Chapitre 7. VII ͤ siècle – Le visage des Sères

Le monde habité [orbis] s’appelle ainsi d’après la rotondité du cercle car il ressemble à une roue […]. En effet, le flux de l’Océan encercle de toutes parts ses confins. Le monde habité est divisé en trois parties ; l’une d’elles s’appelle Asie, l’autre Europe, la troisième Afrique. Les Anciens ne divisèrent pas ces trois parties du monde d’une manière égale car l’Asie s’étend du sud, par l’orient, jusqu’au nord ; l’Europe va du nord à l’ouest et l’Afrique de l’ouest au sud. Il en ressort que deux parties, l’Europe et l’Afrique, occupent une moitié du monde alors que l’Asie à elle seule prend l’autre moitié1.

***

DANS LES RUINES DE L’EMPIRE romain d’Occident, le royaume wisigothique de Tolède, au tournant du VIe et du VIIe siècle, devint une sorte de conservatoire culturel, dont l’œuvre emblématique fut celle de l’évêque de Séville, Isidore. Ses Étymologies étaient une somme. Vingt volumes en tout, compilant un savoir antique menacé de disparaître, sous la forme d’un lexique structuré par thèmes : grammaire, médecine, langues, animaux, agriculture, religion… L’œuvre en son ensemble fut une référence majeure de la Chrétienté latine au cours des siècles suivants. Ainsi le livre XIV, De terra et partibus, « De la terre et de ses parties », fut-il quasiment la seule œuvre de géographie accessible pendant longtemps, jusqu’à la redécouverte de la Géographie de Ptolémée au XVe siècle grâce à un manuscrit byzantin. Dans l’extrait cité, Isidore reprenait la division ternaire d’un monde circulaire, héritée des géographes grecs ; il assura ainsi la pérennité d’une structure qui a été la base de notre division du monde en plusieurs continents, l’Amérique, l’Océanie et l’Antarctique ayant été ajoutés aux trois premiers au fil des explorations européennes entre le XVe et le XIXe siècle. On notera que pour Isidore, la majeure partie du monde était alors l’Asie. Venait ensuite, dans ce cadre, une longue liste de peuples et de pays.

Parmi eux, les Sères. Pour Isidore de Séville, le nom de « Sères », Seres, provenait d’une cité et désignait à la fois une région et leurs habitants, entre l’océan Scythique et l’océan Oriental, soit quelque part vers le Nord-Est de l’Asie. Mais ce qui faisait la réputation de ce pays était « des feuillages célèbres d’où on cueille une toison que les Sères vendent aux autres peuples pour la production de vêtements2 » : la soie. L’origine même de ce fil restait assez mystérieuse.

La plus ancienne mention des Sères remonte au Ier siècle av.n.è. Horace notait, ironiquement, que les traités stoïques aimaient parfois à se reposer sur des coussins de soie – littéralement, sericos pulvillos, « des coussins sériques3 ». L’ethnonyme lui-même est employé dans ses Odes, ainsi que dans les Géorgiques de Virgile et les Amours d’Ovide4. Les Sères étaient alors connus par leurs produits : la soie, mais aussi les flèches, les chiens et le fer. Le mot latin provenait sans nul doute du grec. Au début de notre ère, Strabon, dans sa Géographie, parlait des Sères, et to sérikon désignait la soie, et il s’appuyait également sur un texte plus ancien, d’Apollodore d’Artémise, les Parthika, une histoire de l’Empire parthe malheureusement perdue, preuve de l’ancienneté relative des contacts.

Mais qui étaient donc ces Sères ?

***

En 1253-1254, le frère franciscain Guillaume de Rubrouck fut envoyé comme ambassadeur par Louis IX – Saint Louis – auprès des Mongols. Sa principale référence géographique était Isidore de Séville, qu’il cite régulièrement dans le récit qu’il fit de son périple, parfois d’ailleurs pour le corriger, comme pour la mer Caspienne, qui s’avéra en réalité fermée. Il n’alla pas au-delà de Karakorum, la ville fondée par le khagan Ögödei [r. 1227-1241], dans l’actuelle Mongolie, mais il décrivit les pays plus à l’est, et notamment « la grande Cataia qui dans les temps anciens portait, je crois, le nom des Sères. Car c’est de chez eux que viennent les meilleures étoffes de soie, qui doivent leur nom à ce peuple5 ». Cathay, qui est resté
le nom d’une compagnie aérienne fondée en 1946 à Shanghaï, provient du nom des Khitan ou Khitaï, peuple nomade fondateur au Xe siècle d’un empire à partir de la Mandchourie et dominant la Chine du Nord (dynastie Liao). C’est ainsi que Marco Polo, au début du XIVe siècle, en vint lui aussi à utiliser le nom de « Cathay » pour désigner la Chine mongole. L’identification du pays des Sères avec la Chine s’imposa ainsi, à la suite de Guillaume de Rubrouck, jusqu’à être remise en question par les historiens modernes à partir d’une lecture plus fine des textes anciens.

Ainsi, selon la Géographie de Ptolémée, au IIe siècle n.è., la Sérique, le pays des Sères, était bordée à l’ouest par la Scythie, au nord par un pays inconnu, au sud par l’Inde et par le pays des Sines (Sinoi), dont la capitale (métropolis) était orthographiée Thinai6. Sines et Thinai désignant très probablement la Chine, par référence à la dynastie Qin (IIIe siècle av.n.è.), il faudrait donc chercher les Sères ailleurs qu’en Chine. Mais où, alors, exactement ?

Pausanias, au IIe siècle n.è., dans la Périégésis, sa « Description de la Grèce », décrivait la Série (Séria) comme « une île dans un recoin de la mer Rouge7 », c’est-à-dire de l’océan Indien. En même temps, il reconnaissait que tout cela était assez flou, que ce n’était peut-être pas une île dans l’océan Indien, mais au milieu d’un fleuve, comme le delta du Nil, et qu’ils n’étaient pas Éthiopiens comme le disaient certains, mais « des Scythes mâtinés d’Indiens ». Bref, l’hypothèse indienne de la localisation des Sères est très fragile et difficile à accréditer. Aussi faut-il revenir à la source de Ptolémée pour essayer de préciser les choses. Dans l’établissement des bornes du monde habité, du moins connu, Ptolémée s’appuya sur un autre géographe, originaire de Tyr, Marinos, qui tenait lui-même ses informations d’un marchand, Maès dit Titianos, qui avait envoyé des hommes auprès des Sères et qui en étaient revenus8. Ces marchands, après avoir passé l’Euphrate, avaient traversé la Mésopotamie, l’Assyrie, la Médie, jusqu’à Ecbatane, franchi les Portes caspiennes, traversé ensuite la Parthie, l’Arie, la Margiane, la Bactriane, les pays montagneux des Comèdes, puis redescendu dans une plaine jusqu’à la « Tour de pierre » (Lithinos Purgos), toponyme aussi simple que mystérieux et à partir duquel toutes les indications deviennent floues. Les distances ne sont plus calculées en stades, on sait seulement qu’entre la Tour de pierre et la capitale des Sères, il y avait sept mois, mais Ptolémée trouvait cette durée exagérée, reprenant la méfiance de Marinos de Tyr envers les marchands, qui avaient tendance « à augmenter les distances par vantardise9 ».

Il reste que cette expédition est restée semble-t-il unique. La fameuse « route de la soie », terme inventé par le géographe allemand Ferdinand von Richthofen, tient du rêve d’Orient et des voyages du XIXe siècle. Ce qui existait, c’est un réseau de routes commerciales multiples reliant différentes régions de l’Eufrasie à une époque où de grands empires facilitèrent les échanges : l’Empire romain, l’Empire parthe et l’Empire chinois.

Un autre texte, à peu près de la même période, entre le Ier et le IIe siècle n.è., connu sous le titre de Périplous tès Erythras thalassès, « Périple de la mer Rouge », donne des informations assez précises sur les réseaux commerciaux dans l’océan Indien, par quelqu’un qui semble avoir été bien engagé dans ces échanges. La fin de l’ouvrage se noie dans les limbes d’un horizon mystérieux10. Aux confins du Levant (Anatolé), au-delà d’une contrée appelée Chrysée, la mer, « à l’extérieur », se déploie vers le nord. On y trouvait un pays, appelé This, et une très grande ville, Thinai, très probablement la Chine. Nulle mention des Sères, ce qui conforte l’idée que ceux-ci n’habitaient pas en bordure de l’océan, mais l’auteur anonyme ajoutait que « la laine, le fil et le voile sérique », autrement dit la soie, provenaient de Thinai et étaient « apportés à Barygaza via la Bactriane par voie terrestre et à/en Limyriké par le Gange ». Barygaza a été identifiée comme Bharuch, dans le golfe de Cambay, ce qui dessine un axe commercial nord-sud, passant par la vallée de l’Indus. Quant à
Limyriké, il s’agirait, sinon d’un port, du moins de la côte de Malabar, dont le port principal, selon Pline, était Muziris, le primum emporium Indiae, « le premier port commercial des Indes11 ». Cependant, il est difficile d’expliquer l’arrivée de la soie en ce point par la vallée du Gange.

Les Sères, dont le nom a été attribué abusivement à la soie, n’auraient donc été que des intermédiaires dans la commercialisation et la circulation de celle-ci, entre la Chine et les contrées de l’Ouest. Qui furent-ils exactement ? La réponse reste délicate. Isidore, dans ses Étymologies, rapportait un vers d’un poète qui n’a pas été identifié : « Les Sères inconnus de visage, mais connus par leur “laine”12. » La mondialisation des premiers siècles du Ier millénaire est là, dans cette concaténation de réseaux assurant une circulation de produits sur de vastes distances, mais dans un éloignement qui, pour les hommes, reste immense.

Cependant, lorsque Isidore de Séville écrivit son encyclopédie, à partir de connaissances héritées, certaines connexions s’étaient rompues. De sa périphérie extrême-occidentale, il n’avait pas perçu les changements survenus en Asie. Ce n’étaient plus les Sères, quels qu’ils fussent, qui assuraient le commerce de la soie et autres produits, mais les Sogdiens et les Malais.

Au VIe siècle, la demande de soie était toujours vive. Cosmas, un moine égyptien qui avait été marchand dans une vie antérieure et beaucoup voyagé, a laissé une Topographie chrétienne intéressante par ses descriptions du pourtour de l’océan Indien. Ainsi s’interrogeait-il, non sans ironie, sur les motivations des hommes.

Car si pour de la soie [metaxion] aux confins de la terre, quelques marchands n’hésitent pas à faire la traversée pour un salaire de misère, comment hésiteraient-ils à voyager pour contempler le paradis13 ?

Le mot même pour désigner la soie n’est plus serikon mais metaxion, terme très générique mettant en exergue non pas un pays d’origine, mais le fait qu’il s’agit d’un produit transporté (metagô). On pourrait ainsi considérer que la soie était devenue la marchandise mondialisée par excellence. Il existait bien, néanmoins, un « pays de la soie » (chôra tou metaxiou), comme l’écrivait Cosmas ; il se trouvait complètement à l’intérieur de l’Inde, c’est-à-dire de l’Asie, « à gauche quand on entre dans la mer Indienne, beaucoup plus loin que le golfe Persique et que l’île appelée Sélédiba par les Indiens, Taprobané par les Grecs » (Sri Lanka). Ce pays de la soie, Tzinitza, était bordé par l’Océan qui entourait le monde habité ; il s’agit de toute évidence de la Chine, selon une graphie nouvelle. De ce bout du monde, deux routes commerciales permettaient d’acheminer les ballots de soie jusqu’à la Perse, l’une par terre, à travers
plusieurs pays, l’autre par mer, mais beaucoup plus longue. Car le pays de la soie, l’épicentre d’une mondialisation ancienne, c’était bien la Chine.

***

Il est remarquable qu’un millénaire et demi plus tard, le président de la république de Chine, Xi Jinping, en 2013, lance une nouvelle politique commerciale selon ces deux axes, reprenant l’appellation occidentale de « Route de la soie », sīchóu zhī lù : « La ceinture économique de la route de la soie et la route de la soie maritime du XXIe siècle. » Ce qui a été simplifié un temps sous l’acronyme anglais OBOR, One Belt One Road, mais l’appellation anglaise a été officiellement changée en 2016 pour celle de Belt and Road Initiative (BRI) car le terme « one » donnait une mauvaise idée de ce projet qui recouvre un faisceau d’axes de transport. Comme par le passé.


La représentation du monde

Les Étymologies d’Isidore de Séville ont été une référence pendant des siècles dans la Chrétienté latine. Pourtant, les connaissances géographiques étaient pour le moins datées et donnaient une image anachronique du monde. En ce qui concerne les Sères, le prisme est double car à la distance spatiale qui rend les informations confuses, s’ajoute en quelque sorte la distance temporelle. Bref, cette géographie manquait d’actualité.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 9, avec une image mise à jour du monde. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 2, avec une carte très schématique d’un monde et de son au-delà.

Le rétrécissement du monde

Les Sères, lointains et inconnus, incarnent cette distance du monde qui longtemps a perduré malgré les échanges croissants et les connexions. Les produits étaient échangés, circulaient parfois sur de longues distances, mais les hommes allaient moins loin et se méconnaissaient, voire s’ignoraient.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 8, suivre des marchands qui auraient traversé le monde, sans que personne en témoigne vraiment. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 6, vous embarquer sur des pirogues à balancier à travers l’océan Indien.

Sommaire


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (14 mai 2022). Chapitre 7. VII ͤ siècle – Le visage des Sères. Carnets de géohistoire. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p00a


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.