#14 – La France d’outre-mer

La publication récente d’un article par Jean-Christophe Gay, « Comment décoloniser le lexique de l’“outre-mer” ? », me donne l’occasion de revenir sur un travail que j’avais entrepris il y a plus de dix ans pour une conférence donnée à Saint-Joseph. Dans tous les cas, on évitera de se référer à l’entrée consacrée à « outre-mer » dans Les mots de la colonisation, paru en 2008, pour le moins imprécise, voire erronée.

Comme Jean-Christophe Gay le rappelle, une date importante dans l’histoire de cette appellation est 1934, lorsque l’École coloniale est rebaptisée École nationale de la France d’outre-mer et l’Institut national d’agronomie coloniale, l’Institut national d’agronomie de la France d’outre-mer. Cette équivalence, posée entre l’outre-mer et les colonies françaises, est confortée en 1935 lorsque le Musée des colonies devient le Musée de la France d’outre-mer, dont la direction est attribuée à Ary Leblond.

Le 9 mars 1935, la Croix de la Légion d’honneur fut remise à l’ex-École coloniale dans les salons de l’Hôtel de Ville de Paris. Ce fut l’occasion pour Louis Rollin, ministre des Colonies, de faire un discours, mais il n’eut pas le temps de digresser autant qu’il l’eût voulu ; et nous aussi.

« J’aurais souhaité aussi pouvoir justifier, si tant est qu’il en soit besoin, sa nouvelle dénomination : “École Nationale de la France d’Outre-Mer”, laquelle de toute évidence répond plus exactement à son objet et à sa mission qui est de former des chefs chargés de veiller au salut de notre immense empire. »[1]

Mais fallait-il justifier ? En 1935, cela fait déjà longtemps que l’expression est employée. Presqu’un siècle auparavant, en 1837, avait été créé un quotidien intitulé Outre-Mer.

« En créant un journal consacré à la défense des intérêts coloniaux et maritimes, nous avons fait en sorte que le titre de notre publication résumât, en un seul mot, la tendance et le but qu’elle se propose ; qu’il frappât l’esprit et le fixât tout de suite sur l’idée à laquelle nous voulons intéresser nos lecteurs. »[2]

L’éditorial ne justifie pas vraiment non plus le titre, sinon en affirmant que le choix du nom « Outre-mer » a été fait parce que son sens et sa connotation semblent évidents à tous.

De fait, l’expression est commune. On pourrait en trouver une définition dans le Cours complet d’économie politique pratique de Jean-Baptiste Say, paru en 1828 :

« Les pays lointains d’outre-mer diffèrent beaucoup des nôtres par le climat, par la nature du sol, et par le caractère de leurs habitants. Ils peuvent conséquemment nous fournir un grand nombre d’articles que nous ne pouvons pas produire, et nous pouvons les payer par le moyen d’un très grand nombre d’autres articles qu’ils ne sauraient produire avec la même facilité que nous. Dans presque tous les pays situés sous la zone torride, le sucre peut être produit avec autant de facilité à peu près que la farine chez nous. Nous pouvons donc à très bon compte tirer du sucre de ces pays-là ; et ces pays-là, grâce à nos connaissances variées, à nos machines ingénieuses, à l’activité de nos corps et d’esprit que favorise notre climat tempéré, ne sauraient produire avec autant d’avantages que nous, une infinité de marchandises, fruits de notre industrie, de nos terres et de nos capitaux. De là un grand développement de production des deux parts : dans les pays équinoxiaux, pour la consommation de l’Europe ; en Europe, pour la consommation des pays équinoxiaux. »[3]

Soulignons qu’« outre-mer » est une locution qui vient en complément d’un nom. Dans un numéro du Journal des débats en date du 5 messidor an X, soit le 24 juin 1802, on peut lire cet avis émis par l’administration des postes :

« Le public est prévenu que les lettres et paquets destinés pour les colonies françaises et étrangères et autres pays d’outre mer (l’Angleterre exceptée), seront désormais envoyés à Paris afin que, de ce centre commun où les départs de navires seront journellement indiqués par les directeurs des postes des villes maritimes, on puisse les diriger plus sûrement vers le port de mer où se trouvera le premier vaisseau prêt à faire voile pour le lieu de leur destination. »[4]

Dans un espace mondialisé, la formule est ici à prendre au sens le plus large : tous les pays au-delà des mers, à l’exception notable de l’Angleterre voisine. D’où la distinction, à l’intérieur de cet ensemble, d’une « France d’outre-mer », expression qui apparaît dans une ordonnance royale en 1820 et qui est usitée ensuite tout au long du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui.

Pour faire écho à l’article de Jean-Christophe Gay, je terminerai par cette réflexion de Pierre Joseph S. Duféy de l’Yonne, publiée dans le Journal de l’Institut historique, en 1843 :

« Il n’existe qu’un moyen possible de rallier les colonies à la mère-patrie ; c’est, avant tout, d’effacer ces qualifications qui divisent les Français en deçà et au delà des mers, de faire disparaître la chose et le mot, de rayer du vocabulaire gouvernemental ces expressions, métropole et colonies, de placer enfin la France d’outre-mer dans le régime du droit commun. »[5]


[1] « L’École coloniale à l’honneur », Le Monde colonial illustré, N° 141, avril 1935, p. 59.

[2] « Le titre du journal. – Sa spécificité. », Outre-Mer, N° 1, 21 août 1837, p. 1.

[3] Jean-Baptiste Say, 1828, Cours complet d’économie politique pratique, Paris, chez Rapilly, Vol. III, p. 415.

[4] Journal des débats et loix du pouvoir législatif ; et des actes du gouvernement, 24 juin 1802, p. 2.

[5] Pierre Joseph S. Duféy de l’Yonne, « Examen historique du régime colonial sous le rapport des intérêts de l’agriculture, du commerce et de la navigation », 1843, Journal de l’Institut historique, Tome III, IIe série, p. 48.



Citer ce billet
Vincent Capdepuy (2022, 11 octobre). #14 – La France d’outre-mer. Carnets de géohistoire. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p025

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.