Chapitre 2. VI ͤ S. AV. N . È . – L’au-delà

C’EST UNE TABLETTE D’ARGILE VIEILLE DE 2 600 ANS, peut-être davantage, conservée actuellement au British Museum sous le numéro BM 92687. Ou plus exactement des miettes de tablette recollées ; il en manque. On n’est même pas sûr de savoir d’où celles-ci proviennent, peut-être des fouilles de Borsippa, un tell à une vingtaine de kilomètres de l’antique Babylone, mais sans aucune certitude. Le site internet du musée lui-même indique un autre lieu : Sippar (tell Abu Habbah), plus au nord que celui de Borsippa1.

Beaucoup la considèrent comme la plus vieille carte du monde, en tout cas d’un monde. Pour être exact, il s’agit moins d’une représentation topographique, une carte donc, que d’une représentation topologique, le schéma d’un espace. Au centre, il y a un trou, un petit trou, qui ne représente aucun lieu et n’a aucun sens, à la grande frustration des géographes. Un peu au-dessus, un rectangle et une mention manuscrite indiquent la ville de Babylone, que traverse une double ligne brisée qui, de toute évidence, représente l’Euphrate, même si celui-ci n’est pas nommé. Quelques autres indications sans cohérence apparente : sont mentionnés ici le territoire des Bīt Yākin, une confédération chaldéenne du Sud de la Basse-Mésopotamie, là la ville de Dēr, au piémont du Zagros, ici l’Assyrie, dont le nom est inscrit dans un cercle, là l’Urartu, dont le nom apparaît entre deux cercles ; et à côté de ces noms, quelques cercles vides – peut-être parce que la tablette originale – dont celle retrouvée n’est qu’une copie – n’était plus lisible lorsque celle-ci a été faite.

Le tout s’inscrit dans un double cercle, et le point central est sans doute la trace de la pointe du compas. Ce double cercle, c’est l’Océan, marratu, un mot akkadien dont la plus ancienne occurrence date du IXe siècle. Cependant, dans le texte qui accompagne la carte, et qui est semble-t-il plus ancien, l’auteur parle du tāmtu pour désigner la mer.

La structure globale nous est familière. Elle a traversé les siècles et constitué une trame commune pour les sociétés de l’Ouest eufrasien. Homère, dans l’Iliade, chantait « l’Océan, le fleuve qui s’écoule en rejoignant sa source2 », qu’on retrouve sur le bouclier fabriqué par Héphaïstos pour Achille : « Puis, à l’extrême bord du bouclier solide, il [le dieu] place l’Océan, le vaste et puissant fleuve3. » Cette similitude n’est pas un hasard. Il y a une proximité spatiale et ce serait une pièce à rajouter au dossier des influences orientales sur l’œuvre homérique4 – au IIe siècle n.è., dans Histoire vraie, Lucien de Samosate ne faisait-il pas dire à Homère qu’il était un Babylonien5 ?

Ce schéma circulaire se retrouve ensuite parmi les premiers géographes
grecs, au VIe siècle av.n.è., comme Anaximandre ou Hécatée de Milet – si sévèrement raillés par Hérodote : « Je ris de voir tant de gens nous donner des “cartes du monde” qui ne contiennent jamais la moindre explication raisonnable : on nous montre le fleuve Océan qui enserre une terre parfaitement ronde, comme faite au tour6. »

Mais sur la carte babylonienne, cet océan circulaire ne circonscrit pas tout. Il y a un au-delà. Plus ultra, six triangles, formant une étoile, très probablement huit en l’état d’origine. Ces huit territoires d’outre-mer sont des sortes d’îles, nagū selon le texte. Ce dernier, au recto, très abîmé sur ses bords, est difficile à interpréter également. Il y est question de lieux lointains aux premiers temps du monde, des créatures du Tiamat, le chaos océanique primordial, que Marduk a affrontées, d’Utnapishtim, héros de la version mésopotamienne du Déluge, de Sargon d’Akkad et de son ennemi légendaire, Nur-Dagan. Au verso, le texte décrit sept nagū, sur huit. Ces descriptions ne sont pas toutes lisibles et restent difficiles à comprendre. On y parle d’une région désertique et d’une autre aux arbres immenses, d’une région au bétail cornu et d’une autre où le soleil se lèverait. L’ensemble du texte semble donc se référer à des régions éloignées en relation avec des figures littéraires familières et des animaux exotiques. Il éclaire le pourtour de la carte, et non sa partie centrale qui n’aurait qu’une fonction de localisation référentielle pour situer l’inconnu par rapport au connu, ce qui est là-bas par rapport à l’ici. Le point central apparaît ainsi comme une sorte de hic et nunc, l’ici et maintenant d’un scribe mésopotamien. Mais il serait quelque peu abusif d’y voir l’expression d’un babylocentrisme. La carte est tout simplement mésopotamienne.

La dernière partie, en guise de résumé, mentionne les « quatre régions [du monde] » (kibrāt erbetti). La phrase est perdue en raison d’une cassure, mais elle justifie bien qu’on puisse parler d’une carte du monde dans une perspective englobante. Dans la géographie mésopotamienne, la notion des « quatre régions » est celle qui exprime sans doute le mieux cette idée du monde. On la retrouve aussi bien en sumérien : ub-da-límmu. ba/an. ub. da. límmu. ba, « les quatre coins » ; qu’en akkadien : kibrāt arba’i/kibrāt erbetti, « les quatre régions », et kibrātu, « les régions ». La première occurrence date du règne de Naram-Sin, petit-fils de Sargon d’Akkad, qui régna au cours de la seconde moitié du XXIIIe siècle et qui se fit proclamer « Roi des quatre régions » (shar kibrāt arba’im). Son utilisation au verso de cette tablette justifie qu’on puisse parler de « carte du monde », sans anachronisme.

***

Pour essayer de mieux comprendre cette carte, on peut également
se référer à deux textes, sous-jacents.

Le premier auquel on peut penser est connu sous le titre de Géographie de Sargon. Quelques extraits nous sont parvenus grâce à deux tablettes datant du Ier millénaire av.n.è., l’une néo-assyrienne, l’autre babylonienne tardive. Il s’agit de la description de l’empire de Sargon d’Akkad – d’où le titre moderne qui lui a été donné. Sargon y est présenté comme celui qui a conquis « la totalité de la terre sous le ciel », « les pays du levant [ṣīt dshamshi] jusqu’au couchant [ereb dshamshi], l’ensemble de tous les pays7 », y compris des îles de la mer Méditerranée, « la Mer supérieure » (tāmti elīti) : Anaku et Kaptara ; et des îles du golfe Persique, « la Mer inférieure » (tāmti shaplīti) : Dilmun et Magan. À l’intérieur de cet espace, on compte huit territoires : Marhashi, Tukrish, Elam, Akkad, Subartu, Amurru, Lullubi et Anshan. L’expression « tous les pays du levant jusqu’au couchant » (ultu sīt dshamshi adi ereb dshamshi mātāti kalīshina) est celle qu’emploie, entre autres, Teglath-Phalasar III, le fondateur de l’Empire assyrien au milieu du VIIIe siècle av.n.è…8 Elle est une prétention à un empire-monde.

Le deuxième texte qui permettrait de comprendre cette carte est plus connu puisqu’il s’agit de l’épopée de Gilgamesh, le roi légendaire de la cité d’Uruk, en un temps incertain qui remonterait aux premières dynasties, « après le déluge ». Diverses interprétations peuvent être proposées de ce texte, dont on connaît par ailleurs différentes versions. Or Gilgamesh peut aussi être considéré comme un véritable héros mondialisateur :

Celui qui a traversé l’océan [ta-ma-ti], la mer immense, jusqu’au levant,
Celui qui a parcouru les [quatre] régions [du monde] [kib-ra-a-ti] en quête de la vie,
Celui qui est allé par-delà le danger jusqu’à Utanapishtī-le-lointain9.

Indépendamment de l’épopée, il existe d’autres textes, notamment des lettres attribuées à Gilgamesh, roi d’Uruk, ou parfois d’Ur, comme dans le début de celle qui a été trouvée à Sultantepe, un site assyrien près de Harran en Turquie, et qui exprime très clairement sa prétention à la domination mondiale : « Ainsi s’exprime Gilgamesh, roi de Ur, fils de Kullab, créature de Anu, Enlil et Ea, favori de Shamash, aimé de Marduk, qui comme une corde…, qui gouverne tous les pays de l’horizon jusqu’au zénith, dont les pieds sont baisés par tous les rois, roi qui du levant au couchant a soumis tous les pays comme avec une corde10. »

Cependant, Gilgamesh incarne bien plus que la figure archétypique du roi conquérant. Il est celui qui a franchi l’océan pour aller à la rencontre de Utnapishtim, le héros antédiluvien. Le trépas de son ami Enkidu a fait prendre conscience à Gilgamesh qu’il était un être de vie, et de mort. Gilgamesh, à partir de ce moment, n’a eu de cesse de chercher l’immortalité. La diversité et la richesse des thèmes de cette épopée expliquent sans doute son succès. Outre la version dite ancienne, c’est-à-dire babylonienne (deuxième quart du IIe millénaire av.n.è.), et la version dite récente, ninivite (premier tiers du Ier millénaire av.n.è.), toutes deux « mésopotamiennes » au sens restreint du terme, on a découvert des débris à Emar, en Syrie du Nord, à Meggido, en Israël, à Hattusha, en Turquie, on en connaît également des traductions, au moins partielles, en hittite et en hourrite. Tout ceci atteste d’une diffusion exceptionnelle de cette œuvre à l’échelle de ce qui a constitué un monde avec ses échanges, ses interactions, ses guerres.

Ainsi, au moment où cette carte babylonienne du monde fut reproduite, au milieu du Ier millénaire av.n.è., le processus de mondialisation s’était-il étendu et complexifié. On n’était plus à l’époque légendaire de Gilgamesh, ni à celle de Sargon, mais au temps de l’Empire néo-babylonien déclinant, ou déjà au temps de l’Empire achéménide. D’une certaine manière, cette carte était déjà une antiquité, comme était en train de le devenir l’épopée de Gilgamesh.

C’est à Babylone que les archéologues ont découvert la trace la plus récente de l’épopée dans sa version ninivite, un morceau de la tablette X, daté de 250 n.è. La ville avait perdu toute sa grandeur et le dernier scribe à lire l’akkadien et le sumérien était déjà mort depuis probablement plus d’un siècle. La Mésopotamie, comme monde, était passée.


L’outrepassement du monde

Gilgamesh, roi légendaire de la cité d’Ur, dans la basse vallée de l’Euphrate, est un héros. Il est celui qui a osé s’aventurer au-delà de l’espace civilisé, dans les marges inconnues, affronter des créatures monstrueuses, mais aussi chercher l’immortalité. L’influence sur la littérature de la région a été durable, par-delà l’oubli de l’œuvre elle-même.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 3, sur les pas d’un héros plus historique. Si vous allez à rebours, avancez jusqu’au chapitre 1, à la préhistoire de la curiosité.

La représentation du monde

On peut discuter de l’interprétation possible de cette carte babylonienne. Il n’en demeure pas moins que par sa structure schématique, elle détient une valeur archétypique de ce qu’est un monde, pour quelque société que ce soit. À partir d’un lieu, l’ici, un horizon se dessine qui est celui du monde connu, tandis qu’au-delà, dans l’ailleurs lointain, commence le territoire de l’imaginaire, peuplé de monstres et de personnages merveilleux.

► Si vous commencez, continuez au chapitre 7, constater la pérennité du schéma. Si vous allez à rebours, vous avez atteint la plus ancienne représentation « mondiale » connue à ce jour ; mais la recherche archéologique nous amènera sans doute, un jour, à reconsidérer ce fait.

Sommaire


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.