en 1383, d’Ispahan en 1387, de Chiraz en 1393, vers l’Inde, où il organisa le saccage de Delhi en 1398, vers la Syrie, où la population d’Alep et de Damas fut massacrée en 1400, vers l’Irak, où il envahit Bagdad en 1401, vers l’Anatolie, où il fit prisonnier le sultan ottoman Bayezid Ier à la bataille d’Ankara en 1402, vers la Chine, sur le chemin de laquelle il mourut en 1405. Le nombre des victimes des guerres menées par Tamerlan s’élève à plusieurs millions. À l’aune de ces massacres, c’est peu dire qu’il est difficile, a priori, de le considérer comme un acteur majeur d’une mondialisation. Pourtant, d’un lieu central, n’a-t-il pas touché de ses bras les deux extrémités de l’Eurasie ?

En juin 1403, arriva à Paris un dominicain, Jean, originaire de Sultâniyyeh, en Iran, et porteur d’une lettre que Tamerlan adresserait au malik rādifransā, littéralement au « roi Radifransa ». La tautologie, où le titre de « roi de France » tient lieu de nom propre, interpelle, et ce n’est pas la seule étrangeté. Silvestre de Sacy, qui a édité le premier cette lettre en 18221, signale que ce n’est pas un cas unique. Parmi d’autres exemples, celui de Abū-l Fida qui appelle Saint Louis « reidafrans », et qui validerait ainsi la lettre, au demeurant en bonne place sur le site Internet du ministère de la Culture parmi les « Grands documents de l’histoire de France ». Il s’avère aujourd’hui, d’après Abolala Soudavar, que c’est très probablement une imposture2. Ce qui ne change rien à l’affaire, sinon de mieux mettre en évidence l’attrait que ce monarque a pu susciter. Si
les chancelleries européennes ont voulu croire à ce pseudo-ambassadeur qui alla de cour en cour, c’est que Tamerlan était un allié en puissance contre les Ottomans, après la victoire d’Ankara de 1402. Aussi, Charles VI répondit que commercer, malgré les divergences
de religion, « ne répugnait ni à la loi ni à la foi3 ».

De fait, au creux des victoires turco-mongoles, les relations commerciales furent un pan important de la Pax mongolica du XIIIe siècle que Tamerlan chercha à reproduire. Ruy Gonzáles de Clavijo, qui se rendit auprès de Tamerlan au nom du roi d’Espagne Henri III, écrit :

Samarkand reçoit sans cesse beaucoup de marchandises qui viennent de nombreuses contrées. De Russie et de Tartarie lui arrivent des cuirs et des toiles, du Cathay des tissus de soie, qui sont les meilleurs dans cette partie du monde, en particulier les satins bruts. Du Cathay arrivent aussi du musc, que l’on trouve seulement là, des rubis et des diamants, qui sont abondants en ces régions qui les produisent, des perles, de la rhubarbe et d’autres épices. […] L’Inde envoie à Samarkand des épices fines qui sont les meilleures de cette catégorie, ainsi que des noix de muscade, des clous de girofle, du macis, de la fleur de cannelle, du gingembre, de la cinnamome et du « magna », et d’autres espèces [épices] encore que l’on ne trouve pas sur le marché d’Alexandrie4

– Alexandrie étant considérée par les Européens, depuis au moins deux siècles, comme le port de référence, le lieu de confluence de tous les produits d’Occident et d’Orient.

Mais ce commerce s’inscrivait dans un ordre diplomatique et le témoignage de Clavijo est aussi intéressant par la mention d’autres ambassades venues de divers pays de l’Eufrasie, révélant l’ampleur de la polarisation exercée par la puissance mongole à l’apogée du règne de Tamerlan. Sur le chemin, à Khoy, dans le Nord-Ouest de l’Iran, l’ambassade espagnole rencontra l’ambassadeur envoyé par le sultan mamelouk du Caire, avec vingt chevaux et quinze chameaux chargés de présents à destination de Tamerlan, ainsi que six autruches et « un animal que l’on appelle girafe5 », étrange animal au cou étonnamment long. Plus tard, à Samarkand, alors que Tamerlan recevait l’ambassade d’Égypte et l’ambassade d’Espagne, se trouvait également l’ambassade chinoise. Ce qui donna lieu à une petite scène d’humiliation diplomatique savamment orchestrée par Tamerlan :

Les dignitaires qui nous tenaient par les bras nous y firent asseoir, à une place qui se trouvait plus basse que celle qu’occupait un ambassadeur envoyé à Timour Beg par l’empereur de Cathay Chiscant, pour lui réclamer le tribut qu’il lui donnait chaque année. […] Quand nous fûmes assis, le conseiller de Timour Beg vint dire à l’ambassadeur du Cathay que le maître avait ordonné que les ambassadeurs du roi d’Espagne, son fils et son ami, soient placés au-dessus de lui et que lui, l’ambassadeur d’un voleur, d’un mauvais homme, son ennemi, soit placé plus bas, et que le maître avait décidé de le faire pendre prochainement, afin que nul n’ait l’audace de revenir avec une telle ambassade6.

Et Clavijo précise :

Cet empereur du Cathay s’appelle Chiscano, ce qui veut dire « empereur des neuf empires » ; les Tchaghatay lui donnent le nom de tongouz, ou « empereur porc », pour l’insulter. C’est le souverain d’un vaste territoire à qui Timour Beg payait tribut, mais maintenant il ne voulait plus le faire.

Les relations avec la Chine ne furent pas toujours ainsi. Selon le Mingshi, vaste compilation officielle de l’histoire des Ming publiée en 1739, l’empereur Hongwu [r. 1368-1398], désireux d’établir des relations régulières avec les « pays de l’Ouest », Xiyu, avait envoyé à plusieurs reprises des émissaires pour inviter les princes de ces pays lointains à dépêcher des ambassades. C’est ainsi qu’« en 1387, durant le quatrième mois, un musulman du nom de Man-la Ha-feize [Maulānā āfi ?], arriva à la capitale chinoise comme envoyé de Tie-mu-er. Il apportait un tribut de quinze chevaux et deux chameaux, et fut bien traité et récompensé7 ». Dès lors, chaque année, « Sa-ma-r-rhan [Samarkand] envoya un tribut de chevaux et de chameaux ». Mais, signe de l’enrichissement et de la montée en puissance de l’Empire turco-mongol, en 1392, le tribut était constitué de pièces de divers tissus, pas toujours clairement identifiés, de couteaux et d’épées, d’armures. En 1394, une nouvelle ambassade amenait deux cents chevaux à l’empereur, ainsi qu’une lettre de Tamerlan :

Je m’adresse respectueusement à Votre Majesté, grand Empereur Ming, à qui le Ciel a conféré le pouvoir de régner sur la Chine. La gloire de votre charité et de vos vertus s’est répandue sur le monde entier. Les peuples prospèrent par votre grâce, et tous les royaumes lèvent leurs yeux vers votre reconnaissance. […] Moi, Tie-mu-re, bien que distant de mille li de Votre Majesté, ai aussi entendu parler de vos grandes vertus, surpassant toutes celles qui ont été vues avant. Les nations qui n’avaient jamais été soumises, maintenant reconnaissent votre suprématie, et même les royaumes les plus reculés, pris dans l’obscurité, sont désormais éclairés. […] Votre Majesté a gracieusement permis aux marchands des pays éloignés de venir en Chine et d’y commercer. Les ambassadeurs étrangers ont eu la chance d’admirer la prospérité et la force de votre puissance, comme s’ils étaient sortis brusquement de la nuit et avaient vu la lumière du Ciel8.

L’année suivante, l’empereur chinois envoya un ambassadeur, An Chi Tao, avec des présents et une lettre. En 1396, Tamerlan fit parvenir un tribut de mille chevaux. Mais l’ambassade envoyée à Samarkand par le nouvel empereur Ming, Yongle [r. 1402-1424], au début de son règne, ne revint que des années plus tard, en 1407, expliquant qu’elle avait été retenue parce que Tamerlan refusait de payer un tribut. Entre-temps, les renseignements avaient indiqué que celui-ci avait rassemblé des troupes et s’apprêtait à attaquer la Chine.

Mais en 1405, Tamerlan mourut ; et son empire s’effondra. Dans l’ouvrage que Charaf al-Dīn ’Alī Yazdī (mort en 1454) a consacré au grand conquérant, le Zafar nameh, la « chronique des victoires », traduit en français en 1722 par François Pétis de La Croix, l’historien persan conclut en faisant l’apologie de l’œuvre de Tamerlan :

Outre ces grandes et continuelles occupations à la guerre et au gouvernement, il est resté tant de monuments de son ambition et de sa magnificence, tant de villes, de villages, de châteaux, de murailles de villes qu’il a fait bâtir, de fleuves et de canaux qu’il a fait creuser, et ses œuvres de piété, tant de mosquées, de chapelles, d’hôpitaux, de ponts, de palais, de monastères, de jardins, vignes, et maisons de plaisance, qu’il a érigés en divers lieux de l’Asie […]. Tous ces caravansérails qui sont sur les routes de toute l’Asie pour la commodité des voyageurs, ces monastères et ces hôpitaux si bien fondés, dont les pauvres, les malades et les voyageurs tirent de si grandes utilités par les aumônes qui y sont distribuées, ne sont-ce pas des biens publics et des bonnes œuvres de ce pieux empereur, qui en goûte à présent les fruits dans l’éternité9 ?


Pourtant, cette construction impériale, en tant qu’espace-monde, ne semble pas avoir été longue à se fissurer dans les rivalités entre les descendants de Tamerlan.

Pero Tafur, autre voyageur espagnol, à l’occasion diplomate au service du roi Jean II de Castille, ne quitta pas l’orbe du bassin méditerranéen, mais en 1437, alors qu’il était en Égypte, au monastère Sainte-Catherine, il fit la rencontre de Niccolò de Conti, et l’accompagna jusqu’au Caire. Quinze ans plus tard, Pero Tafur relata ses voyages et rapporta ce que lui aurait dit le marchand italien :

Sache qu’au temps où Tamerlan régnait, je me suis rendu à Alexandrie avec un certain capital venant de mon père ; de là, j’ai décidé d’aller à Babylone [Le Caire] et à cause de la mauvaise administration de mes biens et du peu de jugement dû à mon âge, car je n’avais que dix-huit ans, j’ai perdu tout ce que je possédais. Aussi, avec grand désespoir et la honte de ne pouvoir rentrer dans ma patrie, je suis allé là où Tamerlan allait et je suis resté un an à sa cour. De là, j’ai cherché le moyen de passer en Inde et je l’ai trouvé, car à cette époque tout était sûr, [Tamerlan] dominant toute l’Inde jusqu’à la mer Majeure. Et lorsque je suis arrivé en Inde, je suis allé voir le Prêtre Jean, qui m’a très bien reçu et m’a accordé de nombreuses faveurs ; ensuite, je me suis marié avec cette femme, et mes enfants sont nés là-bas, car cela fait quarante ans que je vis en Inde avec le grand désir de revenir dans ma patrie.

Ayant accumulé de grandes richesses, j’ai essayé, après la mort de Tamerlan et la fermeture de la route terrestre, de passer par la mer Rouge et de me rendre à La Mecque et à l’endroit où je me trouve aujourd’hui10.

L’expression résume le fait. 1405 n’est pas que la mort de Tamerlan. S’il s’agit d’une des dates les plus importantes de l’histoire de l’Eufrasie, c’est qu’elle symbolise la fin d’un possible : la construction d’un empire des steppes garantissant de façon durable les relations entre les différents pôles de puissance établis en Europe, au Machreq, en Inde et en Chine. C’est une bifurcation dans l’histoire globale, et c’est la raison pour laquelle John Darwin en fait le point initial d’un de ses ouvrages : After Tamerlane. The Global History of Empire since 140511.


Le tissage du monde


1405, année de déconnexion. La mort de Tamerlan marqua la fin de ces empires centraux. C’est une bifurcation dans l’histoire de l’Eufrasie. Dans les siècles suivants, la dynamique mondialisatrice vint ensuite d’une périphérie : l’Europe. Ce fut l’Océan global qui servirait dès lors de routes.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 20, relier les rives de l’océan Pacifique. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 15, déchiffrer les lignes d’une carte.

Le rétrécissement du monde

La fermeture de la route terrestre éloigna les deux extrémités de l’Eurasie. Les marchands européens durent chercher d’autres voies, mais non sans surprises. Le développement des explorations maritimes ouvrit la porte du désenclavement de l’espace planétaire.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 17, sillonner l’océan Indien. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 11, galoper dans les steppes d’Asie centrale.

Sommaire


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (18 mai 2022). Chapitre 16. 1405 – La mort de Tamerlan. Carnets de géohistoire. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p00o


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.