Chapitre 11. 1221 – Un moine taoïste et vingt postiers mongols

À UNE DATE INCERTAINE, AU tournant des années 1180 et 1190, Temüdjin fut proclamé khan, « roi ». En 1206, après avoir soumis les autres tribus mongoles, Gengis Khan fut nommé khagan, « grand roi ». Il poursuivit sa politique de conquête. En 1215, l’armée mongole entrait dans la ville de Beijing, la capitale de la dynastie Jin. Gengis Khan lança alors ses troupes vers l’ouest, contre le Khwarezm, au sud de la mer d’Aral. Mais la mort le préoccupait. Espérant découvrir le secret de l’immortalité, en 1219, il invita le moine taoïste Qiu Chuji, aussi connu sous le nom de Changchun Zi, qui résidait à Shandong.

Celui-ci aurait bien voulu refuser l’invitation, mais il n’avait guère le choix. Il se mit donc en route vers le khagan mongol, qui se trouvait quelque part à plusieurs milliers de kilomètres de là. Le récit du voyage de Changchun, de Chine en Iran, entre 1220 et 1224, a été écrit par un de ses disciples, Li Zhichang, et publié par un autre disciple, Sun Xi, en 1228, sous le titre Qiu Chang Chun Xi You Ji, « Voyage vers l’ouest de Qiu Changchun1 ». Li Zhichang y mentionne à plusieurs reprises l’importance de la poste mongole pour assurer la transmission des lettres ou pour garantir le voyage de personnes importantes comme lui. Ainsi, en août 1221, « prenant avec lui Zhao Jinku, dont le nom religieux était “Pureté vide”, neuf autres disciples, et escorté par deux chariots et une vingtaine de postiers à cheval, le Maître se mit en route vers l’ouest le long des grandes montagnes [les monts Taïhang]2 ». Après plusieurs mois de voyage, avec une longue étape à Samarkand, Changchun parvint au camp de Gengis Khan, alors dans l’Hindou Kouch. L’ermite des montagnes et l’empereur mongol s’entretinrent à plusieurs reprises. Puis Changchun reprit le chemin du retour et revint à Beijing en janvier 1224.

Ce témoignage est important dans la reconstitution de l’histoire de la poste mongole.

’Atā-Malek Juvayni, originaire du Khorasan, accompagnait Ilkhan Hulagu lors de la prise de Bagdad en 1258, et en fut nommé gouverneur l’année suivante. Il a laissé une grande histoire de l’Empire mongol : Tarīkh-i jahān-guchā, « Histoire du conquérant du monde », dans laquelle il décrit la mise en place d’un système postal devenu indispensable aux communications :

Lorsque l’étendue de leurs territoires fut devenue large et vaste et que d’importants événements survinrent, il devint indispensable de connaître les activités de leurs ennemis, et il fut également nécessaire de transporter des marchandises de l’Ouest vers l’Est et de l’Extrême-Est vers l’Ouest. Par conséquent, sur toute la longueur et la largeur du pays, ils ont établi les yams, et pris des dispositions pour l’entretien et les dépenses de chaque yam, assignant un nombre fixe d’hommes et de bêtes ainsi que la nourriture, les boissons et autres nécessités. […] Ainsi, en conformité avec le recensement, ils distribuent et précisent la charge, de manière à ce que des messagers n’aient pas de long détour à faire pour obtenir des montures fraîches tandis que dans le même temps la paysannerie et l’armée ne sont pas placées dans des désagréments constants. En outre des ordres stricts ont été délivrés à des messagers à l’égard de l’épargne des supports, etc., pour rapporter tout ce qui nous retarderait trop longtemps. Chaque année, les yams sont inspectés, et tout ce qui est manquant ou perdu doit être remplacé par la paysannerie3.

Mais l’auteur ne donne pas de date sur la mise en place de cette institution.

On s’est interrogé sur l’origine chinoise du système postal mongol. Le nom, yam, est généralement considéré comme un emprunt au chinois yi, signe que le système lui-même aurait été copié sur celui des Chinois par l’entremise de conseillers ouïghours et khitans. Pourtant, l’usage du mot yām est attesté en Asie centrale dès le VIIIe siècle. Si l’emploi de cavaliers pour transporter des messages est trop commun pour être attribué à qui que ce soit, la formalisation du système postal avec des relais à distances régulières, des textes autorisant le porteur à réclamer des montures fraîches, le vivre et le gîte, plaide bien en faveur d’une influence chinoise. L’Histoire secrète des Mongols, composée par un auteur anonyme peu après la mort de Gengis Khan en 1227, se termine par une brève histoire de la mise en place du yam au début des conquêtes mongoles. La décision de créer un tel système daterait de 1229 et serait due à Ögödei. Mais il est plus probable que ce dernier l’a simplement réformé et que la décision initiale fut prise lors d’une assemblée mongole en 1218. Le récit du voyage de Changchun, en 1219, va dans ce sens.

Plusieurs voyageurs européens empruntèrent les routes mongoles au milieu du XIIIe siècle, notamment le franciscain Jean de Plan Carpin, qui fut désigné en 1245 par le pape Innocent IV, en même temps que trois autres ambassadeurs, pour se rendre auprès du grand khan Ögödei, et qui y parvint au moment où Güyük fut désigné pour succéder à ce dernier, en août 1246. Il raconte que lorsqu’ils parvinrent à la frontière occidentale de l’Empire mongol et qu’ils se firent reconnaître comme des envoyés du pape, on leur donna des chevaux et ils furent guidés jusqu’à la cour, changeant de montures à chaque étape4.

Quelques années plus tard, en 1259, la mort du khagan Möngke ouvrit une crise de succession qui se traduisit par une dissolution de l’empire. Le système postal s’est alors régionalisé. Ainsi, au cours des années 1270-1290, le marchand vénitien Marco Polo témoigne du fonctionnement de cette poste dans la Chine des Yuan :

Sachez donc bien que beaucoup de routes et de chemins partent de cette cité de Pékin et vont vers maintes provinces, c’est-à-dire qu’un chemin va à une province, un second à une seconde […] Quand on part de Pékin par quelque route que ce soit et qu’on a fait vingt-cinq milles, les émissaires du seigneur trouvent un poste qu’on appelle iam et que nous nommons relais de chevaux. À ce relais où vont ces émissaires il y a un grand palais, beau, magnifique, où ils sont logés. Les chambres sont pleines de lits magnifiques, très beaux et équipés de tout ce qui est nécessaire : si un grand roi y arrivait, il serait fort bien logé. Et dans chacun de ces relais on trouve quatre cents chevaux, parfois trois cents, suivant les besoins propres à chacun, comme le Grand Seigneur l’a décidé pour ses affaires ; et il faut qu’ils soient toujours prêts pour ses émissaires quand il les envoie quelque part. Et sachez que tous les vingt-cinq ou trente milles il y a toujours un de ces relais équipé comme je vous l’ai dit, mais seulement sur toutes les routes principales du Grand Khan. Mais quand les émissaires vont dans un lieu écarté où ils ne trouvent ni maison ni auberge, le seigneur a fait installer aussi des relais ni plus ni moins qu’ailleurs, si ce n’est qu’il faut faire une étape plus longue5.

À côté de cela, il mentionne également un système de poste à
pied :

Sachez que le Grand Khan a encore ordonné – et il en a été ainsi fait – qu’entre deux relais, en quelque chemin que ce soit, tous les trois milles, il y ait un petit hameau qui puisse avoir quarante maisons environ où séjournent des hommes à pied qui fassent aussi les messages du Grand Seigneur, et ce comme suit : chacun porte une ceinture grande et large, toutes pleines de clochettes, afin que quand il se déplace, il puisse être entendu de loin. Et chacun court toujours à toute vitesse jusqu’au hameau suivant, distant de trois milles ; là on tiendra prêt un autre homme, équipé de clochettes comme le premier, qu’on aura préparé avant l’arrivée de ce dernier dès qu’on l’aura entendu venir grâce aux clochettes10.


Ainsi de suite, ces postiers transportaient les nouvelles à travers l’empire, et parfois des fruits.

Un demi-siècle plus tard, dans les années 1330, le voyageur musulman Ibn Battūta décrit un système postal dual équivalent dans le sultanat de Delhi :

Il y a en Inde deux sortes de postes : la poste à cheval appelée ulâq qui consiste en relais de chevaux appartenant au roi et placés tous les quatre milles, et la poste à pied avec des relais d’un seul mille pourvu de trois stations, appelées ad-dâwa, placées à un tiers de mille chacune. Le mille est appelé en Inde al-kurûh. À chaque tiers de mille, se trouve un village peuplé, à l’extérieur duquel sont dressées trois tentes où se tiennent des hommes prêts à partir. Ils ont la taille ceinte et tiennent un fouet de deux coudées de long terminé par des grelots de cuivre. Lorsque le courrier sort de la ville, il tient sa lettre du bout des doigts et de l’autre main le fouet aux grelots. Il part en courant le plus vite possible. Quand les hommes qui se tiennent dans les tentes entendent les grelots, ils s’apprêtent à foncer. Lorsque le courrier arrive, l’un d’entre eux prend la lettre et part à toute vitesse en agitant son fouet jusqu’à la station suivante. On procède de la sorte jusqu’à ce que la lettre arrive à destination. La poste à pied est plus rapide que celle à cheval. Parfois, on transporte, par le moyen de la poste à pied, des fruits du Khurâsân que l’on apprécie en Inde : on les met dans des plats et on les porte le plus vite possible jusqu’à la cour du sultan7.

Le nom de ulâq dénote l’intermédiaire turc dans la diffusion du système, mais la description ne laisse que peu de doute sur la parenté.

Enfin, lorsque renaît un empire mongol au cours de la deuxième moitié du XIVe siècle, sous l’égide de Tamerlan, un système postal est reconstitué sur le même modèle. Le terme même de yamtchï montre la permanence du yam. En 1403, Ruy Gonzáles de Clavijo fut envoyé par Henri III, le roi de Castille, à la cour de Tamerlan. Il fit le récit de son voyage dans un texte, Embajada a Tamor Lán, « Ambassade à Tamerlan », qui ne fut publié, cependant, qu’en 1582. On peut y lire une description très précise d’un système qui ressemble en tous points à son prédécesseur :

Timour Beg a fait organiser les liaisons entre ce pays et Samarkand en ordonnant d’installer sur toutes les routes des relais espacés d’une journée de marche et pourvus, les uns de cent chevaux, les autres de deux cents. Que ce soient ses messagers ou les gens qui viennent le voir, ils sont obligés d’utiliser ses chevaux et d’avancer très vite, de jour comme de nuit. Des montures sont ainsi tenues prêtes, aussi bien dans les régions désertiques que dans les régions habitées. Dans les lieux inhabités Timour Beg a fait édifier de vastes maisons où l’on trouve de nombreux chevaux de rechange ; leur entretien est à la charge des villes
les plus proches.

Pour garder et prendre soin de ces chevaux il y a des hommes que l’on appelle des yamtchï. Lorsque des voyageurs, ou des ambassadeurs envoyés par Timour Beg, ou des messagers lui apportant des nouvelles se présentent à un relais, les yamtchï s’emparent promptement de leurs montures, enlèvent les selles et équipent des chevaux frais. Quand ils repartent, un ou deux yamtchï les accompagnent pour s’occuper de leurs bêtes. En arrivant au relais suivant, ils veillent à l’échange des montures pour tous les voyageurs présents. […]

Ce n’est pas seulement sur cette route qu’il existe ces relais avec leurs chevaux, mais dans toutes les contrées de l’empire, ce qui permet à Timour Beg de recevoir ou d’envoyer des messages en un minimum de temps sur tous ses territoires. Ses messagers vont à toute allure pour le satisfaire, car il dit que celui qui chevauche vers lui porteur d’une nouvelle, en tuant sous lui deux chevaux pour franchir cinquante lieues en un jour et une nuit, lui est plus utile que celui qui fait le même parcours en trois jours8.

Mais la poste mongole a-t-elle été la matrice des autres postes à chevaux, dans le monde arabe d’abord, puis dans le monde européen ? En 1941, Jean Sauvaget, auteur d’une importante étude sur La poste aux chevaux dans l’empire des Mamelouks, s’interrogeait ainsi sur l’origine du barīd, le réseau postal mis en place à partir de 1261 par le sultan mamelouk Baybars. Selon l’historien égyptien Ahmad al-Maqrīzī, qui rédigea en 1424 une Histoire des sultans mamelouks :

Par ce moyen, une nouvelle arrivait en quatre jours du château de la Montagne [du Caire] à Damas, et en revenait en quatre jours dans le même espace de temps. Deux fois chaque semaine le sultan recevait des nouvelles des différentes provinces, et lui, sans sortir du château de la Montagne, envoyait ses ordres dans tout l’empire, pour nommer ou destituer les fonctionnaires. Ce ne fut qu’après avoir dépensé des sommes considérables qu’il [Baybars] parvint à organiser complètement
ce service9.

Ce système est-il copié sur le modèle de la poste mongole ou bien est-il une reprise de l’ancien système qui aurait déjà existé déjà dans l’Empire omeyyade ? Abū l-Fidā, qui rédigea entre 1315 et 1329 un « Abrégé de l’histoire des hommes », al-mukhtasar fī akhbār albachar, fait remonter la création du barīd à Mu’āwiya, fondateur de la dynastie omeyyade au début de la seconde moitié du VIIe siècle. Le barīd était toujours en place au sein de l’Empire abbasside. Le premier grand livre de géographie arabe est directement inspiré de ce réseau postal, puisque Ibn Khordadbeh, auteur vers 870 du Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, le « Livre des routes et des royaumes », a été chef de la poste impériale dans la province du Jebel (Iran occidental), avant de devenir directeur général de ce service à Bagdad, puis à Samarra sous la règne d’al-Mu’tamid, à la fin du IXe siècle.

Selon le Ta’rīf, « le Moniteur de l’usage administratif de la Chancellerie royale », rédigé par le secrétaire d’État Chihāb al-Dīn Ahmad ibn Fādl-Allāh al-’Omari (mort en 1348), le barīd existait bien à l’époque de l’Empire abbasside, mais il aurait été interrompu par les Bouyides, vers le milieu du Xe siècle, afin de priver d’informations le calife et ainsi mieux le contrôler. Les Seljoukides, les Zenguides, les Ayyoubides et les premiers Mamelouks n’auraient dès lors utilisé pour correspondre que des messagers (rusul), c’est-à-dire des envoyés extraordinaires. Jean Sauvaget fait remarquer, par exemple, que si un tel système postal, comme il en existait à partir de 1261, avait fonctionné pendant la période des croisades, les chroniqueurs francs en auraient très probablement fait mention, eux qui ont été très attentifs aux techniques de l’ennemi. Selon Jean Sauvaget, l’action de Baybars à son avènement fut donc plus qu’une simple réorganisation sur la base d’un souvenir de bureaucrates, alors même qu’il existait, au même moment, un modèle d’inspiration directe : la poste des Mongols. Adam J. Silverstein, tout en reconnaissant que certains traits sont indéniablement empruntés à la poste mongole, comme l’usage des tablettes, émet trois réserves : la dimension bureaucratique de la poste mamelouke, son financement quasi exclusif par l’État et les interactions entre la poste à cheval et les autres systèmes de communication, comme les pigeons et les tours à feu10.

Didier Gazagnadou va pourtant encore plus loin dans cette analyse puisqu’il fait de la poste mongole le modèle d’inspiration, de proche en proche, des systèmes postaux européens11.

Le rétrécissement du monde

La poste à relais est un système technique qui a permis de maîtriser la distance et le temps. Il a été indispensable à ces vastes empires qui se sont étendus dans les steppes d’Asie centrale. La poste mongole a été un modèle pour les État voisins. Cependant, la question de la diffusion reste débattue, d’autant qu’il a existé des postes à relais avant la poste mongole.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 16, avec la dislocation de cet espace central. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 8, avec la mise en réseau de l’Eufrasie.

L’ordonnancement du monde


La poste est emblématique de l’ordre mongol qui s’est imposé, par la conquête, au cœur de l’Eurasie. La pax mongolica a facilité les échanges et la mise en connexion de différents espaces. La région des steppes a ainsi pu constituer une sorte de pivot, économique et politique, pour les États périphériques, de l’Europe à la Chine.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 14, dans le monde musulman. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 9, dans l’Empire musulman.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (17 mai 2022). Chapitre 11. 1221 – Un moine taoïste et vingt postiers mongols. Carnets de géohistoire. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p00d


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.