Chapitre 13. 1307 – Abū Bakr et l’Amérique

EN 1324, À L’OCCASION DE son pèlerinage à La Mecque, le « roi » du Māli, Mansa Mūsa, s’arrêta au Caire et fit très forte impression. L’historien damascène Chihāb al-’Umarī vint en Égypte plusieurs années après et recueillit divers témoignages. Il rapporte notamment que les dépenses de la suite malienne furent si importantes qu’elles entraînèrent une dévaluation du cours de l’or1.

Abraham Cresque (?), Atlas catalan, 1375 (Source gallica.bnf.fr / BnF)

Mais indépendamment de cela, un détail a retenu l’attention de plusieurs historiens. Au chancelier du Caire, Mūsa affirma avoir succédé à son prédécesseur, non nommé, suite à son décès lors d’une vaste expédition maritime, parce qu’il ne croyait pas que l’océan était infranchissable. Dans un premier temps, en effet, ce dernier avait envoyé deux cents embarcations, pleines d’hommes, d’or, de provisions, d’eau. Une seule était revenue. Les rescapés racontèrent le naufrage de leurs camarades dans une sorte de fleuve au courant très violent, en pleine mer. Le sultan du Māli récusa cette explication et, dans un second temps, prépara deux mille embarcations, dont il prit la tête. Selon al-’Umarī, dans Les itinéraires des regards sur les royaumes des pays civilisés, « ce fut la dernière fois que nous le vîmes, lui et ses compagnons, et ainsi je devins
seul maître du pouvoir2 ».

En s’appuyant sur le texte d’Ibn Khaldūn, dans Le livre des exemples, on peut reconstituer une chronologie et une généalogie, qui conduisent à identifier ce roi aventurier comme étant Abū Bakr, deuxième du nom, mort vers 1307. Mais cela reste fragile.

Le témoignage de Chihāb al-’Umarī est l’exemple par excellence de l’hapax invérifiable. Rien ne permet de dire que l’événement a bien eu lieu, rien non plus n’autorise à ignorer totalement ce texte. On se trouve ici en présence d’une de ces failles historiques que certains s’entendent à merveille à exploiter pour proposer des alter-histoires fondées sur le doute et la suspicion. Face à une histoire mondiale dominée par les Européens, et là encore, la critique est juste, n’aurait-on pas masqué que ce seraient en réalité les Africains, ou les musulmans, qui auraient « découvert » l’Amérique ?

On comprend bien l’enjeu politique d’une telle réécriture de l’histoire et on devine la place d’Internet dans le relais de ces contre récits. L’auteur majeur, en la matière, est Ivan Van Sertima, qui publia, en 1976, They came Before Columbus, traduit ensuite en français : Ils y étaient avant Christophe Colomb3. Selon lui, il est tout à fait possible que cette expédition atteignit l’Amérique et il propose de voir dans la légende de Quetzalcóatl le récit mythifié de l’arrivée de ce roi étranger.

Ce n’est pas le lieu ici de déployer un contre-argumentaire complet. On se contentera, dans la perspective d’une histoire globale, d’accepter, d’un côté, la plausibilité, même faible, d’un tel fait, et de souligner, d’un autre côté, l’écart entre des traversées sans conséquences et le premier voyage de Christophe Colomb, qui fut un tournant sans précédent dans l’histoire du Monde par la mise en relation, irréversible, de l’Eufrasie et de l’Amérique. Inutile, comme le faisait Joseph Cuoq, de considérer ce récit comme une pure fable. Le point de vue, plus prudent, de Jean Devisse semble très raisonnable. Peut-être ne faut-il pas tout rejeter et considérer qu’il y aurait là trace d’un événement.

C’est la beauté du roman de Sylvie Kandé, La quête infinie de l’autre rive, qui laisse ouverte la possibilité de deux récits et qui donne deux fins à l’histoire. Après une première partie achevé dans les abîmes, « rebroussons chemin et reprenons le récit à sa dernière fourche. Nous quitterons le sentier senestre et bien délibérés à la récidive réciterons la fable moyennant retouches4 ». Ainsi débute un second récit qui finit dans un corps à corps de l’Afrique et de l’Amérique « avant même que d’avoir connu leurs noms5 ».

***

Dans cette perspective, il est peut-être bon d’indiquer quelques autres textes portant témoignage de telles tentatives aventureuses6.

Ainsi, Mas’ūdī, dans Les prairies d’or, raconte lui aussi une étrange histoire7. Alors qu’il décrit la mer des Rūms, à savoir la Méditerranée, il en vient, nécessairement, à parler du détroit qui sépare le Maghreb et al-Andalous, qu’il nomme sītā, et aussi al-zuqāq, « la ruelle ». En ce lieu, écrit Mas’ūdī, en cette borne commune entre mer Méditerranée et océan Atlantique, se trouvent deux fanaux, l’un de cuivre, l’autre de pierre, construits par Hercule, le « roi colossal ». Sur ceux-ci, deux statues montreraient de leurs mains qu’au-delà, il n’y a ni route ni chemin pour tous ceux qui pénètrent en cette mer en venant de la Méditerranée. On lui donne plusieurs noms : la mer des ténèbres, la mer verte, la mer environnante. Cependant, Mas’ūdī signale que des personnes s’y sont aventurées, que les uns y ont perdu la vie, mais que d’autres en sont revenus. Et de citer Khachkhāch, originaire de Cordoue, qui réunit une bande de jeunes et fit voile avec eux dans l’océan. Après une longue absence, ils revinrent avec du butin. Mas’ūdī conclut en insistant sur le fait que cette histoire est fameuse parmi les gens d’al-Andalous. Rien ne dit, cependant, qu’ils ont traversé l’océan. Seule l’exceptionnalité de l’affaire laisse comprendre que cette navigation diffère d’autres raids opérés le long des côtes, que ce soit vers le Nord-Ouest de l’Espagne ou vers les rives africaines. Mais là encore, aussi fameuse que fût l’aventure,
comme le prétend Mas’ūdī, aucun texte ne vient la corroborer ou la préciser.

Au XIIIe siècle, le géographe sicilien al-Idrisī évoque une autre histoire, plus précise, et a priori plus crédible.

Ce fut de Lisbonne que partirent les « égarés » [al-mugharrīn] lorsqu’ils partirent sur l’océan des ténèbres pour savoir ce qui s’y trouvait et quelles étaient ses limites, comme nous l’avons dit plus haut. Ils ont à Lisbonne, près des bains chauds, une ruelle qui porte leur nom et est désignée comme la « ruelle des égarés » pour toujours8.

On traduit généralement, depuis Jaubert, al-mugharrīn par « les aventuriers ». Le terme arabe est beaucoup plus péjoratif que cela et implique l’idée d’erreur et d’illusion, voire d’égarement, au sens d’une perte de la raison et du raisonnable. Il y avait du non-sens à vouloir s’embarquer sur l’océan vers un horizon inconnu.

Au nombre de huit, ces marins téméraires préparèrent un navire avec des vivres pour plusieurs mois, et firent voile, poussés par le vent d’est. Ils naviguèrent environ onze jours et parvinrent en une mer à l’odeur fétide et à la lumière pâle. Sûrs du péril qui les attendait, ils changèrent de cap et se dirigèrent vers le sud, pendant douze jours. Ils atteignirent ainsi « l’île des moutons », inhabitée. Ils débarquèrent, découvrirent une source, et constatèrent que la chair de ces moutons était immangeable tellement elle était amère. Reprenant la mer, ils abordèrent une autre île, prospère et cultivée. Là, ils furent rapidement entourés de barques, faits prisonniers et conduits à une ville peuplée d’hommes aux cheveux lisses, blonds, longs, et de femmes très belles. Enfin, après trois jours de captivité, un homme parlant l’arabe vint à eux les interroger sur leur présence en ce lieu avant de les présenter le lendemain au roi. Aux questions de celui-ci, ils répondirent qu’ils s’étaient aventurés en mer afin de voir ce qui s’y passait et d’aller jusqu’à son extrémité. Alors, le roi rit ; et raconta que son père avait lui-même ordonné à ses esclaves de s’embarquer sur cette mer jusqu’à ce que la lumière vînt à manquer, et qu’ils furent obligés d’abandonner. On les reconduisit ensuite, les yeux bandés, au terme de trois jours et trois nuits de navigation sur le continent, en pays berbère, près de la ville d’Asafī.

Le problème est que dans tous ces livres, comme dans leurs équivalents latins, le merveilleux côtoie le vrai et il n’est pas toujours si évident de tracer la limite quand le récit devient vraisemblable. En l’occurrence, le récit peut être interprété comme celui des aventures de jeunes marins andalous originaires de Lisbonne découvrant les îles au large de l’Afrique occidentale.

Pourtant, l’histoire n’est pas sans rappeler celle du voyage de saint Brendan, notamment « l’île aux moutons ». Or les navigations du moine irlandais nous ramènent à notre alter-histoire initiale. Certains n’ont pas hésité à affirmer que celui-ci aurait « découvert » l’Amérique au début du VIe siècle et que la légende de Quetzalcóatl en serait la trace. Difficile de ne pas sourire à ces interprétations pseudo-historiques qui s’emparent des flottements des témoignages du passé.


L’outrepassement du monde

Quoi qu’il en soit, il n’y a pas eu interconnexion, qui est le mécanisme de base du processus de mondialisation. L’élargissement de l’horizon a souvent rimé avec l’extension du pouvoir. Aller plus loin était montrer sa puissance, même si ce ne sont pas toujours les puissants qui ont été à l’initiative de ces entreprises un peu folles. Mais l’échec de ces expéditions atlantiques n’a pas signifié la fin de l’histoire, dont l’écriture est malléable. Des siècles plus tard, certains récits sont des portes commodes pour faire passer des réinterprétations du passé dans un présent différent, des interprétations parfois contestables et négatrices des faits historiques.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 14, parcourir le monde musulman, à l’horizon immense, mais clos. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 12, contourner ce monde musulman, au risque de se perdre.

Le tissage du monde


Abū Bakr, sultan du Māli, se serait lancé à l’assaut de l’océan. Certains disent même qu’il aurait « découvert » l’Amérique avant Colomb. Sans preuve. C’est un fantasme. Peut-être est-il bien parti, peut-être est-il bien arrivé quelque part. Mais il n’est jamais revenu, il n’a jamais tissé de lien entre l’Amérique et l’Afrique, il n’y a pas eu de mise en connexion. Bref, l’Amérique et l’Eufrasie sont restées deux mondes disjoints.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 15, constater la mort de Tamerlan. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 10, recevoir l’ambassadeur du Chola.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (18 mai 2022). Chapitre 13. 1307 – Abū Bakr et l’Amérique. Carnets de géohistoire. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p00f


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.