#3 – Mondial, mondiale

Pour comprendre l’apparition du mot « mondialisation » en 1904, il faut saisir l’émergence de l’adjectif « mondial » sur lequel il est forgé. Si on en croit le Trésor de la Langue française informatisé[1], celui-ci serait attesté, au sens de « relatif au monde entier », à partir de 1903.

On trouve pourtant des occurrences plus anciennes, dès les années 1870 dans Le Figaro. Mais lorsque l’adjectif y est employé, c’est toujours avec précaution. Que ce soit à propos de « cette vieille barbe » (sic) de Garibaldi, qui en juillet 1873 parla de la chute de la Commune de Paris comme d’« un malheur pour l’univers entier (mot à mot, une aventure universelle sventura mondiale) »[2] ; ou à propos de « “la fraternité mondiale” chantée par Hugo dans le style macaronique que vous savez »[3]. Il faudrait donc, semble-t-il, voir ici une (mauvaise) influence de la langue italienne.

De fait, l’adjectif « mondiale » est plus ancien en italien[4]. Dès le XIVe siècle, on le trouve employé dans l’expression « la macchina mondiale » pour désigner le monde, l’univers. Quelques traductions en français ont pu donner lieu à des occurrences qu’on considérera comme erratiques, car sans lendemain. Par exemple, en 1541, Charles Estienne publia une traduction de la comédie Gl’Ingannati¸ pièce représentée en 1531 par l’Accademia degli Intronati de Sienne. Il traduisit littéralement une des répliques : « Tu verras ici un clocher, le plus excellent qui soit en toute la machine mondiale [in tutta la machina mondiale] »[5]. L’adjectif « mondial » n’existait pas en français et n’en exista pas pour autant.

Au XIXe siècle, pour montrer les décalages linguistiques, on pourrait prendre l’exemple du nom de l’Exposition de Londres de 1851. En anglais, celle est appelé de The Great Exhibition (of the Works of Industry of All Nations) tandis qu’en France, on parla de l’« Exposition universelle » – nom qu’on donna aux expositions qui eurent lieu à Paris en 1855, en 1878, en 1889 et en 1900. Or en italien, il était question de l’Esposizione mondiale di Londra[6], même si l’expression « Espositione universale » est aussi usitée.

Qu’est-ce qui aurait pu donc faire passerelle entre l’italien et le français au début des années 1870 ? Peut-être peut-on voir là une conséquence de l’implication de Garibaldi dans la guerre contre la Prusse en 1870 et de circulations politiques transnationales entre la France et l’Italie.

À l’occasion de la mort du général polonais Jozef Bossak le 21 janvier 1871 lors de la bataille de Dijon, Garibaldi salua en lui le « Léonidas des temps modernes », qui allait manquer « à l’avenir, à la démocratie mondiale »[7]. L’expression est donnée sous cette forme par Philippe Bordone, général de l’Armée des Vosges. Ignazio Cantù, qui publia également ses mémoires, donne la version italienne : « all’avvenire della democrazia mondiale »[8], qui permet au demeurant de corriger la traduction de Bordone : « l’avenir de la démocratie mondiale ». Or un troisième document, publié aussi en 1871, met côte à côte les deux versions du texte, avec une traduction française plus conforme au lexique de l’époque : « l’avenir de la démocratie universelle »[9]. Manifestement, le transfert n’était pas encore assuré.


[1] Cf. http://atilf.atilf.fr/

[2]Le Figaro, 5 juillet 1873, p. 3.

[3]Le Figaro, 21 juin 1878, p. 1

[4] Cf. Tresoro della lingua Italiana delle Origini : http://tlio.ovi.cnr.it/TLIO/

[5] 1549, Les Abusés, trad. de l’italien par Charles Estienne, Paris, Étienne Groulleau, n.p., Acte III, scène 1.

[6] Gaetano Suzzara, 1851, L’Italiano a Londra durante l’esposizione, cenni storici descrittivi, Milan, Francescp Fusi, p. 

[7] Philippe Bordone, 1871, Garibaldi et l’armée des Vosges : récit officiel de la campagne, Paris, A. Lacroix, Verboeckhoven & Cie, p. 336.

[8] Ignazio Cantù, 1871, Storia aneddotica delle campagne e degli assedj della guerra franco-prussiana 1870-71, Milan, Francesco Pagnoni, p. 196.

[9] Luigi Stallo, 1871, Verità e calunnia in faccia al generale Giusepp Garibaldi : reminiscenze di un volontario italiano in Francia, Genève, Albane, p. 101.



Citer ce billet
Vincent Capdepuy (2022, 29 juin). #3 – Mondial, mondiale. Carnets de géohistoire. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p01u

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.