Chapitre 10. 1015 – Une ambassade Chola en Chine

DEPUIS LES TEMPS ANCIENS, ce royaume n’avait jamais envoyé de tribut à notre pays. Dans le neuvième mois de la huitième année de la période Dazhong Xianfu, son roi Luo-cha-luo-zha envoya à notre cour une mission composée de l’ambassadeur, le vice-ministre Suo-li San-wen, le second ambassadeur Pu-shu, le troisième ambassadeur Weng-wu, le garde Ye-le-jia, et d’autres, avec une lettre et un tribut de la part du roi1. »

Ainsi commence le récit d’une ambassade à la cour de l’empereur de Chine, en 1015. Il est extrait du rouleau 489 du Songshi, qui est l’histoire officielle de la dynastie Song compilée par Tuotuo et d’autres, et publiée en 1345. Le royaume en question est le Chola mandalam, qui a donné son nom à la côte du Coromandel. La dynastie Chola, dont l’origine remonterait au IIIe siècle av.n.è., régnait à nouveau sur le Sud de la péninsule Indienne depuis le milieu du IXe siècle et ne cessait d’étendre son influence vers l’Asie du Sud-Est. En 1015, le roi Rajendra Choladeva se rapprocha de la puissance chinoise, elle aussi en expansion depuis l’arrivée au pouvoir d’une dynastie, celle des Song, un demi-siècle auparavant.

L’ambassadeur Chola s’avança dans la salle d’audience, tenant dans ses deux mains, comme il se devait, un plateau contenant des présents : perles et billes vertes ; il fit la révérence, et recula. L’interprète traduisit son propos. Il vivait dans un pays reculé et exprimait « le désir sincère d’être éclairé par la civilisation chinoise ». Suit le texte de la lettre du roi, telle qu’elle a été conservée.

Moi, votre sujet, Luo-cha-luo-zha, souhaite dire que par un marchand venu, sur un petit bateau, dans notre pays, nous avons appris que la dynastie Song règne maintenant sur l’Empire et que Votre Majesté a succédé aux deux empereurs qui ont fondé la dynastie. Vous adorez à la fois le Ciel et la Terre, accomplissant les rites appropriés en deux lieux. Votre vertu était entendue même par le Ciel, qui vous a accordé la grâce en conséquence. J’espérais avoir l’occasion et j’étais favorisé pour entendre les mots auspicieux. Je souhaite étendre ma sincérité en servant Votre Majesté comme le soleil et exprimer ma grande joie de contempler Votre Majesté en audience.

J’ai humblement entendu que le règne de Votre Majesté s’étend sans limite et que les gens vous servent docilement où qu’ils vivent. J’ai humblement contemplé votre perfection qui surpasse celle de tous les dirigeants dans le passé, votre règne étant juste. Le mérite de votre administration couvre le Ciel et la Terre, et la force de votre pouvoir donne de la discipline à l’univers. Votre divin pouvoir n’a jamais tué, votre civilité a éclairé, votre vertu s’est étendue à vos sujets, et vous avez dominé le Ciel par votre esprit. Votre bonté a protégé même le faible roseau et votre confiance s’est étendue jusqu’au poisson dans l’eau profonde. Par conséquent, le Ciel a apprécié vos réalisations splendides et comme prédit dans une lettre du Ciel, vous avez réalisé ce qui n’avait jamais été fait dans le passé et vous avez gardé la base pour la règle établie de l’Empire.

Je présume qu’en tant que sujet, je ne suis qu’un petit être comme un moustique et une humble créature comme un chien de papier, ayant vécu pendant des générations dans une ville barbare. Mon pays est loin de la civilisation chinoise, il même dans les frontières [de mon pays]. Malheureusement, je suis trop avancé en âge pour venir directement à votre cour afin d’offrir un tribut. En outre, je vis dans un pays reculé, séparé par une vaste mer et il y a beaucoup d’obstacles sur le chemin, plutôt difficiles à surmonter. Par conséquent, j’observe maintenant au-delà des portes du palais de Votre Majesté avec la force de ma sincérité. Présenter les produits de mon pays est comme des fourmis et des grillons attirés par le mouton, et payer un tribut et servir Votre Majesté est comme des tournesols et des hysopes se tournant vers le soleil. Avec respect, j’envoie une mission de cinquante-deux personnes à votre cour pour offrir les produits de notre pays en tribut, consistant en une robe et une coiffe décorées de perles, de 21 000 liang de perles, de soixante défenses d’éléphant, et de soixante jin d’encens2.

Certaines formules sont tellement ampoulées qu’on a pu douter de l’authenticité du texte ; mais cela reste éminemment subjectif. Le document confirme assez bien le fonctionnement de l’Empire chinois recevant le tribut d’États périphériques. En 987, le gouvernement chinois avait envoyé quatre missions chargées de présents pour inciter « les marchands étrangers de la mer du Sud et ceux qui viennent de pays étrangers au-delà de la mer3 » à visiter plus fréquemment les ports de la Chine méridionale, en échange de facilités commerciales.

Les motivations, telles que rapportées dans la lettre du roi Chola, pourraient sembler peu claires. La Chine restait lointaine, comme il est dit, et il ne semble pas y avoir de raison de se soumettre, ne serait-ce que nominalement, à l’hégémonie chinoise. L’élément le plus important est au début : le roi affirmait avoir été informé par un marchand. Moins que les lumières de la civilisation chinoise, c’était donc bien évidemment le marché chinois qui attirait l’ambassade Chola.

Le nom du second ambassadeur pourrait aider à la compréhension de cette ambassade, quoiqu’on le trouve sous diverses orthographes : Pu-shu dans le Songshi, Pu-ru-xin dans le Wengshian tongkao, et Pu-jia-xin dans le Songhuiyao. Parmi les ambassadeurs de différents pays, les noms commençant par l’idéogramme Pu pourraient indiquer la transcription des noms arabes en ’Abū. Ceci refléterait le rôle de plus en plus important, depuis le VIIIe siècle, des musulmans dans les réseaux commerciaux de l’océan Indien, jusque dans les ports de la Chine méridionale, où ils s’étaient bien implantés et pouvaient jouer le rôle d’intermédiaires.

L’ambassade de 1015 initia une relation durable entre la Chine et le royaume Chola, le Zhunian. En 1020, une nouvelle ambassade fut envoyée pour offrir un tribut, mais l’ambassadeur mourut à son arrivée à Guangzhou. Le gouverneur de la ville fit tout de même parvenir la lettre du roi Chola à l’empereur, qui ordonna d’envoyer de riches présents en retour. D’autres ambassades suivirent : en 1033, puis en 1077. Toutefois, dans le Lingwaï dada, « Réponses aux questions sur les régions situées au sud des chaînes de montagnes », rédigé par Zhou Qufei en 1178, la connexion avec le Zhunian restait indirecte. Pour s’y rendre, on devait changer de bateau dans le royaume de Gu-lin, c’est-à-dire à Kollam (Quilon), port majeur de transbordement sur la côte du Kerala ; ou bien passer par le royaume de Pu-gan, au Myanmar.

Entre l’Inde et la Chine, l’archipel insulindien était en effet incontournable. Sur l’île de Sumatra, le royaume de Srivijaya était en place depuis le VIIe siècle. Le hasard d’une ambassade envoyée en Chine dès 960, soit peu après l’accession au pouvoir de la dynastie Song, le don d’une corne de rhinocéros « de communication avec le Ciel » dont le motif évoquait un dragon, avaient permis de placer le Srivijaya dans l’orbite de l’Empire chinois et de traiter ce royaume avec une bienveillance particulière. Ainsi, en 1003, une nouvelle ambassade informa qu’un temple bouddhique avait été construit par le souverain du Srivijaya pour qu’on priât en faveur de la longue vie de l’empereur Zhenzhong, et demandait que ce dernier donnât un nom au temple. Fait rare, voire unique, l’ambassade rapporta une cloche. D’autres ambassades suivirent. On en a ainsi dénombré vingt-huit entre 960 et 1095, durant la période des Song du Nord, et cinq entre 1137 et 1178, durant la période des Song du Sud.

L’enjeu était autant la protection impériale que l’accès au marché chinois, alors en pleine expansion. Sous les Song, le système tributaire devint en soi un système commercial lucratif, aussi bien pour l’Empire chinois qui trouvait là un moyen d’approvisionnement, que pour les États tributaires qui furent souvent rétribués en échange des présents apportés.

Dans un premier temps, le royaume de Srivijaya se rapprocha du royaume Chola, comme l’atteste, en 1006, la construction d’un temple à Nagapattinam par le roi du Srivijaya. Mais les relations se détériorèrent sous le règne de Rajendra Chola Ier, entre 1014 et 1044. Celui-ci mena plusieurs conquêtes militaires à l’ouest, vers le nord, le long des côtes du golfe du Bengale, puis contre les royaumes situés à l’est, outre-mer. En 1017, le royaume Chola semble avoir mené une expédition contre le Karadam (Kedah), sur la côte occidentale de la péninsule Malaise. En 1018, il acheva la conquête du Kerala et des ports de la côte de Malabar. Enfin, en 1025, une expédition éclair, grâce aux vents de mousson, amena les navires du Chola à travers la baie du Bengale et le détroit de Malacca jusqu’à Palembang, la capitale du Srivijaya. La ville fut ravagée,
ainsi que le palais royal, et le roi fait prisonnier. D’autres ports du pays furent ensuite attaqués. Cependant, l’expédition ne déboucha pas sur une véritable prise de contrôle du Srivijaya.

L’apogée des liens entre l’Empire chinois et le royaume Chola fut atteint au XIIIe siècle avec la construction d’une pagode à Nagapattinam en 1267 et d’un temple tamoul à Quanzhou en 1281. Mais les invasions mongoles dans les années 1270 pourraient avoir joué un rôle dans le retrait, momentané, des commerçants chinois de Nagapattinam. Dans les années 1290, lorsque Marco Polo visita la côte de Coromandel, il ne mentionna aucun marchand chinois. Plusieurs siècles plus tard, en 1615, le jésuite Manuel Barradas décrivit une structure en briques que les gens de Nagapattinam croyaient avoir été construite par les Chinois « quand ils étaient maîtres du commerce de l’Inde4 ».

Dans cette ouverture maritime chinoise, le port de Quanzhou, la Zaytun des Arabes, occupait une place majeure. Zhao Rugua (1170-1228), surintendant du port, composa ainsi une « Description des peuples barbares », Zhufan zhi, mêlant diverses citations d’ouvrages antérieurs et des informations colportées par les marchands arrivant dans la ville5. Il décrit ainsi un monde réticulaire qui s’étend du Japon à l’est jusqu’au Maghreb à l’ouest et Zanzibar au sud, en passant par diverses îles, la Sicile, Pemba et Bornéo. L’importance des circulations maritimes, au détriment des échanges terrestres, crée ainsi une sorte d’anamorphose de l’espace eufrasien.

On y retrouve une description du royaume Chola, Zhunian, à la
suite du Malabar (Nan-pi), du Gujarat (Hu-cha-la) et du Malwa (Ma-le-hua)6 ; mais, au-delà de la péninsule Indienne, les informations se troublent, se télescopent, s’amplifient. D’un côté, on peut lire une brève description du Da-qin, pays des habitants du Paradis de l’Ouest, dont le roi porte un turban de soie brodé de lettres d’or et dont un des rois est appelé su-dan, « sultan » – ce qui correspond à l’Empire musulman ; mais on se souvient qu’au début de la période yanxi de la dynastie Han, soit vers la fin des années 150 ou au début des années 160 n.è. – ceci correspondait à l’Empire romain. D’un autre côté, il y a un chapitre beaucoup plus long consacré à l’Empire musulman, mais sous le nom de Da-shi, qui présente régulièrement des tributs à l’Empire chinois depuis la période yonghui de la dynastie Tang, soit depuis les années 650. Parmi les lieux remarquables décrits dans des chapitres à part, notons La Mecque, avec « la maison du bouddha Ma-xia-wu [Mohammed]7 », Bagdad et Alexandrie. Enfin, à une centaine de jours de navigation vers l’ouest, les navires musulmans auraient atteint le royaume de Mu-lan-pi, identifié comme celui des Almoravides. Les bateaux y seraient si grands
qu’un seul d’entre eux contiendrait plusieurs centaines d’hommes, ce qui constitue une étonnante inversion par rapport au réel, les navires chinois étant les plus vastes de l’époque.

Le lointain est toujours source de merveilles.


La représentation du monde

Faute de voyageurs ou d’explorateurs, les relations diplomatiques et commerciales constituaient un facteur majeur dans la connaissance des pays étrangers à la Chine. Mais ceci dessinait une image du monde partielle, à la mesure des réseaux, et donc particulièrement développée par les deux grands axes que constituaient la mer Méditerranée d’un côté, le littoral nord et ouest de l’océan Indien de l’autre. Reste que ces descriptions des pays plus ou moins lointains ne donnaient pas lieu à une cartographie.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 12, spéculer sur le contournement de l’Afrique. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 9, cartographier au centre de l’Eufrasie.

Le tissage du monde

Les ambassades ont été un moyen récurrent de nouer des relations entre les États, mais la fonction diplomatique a souvent aussi été économique. L’Empire chinois, sous la dynastie des Song, a perfectionné le système tributaire et a tissé un réseau politique et commercial dont il était le centre. Mais l’impulsion n’est pas toujours venue du centre. Selon un modèle très classique, l’attractivité du centre a aussi mobilisé des espaces qui lui étaient périphériques.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 13, voyager sans retour. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 8, commercer d’ouest en est, et d’est en ouest, par terre et par mer, grâce au premier réseau marchand eufrasien.

Sommaire


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (15 mai 2022). Chapitre 10. 1015 – Une ambassade Chola en Chine. Carnets de géohistoire. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p00c


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.