Chapitre 12. 1291 – Les frères Vivaldi

En cette même année [1291], Tedisio Doria, Ugolino Vivaldi et son frère, avec quelques autres citoyens de Gênes, entreprirent de faire un voyage que personne jusqu’alors n’avait jamais tenté de faire. En effet, ils équipèrent au mieux deux galères, et les ayant pourvues de vivres, d’eau, et autres choses nécessaires, ils les envoyèrent au mois de mai au-dehors du détroit de Septa, afin qu’elles allassent par la mer océane jusqu’aux régions d’Inde, et en rapportassent des marchandises de profit. Les deux frères Vivaldi susdits y allèrent de leurs personnes, ainsi que deux cordeliers. Cela causa l’étonnement non seulement de ceux qui le virent, mais encore de ceux qui en entendirent parler. Après qu’ils eurent dépassé l’endroit qu’on appelle Gozora on n’eut plus aucunes nouvelles certaines d’eux. Que Dieu les garde et les ramène sains et saufs dans leur patrie1 !

CE TEXTE EST EXTRAIT DES Annales de Jacopo Doria. Celui-ci, membre d’une des familles nobiliaires les plus importantes de Gênes, déposa en 1294 dans les annales officielles de la ville ses écrits historiques portant sur les quinze dernières années (Jacobi Aurie Annales). Ces quelques lignes sont le principal témoignage du voyage maritime entrepris par les frères Vivaldi vers les Indes. Cette expédition fut sans retour et nous n’en connaissons à peu près rien.

L’année, 1291, ne tient sans doute pas du hasard. Au moment où Saint-Jean-d’Acre, dernière ville franque de Terre Sainte, tombait aux mains des musulmans, des marchands génois s’aventurèrent dans l’Atlantique et tentèrent de contourner l’Afrique par le sud pour atteindre directement les régions productrices d’épices. Le projet était pour le moins risqué. Son principal instigateur, semble-t-il, Tedisio Doria, était amiral, mais il n’y participa pas personnellement. De fait, sa réalisation fut fatale aux audacieux. Le dernier lieu connu atteint par les galères génoises, « Gozora », doit être cherché sur la côte marocaine.

Les documents qui confirmeraient cette expédition et compléteraient les informations sont rares. En 1310, Pietro d’Abano, philosophe, médecin, astrologue, enseignant à Padoue, y fit référence dans son ouvrage Conciliator differentiarum quæ inter philosophos et medicos versantur, « Conciliateur des différences entre philosophes et médecins ». Discutant la question de l’habitabilité de la zone intertropicale, celui-ci faisait brièvement allusion, sans les nommer, aux frères Vivaldi, pour mentionner également leur disparition :

Il y a quelque temps de cela, des Génois ont apprêté deux fortes galères avec tout le nécessaire, ils sont passés par Gadès d’Hercule, à l’extrémité de l’Espagne. Mais jusqu’à aujourd’hui on ignore ce qui leur est arrivé en l’espace de presque trente ans. Le passage, cependant, est à présent ouvert en allant vers le nord par la grande Tartarie, puis en tournant vers l’est et le sud2.

Selon ce texte, l’expédition aurait eu lieu vers 1280, mais la datation est clairement approximative et ne permet pas de remettre en question les Annales de Jacopo Doria. Par contre, l’objectif d’atteindre les Indes par une nouvelle route est confirmé. Or le contournement de l’Afrique était un pari géographique à une époque où la question de l’habitabilité de la zone intertropicale était débattue et où on s’interrogeait sur la possibilité de franchir la ligne équatoriale. Pietro d’Abano reprenait l’idée que la ville d’Arim, en Inde, existait bel et bien. Celle-ci, qu’on imaginait située précisément sur l’équateur, voire au centre du monde, révèle l’influence des ouvrages astronomiques arabes traduits au XIIe siècle en Espagne. En effet, Arim était le point de référence des longitudes dans le Zīj al-Sindhind (la Table indienne) composé par al-
Khwārizmī vers 830, repris par l’astronome andalou Maslama al-Majrītī (vers 1000), traduit et adapté au calendrier julien en 1116 par le juif converti Pierre Alphonse. Dans un autre texte (Expositio problematum Aristotelis), Pietro d’Abano signalait que Marco Polo, au cours de son périple, avait franchi l’équateur. Mais celui-ci ne revint à Venise qu’en 1295 ; son expérience n’a donc eu aucune influence sur l’expédition des frères Vivaldi, antérieure de quelques années. Il faut donc penser que ce sont uniquement les spéculations astronomiques et géographiques qui ont permis de rendre envisageable le contournement de l’Afrique.

Outre les textes qui reprennent directement le récit de Jacopo Doria, il existe trois autres documents qui ont parfois été pris en considération par les historiens, mais qui doivent être regardés avec la plus grande suspicion, voire tout simplement écartés.

Le premier est le témoignage de l’anonyme du Libro del conoscimiento
de todos los rregnos
3. Dans cet ouvrage daté de la seconde moitié du XIVe siècle, l’auteur, castillan, relate son voyage à travers le monde entier, décrivant tous les royaumes d’Europe, d’Afrique et d’Asie, et notamment leurs armoiries. Dans la ville de Graciona, capitale de l’empire d’Abdeselib (’Abd al-salib, « serviteur de la croix »), défenseur de l’Église de Nubie et d’Éthiopie, dominée par le Prêtre Jean, il apprend que l’une des deux galères génoises aurait fait naufrage à Amenuan (Almina ?) et que ses passagers auraient été amenés ici. Ailleurs, à Magdasor (Mogadiscio ?), on lui dit que le fils d’un des frères Vivaldi, Sor Leonis, serait venu à la recherche de son père et aurait voulu atteindre Graciona, mais l’empereur de Magdasor l’en aurait dissuadé en raison des dangers des régions à traverser. Si différents éléments, y compris l’existence de Sorleone Vivaldi, attestée dans les archives génoises, sont vrais, sans doute en grande partie inspirés d’un atlas, l’ensemble est un tissu d’invraisemblances. Le récit est bel et bien imaginaire.

Le deuxième document, encore plus étonnant, est une lettre écrite par Antoniotto Usodimare le 12 décembre 1455. Marchand génois au service du prince Henri le Navigateur, il explora en 1455 les côtes africaines jusqu’aux îles du Cap-Vert et la Guinée. De retour, il écrivit une lettre à ses créanciers, en un mauvais latin mâtiné d’italien, afin d’obtenir de nouveaux subsides pour pouvoir mener une nouvelle expédition. Il raconta qu’il aurait rencontré un rescapé :

J’ai trouvé au même endroit un vieil homme de notre nation, des galères, je crois, des Vivaldi, qui se sont perdues il y a 170 ans, à ce qu’il m’a dit, et ce secrétaire [sic] [du roi de Gambie] m’a confirmé que personne de sa race ne lui avait survécu4.

Non seulement le fait est évidemment impossible, mais la rencontre avec un Européen qui aurait survécu à une autre expédition n’est pas corroborée par le témoignage du Vénitien Alvise Ça’da Mosto, dont la caravelle a accompagné celle d’Usodimare5.

Le troisième document est lié au précédent. Il s’agit d’un court texte copié sur le même codex que la lettre d’Usodimare. Le texte a parfois été attribué à Usodimare, mais sans autre preuve que la simple juxtaposition des textes. Le récit n’apporte aucun élément nouveau, sinon la référence au royaume du Prêtre Jean, qui constitue un arrière-plan légendaire important aux XIIIe-XVe siècles.

En 1290, deux galères ont quitté la ville de Gênes. Elles avaient pour patrons D. Vadino et Guido de Vivaldi, frères, qui voulaient aller au levant dans les régions de l’Inde. Ces galères naviguèrent beaucoup. Mais quand ces deux galères furent dans la mer de Ghinoia [Guinée], l’une d’elles s’échoua sur un bas-fond, sans pouvoir aller ni naviguer. L’autre navigua et traversa cette mer jusqu’à une ville d’Éthiopie appelée Menam. Ils furent capturés et détenus par les gens de cette ville, qui sont des chrétiens d’Éthiopie soumis au Prêtre Jean. La ville elle-même est près de Marma, près du fleuve Sion [Gihon ?]. Ces hommes furent détenus, et aucun d’entre eux n’est jamais revenu10.

Si ces documents attestent de la persistance du souvenir de l’expédition des frères Vivaldi réalisée plus d’un siècle et demi plus tôt, les traces en restent quelque peu évanescentes. L’échec de l’expédition des frères Vivaldi n’a pas marqué pour autant la fin de ces expéditions. D’autres navigateurs génois se sont aventurés au-delà des Colonnes d’Hercule, le long des côtes de l’Afrique. Ainsi, en 1312, Lancelotto Malocello parvint aux Canaries, donnant son nom à l’une des îles, Lanzarote. Le nom apparaît sur la carte d’Angelino Dulcert, en 1339. On pourrait également citer Jaume Ferrer, identifié avec Giacomino Ferrar di Casa Maveri, citoyen de Majorque issu d’une famille génoise installée à la fin du XIIIe siècle, qui lui aussi disparut en mer7. Dans l’angle inférieur gauche de l’Atlas catalan, daté de 1375 et attribué au cartographe majorquin Abraham Cresque, on peut voir un navire qui ressemble assez à une galère avec quelques marins à bord. L’image est accompagnée d’un court texte : « Le bateau de Jaume Ferrer est parti pour la rivière de l’or le jour de saint Laurent, qui est le 10 août et c’était en l’année 1346. » Là encore, il s’agit d’une attestation à peu près unique d’une expédition sans retour.

Abraham Cresque (?), Atlas catalan, 1375 (Source gallica.bnf.fr / BnF)

Reste la question : comment ces hommes ont-ils pu se lancer dans une telle expédition ? Au milieu du XIIIe siècle, dans la Chrétienté latine, la connaissance du reste de l’Eufrasie était pour le moins limitée. Le schéma général est celui transmis par Isidore de Séville, à savoir un monde habité entouré par l’Océan et divisé en trois parties, l’Asie, la plus grande, l’Europe et l’Afrique, cette dernière étant la plus mal connue. Dans L’image du monde, rédigé par Gautier, ou Gossuin, de Metz en 1246, l’Éthiopie, c’est-à-dire la partie méridionale de l’Afrique, se poursuit jusqu’à la « grande mer », l’Océan, mais elle n’est que « désert et terre sans nul bien, pleine de vermine et de bêtes sauvages8 ». On retrouve le même flou dans Li livres dou tresor, écrit en picard par le Florentin Brunetto Latini, au début des années 1260 : « Toute la terre qui regarde vers le midi est sans fontaine ni eau, et pauvre terre. » L’idée générale était que la zone torride formait une barrière inhabitable pour les hommes. Si, en théorie, l’Océan devait permettre de passer d’Europe en Asie en faisant le tour du monde, c’est-à-dire en contournant l’Afrique, la mer, entre les tropiques, devait être en ébullition.

Cependant, il y avait un savoir antique qui n’avait pas totalement
disparu. Certes, on avait perdu le texte d’Hérodote, dans lequel on aurait pu lire le récit de ce roi d’Égypte qui avait expédié des navires montés par des Phéniciens pour faire le tour de l’Afrique, mission qu’ils auraient accomplie avec succès en trois ans – fait dont la véracité importe peu ici. Mais il y avait d’autres récits du genre. Ainsi, à la fin du XIIIe siècle, Riccobaldo de Ferrare écrivit un De locis orbis et insularum et marium, « Des lieux, des îles et des mers du monde », dans lequel il remettait au jour un passage du De nuptiis Philologiæ et Mercurii, « Des noces de Philologie et de Mercure », de Martianus Capella. Dans cet ouvrage tardif, écrit au début du Ve siècle, celui-ci reprenait l’affirmation d’Artémidore selon laquelle on pouvait naviguer de Gadès (Cadix) en Inde en passant par le sud de l’Océan. La preuve en serait que lors de l’expédition de Caïus César, fils d’Auguste, dans le « golfe d’Arabie », la mer Rouge, on avait trouvé des débris de naufrage reconnus comme appartenant à des navires hispaniques. Martianus Capella, et à son tour Riccobaldo, reprenait également Cornélius Népos à propos d’un certain Eudoxe qui aurait fui l’Arabie pour trouver refuge dans la région de Gadès, et d’un autre fugitif, anonyme, qui, parti de Maurétanie, aurait atteint l’Arabie. On retrouve par ailleurs ces mêmes éléments, et d’autres, chez Pline. Les frères Vivaldi connaissaient-ils ces antiques légendes ? Rien ne permet de l’affirmer. La rareté même de ces références plaiderait pour une réponse contraire. Néanmoins, dès leur époque, certains s’interrogeaient sur la navigabilité de l’Océan de l’Europe jusqu’en Asie. La perception de l’espace changeait.


L’outrepassement du monde

Les frères Vivaldi ne furent pas les premiers ni les derniers à s’aventurer ainsi en mer sans la certitude de parvenir au terme de leur voyage. Ils durent néanmoins croire que c’était possible. Leur échec les a condamnés à l’oubli, ou presque. Pourtant, l’histoire de la mondialisation est aussi celle de toutes ces tentatives ratées, de ces possibles non advenus.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 13, avec une tentative encore plus osée, car sans horizon précis. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 6, pour une traversée réussie, mais pleine d’incertitude historique.

La représentation du monde

Quelle carte avaient les frères Vivaldi ? Leur tentative de contourner l’Afrique par le sud pour rejoindre les Indes paraît a posteriori aussi évidente, parce que possible, qu’insensée, parce que difficilement imaginable au regard des connaissances géographiques de l’époque. Pourtant, ils ont bien tenté de le faire, et d’autres après eux. Sur le plan de la production cartographique, les frères Vivaldi n’avaient pas de carte particulière, sinon une carte mentale sur laquelle l’Afrique était contournable.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 15, admirer une mappemonde chinoise. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 10, consulter le manuel du chef des douanes de Quanzhou.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (17 mai 2022). Chapitre 12. 1291 – Les frères Vivaldi. Carnets de géohistoire. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p00e


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.