Chapitre 8. IX ͤ siècle – Les marchands radhanites

LES MARCHANDS RADHANITES sont des fantômes de l’histoire. Ils auraient assuré le commerce mondial d’un bout à l’autre de l’Eufrasie, entre l’Europe et la Chine, et malgré cela, il n’existe, de fait, qu’un seul véritable document les mentionnant. Il s’agit d’un extrait du Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, le « Livre des routes et des royaumes », écrit par Ibn Khordadbeh (v. 820-912)1. Celui-ci, d’origine iranienne, dirigea le service des postes, à l’échelle provinciale d’abord, puis à l’échelle de l’Empire abbasside, à Bagdad, puis à Samarra. Que dit-il ?

D’abord, que ces marchands auraient été polyglottes. Ils parlaient l’arabe et le persan, le rumi, c’est-à-dire le grec, la langue de l’Empire byzantin, l’ifranjīya, la langue des Francs, et l’andalusīya, la langue d’al-Andalous, peut-être l’« espagnol », ainsi que le slave. L’affirmation est de toute évidence collective. Tous ne maîtrisaient sans doute pas toutes ces langues. On distinguera au passage l’importance des langues du monde musulman d’un côté, et des langues des rives septentrionales de la mer Méditerranée de l’autre. Nulle mention d’une langue à l’est de l’Iran. Cette géographie linguistique place ces marchands. Au moins pour partie.

Nonobstant, selon Ibn Khordadbeh, ces marchands « voyagent de l’Occident en Orient, et de l’Orient en Occident ». Il faut évidemment ici se défaire de toute connotation moderne que nous pourrions attribuer à ces termes. Entre Maghreb et Machreq, ces marchands vont du couchant au levant, et vice versa, « par terre et par mer » (baran wa bahran).

Du pays des Francs, par « la mer Occidentale », id est la Méditerranée, ils importaient esclaves – hommes, femmes, enfants –, textiles, fourrures de martre, épées. Parvenus au port de Farama, ils mettaient tout ceci sur le dos de quelques bêtes, ânes et/ou chameaux, et en cinq jours de marche, parvenaient à Qulzum, où ils s’embarquaient sur la « mer Orientale » – la mer Rouge.

Tell al-Farama, aujourd’hui, est un site archéologique situé à l’extrémité orientale du delta du Nil, dans un creux de la côte méditerranéenne, à proximité de l’actuel canal. Il abrite les vestiges de l’antique Péluse (Pélousion en grec), Sin dans la Bible. Mais les fouilles ont davantage porté sur la période hellénistique et on connaît mal la ville à l’époque à laquelle Ibn Khordadbeh en parle. Par ailleurs, l’axe commercial au travers de l’isthme, entre mer Méditerranée et mer Rouge, pour nous évident, ne l’a pas toujours été. La navigation maritime jusqu’au fond de la mer Rouge est difficile, en raison des vents contraires, et le transbordement, quelle que soit l’époque, s’est souvent fait beaucoup plus au sud, en connexion avec la vallée du Nil : ports antiques de Myos Hormos ou de Bérénice, ports de ’Aydhab ou d’al-Qusayr à l’époque fatimide.

Quant au port de Qulzum, l’ancienne Clysma, il ne pouvait rivaliser avec ces derniers, même si un canal reliait la ville au Nil : « La rivière de Trajan. » Au IVe siècle, la région est plutôt connue comme un désert pour quelques moines en quête de solitude. Aux Ve et VIe siècles, plusieurs traces indiquent une reprise de l’activité commerciale, notamment sous les règnes de Justin et de Justinien, en relation avec les marchands « indiens » – le terme désignant plus probablement les marchands axoumites et himyarites qui ont alors pris le contrôle du commerce en mer Rouge. Abū Zayd al-Sīrāfī, qui écrivait au début du Xe siècle, insistait sur les difficultés à naviguer dans la mer Rouge, en particulier dans sa moitié septentrionale, à cause des écueils, de l’absence de pouvoir politique, du faible nombre de lieux habités, de la nécessité chaque nuit de mettre le navire à l’abri. Seuls les bateaux de Qulzum, selon lui, assuraient le transport des marchandises, prenant le relais des bateaux de Siraf2.

Le trajet décrit par Ibn Khordadbeh est donc moins commun qu’on pourrait le croire de prime abord.

Après la traversée de l’isthme, les marchands s’embarquaient
donc à Qulzum, en direction d’al-Jar et de Jedda, les ports respectifs
de Médine et de La Mecque, avant de faire voile vers le Sind, l’Inde
et la Chine. De ces contrées, ils rapportaient musc, aloès, camphre,
cannelle et autres épices, et retournaient dans la « mer Occidentale »
en passant par Qulzum et Farama. Là, les routes divergeaient.

Certains faisaient voile vers Constantinople, tandis que d’autres
allaient dans le royaume des Francs, point initial de la description,
mais sans doute pas du système.

Ibn Khordadbeh indiquait une variante à cette route transeufrasienne.
Partant du pays des Francs, parfois, les marchands se dirigeaient vers Antakia, ex-Antioche, rejoignaient l’Euphrate en trois jours de marche, puis descendaient l’Euphrate jusqu’à Bagdad. Là, ils passaient sur le Tigre, jusqu’à Ubulla. Cette ville portuaire se trouvait à l’est d’al-Basra, sur un canal qui reliait le Tigre à Abadan et à la mer. Dans le Périple de la mer Rouge, texte grec daté du Ier siècle n.è., elle est désignée sous le nom grec d’Apologos. D’Ubulla, les marchands gagnaient alors la « mer Orientale » et poursuivaient vers Oman, le Sind, l’Inde, la Chine ; et s’en revenaient.

Ainsi les deux routes dessinent-elles une sorte de fuseau reliant la mer Méditerranée occidentale à la mer de Chine, avec deux axes : un axe majeur via la mer Rouge, et un axe mineur empruntant le golfe Persique et la vallée de l’Euphrate. L’isthme central de l’Eufrasie, entre mer Méditerranée et océan Indien, y occupe une place importante, mais étonnamment pas si centrale que cela : rien ne dit que Bagdad constituait l’unique pôle économique de ces flux. Ibn Khordadbeh ne décrit aucunement une économie-monde centrée sur la capitale irakienne. Il conclut au contraire sur une phrase qui a une résonance toute particulière à nos oreilles : « Tout ceci est en interconnexion de parties à parties. » Difficile de ne pas penser à la définition même de la mondialisation. Il reste évidemment une question, jusqu’à présent éludée : qui étaient ces marchands qui sillonnaient le monde du couchant au levant ? Ibn Khordadbeh est malheureusement plus que laconique. Seul le titre fait référence à leur identité : « Les chemins des marchands juifs radhanites (rā ānnya). » Le dernier terme renverrait, selon l’hypothèse la plus simple, à un lieu : al-rā ān, qui correspond en fait à deux cantons au sud de Bagdad. Mais ce n’est pas cette interprétation qui l’a d’abord emporté. Au tournant du XIXe et du XXe siècle, certains historiens, en effet, ont considéré qu’il ne pouvait s’agir là de juifs orientaux, et qu’il était en fait question de marchands juifs originaires d’Europe, peut-être de la vallée du Rhône, selon une interprétation linguistique quelque peu osée faisant dériver le mot arabe rādānnya de rhodanien. Je ne peux ici que reprendre la conclusion de Moshe Gil, au terme de son étude de différentes hypothèses : il n’y a rien à changer au texte d’Ibn Khordadbeh3.

En revanche, la judaïté de ces marchands permet de sortir ce texte de son isolement et de le mettre en relation avec d’autres documents. L’ensemble le plus important est celui constitué par les archives découvertes dans la genizah du Caire. Sans confirmer l’existence de ce réseau de juifs radhanites, les textes révèlent une communauté juive plutôt prospère et attestent de son engagement dans les échanges commerciaux entre l’Égypte et le Maghreb.

Du côté de la Chine, l’historien arabe Abū Zayd al-Sīrāfī, qui écrit en 915, relate qu’en 877 l’officier rebelle Baichu/Huang Chao avait dévasté la ville de Khānfū (Guangzhou), tuant plusieurs dizaines de milliers d’étrangers, musulmans, juifs, chrétiens et zoroastriens, ce qui avait provoqué une interruption des relations commerciales pendant quelque temps4. Preuve, par le massacre, que des marchands juifs étaient bien implantés dans le Sud de la Chine, au côté d’autres communautés originaires du Moyen-Orient.

Du côté de l’Europe, Ibn Hawqal, auteur, au Xe siècle, d’une description du monde, écrivait, à propos d’al-Andalous, qu’un article d’exportation bien connu consistait dans les esclaves, garçons et filles, qui étaient enlevés en France et dans la Galice, ainsi que les eunuques slaves. Et d’ajouter : « Tous les eunuques slaves qui se trouvent sur la surface de la terre proviennent d’Espagne. On leur fait subir la castration près de ce pays : l’opération est faite par des commerçants juifs5. » Radhanites ? Rien ne le dit.

Ces documents n’en sont pas moins complémentaires et l’ensemble donne une image très frêle de ce qu’ont pu être ces échanges d’une extrémité à l’autre de l’Eufrasie. Si on s’en tient au seul témoignage d’Ibn Khordadbeh, on peut s’interroger sur le rôle d’un groupe qu’on peut qualifier de diasporique à l’intérieur du système-monde eufrasien et reprendre les réflexions de Philippe Norel sur cette question6.

Trois éléments méritent ainsi d’être mis en avant : la difficulté à identifier un lieu central, même si leur nom les rattache à la région de Bagdad et donc à une ville-monde ; l’indépendance apparente de ce réseau à l’égard du pouvoir ; la désirabilité des produits, qu’ils vont chercher dans des espaces qui ne sont donc pas véritablement des périphéries, et qu’ils revendent en divers lieux, en fonction de la demande et d’un prix évidemment croissant avec la distance.


Le tissage du monde

Les Radhanites apparaissent comme un groupe de marchands de même origine, selon une logique diasporique. Malgré le manque de documents, ils semblent avoir été des acteurs importants dans la mise en réseau de l’Eufrasie, de l’Europe jusqu’à la Chine, en passant par le Moyen-Orient. Mais un réseau de marchands dont eux seuls, ou presque, auraient perçu la dimension mondiale.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 10, voyager d’Inde en Chine. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 5, louer ou conspuer la mondialisation romaine.

Le rétrécissement du monde

Malgré les interrogations qui pèsent sur la compréhension de ce réseau des marchands radhanites, celui-ci, tel qu’il est présenté par Ibn Khordadbeh, a quelque chose d’inédit dans la mesure où c’est peut-être la première fois qu’un groupe de marchands contrôle des échanges d’un bout à l’autre de l’Eufrasie.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 11, profiter du réseau postal mongol pour traverser l’Eurasie sans encombre. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 7, mesurer la distance qui pouvait séparer la Chine de Rome.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (14 mai 2022). Chapitre 8. IX ͤ siècle – Les marchands radhanites. Carnets de géohistoire. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p009


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.