#13 – Les Mascareignes

La Mascareignes est aujourd’hui le nom d’un des quatre courses qui se déroulent en travers de l’île de La Réunion chaque année au mois d’octobre, la plus célèbre étant le Grand Raid, la fameuse « Diagonale des fous ». À y regarder de plus près, « la Mascareignes » pourrait sembler un drôle de nom, à la fois singulier et pluriel. Pourtant, il est un peu le reflet de l’histoire même de ce toponyme.

Le nom « Mascareigne » est la forme francisée d’un nom portugais, Mascarehna, qui aurait été celui du « découvreur » de l’île de La Réunion. C’est déjà ce que racontait par exemple Olfert Dapper dans sa Description de l’Afrique, écrite en 1668 et traduite du flamand en 1686 :

« L’Ile de Mascareigne ou de Mascarenhas, ainsi appelée d’un Portugais de la maison de Mascarenhas qui fût le premier qui en fit la découverte, est nommée par quelques-uns l’île d’Apollonie et par les Français (qui l’en 1654 en prirent possession sous Flacourt qui était alors gouverneur de l’île de Madagascar de la part de la Compagnie française des Indes orientales) l’île de Bourbon. »[1]

On trouve le toponyme sur les cartes de l’époque, comme celle de João Teixeira Albernaz.

Extrait d’une carte de l’océan Indien, João Teixeira Albernaz, première moitié du XVIIe siècle « Source gallica.bnf.fr / BnF ».

Quand sommes-nous passés du singulier au pluriel ? Il n’est pas si aisé de répondre à la question et sans doute qu’une attention plus grande aux archives permettra à l’avenir d’apporter d’autres réponses à celle que je vais esquisser ici.

En français, je n’ai trouvé aucune occurrence antérieure au XIXe siècle – ce qui est surprenant et mériterait confirmation. En revanche, en allemand, on peut suivre l’appellation « die Mascarnesche » depuis le XVIIe siècle, comme dans cette géographie esquissée par Kaspar von Stieler en 1684, où il écrit de manière très vague qu’à l’est de Madagascar se trouvent « un très grand nombre d’îles appelées les Mascareignes », sehr viel Inseln die Mascarenische genant[2].

En 1790, Johann Ernst Fabri, dans son Elementargeographie, est un peu plus précis. Il écrit :

« Les îles Mascareignes [die Mascarenischen Inseln] se situent à l’est de Madagascar, et appartiennent au roi de France. »[3]

Et il décrit deux îles : l’île Bourbon, « aussi appelée Mascarenha », et l’Île France (sic).

Notons que l’ouvrage a été traduit en français en 1805, avec une petite adaptation… :

« Les îles mascareignes appartiennent à la République française. Les principales sont l’île de réunion (Bourbon, ci-devant Mascarenha) et l’île de France ou de Maurice. »[4]

Cependant, il semble que ce soit Conrad Malte-Brun, dans sa Géographie universelle, qui ait véritablement formalisé cette appellation, en 1817.

« En navigant cent quatre-vingts lieues à l’est de Madagascar, ou arrive aux îles Mascareignes, car c’est ainsi qu’il faut appeler collectivement, d’après celui qui les découvrit, l’île de Bourbon, ou la Mascareigne, proprement dite ; 1’Ile-de-France, nommée Cerne par les Portugais, et Mauritius par les Hollandais ; l’île Rodrigue et l’île Cargados, qui complète cet archipel. »[5]

Le propos est souligné par l’auteur par une sorte d’impératif assez rare qui révèlerait comme un flottement toponymique qu’on ne saurait accepter : les Mascareignes, voilà comment il fallait appeler cet archipel ; et de fait, on peut dire que Conrad Malte-Brun a été entendu.

Extrait du Nouvel atlas des colonies françaises : dressé par ordre de l’administration des colonies, de Paul Pelet, 1891, « Source gallica.bnf.fr / BnF ».

Cela pose néanmoins deux questions : 1) Pourquoi considérer ces îles comme un tout, un archipel ? 2) Qu’est-ce, en fait, qu’un archipel ?

Je laisserai la première en suspens ; pour la seconde, je renverrai le lecteur à un article de Jean-Baptiste Arrault, publié en 2005.


[1] Olfert Dapper, 1686, Description de l’Afrique, trad. du flamand, Amsterdam, chez Wolfgang, Waesberge, Boom et van Someren, p. 482.

[2] Der Spate [Kaspar von Stieler], 1684, A.Z. Schattenriß der Welt, Nüremberg, chez Johann Hofmann, p. 172.

[3] Johann Ernst Fabri, 1790, Elementargeographie, Halle, chez Johann Jacob Gebauer, Tome III, p. 927.

[4] Johann Ernst Fabri, 1805, Précis élémentaire de géographie, trad. de l’allemand par Jacques de Gelder, Harlem, chez François Bohn, p. 248.

[5] Conrad Malte-Brun, 1817, Précis de la géographie universelle, Tome 5, Description de l’Afrique méridionale, et des deux Amériques, Paris, Volland / Brunet, p. 134.



Citer ce billet
Vincent Capdepuy (2022, 8 octobre). #13 – Les Mascareignes. Carnets de géohistoire. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p024

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.