Chapitre 6. VIII ͤ siècle ? – Des pirogues à Madagascar

ONÉSICRITOS, ORIGINAIRE de l’île d’Astypalaia, dans le Dodécanèse, était un cynique, un disciple de Diogène. Il participa aux conquêtes d’Alexandre le Grand et fut le premier pilote (archikubernètès) de la flotte de Néarque, qui, en 325 av.n.è., rejoignit l’Euphrate à partir de l’Indus. Après la mort d’Alexandre en 323, il rédigea une Éducation d’Alexandre, qui contenait une description des régions parcourues, mais non sans merveilleux, ce qui lui valut un certain discrédit. L’ouvrage a été perdu et seuls quelques extraits nous sont connus par les citations qu’ont pu en faire des auteurs plus tardifs. Ainsi, Strabon, auteur d’une Geographica en dix-sept volumes, au début du Ier siècle n.è., reprit-il le témoignage d’Onésicritos à propos de l’île de Taprobane (Sri Lanka) :

Elle est grande de cinq mille stades, sans préciser en longueur ou en largeur, et elle se trouve à vingt jours de navigation du continent, mais la navigation est difficile pour des navires qui, d’une part, ont une mauvaise voilure, d’autre part, ne sont pas équipés à chaque bord d’une « quille »1.

La phrase est difficile à saisir, avec un usage peu commun du mot mèter pour désigner une quille, ou plus probablement, si on comprend bien le texte, un balancier ; deux balanciers en l’occurrence. Ce qui pourrait signifier qu’à l’époque –au IVe siècle av.n.è. –, pour les habitants du lieu, la pirogue à double balancier était le type d’embarcation standard. La difficulté à nommer les choses en grec révèle bien l’étrangeté de ces bateaux.

***

En mars 1521, au terme de leur traversée de l’océan Pacifique, les compagnons de Magellan arrivèrent à l’île de Guam, « l’île des larrons » comme ils la baptisèrent. Parmi eux, Antonio Pigafetta, un marin italien qui, de passage à Séville, s’était engagé dans l’expédition et qui, rare survivant, en a laissé le récit, dans Navigation et découvrement de l’Inde supérieure et îles de Malucque où naissent les clous de girofle. Il décrit ainsi les « barquettes », comme il dit, de ces insulaires en les comparant aux barques élancées utilisées à Venise :

Elles sont comme les fuseleres mais plus étroites, aucunes noires, blanches et d’autres rouges. Elles ont de l’autre partie de la voile un gros bois pointu en la cime, avec des pales traversées qui sont en l’eau, pour aller plus sûrement à la voile. Leurs voiles sont faites de feuilles de palme cousues en façon de voile latine, au droit du timon. Elles ont pour avirons certaines pelles de fournier, et il n’y a point de différence de la poupe et la proue auxdites barquettes, qui sont comme des dauphins à sauter d’onde en onde2.

Il n’y a là qu’un seul balancier ; cependant, malgré la vétusté apparente
de ces bateaux, Pigafetta notait bien leur célérité.

***

En 1594, des négociants d’Amsterdam s’organisèrent en une nouvelle compagnie, Van Verre, pour faire commerce d’épices en allant s’approvisionner directement dans la région de Banten, sur l’île de Java. L’année suivante, quatre navires quittaient le port d’Amsterdam sous le commandement de Cornelis de Houtman. Bien que l’expédition fût un désastre, elle marqua le début du commerce néerlandais en Asie du Sud-Est. Willem Lodewijcksz, qui, petit, avait « fort désiré voyager aux terres lointaines et étrangères3 », en fit le récit dans le Premier livre de la navigation aux Indes orientales par les Hollandais, publié en 1598. Une illustration, en particulier, mérite l’attention, malgré l’absence de commentaires détaillés. Elle est au début de l’ouvrage. En septembre 1595, les navires longeaient alors la côte sud-ouest de Madagascar, en quête d’un havre où se ravitailler et soigner les équipages, très affaiblis par le scorbut. Ils arrivèrent ainsi dans le port de Saint-Augustin, à l’embouchure du fleuve Onilahy. La gravure montre deux embarcations près de la côte avec la légende suivante : « Ces esquifs sont faits d’une pièce seule de bois, ayant des bâtons à deux côtés, afin qu’en tournant ne
renversent4. » Clairement, il s’agit de pirogues à balanciers, par ailleurs toujours utilisées aujourd’hui. Dans le récit lui-même, Willem Lodewijcksz parle à plusieurs reprises des « canoës » (canoas), reprenant un mot emprunté aux Arawak, dans les Caraïbes, tout en précisant qu’il s’agit de « laccas » (laka en malgache). Notons qu’il lui vint en tête la même comparaison qu’à Pigafetta, les laccas étaient « faites à la façon de la gondoline de Venise5 ». Mais il ne mentionne pas ces balanciers. Pourtant, ailleurs, lorsqu’ils arrivèrent sur la côte sud de Sumatra, la description est explicite : « Les insulaires voyant venir les nôtres ramèrent vers la terre, tirant leurs canoas en terre, qui étaient très longues et très étroites, ayant à chaque côté un raseau6 » – c’est-à-dire une sorte de petit bateau.

Willem Lodewijcksz, Premier livre de la navigation aux Indes orientales par les Hollandais, f° 6v, 1598 (Source gallica.bnf.fr / BnF)

***

Ceylan, Guam, Madagascar – trois îles, quatre avec Sumatra, pour le moins distantes, réparties entre la côte orientale de l’Afrique et l’archipel des Mariannes dans l’océan Pacifique. Pourtant, la présence de ces pirogues, à un ou deux balanciers, interpelle. D’un point de vue technologique, la forme est originale, suffisamment en tout cas pour qu’on puisse faire l’hypothèse d’une origine commune et donc d’une diffusion, plutôt que d’une invention parallèle. Aussi, en 1920, dans un article paru dans La géographie, James Hornell, directeur des pêcheries de Madras, au terme d’une étude assez étayée, aboutissait-il à la certitude que le modèle des pirogues d’Afrique orientale dérivait d’un modèle indonésien, voire, de façon plus précise, javanais7. C’était une preuve supplémentaire à verser au dossier des migrations qu’il qualifiait alors de « polynésiennes », et qu’on appelle aujourd’hui « les migrations austronésiennes », quoique le terme soit de plus en plus discuté.

La question de l’origine des pirogues rejoint en effet celle de l’origine de la population malgache elle-même. Le jésuite Luis Mariano, qui arriva sur l’île à bord de la caravelle portugaise Nossa Senhora da Esperança en 1613, écrivait déjà :

Les noms de Madagascar et de Saint-Laurent ont été donnés à cette île par les étrangers. Jusqu’à présent, les indigènes n’ont pas de nom pour désigner l’île tout entière ; ils se contentent de donner un nom spécial à leur province et aux pays voisins, mais ils ne lui donnent pas de nom général. Quant aux noms de Ménuthias, sous lequel Ptolémée la désigne, ou de Cerné, qu’on trouve cité par Pline, il n’y a pas lieu d’en parler, car ils sont fort anciens et, en somme, douteux ; il en est de même des vieilles histoires qu’on raconte sur son peuplement : on sait seulement à ce sujet que les premiers habitants de l’île Saint-Laurent sont venus les uns de Malacca, les autres de la Cafrerie, et qu’il est arrivé ultérieurement dans la région du Nord-Ouest des Maures de l’Inde ou de l’Arabie et, longtemps après, quelques Portugais. On retrouve dans la langue et dans les usages des indigènes la trace de ces diverses nations8.

On avait déjà compris qu’une partie de la population était originaire d’Asie du Sud-Est, tandis qu’une autre provenait d’Afrique de l’Est.

Au tournant du XIXe siècle et du XXe siècle, Alfred Grandidier et Gabriel Ferrand ne remirent pas en question cette double origine, mais débattirent sur la primauté de l’une sur l’autre : les premiers habitants de Madagascar provenaient-ils d’Afrique ou d’Asie ? Pour le sens commun, il pourrait paraître évident, au regard de la localisation de Madagascar au large de l’Afrique, que le peuplement se soit fait à partir de là, d’autant que l’origine même des hommes s’y trouve. Pourtant, l’île n’est à côté de l’Afrique que de loin. En réalité, quatre cents kilomètres de mer, au minimum, l’en séparent et malgré l’archipel des Comores qui aurait pu constituer une sorte de pas japonais permettant à des hommes d’atteindre, par étapes, l’île de Madagascar, rien n’atteste une telle présence avant le milieu du premier millénaire de notre ère. Par ailleurs, linguistiquement, le malgache s’apparente sans contestation possible avec les langues dites « austronésiennes » ou « malayo-polynésiennes », qui regroupent des langues parlées à Taïwan, en Malaisie, aux Philippines, à Hawaï, sur l’île de Pâques… et, donc, à Madagascar. En ce qui concerne le malgache, les études plus récentes arrivent ainsi à la conclusion qu’il serait à ranger dans le sous-groupe des langues de Bornéo, avec une plus grande proximité avec le ma’anyan.

C’est ce rapprochement linguistique, effectué à partir du XVIIIe siècle, qui a conduit à la construction du concept de « langues austronésiennes », et donc de « peuples austronésiens », selon un modèle qu’on connaît bien, et très discuté, avec l’invention au XIXe siècle, d’un côté, des Indo-Européens, de l’autre, des Sémites. La génétique des populations, qui est une science en construction, indiquerait une origine à peu près similaire, avec l’arrivée d’un petit groupe d’hommes et de femmes il y a environ 1 200 ans, soit aux alentours du IXe siècle. Cependant, d’un point de vue génétique, la population malgache ne montre pas une proximité particulière avec la population Ma’anyan. Le champ des affinités se révèle en effet un peu plus large, englobant l’Est de Bornéo, le Sud de Sulawesi et les îles de la Sonde. Ce qui reste à confirmer et à affiner.

Le lien entre Madagascar et l’Insulinde n’est pas à remettre en question. Le problème, nonobstant, est le manque d’un témoignage indiscutable et surtout datable permettant d’affirmer : « Regardez, voici la trace de l’arrivée d’Austronésiens, ici, à tel moment. »

Ainsi la recherche archéologique, jusqu’à aujourd’hui, n’a-t-elle confirmé aucune présence avant la fin du VIe siècle. Dans le Nord de la Grande Île, l’abri-sous-roche d’Ambohiposa a livré une petite industrie lithique, peu caractéristique, et des charbons, dont un daté du milieu du VIIIe siècle n.è. Une grotte, à Lakaton’i Anja, a été occupée à plusieurs reprises. Les fouilleurs ont retrouvé des fragments de céramiques identifiables en provenance du golfe Persique ou de la Chine, datés des XIIe-XIVe siècles, et sous ces couches archéologiques, là encore, un assemblage d’éclats de pierre, accompagné de restes osseux et de coquillages marins, daté au radiocarbone du VIe-VIIe siècle – même si les auteurs de l’étude voudraient retenir une datation basse plus ancienne qui ferait remonter l’occupation du site au IIIe siècle. Quoi qu’il en soit, rien ne dit que ces traces d’occupation humaine soient à mettre en relation avec une population originaire d’Insulinde. Les traces indirectes de ce peuplement sont des plantes cultivées comme le yam, la noix de coco ou le riz asiatique, qu’on retrouve dans des sites de Madagascar mais aussi de l’archipel des Comores, à Dembeni par exemple, et ce à partir du VIIIe siècle.

Parmi les sources textuelles, les choses sont encore plus compliquées. L’océan Indien, pourtant, aux siècles où auraient pu se faire ces
traversées austronésiennes, était loin d’être un lac vide. Les auteurs grecs, latins, arabes, pourraient les mentionner. Non, rien. À l’exception de quelques rares textes, qu’il est tentant de faire parler, au risque peut-être de les surinterpréter, notamment les sources arabes.

Qui sont par exemple les fameux Wāqwāq que certains aimeraient identifier comme des Austronésiens ? L’encyclopédiste bagdadien du Xe siècle al-Mas’ūdī, dans Les prairies d’or, décrivait la « mer d’Inde », qu’il préférait appeler la « mer d’Abyssinie », comme étant prolongée de trois extensions : la « mer de Qulzum » (la mer Rouge), la « mer du golfe » (le golfe Persique) et enfin la « mer des Zenj », qui correspond à l’espace maritime qui s’étend le long de la côte orientale de l’Afrique. Al-Mas’ūdī racontait que les marins d’Oman, avec qui il s’était plusieurs fois embarqué, s’aventuraient en cette mer pour gagner l’île de Qambalū, habitée par des musulmans et des Zenj infidèles – peut-être Pemba, dans l’archipel de Zanzibar. C’était là le terme de leurs navigations ; au- delà, se trouvait le pays de Sufala et des Wāqwāq. Sofala, plus tard, désigna une ville portuaire du Mozambique. Quant au pays des Wāqwāq, on a voulu y voir Madagascar, étrangement absente de cette description, mais cela reste très hypothétique.

Or au Xe siècle, Ibn al-Faqīh avait parlé explicitement des « Wāqwāq al-Sīn », les Wāqwāq de la Chine, et des « Wāqwāq al-Yaman », les Wāqwāq du Yémen. C’est précisément dans cette toponymie en miroir qu’on pourrait croire que les Wāqwāq auraient habité de part et d’autre de l’océan Indien et qu’ils seraient donc ces fameux Austronésiens. Mais il est plus simple de considérer qu’il y a une confusion liée à certaines représentations de l’océan Indien.

Ainsi, dans le Nuza al-muchtāq fī akhtirāq ālāfāq, « Le divertissement de celui qui aspire à traverser l’horizon », composé pour le roi de Sicile Roger II au milieu du XIIe siècle, Muhammad al-Idrisī évoquait-il lui aussi les Wāqwāq, dans la dixième section du premier climat, soit dans l’angle sud-est du monde connu. Sur la carte qui accompagne le texte, l’océan Indien n’est pas dépeint comme un vaste espace maritime ouvert à tous vents, mais comme une longue Méditerranée, comprise entre le rivage asiatique au nord et le rivage africain au sud, en sorte que l’extrémité de la côte orientale de l’Afrique fait face au littoral de la Chine. Cette erreur de représentation de l’océan Indien serait due à l’intégration de la cartographie de Ptolémée, selon laquelle cet océan est clos, le rivage africain rejoignant le rivage chinois à l’Extrême-Orient. On comprend qu’au XIVe siècle, Ibn Khaldūn, dans la Muqaddima, les « Prolégomènes »
au Livre des exemples, fut bien en peine de localiser de façon précise les Wāqwāq, dont le pays, d’un côté, se situait au-delà des villes de Mogadiscio et de Sofala, soit le long de la côte orientale de l’Afrique ; mais dont les îles, d’un autre côté, se trouvaient au sud de l’île de Qumr, elle-même en face de Sofala, mais s’étirant à l’est vers la côte de la Chine.

L’île des Wāqwāq, dans l’angle du Monde. Dixième section du premier climat, Nuza al-muchtāq fī akhtirāq ālāfāq, Muhammad al-Idrisī (Source gallica.bnf.fr / BnF)

Pour l’heure, il est plus sage d’admettre que nous peinons à saisir les modalités de ce peuplement austronésien de Madagascar. Ce qui est particulièrement intéressant ici est que cette diffusion à grande échelle d’un groupe informel identifié par un air de famille, physique, linguistique, culturel, n’a pas abouti à la constitution d’un monde. Il y a eu expansion sans mondialisation. La maîtrise de la navigation maritime ne palliait pas les distances trop grandes pour garantir une continuité de la connexion.


L’outrepassement du monde

Le peuplement de Madagascar reste bien mystérieux, mais les preuves sont là. Des hommes, des femmes, un jour, à un moment, sont arrivés depuis l’archipel indonésien. En suivant les rivages de l’Inde et de l’Afrique ? En droiture ? On n’en sait rien. Toujours est-il que d’où qu’ils vinrent, ils allèrent au-delà de l’horizon maritime, mettant en œuvre leur compétence exceptionnelle de la navigation, comme d’autres Austronésiens le firent dans l’océan Pacifique.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 12, vous hasarder en mer encore une fois, au risque de ne jamais revenir. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 4, vous aventurer vers l’ouest, au-delà des déserts et des montagnes.

Le rétrécissement du monde

Les Austronésiens qui vinrent à Madagascar coupèrent-ils les ponts avec l’Insulinde ? On le discute, mais la distance était grande et on ne peut nier qu’il n’y a pas eu constitution d’un monde, d’un espace commun animé de mouvements permanents. Ce fut un aller sans retour. L’océan Indien n’était pas une vaste Méditerranée.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 7, mesurer la distance qui séparait l’extrême Occident de l’Extrême-Orient. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 1, quand les hommes partirent à la conquête du monde.

Sommaire


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (13 mai 2022). Chapitre 6. VIII ͤ siècle ? – Des pirogues à Madagascar. Carnets de géohistoire. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p008


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.