Chapitre 14. 1325-1349 – Le monde d’Ibn Battūta

CERTAINS ONT DOUTÉ DE LA véracité du récit laissé par le voyageur berbère Ibn Battūta. Ibn Khaldūn, au XVe siècle, dans Le livre des exemples, rapportait que « les gens à la cour le traitèrent tout bas de
menteur1 ». L’historien tchèque Ivan Hrbek a essayé d’établir la géochronologie exacte de son voyage et en a montré, de façon assez convaincante, les impossibilités. Des passages ont été recopiés, empruntés à Ibn Jubayr notamment, d’autres sont simplement invraisemblables. De fait, le rapport au merveilleux n’est de toute évidence pas le même que le nôtre. Ailleurs, Ibn Battūta se trompe.
Il n’en reste pas moins – avouons notre bovarysme – que le lecteur a envie de croire ce texte, de mettre ses pas dans ceux d’Ibn Battūta, de partir de Tanger en juin 1325 dans l’intention de faire le pèlerinage à La Mecque, d’y revenir seulement en 1349, après avoir visité l’Égypte, le Yémen, l’Inde, la Chine…, et repartir aussitôt pour l’Andalousie puis le Māli, avant de s’installer définitivement à Fès en 1354, presque trente ans après en être parti. Ibn Battūta, qui, derrière ses airs contrits de malékite rigoriste, était un peu cabotin, raconte qu’à Bursa, dans le Nord-Ouest de l’Anatolie, il rencontra un autre voyageur, ’Abd Allah al-Maṣrī :

C’était un dévot qui avait parcouru le monde, mais n’avait jamais visité la Chine, Ceylan, l’Afrique du Nord, l’Andalousie, le Soudan. J’en ai donc fait plus que lui, en visitant ces pays2.

De fait, comme l’écrit le rédacteur du texte, Ibn Juzayy, on ne peut ignorer qu’Ibn Battūta est « le voyageur de l’époque » (rajjāl al-’aṣr), « le voyageur de la communauté [musulmane] » (rajjâl haḏa al-milla) et, passé au crible de la raison, le texte reste un témoignage fabuleux, faisant d’Ibn Battūta un géographe malgré lui. Parti pour accomplir le pèlerinage (hajj) à La Mecque, comme le commande l’islam, il a poursuivi son chemin du savoir (talab al-’ilm) jusqu’aux confins du monde musulman, et même au-delà.

Ibn Battūta est celui qui a traversé l’Eufrasie d’ouest en est et du nord au sud. Déjà, à Abadan, sur la rive du golfe Persique, il citait un poème : « Qui fera savoir en Andalousie que je suis parvenu jusqu’à ’Abbâdân, au bout de la terre. » Des années plus tard et des milliers de kilomètres plus loin, à Sīn Kalān, qu’il appelle aussi Sīn as-Sīn, on reconnut en lui « l’homme qui vient du bout du monde opposé au nôtre ». Là, il affirme qu’il était à soixante jours de marche de la légendaire muraille de Gog et Magog, qui se trouve « dans un territoire occupé par des nomades idolâtres anthropophages ». Vers le sud, il longea la côte swahilie jusqu’à Kilwa. Au nord, il raconte être allé à Bulghār, mais aurait renoncé à se rendre « au pays des Ténèbres qu’on atteint en quarante jours […], à cause des grandes difficultés qu’on y rencontrait pour le peu de profit à en tirer. On ne peut s’y rendre qu’à l’aide de traîneaux, tirés par de gros chiens, car le sol de la plaine est gelé et que, ni le pied de l’homme, ni le sabot d’une monture ne tient ».

Son pèlerinage l’avait d’abord mené au centre du monde arabo-musulman : à La Mecque, qibla de ses prières et pivot de ses voyages. Il s’y rendit quatre fois, entre 1327 et 1349, et ne cache pas l’extase ressentie lors de sa première visite :

Cette terre bénie est le point de mire de tous les hommes et l’amour qu’ils ressentent pour elle remplit leurs cœurs d’une sagesse profonde inspirée par Dieu et qui confirme la prière de son Ami [Abraham].

Puis à Damas, qui surpassait toutes les autres villes par sa beauté et dont Ibn Battūta reprit la description par Ibn Jubayr : « Damas est le jardin de l’Orient, le point d’où jaillit sa lumière radieuse. » Mais là, il n’était que le pèlerin, l’apprenant. C’est dans les marges qu’il put mettre à profit le savoir acquis et être reçu des rois.

Aux frontières de ce monde, l’Islam connaissait progrès et régrès. En Espagne, il reculait. Mais à Kilwa, les habitants faisaient la guerre sainte contre les Zanj du pays voisin. À Java, le sultan al-Malik az-Zāhir conduisait la guerre sainte et lançait des expéditions « contre les idolâtres ». À Izmir (Yazmīr en arabe), le sultan, ’Umar Bak, menait régulièrement la guerre sainte grâce à ses navires de guerre qu’il poussait jusqu’aux environs de Constantinople, et dont il ramenait captifs et butins ; mais la ville fut reprise par les chrétiens à la demande du pape. C’est dans cet horizon qu’Ibn Battūta voyagea, participant aussi, parfois, à la lutte contre les non-musulmans, notamment en Inde, la nouvelle frontière de l’Islam.

Mais Ibn Battūta ne raconte pas son seul périple, le monde qu’il a parcouru était traversé de flux multiples : hommes, marchandises, monnaies. Il évoque ainsi, au gré de ses rencontres, des figures d’exilés, de voyageurs. À Ormuz, il fut reçu par Abū al-Hasan al-Aqsaranī, originaire du pays des Rūm, c’est-à-dire la Turquie. À Hīlī, sans doute Nileschwar, au Kerala, il rencontra Sa’īd, originaire de Mogadiscio, qui avait longtemps séjourné à La Mecque et à Médine, avant de voyager en Inde et en Chine. À Majar, dont les ruines sont toujours visibles sur les rives de la rivière Kouma, au nord du Caucase, il fut interpellé en arabe par un juif qui venait d’Andalousie, par voie terrestre, sans traverser la mer, au grand étonnement d’Ibn Battūta. « Il était passé par Constantinople, le pays des Rūms, celui des Circassiens, il avait voyagé quatre mois depuis son départ. » À Delhi, c’est un médecin originaire de Grenade, Jamāl al-Dīn al-Maghribī, qui lui fit la visite du palais Rouge, lorsque l’émir de Syrie Sayf al-Dīn Ghada vint rendre visite au sultan
de l’Inde. À Zaytūn, Quanzhou sur la côte sud-est de la Chine, il retrouva al-Bushri, originaire de Ceuta, qu’il avait croisé des années auparavant à Delhi.

Il mentionne également nombre de produits destinés à l’exportation. Les tapis en laine d’Aq arā (Aksaray), en Cappadoce, « n’ont pas leurs pareils dans le monde et sont exportés en Syrie, en Égypte, en Irak, en Inde, en Chine et dans le pays des Turcs ». La porcelaine était exportée de Sīn as-Sīn en direction de toute la Chine, de l’Inde et du Yémen. Le « miel » tiré de la sève des cocotiers, aux Maldives, était acheté par les marchands indiens, yéménites et chinois. À afār, à l’extrémité du Yémen, on embarquait des chevaux de race à destination de Calicut en Inde. L’or, originaire de la ville de Yūfī, dans le pays des Līmī, était acheminé vers Sofala, avant, Ibn Battūta ne le dit pas, d’être injecté dans les circuits commerciaux de l’océan Indien.

Ibn Battūta est aussi très attentif aux moyens de paiement : les piécettes d’étain et l’or chinois brut à Java, le papier-monnaie en Chine, les cauris le long du fleuve Niger et au Māli.

Cet espace mondialisé qu’il parcourut était polarisé par quelques ports dont l’animation l’impressionna à chaque fois. Le premier fut Alexandrie, à la médiation de l’Orient et de l’Occident (tawassou bin al-machriq wa al-maghrib), à la jonction des réseaux méditerranéens et indo-océaniques, comme le notait déjà Guillaume de Tyr au XIIe siècle, dans l’Histoire des faits et gestes dans les régions d’outre-mer : « Aussi les peuples de l’Orient et ceux de l’Occident se rencontrent-ils continuellement dans cette ville, qui est comme le grand marché des deux mondes3. »

Sur la côte sud-ouest de l’Inde, Quilon (Kulam) et Calicut constituaient deux autres ports majeurs, à la jonction des routes avec l’Arabie d’un côté et l’Asie du Sud-Est de l’autre. Les marchands chinois s’y implantèrent sous la dynastie des Yuan. En Chine, Zaytūn, dont le nom sonnait de façon faussement familière aux oreilles d’Ibn Battūta, et qu’on identifie comme étant la ville de Quanzhou, dans l’actuelle province du Fujian, était le point de départ de ce qu’on appelle parfois la « route maritime de la soie » – le nom français de « satin » en serait d’ailleurs dérivé.

Enfin, Soudak est sans doute le port le moins connu aujourd’hui. Située sur la péninsule de Crimée, l’ancienne Sougdaia, dont la fondation remonterait au VIIe siècle, tirerait son nom des Sogdiens, peuple marchand d’Asie centrale. Au XIVe siècle, la ville était contrôlée par les Vénitiens, qui, depuis trois siècles, ne cessaient d’étendre leur réseau en Méditerranée orientale, y compris la mer Noire. Pour Ibn Battūta, c’était le port « des infidèles » (al-kufār). Étonnamment, il ne décrit pas la ville alors qu’il passera à côté lors de son voyage en Crimée – cela fait partie des éléments d’invraisemblance, ou tout simplement de doute à l’égard de certaines extensions à son périple.

On peut voir en Ibn Battūta une véritable incarnation de la mondialisation, il est l’homme-mouvement. Comme l’écrit Ibn Juzayr, « il a fait des pays du monde l’objet de son périple ». Il les a parcourus, et y a goûté. Malgré quelques interdictions qu’il s’applique à respecter, même devant l’inédit, Ibn Battūta se plaît à décrire les fruits dont il se montre gourmand : les noix et les châtaignes de Yaznīk, l’ancienne Nicée, les cerises de Baalbek, à nulle autre pareille, les incomparables abricots d’Ispahan, appelés qamar al-dīn, « les lunes de la religion », les mangues de Mogadiscio, le melon du Khwarezm, qui « n’a pas d’égal dans tout l’univers, tant en Orient qu’en Occident, sauf peut-être le melon de Bukhârâ » ; et les plats cuisinés, comme le millet non moulu, cuit, sur lequel on verse du saylān (miel de datte), selon la recette d’un négociant d’Oman rencontré à l’occasion d’une traversée de l’océan Indien. Malgré sa pudibonderie et son souci de faire respecter le droit musulman,
notamment aux Maldives, Ibn Battūta a vu des femmes de toutes les couleurs et a passé mille et une nuits avec ses épouses du moment, concubines et esclaves. Et si c’est aux Maldives qu’il n’a jamais connu femmes dans le monde dont le commerce fût plus agréable, c’est au Sahel, parmi les nomades berbères Bardâma, qu’il a vu des femmes blanches, très belles, les plus plantureuses, tandis qu’en Inde, les femmes de la tribu de Dawlat Abâd « ont été dotées, par Dieu, d’une beauté singulière et surtout de nez et de sourcils charmants » : « Elles ont des talents que n’ont pas les autres pour procurer du plaisir aux hommes et ont une connaissance particulière des états amoureux. » Quant aux Mecquoises, elles sont d’un charme fou, pieuses et vertueuses, laissant derrière elles des traînées de parfum.

Cet aspect de la vie d’Ibn Battūta est loin d’être secondaire car son long voyage a été l’occasion de se frotter à la diversité des mœurs, dans le monde musulman et parfois au-delà. Il serait faux en effet de considérer qu’Ibn Battūta a limité ses déplacements au seul monde musulman, même si, à l’intérieur et à l’extérieur de celui-ci, c’est bien en grande partie grâce au réseau des zāwīya-s, les centres religieux établis par des confréries soufies, ou bien grâce au réseau de marchands qu’il fut toujours accueilli. Ainsi, en Chine, bien qu’il trouvât le pays très beau, se sentit-il mal à l’aise, toujours contrarié face à un paganisme omniprésent. « Lorsque je quittais ma demeure, j’étais témoin de beaucoup d’actes répréhensibles et cela me dérangeait au point que je ne sortais plus de chez moi que par nécessité. Au contraire, lorsque je voyais des musulmans en Chine, c’était comme si je rencontrais ma famille et mes proches. » Inversement, aux pays des Rūms, dans l’actuelle Turquie, Ibn Battūta s’enthousiasma :

Tous les habitants de ce pays sont de rite hanéfite, attachés à la sunna : on ne trouve parmi eux ni qadarî, ni râfidî, ni mu’tazilite, ni kharijite, ni mubtadi’î. C’est une faveur dont Dieu les a gratifiés tout particulièrement.

L’absence de tous ces empêcheurs de prêcher en rond fut pour lui comme un apaisement. Ce qui ne le mit pas à l’abri de tout désagrément. À Birgi, capitale du petit émirat d’Aydın, dans l’actuelle province d’Izmir, il vit un jour le sultan, le cadi et un éminent professeur se lever à l’entrée d’un vieillard portant turban et aigrette qui vint s’asseoir sur l’estrade, et dont il finit par apprendre qu’il s’agissait d’un médecin juif. Son irritation alors déborda et il l’insulta : « Maudit, fils de maudit, comment oses-tu t’asseoir plus haut que les lecteurs du Coran, toi qui n’es qu’un juif ? » Le vieillard sortit, et le professeur le remercia d’avoir osé s’indigner.

Le texte d’Ibn Battūta est loin d’exprimer une cosmopolitique. Cependant, on peut y lire une expérience qui fait écho à un verset du Coran : « Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a
fait4. » Comme il est dit ailleurs, « Ô vous, les hommes ! […] Nous
vous avons constitués en peuples et en tribus pour que vous vous
connaissiez entre vous5. » La diversité et l’étrangeté étaient peut-être plus fortes à l’extérieur du territoire de l’Islam, mais elles caractérisaient aussi un monde musulman immense, qu’il parcourut et qu’il aurait voulu plus uniforme, dans la pratique de l’islam et dans l’usage de l’arabe. Il ne manqua pas d’en jouer auprès du sultan de Delhi, Muhammad ibn Tughlūq [r. 1325-1351] : « Vous savez que les non-Arabes n’ont été convertis à l’islam que par les sabres des Arabes. »

Paradoxalement, Ibn Battūta rêvait d’un monde plus plat.


L’outrepassement du monde

Au XIVe siècle, le monde musulman continue de s’étendre, vers le sud et vers l’est. Il constitue un horizon immense pour qui veut se battre, s’enrichir, prier, fuir, savoir… Ibn Battūta se targua de l’exceptionnalité de son voyage de trente ans, d’être allé d’un bout à l’autre de l’Eufrasie, mais il croisa de nombreuses personnes elles-mêmes étrangères à cette partie du monde. Ce qui est remarquable, c’est qu’il fit, individuellement, l’expérience de ce monde et de ses limites.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 18, suivre un Inca dans l’océan. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 13, suivre un sultan du Māli dans un autre océan.

L’ordonnancement du monde

Le monde musulman existait par la mobilité qui l’animait. C’est quasiment une tautologie. Mais la force du récit d’Ibn Battūta est pourtant bien là dans l’expérience de cette mondialisation, de ces connexions et des mouvements à l’intérieur d’un monde qui n’était plus tenu par un pouvoir politique unique. Il n’y avait plus d’Empire musulman depuis plusieurs siècles. Le dar al-islam s’était fracturé, politiquement, religieusement, linguistiquement. Il restait pourtant un monde.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 19, esquisser une première géopolitique globale. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 11, voyager dans la paix mongole.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (18 mai 2022). Chapitre 14. 1325-1349 – Le monde d’Ibn Battūta. Carnets de géohistoire. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p00g


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.