Chapitre 3. IV ͤ s. av.n.è. – Le roi de tout le monde

EN FEUILLETANT UN VIEUX MANUSCRIT de jurisprudence déniché par Georges Bohas dans la bibliothèque Mamma Haïdara de Tombouctou, on trouverait une Histoire du Bicornu rapportée par Abou Abdelmalik. Elle commence ainsi : « Les gens émettent divers avis à son sujet. On raconte que c’était un roi d’origine yéménite qui a régné sur le monde entier. D’autres disent qu’il était d’origine grecque, d’autres disent que c’est un prophète ou encore un simple envoyé [de Dieu] sans être un prophète1. » Dans un manuscrit éthiopien de l’Histoire des Juifs de Joseph Ben Gorion, daté du XVIIe siècle et traduit en anglais par E.A. Wallis Budge, on pourrait lire comment ce roi se convertit au judaïsme2. Alors qu’il s’apprêtait à marcher contre le sanctuaire de Jérusalem, il fit la rencontre d’un messager divin envoyé pour l’aider à conquérir les rois et les nations. Aussi, lorsqu’il rentra dans le sanctuaire et qu’il vit en face de lui le grand prêtre, « il était conscient de ce qu’il lui avait été ordonné de faire, se hâta de descendre de cheval, tomba face contre terre, et il le salua avec déférence », quand tous s’attendaient à être tués ; stupéfaction. Le grand prêtre le salua à son tour et le conduisit dans le sanctuaire où il pria le Dieu tout-puissant. Mais dans un autre manuscrit éthiopien, dont on a tout lieu de croire qu’il porte l’influence de l’Église copte3, le fils de Philippe, roi de Macédoine, et de Kuestibâr, « était saint de corps et d’esprit, et il priait le Dieu tout-puissant son Seigneur4 ». Son amour était pur, « il ne l’avait pas souillé par le plaisir du désir de la chair, tel Élie le Tishbite, l’ermite du désert de Horeb5 ». Il était un modèle chrétien.

Au Xe siècle, dans le Shāh Nāmeh, le « Livre des rois », le poète persan Ferdowsi établit bien sa filiation grecque par sa mère, Nāhīd, fille du césar Fīlqūs. Selon les conseillers de Dārāb, le roi perse, Nāhīd avait une « taille de cyprès » et des « joues de printemps » : « On ne trouve pas d’enchanteresse comme elle en Chine, elle brille au milieu des idoles comme une bague étincelante6. » Fīlqūs, en mauvaise posture suite à une défaite importante contre Dārāb, aurait été contraint de la lui offrir. Le roi des rois s’en serait immédiatement épris, mais il en fut dégoûté subitement, une nuit, lorsque, respirant paisiblement à ses côtés, elle exhala un souffle mauvais. Les médecins y remédièrent, grâce à l’herbe iskandar, mais cela ne suffit pas à lui faire retrouver l’amour et Dārāb renvoya Nāhīd. Il ignorait cependant que celle-ci était enceinte et de retour auprès de son père, le césar Fīlqūs, « elle mit au monde un fils semblable à la lune brillante », qu’elle nomma Iskandar. Plus tard, Iskandar, à moitié persan, devait tuer Dārāb, fils de Dārāb, autrement dit
son demi-frère, qu’en d’autres langues, on nomme Darius.

Un autre manuscrit, du XVe siècle, conservé à Leyde, confirmerait qu’il serait bien grec par sa mère, Olympias ; toutefois, « la plupart des gens se trompent en disant qu’il est le fils du roi Philippe. Telle n’est point la vérité. Il n’était pas le fils de ce roi mais, comme le disent les meilleurs sages égyptiens, celui de Nectanébo, lorsqu’il a abandonné la dignité royale7 ». C’est également la version qu’on trouverait dans un manuscrit syriaque. Nectanébo II était le dernier pharaon de la XXXe dynastie, défait par les armées perses.

En France, Alexandre de Bernay, au XIIe siècle, évoque bien le fait. Plusieurs disaient qu’il était bâtard, né par enchantement, ce qui provoquait grande ire chez la reine. Mais tout cela, selon l’écrivain normand, n’est que tromperie ; Naptanabus, « en langue d’Arabie », avait seulement aidé l’enfant à naître.

***

Musulman, juif, chrétien, Alexandre le Grand a été adopté par tous et sa filiation se prêtait à toutes les histoires.

Entre son accession au trône de Macédoine en 336 av.n.è. et sa mort soudaine, à Babylone en 323, Alexandre avait conquis à la tête d’une armée de quelques dizaines de milliers de soldats l’Empire achéménide, qui s’étendait alors sur l’ensemble de l’isthme central de l’Eufrasie, de l’Asie mineure et l’Égypte jusqu’à la Sogdiane et la vallée de l’Indus. L’empire d’Alexandre ne fut pas considérablement plus vaste que celui de Darius, mais l’épopée guerrière de sa conquête a laissé une empreinte durable dans les mémoires et la figure historique d’Alexandre, dès son vivant, s’est brouillée dans une aura légendaire. L’ironie de Lucien de Samosate, au IIe siècle, n’est pas sans vérité lorsqu’il croyait voir dans l’ombre des dieux celle de l’ambition. Ainsi imagina-t-il un dialogue, aux Enfers, entre Diogène le Cynique et Alexandre :

D. — Eh quoi ! Alexandre, toi aussi, tu es mort comme nous tous ?
A. — Tu le vois, Diogène, mais il n’est pas extraordinaire qu’étant homme, je sois mort.
D. — Ainsi donc Ammon mentait, quand il disait que tu étais son fils ? C’est bien de Philippe que tu étais fils ?
A. — De Philippe, évidemment ; car je ne serais pas mort, si j’avais été fils
d’Ammon.
D. — Et c’étaient aussi des contes du même genre qu’on débitait sur Olympias, quand on disait qu’un dragon avait commerce avec elle, qu’on l’avait vu dans son lit, que tu étais né de ces rapports, et que Philippe était dans l’erreur en se croyant ton père.
A. — Moi aussi, j’ai entendu dire cela comme toi ; mais à présent je vois que les discours de ma mère et les prophéties d’Ammon n’avaient pas le sens commun.
D. — Mais leurs mensonges, Alexandre, ne t’ont pas été inutiles pour tes affaires ; nombre de gens tremblaient devant toi, convaincus que tu étais un dieu.
Mais dis-moi, à qui as-tu laissé ton empire8 ?

La question est aussi insolente que cruelle car l’empire d’Alexandre ne lui a pas survécu. À sa mort, les divisions et les rivalités entre ses diadoques, ses généraux, l’ont emporté. Mais l’aura légendaire est restée. Au XIIIe siècle, selon le voyageur vénitien Marco Polo, au Badakhchan, dans le Pamir, tous les rois prétendaient descendre d’Alexandre et de la fille de Darius, et tous s’appelaient « en sarrazin Zul Carman », Dhū al-qarnaïn, par référence au grand Alexandre9. Au XIXe siècle, le voyageur anglais Alexander Burnes fait part de son étonnement lorsqu’il découvre qu’au Tadjikistan, ce n’étaient pas seulement les chefs du Badakhchan et du Darvaz qui prétendaient être les héritiers d’Alexandre le Grand, les chefs des provinces du Kulab, du Chughnan, du Wakhan, et des États de Chitral, de Gilgit et d’Iskardo, revendiquaient aussi cette illustre ascendance. « Que cette descendance soit vue comme vraie ou fabuleuse, les peuples eux-mêmes reconnaissant la dignité héréditaire de ces princes ; et eux, en retour, revendiquent tout honneur royal, et refusent de donner leurs enfants en mariage aux autres tribus10. » En Indonésie, dans le Hikayat Hang Tuah, texte datant du début du XVIIIe et narrant les hauts faits du guerrier musulman Hang Tuah à l’époque du
sultanat de Malacca trois siècles plus tôt, lors de l’intronisation de Sang Maniaka, raja de Bentan, les musiciens jouèrent la « mélodie d’Alexandre le bicornu » (Iskandar Zulkarnain).

***

Alexandros, Iskandar, Dhū al-qarnaīn sont les noms d’un même roi dont l’épopée a hanté l’imaginaire des hommes. Alexandre, parce qu’il a été le roi du monde, a été le roi de tout le monde – ou presque. Le vecteur principal de cette mémoire d’Alexandre a été le Roman du Pseudo-Callisthène, rédigé sans doute au IIIe siècle av.n.è., à partir d’un matériel plus ancien11. Il a été traduit en de multiples langues et a été réécrit en fonction du contexte. Le Roman d’Alexandre a ainsi été porté par les vagues de mondialisation qui se sont recouvertes les unes les autres au fil des siècles. Mais le succès de cette histoire tient aussi peut-être au fait qu’Alexandre est en soi un héros de la mondialisation ; il est celui qui est allé d’un bout à l’autre du monde. Vers l’Orient, il a égalé Hercule en atteignant les statues dressées par celui-ci au bord de la mer et à la vue desquelles Alexandre, selon Thomas de Kent, au XIIe siècle, s’émerveilla. Nul n’était allé plus loin. Elles bornaient le monde connu et faisaient écho aux colonnes d’Hercule, à l’Ouest, à savoir le détroit de Gibraltar12. Dans le poème d’Alexandre de Paris, qui date également de la fin du XIIe siècle, la tente d’Alexandre est décorée d’une « mappemonde qui vous montre et enseigne/que la terre est entourée de mer/et divisée, selon les philosophes,/en trois parties que je sais bien nommer : /c’est l’Asie et l’Europe et l’Afrique leur compagne13 ». Alexandre serait même allé au-delà des « bornes d’Arthur » – un imaginaire se substituant à un autre : « Il les franchit de la distance d’un jet d’arbalète14. »

L’incipit d’un manuscrit éthiopien du XIXe siècle, dont le texte est une traduction en guèze du XIVe siècle de la version syriaque du Pseudo-Callisthène d’après un intermédiaire arabe, est particulièrement révélateur : « Au nom de Dieu, le miséricordieux. Avec l’aide de Dieu tout-puissant, et par la grâce qu’il nous a accordée, nous commençons à écrire les voyages d’Alexandre qui est fameux dans l’histoire. Il est celui dont certains savants ont écrit et vu des pans de l’histoire, nous écrivons sous l’autorité des sages qui ont compilé ses périples et son pouvoir dans les sept climats [qālīm] du monde, et ses voyages d’est en ouest, et son
règne sur la terre et ses marches jusqu’à ses limites, et ses voyages sur la mer qui n’avait jamais été traversée, et ses voyages dans les airs, et son arrivée dans le pays des ténèbres, et son périple dans les lieux où Dieu lui a donné le savoir, et ses principaux faits et gestes15. »

Au Ier siècle n.è., Quinte-Curce, l’historien latin, relatait les difficultés d’Alexandre en Bactriane et, prévenant le lecteur de sa dimension peut-être irrespectueuse à l’encontre du conquérant, rapportait le discours tenu par le plus âgé des ambassadeurs scythes venus le convaincre de faire demi-tour : « Si les dieux avaient voulu que ton physique fût à la taille de ta cupidité, le monde ne te suffirait pas [orbis te non caperet] : d’une main tu toucherais à l’Orient, de l’autre à l’Occident ; et, parvenu là, tu voudrais savoir où se cache l’éclat du dieu suprême. Tel quel, tu désires ce qui te dépasse. D’Europe, tu gagnes l’Asie ; d’Asie, tu passes en Europe. Finalement, si tu domptes l’humanité entière, tu iras te battre contre les forêts, les neiges, les fleuves, les bêtes sauvages16. »

Alexandre aurait été atteint d’hubris, de démesure. Et pourtant, n’est-ce pas cela qui l’a rendu si extraordinaire ? Dans son immense Tarikh al-rusul wa al-mulūk, son « Histoire des prophètes et des rois », Tabāri, mort à Bagdad en 939, expliquait qu’« Alexandre est appelé Dhu al-qarnaīn pour cette raison qu’il alla d’un bout à l’autre du monde. Le mot qarn veut dire une corne, et on appelle les extrémités du monde cornes ». Et d’appuyer son propos sur la sourate XVIII, où la question avait été anticipée. « S’ils t’interrogent au sujet de Dhū al-qarnaīn, dis : “Je vais vous raconter une histoire qui le concerne.” » Celui qui parle dans le Coran raconte alors comment Dhū al-qarnaīn prit un chemin, jusqu’au couchant du soleil ; puis un autre chemin, jusqu’à l’endroit où le soleil se lève. Il n’est cependant pas dit explicitement, dans le Coran, que Dhū al-qarnaīn est Alexandre et cette identification a été réfutée par certains, comme Ibn Taymiyya, au XIVe siècle, qui ne pouvait accepter cette valorisation d’un roi polythéiste.

Dans la version mongole, le thème dominant, contrairement à ce à quoi on aurait peut-être pu s’attendre, n’est pas celui des conquêtes, mais la quête de l’immortalité. Au terme de son périple, de retour dans la ville de Misir (Alexandrie), Sulqarnai rassemble sa noyad, l’assemblée de ses « officiers », et déclare : « Traversant la vaste terre, la vaste mer, et le fond de la mer, je suis de retour. J’ai fait l’ascension du mont Sumur. J’ai suivi les ténèbres dans la direction du soleil couchant. Voyageant deux ans, dans la troisième année, favorisé par l’eau d’éternité, j’en sortis. J’ai vécu exactement trois cents ans. Maintenant, sur cette terre, je suis le seul à être devenu qan17 » – le souverain. Alexandre/Dhū al-qarnaīn n’est pas
sans rappeler Gilgamesh, le héros de l’au-delà.

Inversement, en 1572, dans Les Lusiades, le poète portugais Luís de Camões célébrait la puissance de son roi Dom Sebastião, en qui le poète voyait un nouvel Alexandre18, et chantait les exploits homériques
de la nation lusitanienne, de ces héros qui affrontaient mille dangers.

Mais dans l’Europe du XVIIIe siècle, on admirait moins le conquérant, qu’on critiquait plutôt pour ses débordements sanglants, que le monarque mercantiliste. Déjà, à la fin du siècle précédent, Pierre-Daniel Huet adressa à Colbert, en 1669, une Histoire sommaire du commerce et de la navigation des anciens, dont un des chapitres commençait ainsi : « Les choses étaient en cet état, lorsque Alexandre attaqua l’empire des Perses ; et par la conquête qu’il en fit, changea, pour ainsi dire, la face du monde, et fit une grande révolution dans les affaires du commerce. Il faut donc regarder cette conquête, et principalement la prise de Tyr, et la fondation d’Alexandrie, comme une nouvelle époque du commerce. Ce changement arrivé dans le gouvernement des États et dans les intérêts des peuples, ayant ouvert de nouveaux ports, et de nouveaux passages, a fait prendre un nouveau tour à la conduite du trafic19. » Le changement paradigmatique dans la lecture de l’œuvre d’Alexandre est à l’aune des préoccupations mercantilistes de l’époque et rappelle la manière dont Fénelon présentait les Tyriens dans les Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse, paru en 1699. Comme l’a mis en évidence Pierre Briant20, le texte de Huet, qui ne fut publié qu’en 1716, eut une grande influence sur Montesquieu, qui, dans L’esprit des lois, paru en 1751, le plagiait plus ou moins : « Quatre événements arrivés sous Alexandre firent, dans le commerce, une grande révolution : la prise de Tyr, la conquête de l’Égypte, celle des Indes, et la découverte de la mer qui est au midi de ce pays21. » L’important était dans la question posée : « Faut-il conquérir un pays pour y négocier ? » – le commerce justifie-t-il l’impérialisme ? Alexandre, pour Montesquieu, semblait en être une forme acceptable car dans ses conquêtes, il n’y eut ni maîtres ni esclaves, ni conquérants ni vaincus : « Qu’est-ce que ce conquérant qui est pleuré de tous les peuples qu’il a soumis22 ? »

***

Encore aujourd’hui, Alexandre reste parfois associé, malgré les critiques, à un rêve d’humanité unie, pour reprendre le titre de la conférence donnée par William W. Tarn en 1933, « Alexander the Great and the Unity of Mankind23 ». Comme l’écrit Peter Coulmas dans son histoire du cosmopolitisme : « Quelle que soit la façon dont on interprète les impulsions et les objectifs d’Alexandre, il conçut et réalisa au moins en germe la vision d’un empire universel englobant et réunissant tous les pays. Il fut le premier à exprimer l’idée universelle que tous les hommes, enfants d’un même père, étaient frères et devaient par conséquent vivre en homonoia, dans l’harmonie de l’esprit et de l’âme, indépendamment de leur origine et de leur appartenance24. » Il s’inscrivait ainsi dans la lecture proposée par Plutarque dans La fortune d’Alexandre : « Ce que Zénon a écrit comme un songe ou une image d’une juste loi et d’une constitution de philosophe ce qu’il avait pensé, Alexandre a mis en œuvre la parole. […] Mais se considérant envoyé des dieux comme gouverneur commun et médiateur de tous, ceux qu’il ne pouvait assembler par la parole, les forçant par les armes, mettant au même endroit ce qui était de partout, comme dans un cratère d’amitié, mélangeant les vies, les mœurs, les unions, les habitudes, il ordonna que tous regardent le monde habité [oikouméné] comme une patrie, l’armée comme une acropole et une garnison, les bons comme des parents, les méchants comme des étrangers25. »


L’outrepassement du monde

Alexandre le Grand a parcouru des milliers de kilomètres. Il a pourchassé son ennemi, le roi achéménide, puis a poursuivi ses conquêtes, avant d’être obligé par son armée de rebrousser chemin et de rentrer vers Babylone. Plus que l’espace conquis, qui n’est guère plus étendu que l’Empire perse, c’est cette soif d’aller de l’avant, d’aller toujours plus loin, qui a marqué les esprits et en a fait un héros dont la légende a pris le pas sur l’histoire, le hissant à l’échelle du monde.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 4, pour changer de point de vue et d’horizon. Si vous allez à rebours, avancez jusqu’au chapitre 2, en restant à Babylone.

L’ordonnancement du monde

Alexandre a-t-il véritablement créé un empire-monde ? Alexandre est indéniablement un roi conquérant, mais la figure est fragile car l’empire a été aussi vaste qu’il a été éphémère. Il ne lui a pas survécu. Pourtant, même éclaté en plusieurs royaumes, le monde hellénistique qui a succédé à l’empire est resté animé de mouvements, d’échanges, de conflits aussi.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 5, avec l’empire suivant. Si vous allez à rebours, vous avez atteint le terme de cette analyse, même si l’empire d’Alexandre ne peut pas être considéré comme le premier empire-monde.

Sommaire


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.