Chapitre 5. Début du II ͤ siècle n.è. – et dans le Tibre se déversa l’Oronte

L’EMPIRE ROMAIN FUT UNE expérience géographique. L’intégration d’autant de territoires en une même unité fut, pour les populations qui y vivaient, lourde de conséquences, politiques, économiques, sociales, culturelles. L’historiographie récente hésite d’ailleurs de moins en moins à utiliser le concept de « mondialisation » – « globalization » en anglais – pour caractériser ce processus total1. Auparavant, des historiens comme Claude Nicolet avaient déjà mis en lumière l’importance de la géographie, comme savoir et représentation, dans la construction de l’empire2. Au fil des conquêtes, Rome était devenu un monde, sinon le monde ; l’urbs, la Ville, s’était confondue avec l’orbis, l’orbe terrestre.

De ce point de vue, l’Éloge de Rome écrit par Aelius Aristide en 144 n.è., est un chef-d’œuvre en faveur de la communis patria. Citant Homère, qui, dans le chant XII de l’Iliade, évoquait la neige qui « recouvre les sommets des montagnes élevées, les promontoires les plus hauts, les plaines fleuries et les labours féconds des hommes, et sur la mer grise, se répand sur les ports et sur les côtes3 », Aelius Aristide décrivit la cité de Rome qui « recouvre les promontoires les plus élevés, recouvre la terre en son milieu et descend jusqu’à la mer, où se trouve le port commun des hommes et le gouvernement commun de ceux qui vivent sur terre ». Au-delà de la puissance poétique de l’image de ce blanc manteau de l’Empire romain, on ne peut que noter l’insistance mise sur la notion de « commun », koinos, qui exprime l’unification, économique et politique, du monde.

L’idée est reprise et développée à plusieurs reprises au cours de son éloge, avec force images.

Quand on regarde l’ensemble de l’Empire, on ne peut que s’étonner devant la cité, jugeant qu’une infime partie domine toute la terre [], mais quand on regarde la cité elle-même et les frontières de la cité, on ne s’étonne pas que l’ensemble du monde habité [oikouméné] soit dominé par une telle cité4.

Détournant une formule selon laquelle toute l’étendue parcourue par le Soleil était dans une seule main, alors qu’il ne s’agissait que de l’Asie, tenue par le Grand Roi, Aelius Aristide n’hésita pas à affirmer qu’« aujourd’hui, c’est devenu vrai par la victoire, la course du Soleil égale vos biens » – d’autres empires, plus tard, clamèrent eux aussi que le Soleil jamais ne s’y couchait.

L’Empire romain formait un monde dont Rome constituait le centre vers lequel tous les produits étaient acheminés, grâce, en particulier, à la mer Méditerranée.

La mer, comme une ceinture, se déploie à la fois au milieu du monde habité [oikouméné] et au milieu de votre empire [hégémonia] ; autour d’elle, « allongés de tout leur long », s’étendent les continents, qui vous fournissent continuellement en productions de l’intérieur. De chaque terre et de chaque mer, on apporte tout ce que font pousser les saisons et tout ce que produisent les différents terroirs, les fleuves, les lacs, que les arts des Grecs et des Barbares : si bien que celui qui voudrait avoir une vue de tout cela doit ou bien voyager partout dans le monde habité pour procéder à l’observation, ou bien rester dans cette cité5.

Selon un contemporain d’Aristide, Polémon de Smyrne, Rome était ainsi un résumé du monde habité, « épitomé tès oikouménès ».

Pour Aristide, jamais on ne connut un empire aussi vaste. Certes, il y avait eu l’Empire perse, mais ses limites atteignaient la mer Méditerranée, et non l’Océan ; et puis les Perses ne pouvaient profiter de leur empire, rois nomades contraints d’errer sans résidence fixe pour écraser les différentes régions de l’empire. Il y avait également eu Alexandre, qui avait conquis un grand empire, mais qui était mort « avant d’en recueillir les fruits » et fut plus brigand que roi. En revanche, l’Empire romain s’était étendu jusqu’à l’Océan, « dont certains auteurs refusaient d’admettre tout bonnement qu’il existe, et qu’il coule autour de la terre, pensant que les poètes avaient inventé ce nom et l’avaient introduit dans leurs poèmes pour charmer les esprits » et que « vous avez si bien découvert que même l’île qui s’y trouve ne vous a pas échappé » – allusion à la Bretagne, dont la conquête fut achevée sous Domitien à la fin du Ier siècle.

Mais peut-être plus encore que l’espace, ce qui séduisit Aristide était le système politique et notamment l’extension de la citoyenneté.

Vous avez divisé en deux parts toute la population de l’Empire – en disant cela, j’ai désigné la totalité du monde habité – ; la part la plus distinguée et noble et la plus puissante, vous l’avez faite partout, dans son ensemble, citoyenne et même parente ; l’autre, sujette et administrée. Ni mer ni distance terrestre n’excluent de la citoyenneté et entre l’Asie et l’Europe il n’y a pas de différence sur ce point. Tout est mis à la portée de tous ; nul n’est étranger s’il mérite une charge ou la confiance. Une démocratie commune à la terre est instaurée sous l’autorité unique du meilleur gouvernant et ordonnateur, et tous convergent ici vers une commune agora pour obtenir chacun ce qu’il mérite6.


Il y aurait évidemment beaucoup à redire sur l’enthousiasme d’Aristide. Lui-même citoyen d’une cité grecque, il était devenu citoyen romain par la grâce de l’empereur, lors d’une visite de celui-ci en Mysie. Il se trouvait donc du bon côté de cette césure civique. Sa satisfaction illustre les limites d’un système aristocratique, stricto sensu, fondé sur un mérite à définition variable. Si Aristide était devenu citoyen, c’était parce qu’il le valait bien ; si d’autres ne l’étaient pas, c’était qu’ils ne le méritaient pas. Du moins, pensait-il ainsi ; pas sûr que tous ces non-concitoyens partageassent le même point de vue.

À la fin du Ier siècle n.è., Tacite, dans sa Vie d’Agricola, expliquait comment ce général romain, gouverneur de la Bretagne nouvellement conquise, entre 77 et 84, mit en œuvre la romanisation des Bretons, à commencer par les enfants de la classe dominante, qu’il fit initier aux arts libéraux. Il constatait que les habitudes s’étaient ainsi modifiées et que beaucoup portaient désormais la toge. Cependant, il ne manquait pas de décentrer son propre regard en soulignant que cette romanisation était une véritable aliénation :

Peu à peu, ils se laissèrent entraîner par les charmes des vices, des portiques, des thermes et du faste des festins. Par inexpérience, ils appelaient cela la civilisation [humanitas], alors que cela participait de la servitude [seruitutis]7.

Tacite se faisait aussi l’écho du discours de Calgacos qui la veille de la dernière bataille contre les Romains, en 83, exhorta les Celtes calédoniens dont il avait pris la tête :

Nous vivons retirés aux confins des terres et de la liberté et jusqu’à aujourd’hui, un repli nous a protégés de la renommée. Maintenant le finistère de la Bretagne est ouvert ; et ce qui est ignoré est magnifié. Mais au-delà, il n’y a nul peuple ; rien, sinon des vagues et des écueils. Bien plus menaçants sont les Romains, dont vous fuirez en vain l’orgueil par l’obéissance et la soumission. Ils pillent le monde. Depuis que les terres manquent à leurs ravages, ils explorent la mer. Cupides si l’ennemi est riche, avides si l’ennemi est pauvre. Ni l’Orient ni l’Occident ne les a rassasiés. De tous, ils sont les seuls à convoiter d’un égal désir la richesse et la pauvreté. Rafler, massacrer, piller est trompeusement nommé dominer ; et là où ils font d’une terre un désert, ils appellent cela pacifier8.

Aristide, bien au contraire, se félicitait de ce système qui faisait des élites locales les collaborateurs de l’Empire romain : « Les habitants les plus importants et les plus puissants de chaque endroit gardent pour vous leur propre patrie, si bien que vous tenez les cités de deux manières : à partir d’ici, et une par une grâce à eux9. » Il était donc normal qu’il vînt à Rome, comme beaucoup d’autres. « Ce qu’est une cité pour ses propres frontières et pour ses territoires, celle-ci l’est pour la totalité du monde habité, comme si elle en avait été proclamée le commun centre urbain : on dirait que tous les périèques [les habitants des pourtours] ou tous les habitants dispersés des dèmes [cantons] convergent vers cette seule ville comme vers une acropole. […] De même que le sol terrestre supporte tous les hommes, de même elle reçoit les arrivants de la terre entière, comme la mer reçoit les fleuves10. » De toutes les provinces de l’empire, des migrants ne cessaient d’arriver à Rome ; et cela ne plaisait
pas à tous.

Dans les Satires, texte composé entre 90 et 127 n.è., soit une génération avant Aristide, Juvénal, un Romain né à Aquin dans le Latium, exprima tout son dégoût, au point de vouloir s’exiler au-delà du monde romain, « fuir jusque chez les Sarmates et jusqu’à l’océan glacial, chaque fois qu’ils parlent de morale, eux qui se font passer pour des Curiaces [i.e. des « Romains de souche »] et qui vivent comme des Bacchanales11 ». Qui sont-ils ?

Je vais vous le dire sans honte. Je ne peux supporter, Quirites, une Ville grecque ; et encore, quel pourcentage d’Achéens dans cette bouillasse ? Il y a longtemps que de Syrie, l’Oronte s’est épandu dans le Tibre, avec langue, mœurs, gratteurs de harpe, joueurs de flûte, sans oublier les tambourins folkloriques et les filles envoyées tapiner aux abords du cirque12.

Pour Juvénal, l’Empire romain a été une véritable mise en mouvement, avec une dynamique de flux, du centre vers la périphérie, mais aussi de reflux, de la périphérie vers le centre :

Nous avons bien pu porter nos armes au-delà de la côte de Juverna [Irlande], conquérir les Orcades, et pénétrer chez les Bretons auxquels suffit la nuit courte ; mais ce que les vainqueurs font dans la Ville, les vaincus ne le font pas13.

À ses yeux, le luxe, comme la luxure, minaient la capitale de l’empire.

Tu cherches la cause et la source de ces monstruosités ? Il fut un temps où leur humble condition garantissait la chasteté des Latines, où leurs pauvres cabanes étaient préservées du vice par le travail, les nuits sans sommeil, leurs mains calleuses et durcies à force de filer la laine étrusque, Hannibal aux portes et leurs maris debout sur la tour Colline. Nous payons aujourd’hui le prix d’une paix prolongée : plus effrénée qu’une guerre, la débauche s’est abattue sur nous pour venger l’univers défait. Depuis que la pauvreté romaine n’est plus, le crime et les attentats aux mœurs prolifèrent, Sybaris s’est installée ici, sur nos collines, et Rhodes avec, et Milet, et Tarente, couronnée de fleurs, titubante d’ivresse, dégoulinante de parfums. L’immonde argent a introduit chez nous les mœurs étrangères, et l’émasculante richesse, avec ses dévergondages répugnants, a mis à bas l’œuvre des siècles14.

À lire Juvénal, les Romains n’étaient plus chez eux à Rome. Il exprimait ainsi un sentiment de rejet face à une « déterritorialisation » conséquente à cette mondialisation romaine15. Le processus de romanisation, longtemps évoqué pour désigner la diffusion de la culture romaine, de la langue jusqu’à la vaisselle, et donc d’uniformisation, ne décrit qu’un aspect des dynamiques d’acculturation à l’intérieur de l’Empire romain. Aujourd’hui, les historiens sont beaucoup plus sensibles à la structure polycentrique d’acculturations au pluriel.

En regard du texte de Juvénal, il est très tentant de citer les Actes de Luc. Car c’est bien sur les bords de l’Oronte, « à Antioche, que, pour la première fois, les disciples reçurent le nom de “chrétiens16” » ; et que le récit du voyage de Paul s’achève sur les rives du Tibre : « C’est ainsi que nous arrivâmes à Rome17. »

Cependant, il serait réducteur de limiter la mondialisation romaine à ce jeu entre centre et périphéries. L’Empire romain a opéré une véritable mise en mouvement et on pourrait reprendre un exemple classique, fourni par l’archéologie : celui de Barates et de Regina. En 1878, dans le Nord-Est de l’Angleterre, lors de travaux dans une rue de South Fields, une pierre tombale fut découverte. Dans une sorte d’alcôve, une femme était sculptée ; à la base, une double inscription, en latin et en palmyrénien. On pouvait lire les adieux de Barates, un Palmyrénien, probablement amené dans cette région par la construction du mur d’Hadrien au milieu du IIe siècle n.è., à sa femme Regina, de la tribu des Catuvellauni (dans la région de St Albans, au nord de Londres), morte à l’âge de trente ans. L’épigraphe latine montrait son inscription dans le monde romain, mais les quelques mots en palmyrénien, illisibles pour quiconque en cette région du monde, peuvent être considérés comme la trace d’une identité littéralement disruptive, rétive à l’uniformisation.

Aristide, sous l’influence ou non du cosmopolitisme stoïcien, concluait ainsi son éloge de l’Empire romain :

Quant au dicton selon lequel la terre est la mère de tous les êtres et la patrie commune à tous, vous l’avez démontré mieux que personne. En tout cas, aujourd’hui, il est loisible aux Grecs comme aux Barbares, avec ou sans bagages, de se rendre facilement où ils veulent, absolument comme s’ils allaient d’une patrie à une autre patrie. Nulle crainte devant les portes de Cilicie ou le passage étroit et sablonneux qui mène à l’Égypte en traversant l’Arabie, ni devant les montagnes difficiles d’accès, la taille immense des fleuves, les farouches races barbares ; il suffit, pour être en sûreté, d’être romain, ou plutôt d’être un des hommes soumis à votre autorité.


Le tissage du monde

L’Empire romain a été, indéniablement, un grand moment de mondialisation. Décentré par rapport aux grands empires précédents de l’isthme eufrasien, il a intégré de très nombreux territoires, dont certains étaient jusqu’alors périphériques,et a permis de nombreux échanges. Durable, il a, au fil des siècles, favorisé le développement de processus complexes à la fois d’uniformisation et d’hybridation ou de créolisation.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 8, faire des va-et-vient en Eufrasie. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 4, vous aventurer vers l’ouest, nouer de nouvelles alliances.

L’ordonnancement du monde

L’Empire romain a duré des siècles. S’il s’est constitué par la guerre, par la
conquête, par la soumission de nombreux peuples, il n’en a pas moins instauré une pax romana, un ordre à l’intérieur duquel les échanges et les migrations ont été facilités. En cela, il constitue un modèle important de mondialisation passée.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 9, parcourir un empire encore plus vaste. Si vous allez à rebours, avancez jusqu’au chapitre 3, mettre vos pas dans ceux du Bicornu et arpenter le monde du levant jusqu’au couchant.

Sommaire


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (18 mai 2022). Chapitre 5. Début du II ͤ siècle n.è. – et dans le Tibre se déversa l’Oronte. Carnets de géohistoire. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p00l


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.