#5 – Nos Europäi, Nous Européens

Nos Europäi, « Nous Européens » – depuis l’ouvrage de John Hale[1], la formule est souvent attribuée à Francis Bacon, qui l’aurait employée dans son De augmentis en 1623[2]. Pourtant, on trouve des occurrences plus anciennes, notamment une dans le Theatrum orbis terrarum d’Abraham Ortelius.

Dans la première édition, qui date de 1570, l’expression est absente. Mais elle est attestée en latin dans l’édition de 1591, sur la page, nouvelle, consacrée à la Chine : « quem ea forma quam nos Europai depingunt »[3], « qui est de la figure que nous Européens dépeignons ». L’édition française de 1587 ne traduit pas exactement l’expression : « lequel ils dépeindent de telle figure que nous qui sommes d’Europe »[4]. « Europai » est donc rendu par une périphrase.

Mais le texte le plus intéressant, sur lequel j’ai fini par tomber au hasard d’une nuit, est le dictionnaire des synonymes géographiques du même Abraham Ortelius, la Synonymia geographica, publié en 1578. J’avais déjà eu l’occasion de travailler dessus pour ma thèse, mais sous un autre angle.

Une première entrée est très significative par l’équivalence qu’elle pose :

Christiani, vide Europæi[5]

Chrétiens, voir Européens

Ce qu’une deuxième entrée développe donc :

Europæi, populi sunt, qui Europam incolunt. Christianos vocant semetipsos. Franki in universum fere ab omnibus Asiaticis, exceptis Turcis, qui distinguunt inter eos qui Romana et illes qui Græcæ religionis sunt : hos enim Romeos, illos tantum Franki nominant. Abissini quoque in Africa, qui Presbytero Ioanni (ut vulgo apud nos vocatur) subsunt, nos Alfrangues, et Christianorum regionem Frankiam nominant. Hæc scimus ex variorum relatu, et scriptis peregrimationibus. » [6]

Européens, ce sont des peuples qui habitent l’Europe. Ils s’appellent eux-mêmes Chrétiens. Franki en général, presque par tous les Asiatiques à l’exception des Turcs, qui distinguent entre ceux qui sont de religion romaine et ceux qui sont de religion grecque : ils appellent les uns Romeos, les autres Franki. Les Abyssins aussi en Afrique, qui sont sujets du Prêtre Jean (ainsi que nous l’appelons communément), nous donnent le nom de Alfrangues, et à la région des chrétiens celui de Frankiam. Nous savons cela grâce à différentes relations et écrits de voyages.

Où on retrouve l’influence du récit de voyage de Francisco Álvares.

Quant à la citation de Francis Bacon, elle n’est en réalité pas tout à fait exacte, ce qui peut faire perdre un tout petit peu de temps à qui la chercherait… En voici donc le texte et une traduction possible :

« At hodie, atque apud nos Europaeos, si unquam, aut uspiam, potentia navalis ( quae quidem huic regno Britanniae in dotem cessit ) summi ad rerum fastigia momenti est. »[7]

Mais aujourd’hui, pareillement, entre nous Européens, quand que ce soit, où que ce se soit, la puissance navale (qui, certes, échoit en dot à ce royaume de Grande-Bretagne) est de la plus haute importance.

Remarquons simplement que là encore, dans la traduction française de l’époque, Nos Europaeos fut rendu par une périphrase :

« Mais c’est principalement aujourd’hui entre nous autres qui habitons l’Europe (et aux Anglais particulièrement qui ont toujours tenu l’avantage), c’est, dis-je, une affaire de grande importance pour avoir le dessus, d’être le plus puissance sur la mer. »[8]


[1] John Hale, 1993, Civilization of Europe in the Renaissance, Londres, Harper Collins, p. 3.

[2] Citation initialement donnée par Heinz Gollwitzer, 1964, Europabild und Europagedanke : Beiträge zur deutschen Geistesgeschichte des 18. und 19. Jahrhunderts, Munich, C.H. Beck.

[3] Abraham Ortelius, 1591, Theatrum orbis terrarum, Anvers, in Officina Plantiniana, p. 101.

[4] Abraham Ortelius, 1587, Théâtre de l’univers, Anvers, C. Plantin, p. 93.

[5] Abraham Ortelius, 1578, Synonymia geographica, Anvers, Christophe Plantin, p. 94.

[6] Ibid., p. 136.

[7] Francis Bacon, 1624, De dignitate et augmentis scientiarum, Livre IX, Paris, Pierre Mettayer, p. 492.

[8] François Bacon, 1632, Neuf livres de la dignité et de l’accroissement des sciences, trad. du latin par le sieur de Golefer, Paris, chez Jacques Dugast, p. 649.



Citer ce billet
Vincent Capdepuy (2022, 5 juillet). #5 – Nos Europäi, Nous Européens. Carnets de géohistoire. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p01w

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.