Chapitre 4. 139 av. n.è. – Vers l’ouest

La place importante accordée par l’historien chinois Sima Qian (mort en 86 av.n.è.) à la description des Xiongnu est à elle seule révélatrice de la menace que cette confédération de tribus nomades venues des steppes mongoles a pu exercer sur les royaumes chinois à partir du IIIe siècle av.n.è1. La lutte contre cet ennemi a été un facteur de l’unification de ces royaumes et de la fondation du premier empire chinois, en 221 av.n.è., par Qin Shi Huang. C’est pour se mettre à l’abri des Xiongnu que celui-ci fit construire la Grande Muraille :

Il utilisa les barrières montagneuses pour établir des défenses frontalières, creusant les vallées et construisant des installations aux autres lieux où c’était nécessaire. Toute la ligne des défenses s’étendait sur plus de dix mille li de Lintao à Liaodong et même au-delà du fleuve Jaune, par Yangshan et Beijia2.

Mais en 200 av.n.è., ces défenses n’empêchèrent pas, à la bataille de Baideng, que l’armée impériale Han fût défaite par les Xiongnu et que l’empereur Gaozu lui-même fût fait prisonnier par Maodun, le chanyu des Xiongnu – l’équivalent de ce qu’on appellerait ensuite khagan, le « grand roi » ou « empereur », chez les tribus turco-mongoles. Le traité qui fut finalement négocié en 198 av.n.è. mit les deux puissances à égalité. Le terme pour le désigner, chanyu heqin, « l’accord avec le chanyu », est significatif. Le mot heqin renvoie à l’idée d’un accord harmonieux, entre notes de musique comme entre des personnes, mais l’emploi diplomatique est rare. De fait, ce fut le premier traité de la sorte à être conclu. En position d’infériorité, le gouvernement Han se résigna à verser un paiement annuel en soie, en vêtements, en grain, et à garantir l’ouverture des marchés frontaliers. Le mariage princier qui accompagnait le traité était une sorte de « trompe-l’œil », selon Tamara T. Chin, pour laisser penser que ce versement annuel n’était pas un tribut, mais plutôt une sorte de dot. Au cours des décennies suivantes, Sima Qian rapporte neuf ruptures du traité et autant de renouvellements, jusqu’en 140 av.n.è.3.

Ainsi, en 174 av.n.è., l’empereur Wen, suite à une multiplication d’accrochages militaires à la frontière entre Han et Xiongnu, dut-il réitérer l’alliance (heqin). La princesse Han fut accompagnée d’un tuteur, un eunuque de l’État de Yan, Zhonghang Yue, qui fit défection dès le passage de la frontière et devint le conseiller du chanyu. Sima Qian, dans le Shiji, restitue un dialogue entre Zhonghang Yue et un ambassadeur Han, anonyme. Dans ce dialogue, qui s’apparente à certains dialogues philosophiques, le point de vue est inversé. Ce ne sont plus les étrangers, les « barbares », qui sont représentés et jugés, mais les Han, avec l’emploi, exceptionnel, de la formule « Han su », « les moeurs des Han ». Sima Qian offre ici un contrepoint à la vision négative habituellement donnée des Xiongnu : un peuple qui n’écrit pas, qui ne cultive pas, qui ne respecte pas les aînés, qui viole les tabous familiaux. Le propos est fort car en procédant ainsi, Sima Qian mettait en évidence que le problème des Xiongnu était dû moins à un écart anthropologique qu’à un problème
de représentation. « Juste parce que vous portez des chapeaux, qu’est-ce que cela fait de vous4 ? »

Cependant, Zhonghang Yue alertait le chanyu du risque de soumission indirecte aux Han par le biais de l’acculturation. « Ce qui les [les Xiongu] rend forts est que, parce que leurs habits et leur nourriture diffèrent des nôtres, ils ne dépendent pas des Han. Maintenant, le chanyu change les coutumes au goût des produits Han, en sorte que, même si les biens Han n’excèdent pas un cinquième, les Xiongnu finalement passeront sous le contrôle des Han. » Il prônait ainsi le rejet de la soie et de la nourriture d’origine Han. Notons au passage que la soie n’était pas tant un produit d’exportation, comme on a pu le présenter parfois, mais davantage un expédient diplomatique vecteur d’acculturation et indirectement d’une dépendance à la puissance chinoise.

Mais cette situation restait inconfortable et le conflit perdurait. En 139 av.n.è., l’empereur Wu décida d’envoyer un ambassadeur, Zhang Qian, pour nouer une alliance de revers avec les Yuezhi, qui peuplaient l’Ouest de l’actuelle province du Gansu avant d’en être chassés au-delà du Pamir par les Xiongnu. Il fut fait immédiatement prisonnier et vécut plusieurs années auprès des Xiongnu avant de pouvoir s’évader et gagner le Dayuan, dans la vallée de la Ferghana. Le retour n’en fut pas moins mouvementé et ce n’est que treize ans après son départ, en 126 av.n.è., que Zhang Qian put faire ses rapports à l’empereur, rapports dont le texte – abrégé ? – est conservé dans le Shiji, les « Mémoires historiques » de Sima Qian.

Départ de Zhang Qian vers l’Ouest, peinture murale dans une des grottes de Mogao (VIIe siècle).

Zhang Qian décrivit plusieurs territoires de l’ouest : le Dayuan, la vallée de la Ferghana, le Da Yuezhi, la vallée de l’Amu Darya, le Daxia, la Bactriane, et le Kangju, la Sogdiane, qu’il avait visités en personne. Mais il évoqua aussi des pays dont il avait entendu parler, notamment l’Anxi, qui serait l’Empire arsacide – parthe –, et la région de Tiaozhi, et de Lixuan, qui donnait sur « la mer Occidentale », l’océan Indien ou bien la mer Méditerranée ; l’un et l’autre pourraient correspondre respectivement à la Mésopotamie et l’Égypte, mais cela reste très hypothétique. Zhang Qian est passé dans la légende comme celui qui a ouvert la « route de la soie ». Pourtant, l’ambassade, en elle-même, fut un échec. Aucune alliance ne fut conclue, aucun échange commercial n’a eu lieu. Zhang Qian lui-même n’était pas allé au-delà du Daxia.

Néanmoins, grâce à lui, un nouvel horizon s’ouvrait vers les « territoires de l’ouest » (xiyu), terme assez vague désignant les espaces situés à l’ouest de Yumenguan, la « Porte de jade », située sur la Grande Muraille, près de Dunhuang, à l’extrémité orientale du désert du Taklamakan. Celle-ci, érigée par l’empereur Wudi peu après 121 av.n.è., ouvrait la route des échanges vers l’Asie centrale et au-delà. C’est également près de Dunhuang, dans les grottes de Mogao, qu’on peut voir encore aujourd’hui une représentation murale de l’ambassade de Zhang Qian, qui date du VIIe siècle n.è. Mais davantage qu’un Ouest qu’on imaginerait correspondre au monde méditerranéen, ce qui a retenu l’attention de Zhang Qian lorsqu’il fut au Daxia, en Bactriane, c’est la présence de bambous de Qiong et de vêtements de Shu et que selon ses informateurs ces biens provenaient du Shendu :

Le Shendu se trouve à plusieurs milliers de li au sud-est du Daxia. Les gens sont agriculteurs et vivent un peu comme ceux du Daxia ; mais le pays est plat, humide et chaud. Les gens montent des éléphants pour combattre. Le pays est proche d’une grande rivière5.

Tous ces éléments, assez spécifiques, semblaient indiquer l’Inde, ou plus exactement un pays du Nord de la péninsule Indienne, du côté de l’Indus. Or le bambou de Qionq (qiongzhu zhang) et le tissu de Shu (shujin) – de soie ou de lin – provenaient de deux lieux qui se trouvent dans l’actuel Sichuan, en Chine. Ceci impliquait qu’il existât déjà une connexion entre le Sichuan et le Nord de l’Inde, et ces échanges ne se faisaient pas par le chemin emprunté par Zhang Qian, la Tian Shan Nan Lu, la « route Sud des Monts Célestes ». Or, selon Sima Qian, Zhang Qian insista sur les qualités commerciales du Daxia. Il s’agissait donc, dès lors, puisque la route du Nord était bloquée par les Xiongnu, de trouver une autre route entre le Shu, dans le Sichuan actuel, qui avait été annexé à la fin du IVe siècle av.n.è., et le Shendu (l’Inde).

Sima Qian rapporte que l’empereur, informé de ces grands États dont le mode de vie était comparable à celui de la Chine, notamment par la pratique de l’agriculture : le Dayuan, le Daxia et l’Anxi, espéra les placer pacifiquement sous son hégémonie afin d’étendre son territoire sur des dizaines de milliers de li et « d’attirer à sa cour des hommes aux moeurs étranges qui viendraient traduire et retraduire leurs langues6 ». L’expression est usuelle dans la rhétorique chinoise et exprime la distance par la nécessité de recourir à des intermédiaires multiples pour servir d’interprètes. « Sa puissance serait alors connue dans tous les pays entre les quatre mers. » Si les expéditions comme celle de Zhang Qian avaient donc pour finalité d’étendre l’empire, celui-ci ne se concevait que selon une logique centripète. Il fallait venir à lui.

Tel était, du moins, le discours officiel. Cependant, l’empereur approuva la suggestion de Zhang Qian d’explorer la possibilité d’une connexion par le sud-ouest à partir de Jianwei dans la province de Shu, c’est-à-dire pour la passe de Yangping, qui marque l’entrée dans le bassin du Sichuan à travers les monts Qinling.

Des hommes furent envoyés, en quatre groupes, vers les régions de Mang, de Ran, de Xi, de Qiong et de Po. Ils parvinrent à avancer d’un ou deux mille li, avant d’être bloqués par les tribus Di et Zuo au nord, et par les tribus Sui et Kunming au sud. Les tribus Kunming n’avaient pas de dirigeants, se consacraient au pillage et au vol. Aussi aucun groupe n’atteignit sa destination. Néanmoins, ils apprirent qu’à un millier de li, ou plus, vers l’ouest, il y avait un État appelé Dianyue où les gens montaient des éléphants et où les marchands de Su parfois allaient, sans mission officielle. C’est ainsi que pour la première fois, les Han, en cherchant à atteindre le Daxia, entrèrent en contact avec le royaume de Dian7.

Celui-ci était situé dans le Yunnan actuel, autour du lac Dian. Sima Qian raconte ailleurs que le roi demanda à l’envoyé chinois quel royaume était le plus vaste, le sien ou bien celui du roi Han ? La question passait pour de la simple ignorance tant il était évident que l’Empire chinois était le plus étendu, mais cela était bien considéré comme la conséquence d’un manque de contacts entre les deux États et tout simplement de l’absence de routes8.

Toujours selon le Shiji, Zhang Qian fut envoyé une nouvelle fois vers le nord-ouest, auprès des Wusun, dans la vallée de l’Illi, au nord du Tian Shan, toujours pour contrecarrer les Xiongnu. Mais lorsqu’il arriva à la cour des Wusun, il trouva ceux-ci divisés en plusieurs factions et il lui fut donc impossible d’obtenir un quelconque engagement diplomatique en faveur de l’empereur Han. Cependant, Zhang Qian expédia à partir de là des hommes dans plusieurs directions, vers le Dayuan, le Kangju, le Da Yuezhi, le Daxia, l’Anxi, le Shendu, le Yutian, le Yumi et d’autres pays adjacents. Les Wusun fournirent des guides et des interprètes9. Zhang Qian revint à la cour impériale avec des émissaires Wusun, qui témoignèrent en retour de la grandeur de l’Empire Han et permirent des relations entre les deux États. Un an plus tard, voire plus, ce furent les envoyés de Zhang Qian qui revinrent du Daxia et d’autres pays, accompagnés eux aussi par des ambassadeurs de ces États. Sima Qian insiste :

Ce fut Zhang Qian qui ouvrit la voie à ce mouvement, et tous les envoyés qui ont voyagé plus tard vers ces pays ont compté sur sa réputation pour obtenir une audience10.

***

Au-delà de la Porte de jade, qui constituait un point de passage obligé vers l’ouest, s’ouvrait donc tout un éventail de pays. L’Ouest était un horizon qui allait du nord au sud, des steppes d’Asie centrale à l’Inde. Notre occidentalocentrisme nous égarerait à trop chercher la place d’une Europe qui n’existait pas. Cependant, l’Extrême-Occident avait une signification particulière car c’était là qu’était censée se trouver l’« Eau Faible » (ruò shu) et la « Reine Mère de l’Ouest » (Xi Wang Mu), divinité ancienne. Dans le Shiji, les deux étaient situés dans le pays de Tiaozhi, en Mésopotamie : le pays est décrit comme marécageux, avec des oiseaux qui pondent des œufs comme des jarres – sans doute des autruches ; quant aux habitants, ils sont réputés pour leur magie, ce qui rappelle la vieille réputation des Babyloniens, qu’on trouve aussi bien dans les sources grecques que dans les sources arabes plus tardives.

Le Hou Hanshu, le « Livre des Han postérieurs », est une chronique tardive de l’histoire de la dynastie des Han orientaux (25-220), compilée par Fan Ye dans les années 420-440 à partir d’histoires plus anciennes, dont le Xiyu Zhuan, « Mémoire sur les régions occidentales ». On retrouve la description du Tiaozhi, mais avec l’addition du récit d’une ambassade. Sous le règne de l’empereur He, en 97 n.è., Ban Chao, gouverneur des régions de l’Ouest (Xiyu), envoya Gan Ying vers l’ouest. Arrivé au Tiaozhi sur les rives de la « grande mer », les marins de la frontière occidentale de l’Anxi le mirent en garde : « La mer est vaste. Avec des vents favorables, il est néanmoins possible pour les voyageurs de traverser en trois mois. Mais si on rencontre des vents défavorables, cela peut prendre deux ans. » Sans doute parlaient-ils de l’océan Indien. Gan Ying n’alla pas plus loin.

En revanche, l’horizon géographique s’était élargi. Un autre chapitre du Hou Hanshu évoque la venue, en 121, d’une ambassade du roi de Dan pour payer tribut à l’empereur, en l’occurrence des musiciens et des magiciens qui venaient d’un pays à l’ouest de la mer, le Da Qin. L’auteur établit une correspondance avec le Lijian, qui est une variante de Lixuan, déjà connu, mais difficile à identifier. Il ne s’agirait plus de l’Égypte, mais de l’Empire romain : « Son territoire fait plusieurs centaines de li carrés ; il y a plus de quatre cents cités fortifiées. » Cependant, certaines remarques ne manquent pas d’étonner, comme la mention de l’élevage de vers à soie. Si l’usage de la soie était répandu dans l’Empire romain à partir du Ier siècle av.n.è., les vers à soie n’ont été introduits que sous le règne de Justinien, au VIe siècle. Quel sens donner à cette invraisemblance ? La réponse pourrait venir d’un autre étonnement : pourquoi nommer l’Empire romain « Da Qin », du nom de la première dynastie impériale, « Grand Qin » ? La réponse donnée par le Hou Hanshu ne manque pas de susciter une certaine circonspection : « Les habitants de ce pays sont grands et honnêtes. Ils ressemblent aux habitants des pays centraux [Zhongguo], c’est pourquoi ce royaume est appelé Da Qin [Grande Chine]. »

Si des contacts ont eu lieu, l’imaginaire semble l’avoir emporté sur la réalité. L’Empire romain apparaissait comme un égal de l’Empire chinois et se devait donc d’en avoir les caractéristiques, dont celle de pratiquer la sériciculture. C’est du moins l’hypothèse qui permettrait d’expliquer la mention de tissus fabriqués à partir de vers à soie, même s’il a existé, sur l’île de Cos, une tradition de tissage à partir de soie sauvage, la coa vestis décrite par Pline, et produite à partir des cocons de chouette (Pachypasa otus), un papillon d’Europe du Sud-Est et du Moyen-Orient ; et que l’allusion à un « fin tissu fait des cheveux de mouton marin » pourrait faire référence au byssus, la « soie marine » produite notamment par la grande nacre (Pinna nobilis) et qui peut être récoltée, cardée et tissée : peut-être l’énigmatique eraia thalassa, la « laine marine », dans un édit de
Dioclétien ?

Quoi qu’il en soit, le résultat de cet élargissement est le déplacement, toujours plus vers l’ouest, des mythes. Selon le Hou Han Shu, c’est « à l’ouest du Da Qin que se trouvent l’Eau Faible et le Sable Mouvant, près du lieu où réside la Reine Mère de l’Ouest, Xi Wang Mu, près du couchant ».

***

Bien plus tard, à la fin du XVIe siècle, Wu Cheng En écrivit un roman resté extrêmement célèbre, Xī Yú Jì, La pérégrination vers l’Ouest, dans lequel il racontait les aventures d’un moine bouddhiste, Sanzang, parti chercher les textes sacrés au royaume de Bouddha. Le roman, empli de merveilleux, est tout de même inspiré de faits réels. Sous la dynastie des Tang, au VIIe siècle, Xuán Zàng était effectivement parti en Inde pour ramener des textes sanskrits jusqu’alors inconnus en Chine. Le récit en avait été raconté par son disciple dans un Mémoire sur la région de l’Ouest à l’époque des Grands Tang (Dà Táng Xī Yù Jì). L’Ouest n’était pas l’Occident, mais l’Inde, assimilée au « Paradis de l’Ouest ».


L’outrepassement du monde

Zhang Qian n’est pas une figure royale, comme Gilgamesh ou Alexandre le Grand. Il fut un émissaire au service de l’empereur chinois et un explorateur qui s’aventura en des territoires lointains, inconnus, à l’ouest de la Chine. On le fait souvent passer pour celui qui ouvrit la route de la soie. Mais ne cédons pas à un téléologisme géographique : parmi tous les pays de l’Ouest, les pays du pourtour méditerranéen n’ont été qu’entraperçus, dans une vision confuse où se mêlaient les mythes autour de la Reine Mère de l’Ouest. De l’Asie centrale à la péninsule Indienne, l’horizon occidental était large.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 6, vous embarquer sur l’océan Indien. Si vous allez à rebours, avancez jusqu’au chapitre 3, suivre le roi bicornu.

Le tissage du monde

Zhang Qian a été un explorateur. Il s’est aventuré en des territoires inconnus pour nouer de nouvelles alliances afin de contrer les Xiongnu. Son expédition en elle-même a été un échec. Cependant, il a bien ouvert une voie vers l’ouest, permettant à d’autres émissaires d’aller encore plus loin. Il a également découvert qu’il existait déjà des liens entre le Sud de la Chine et l’Inde, qui échappaient à l’Empire Han et à la diplomatie.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 5, faire l’apologie ou dénigrer la mondialisation romaine. Si vous allez à rebours, vous avez atteint le terme de cette analyse, ce qui ne signifie pas, loin de là, qu’il n’y a aucune mise en connexion avant.

Sommaire


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.