#12 – Une époque planétaire

Dans l’introduction de l’Histoire mondiale du XXe siècle qu’ils ont dirigée, Nicolas Beaupré et Florian Louis débutent par une citation de Franz Rosenzweig. Elle est tirée d’une œuvre restée inédite du vivant de l’auteur et rédigée en 1917, Globus.

« Je ne sais pas si la guerre actuelle sera encore décrite par nos arrière-petits-enfants comme ce que les contemporains de son déclenchement ont immédiatement décrit : comme une guerre mondiale. De vastes zones du globe restent toujours en dehors de sa zone de feu ; le monde américain n’y participe qu’indirectement, et le monde est-asiatique qu’en surface. Ainsi les forces qui s’y mesurent s’enracinent encore uniquement dans la vieille Europe. Mais les enjeux de la lutte sont plus vastes que jamais ; cette guerre actuelle justifie déjà son nom, si ce n’est par les forces, du moins par ses objectifs. Il semble ainsi qu’il y ait dans l’histoire mondiale, comme une transition d’une époque européenne passée à une époque planétaire à venir. Aussi peut-il sembler justifié de revenir sur la formation de la scène des événements auxquels nous assistons. Car dans la vie intérieure de chaque État comme dans la vie extérieure de l’ensemble des États, la condition première et la plus grave de tout ce qui se passe est la frontière, la scène. Ce que nous appelons l’histoire mondiale n’est rien d’autre que la terre devenant un espace historique clos, un “monde”. »[1]

Extrait du tapuscrit de Franz Rosenzweig

Le propos est saisissant et pourrait illustrer l’idée de conscience anticipatrice d’Ernst Bloch. Pourtant, ce qu’écrit alors Franz Rosenzweig est assez dans l’ère du temps. Ainsi l’expression « époque planétaire », planetarischen Epoche, est probablement un emprunt à Rudolf Kjellén, l’ « inventeur » de la géopolitique.

On trouve la formule, en allemand, dans l’ouvrage publié en 1916 sur « les grandes puissances du présent », Die Großmächte der Gegenwart :

« Avec lui [l’Empire britannique], l’époque planétaire de l’humanité [die planetarische Epoche der Menschheit] a été sérieusement introduite. L’impulsion vers une coexistence universelle sous la forme d’une organisation politique a été donnée ici et ne pourra pas dans le futur être effacée. L’Angleterre a créé l’histoire mondiale – même si elle ne possédera jamais le monde. »[2]

Mais elle n’est ici que la traduction de ce que Rudolf Kjellén avait écrit en suédois dès 1913.

« Avec ce tissage politique autour de toutes les régions du monde, l’ère planétaire de l’humanité [mänsklighetens planetariska epok] a commencé pour de bon. L’impulsion vers une coexistence universelle sous la forme d’une organisation politique a été donnée ici et ne pourra pas désormais être effacée. L’Angleterre est entrée dans l’histoire mondiale – même si elle ne possédera jamais le monde. »[3]

Il est intéressant de noter que l’adjectif « planetiska » est récurrent dans l’œuvre de Rudolf Kjellén pour décrire notamment une « situation planétaire » qu’il définit ainsi :

« le développement d’un système économique et politique mondial avec une communauté d’intérêts et de solidarité croissante, à la place des systèmes locaux isolés d’autrefois. »[4]

Ailleurs, il appelait à prendre de la hauteur :

« Face à des phénomènes aussi vastes, une simple perspective “anthropique” ne suffit donc pas ; l’historien peut s’élever à une perspective “planétaire”, comme le géographe à une perspective “tellurique”. »[5]


[1] Franz Rosenzweig, 1984, « Globus. Studien zur weltgeschichtlichen Raumlehre », in : Der Mensch und sein Werk. Gesammelte Schriften, Vol. III, Zweistromland. Kleinere Schriften zu Glauben und Denken, textes éd. par Reinhold et Annemarie Mayer, Dordrecht / Boston / Lancaster, Martinus Nijhoff Publishers, p. 314.

[2] Rudolf Kjellén, 1916, Die Großmächte der Gegenwart, Leipzig / Berlin, Teubner, p. 126.

[3] Rudolf Kjellén, 1913, Stormakterna: konturer kring samtidens storpolitik, Vol. III, Det britiska världsriknet, Stockholm, Hugo Gebers Förlag, p. 140.

[4] Rudolf Kjellén, 1916, Die Großmächte der Gegenwart, Leipzig / Berlin, Teubner, p. 3.

[5] Rudolf Kjellén, 1915, Världskrigets politiska problem, Stockholm, Albert Bonniers Vörlag, p. 5.



Citer ce billet
Vincent Capdepuy (2022, 5 octobre). #12 – Une époque planétaire. Carnets de géohistoire. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p023

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.