Chapitre 15. 1402 – Mettre le monde en une seule feuille

LA HONIL KANGNI YŎKTAE KUKTO CHI TO, la « Carte historique des pays et des régions réunies, et des capitales », désignée sous l’abréviation Kangnido, a été réalisée en 1402. Du moins, l’original. Car la copie la plus ancienne que nous en possédons, celle qui est conservée à la bibliothèque de l’université de Ryūkoku, au Japon, daterait des années 1470. Peinte sur soie, elle est d’un format assez grand, 164 sur 171 centimètres. En 1988, une seconde copie a été découverte dans le temple Honkōji à Shimabara, également au Japon. Peinte sur papier, elle est sensiblement plus grande, 220 sur 228 centimètres, et daterait du milieu du XVIe siècle.

Carte Kangnido, temple Honkōji à Shimabara.

La carte Kangnido pourrait presque nous paraître familière. D’abord, peut-être parce que le nord est « en haut ». Ensuite, parce que cette carte du monde n’est pas sans ressembler à des mappemondes médiévales européennes de la même époque, comme celle de Hereford ou plus encore celle de Fra Mauro. Mais à deux « détails » près.

Le premier est que la carte Kangnido s’inscrit dans un carré, quand les mappamundi, sauf très rares exceptions, privilégient le cercle, hérité de la cosmographie babylonienne, qu’avaient fait leur Homère et les géographes grecs. En Chine, en revanche, le monde est carré ; ou du moins est-il représenté ainsi, même si on le pense comme un jaune d’œuf dans un univers sphérique.

Pourtant, en regardant cette carte, on ne prête pas tant d’attention à cette configuration particulière. Peut-être parce que le monde, « l’Ancien », y apparaît dans son ensemble, malgré des lacunes et la déformation générale. Comme si ce monde était vu à travers une très grosse lentille fixée au-dessus de la Chine. L’Empire chinois s’impose, au milieu, avec la péninsule Coréenne, bien détaillée, tandis qu’au-delà, tout semble plus ou moins atrophié. L’Inde, péninsule quasi continentale, y est totalement aplatie, et l’Europe, rabougrie, n’y paraît que ce qu’elle est : une marge lointaine à l’extrême occident de l’Eufrasie.

Nonobstant une relative étrangeté qui fait que cette carte est bien une représentation du monde vu d’un lieu qui n’est pas le nôtre, elle a un air de famille ; et finalement, ce sont peut-être les points communs qui attirent l’attention et conduisent à penser que si la mappemonde asiatique a à voir avec la mappemonde européenne, ce n’est ni un hasard ni le simple impératif d’être tenu de représenter les mêmes configurations de la terre. De l’extrême occident à l’extrême orient de l’Eufrasie, il n’est pas absurde de penser que cette carte illustre la diffusion d’un savoir géographique en lien avec quelque histoire commune. De ce point de vue, l’argument le plus frappant est peut-être le schème du Nil.

Carte Kangnido, université de Ryūkoku

Sur la carte Kangnido, ce fleuve est représenté comme une série de cours d’eau coulant d’un massif montagneux, se jetant en deux lacs circulaires d’où sortent deux rivières qui se rejoignent en un troisième lac à partir duquel s’écoule un seul et unique fleuve. Or ce schème, très géométrique, se retrouve sur différentes cartes arabes, que ce soit la mappemonde circulaire d’al-Idrisī, au milieu du XIIe siècle, ou celle du Kitāb Gharā’ib al-funūn wa-mulaḥ al-‘uyūn, le « Livre des curiosités des sciences et des merveilles pour les yeux », daté du XIe siècle. Dans la Chrétienté latine, le Nil est représenté de la même manière sur la mappemonde réalisée par Pietro Vesconte au début du XIVe siècle pour l’ouvrage de Marino Sanuto, Liber secretorum fidelium cruces, ou sur les cartes plus tardives directement inspirées du manuscrit retrouvé de la Géographie de Ptolémée. Et pour cause, car c’est bien sa description qui est à l’origine de ce schème particulier. Ceci est donc bien la trace sur cette carte coréenne de l’influence de la cartographie arabe, elle-même
héritière, en l’occurrence, de la cartographie grecque.

Kitāb Gharāʼib al-funūn wa-mulaḥ al-ʻuyūn, la « Livre des curiosités des sciences et des merveilles pour les yeux », mns daté de 1190–1210 (Bodleian Libraries, University of Oxford).

Certes, on pourrait s’étonner, à juste raison, que sur la carte, le Nil se jette dans la mer Rouge. Pourtant, même cette erreur, aussi stupéfiant que cela puisse paraître, peut être trouvée sur certaines cartes arabes. Dans le manuscrit du Livre des curiosités, par exemple, seule une branche du Nil se jette dans la mer Rouge, ce qu’on pourrait considérer comme une trace de l’antique canal qui reliait le Nil à Qulzum.

Indépendamment de la configuration du Nil, ou bien de l’Euphrate, elle aussi empruntée à la cartographie arabe, les toponymes d’Afrique, d’Europe et d’Asie centrale, du moins ceux qui peuvent être interprétés, ont été adaptés de cartes arabes. En Afrique, Zhébù-l -hā-má, pour Jabāl al-Qamar, la « montagne de la lune » ou encore Hā-nà-yì-sī-wā, pour Khat al-īstiwa, l’équateur, sur la Honkōji Kangnido. On y trouve aussi Ma-ha-da-shu, pour Maq’adshāh/Maqadīshū, Mogadiscio, ou Fa-su, pour Fās, Fès. Dans la péninsule Arabique, clairement délimitée, les toponymes de Zhe-la, de Ma-he et de Ha-dan renvoient, avec plus ou moins de certitude, aux villes de Jedda, de La Mekke et d’Aden.

La mer Méditerranée est reconnaissable, mais déformée et surtout mal comprise semble-t-il par le cartographe qui l’a colorée en jaune comme les espaces terrestres. Toutefois, l’absence de toponymes et la configuration d’ensemble, malgré la déformation, ne laissent aucun doute sur cette identification. On devine les péninsules Ibérique et Italique, la mer Noire. Cependant, les traits de côte ont été confondus avec des cours d’eau et l’ensemble s’est brouillé. La Sicile et la Crète se retrouvent tels des lacs, tandis que le phare d’Alexandrie, représenté sous la forme d’une pagode élancée, est isolé au milieu de la terre ferme, comme la Sardaigne, Sa-ha-li-na. Il n’y a aucune compréhension géographique de cet espace, mais simple reproduction à l’autre bout de l’Eufrasie. Bel exemple de mondialisation par concaténation sans contact direct.

De la même manière, au milieu de l’Afrique, un lac, aussi gigantesque qu’improbable, interpelle. L’écriteau, Huang sha, « Sable jaune », sur une île centrale, ne fait que rajouter au trouble. On peut raisonnablement faire l’hypothèse inverse, à savoir que le cartographe a transformé en espace lacustre ce qui était initialement un espace terrestre, en l’occurrence désertique. Un cartouche, dans le « lac », pourrait correspondre à Sijilmassa : Xhi-zhi-li-tu-ma-si, ce qui confirmerait cette hypothèse.

Cependant, un des intérêts majeurs de la Kangnido tient aussi au fait d’avoir préservé la préface originale, écrite par Kwŏn Kŭn, et qui débute en insistant sur l’importance du travail de compilation effectué pour faire rentrer le monde entier en une seule feuille : « Le monde est très vaste. Nous ne savons combien de dizaines de millions de li il y a de la Chine, au milieu des quatre mers, jusqu’aux limites extérieures ; mais en compilant et en cartographiant sur une seule feuille plusieurs feuilles, il est en fait difficile d’être précis. C’est la raison pour laquelle les cartographes ont généralement été trop imprécis ou trop simplificateurs1. » L’objectif globalisant de cette carte est explicite : embrasser la totalité du monde d’un seul coup d’œil. « On peut connaître le monde sans passer cette porte. En regardant les cartes, on peut connaître les distances terrestres et aider au travail du gouvernement. »

Kwŏn Kŭn siégeait au conseil d’État (ŭijŏngbu), et la carte a été clairement conçue comme un instrument politique au service de la monarchie pendant qu’une écriture de l’histoire était mise en œuvre
pour intégrer la nouvelle dynastie dans la continuité des siècles passés. Sans surprise, la carte met l’accent sur la Corée, Chŏson, dont la capitale, Hansŏng, apparaît avec 329 comtés répertoriés. Tout autour, le long du littoral, des « bulles » indiquent les principales bases maritimes qui assuraient la protection du pays. La dynastie Chŏson a été fondée en 1392. Une carte du monde fut présentée au roi T’aejong en mai 1402 et la carte Kangnido fut achevée en octobre 1402 à partir de celle-ci. Mais la version conservée n’est pas l’originale. À partir de certains toponymes qui révèlent des changements ultérieurs, on a proposé la fourchette de 1479-1485.

Inversement, pour le reste du monde, les informations sont plus anciennes et remontent au XIVe siècle. Kwŏn Kŭn ne cache pas la dette que l’auteur de la carte, Yi Hoe, a contractée envers ses prédécesseurs. Ainsi, l’idée même d’une carte à l’échelle « mondiale » vient très probablement de la carte de Li Zemin, la Shengjiao guangbei tu, « Carte pour la diffusion de l’instruction », réalisée aux alentours de 1330, et malheureusement perdue. Cependant, on en trouverait un écho dans deux cartes reproduites dans le Guangyu tu publié par Luo Hongxian en 1541 : la Dongnan haiyi tu et la Xinan haiyi tu, qui correspondraient à la moitié sud de la carte de Li Zemin.

L’autre carte citée par Kwŏn Kŭn est la Hunyi jiangli tu, la « Carte des régions et des territoires », oeuvre du moine Qingjun, mort en 1392, mais elle aussi perdue.

Si la carte Kangnido a fait l’objet de plusieurs études, il en est une autre qui reste délaissée et qui en est pourtant assez proche. Il s’agit de la Da ming hun yi tu, une grande carte de 3,86 mètres sur 4,56 mètres longtemps conservée dans le palais impérial de Beijing. Sa datation reste discutée et elle a connu quelques retouches, notamment les toponymes, initialement écrits en chinois classique, mais repris plus tard en mandchou. Elle donne à peu près la même image et si on regarde la partie occidentale de l’Eufrasie, on retrouve les mêmes particularités : parmi d’autres, le grand lac au cœur de l’Afrique, l’« erreur de coloriage » pour la mer Méditerranée, l’effacement de l’Inde. On notera cependant qu’en 2002, le gouvernement chinois a offert à l’Afrique du Sud une réplique digitale de cette carte. Le discours officiel a été repris par les médias : cette carte, datée de 1389, montrerait l’Afrique du Sud, cent ans avant l’arrivée des Occidentaux au cap de Bonne-Espérance. La cartographie est clairement, ici, un outil aux mains des diplomates, au prix d’une réécriture de l’histoire du monde.


La représentation du monde

La carte Kangnido, qui est une véritable mappemonde, est un très bel exemple d’un savoir géographique ayant circulé au fil des siècles vers un bout et l’autre de l’Eufrasie. Elle illustre également le processus de glocalisation, avec l’adaptation locale d’une cartographie globale.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 17, imaginer l’Occident d’un voyageur chinois. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 12, imaginer l’Orient d’un voyageur européen.

Le tissage du monde

La carte Kangnido a un air de famille avec les mappemondes européennes médiévales. Elle atteste d’une circulation des savoirs, à l’échelle de l’Eufrasie comme à l’échelle de l’Asie orientale. Cependant, l’Europe et l’Afrique sont des espaces lointains et connus seulement indirectement. Les erreurs de compréhension révèlent l’extension de cette diffusion et l’absence de liens directs.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 16, déconnecter l’Europe et l’Asie. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 13, essayer de connecter l’Afrique et l’Amérique.

Sommaire


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (18 mai 2022). Chapitre 15. 1402 – Mettre le monde en une seule feuille. Carnets de géohistoire. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p00n


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.