Chapitre 22. 1597 – Le manioc, une plante exotique

EN 2003, DANS JE SUIS NOIR et je n’aime pas le manioc, Gaston Kelman voulait déconstruire les représentations essentialistes sur les noirs, le titre sous-entendant que le manioc était par excellence une racine d’Afrique. Le cliché n’est pas nouveau et déjà en 1773, l’abbé Raynal, dans son Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, n’avait aucun doute :

Le présent le plus précieux que les îles [des Antilles] aient reçu de l’Afrique, c’est le manioc. La plupart des historiens l’ont regardé comme une plante originaire d’Amérique. On ne voit pas trop sur quel fondement est appuyée cette opinion, quoiqu’assez généralement reçue. Mais la vérité en fût-elle démontrée, que les Antillais n’en tiendraient pas moins le manioc des Européens qui l’y ont transporté avec les Africains qui s’en nourrissaient1.

Pourtant, il se trompait. Le manioc n’est pas originaire d’Afrique, et à l’instar d’autres plantes : maïs, tomate, pomme de terre…, le manioc provient d’Amérique.

En 1597, le botaniste flamand Charles de L’Écluse (Carolus Clusius), dans une lettre à son ami Thobias Roels, racontait qu’à l’occasion d’un repas donné par Willem Parduyn, un ami pharmacien, alors que les convives discutaient narcisses, anémones et soucis, la conversation en vint aux plantes étrangères. L’hôte leur montra une racine qu’il prenait pour de l’igname. Charles de L’Écluse l’en détrompa, tout en ignorant de quelle plante il s’agissait. Il expliquait à Thomas Roels qu’il avait obtenu des informations des esclaves qui accompagnaient le gouverneur des Indes qui l’avait rapportée. Il apprit ainsi que son nom était « manyouca » et qu’« il y a peu d’années que le manioc a été apporté du Brésil dans l’île de Saint-Thomas2 ».

Charles de L’Écluse, en 1597, habitait Leyde. Né à Arras, il avait fait ses études à Gand, Louvain, Marbourg, Wittenberg, Montpellier, il avait été à Vienne, mais une fois installé à Leyde, il avait peu voyagé. S’il avait pu étudier autant de plantes, c’est avant tout par ses réseaux, qui lui procuraient des spécimens venant d’horizons lointains. Il le dit, Ex his sermonibus delapsi sumus in peregrinas et exoticas plantas, « Nous en vînmes à parler de plantes pérégrines et exotiques3 ». L’expression, a priori redondante, est exactement la même que celle employée par Rabelais dans le Quart Livre en 1548 pour décrire le commerce qui se fait dans l’île de Medamothi :

[…] Divers tableaux, diverses tapisseries, divers animaux, poissons, oiseaux et autres marchandises exotiques et pérégrines qui étaient en l’allée du môle et par les halles du port. Car c’était le tiers jour des grandes et solennelles foires du lieu, lesquelles annuellement conviaient tous les plus riches et fameux marchands d’Afrique et d’Asie4.

Ainsi, en cette île « nulle part » (médamothi, en grec) qui n’en restait pas moins à l’image de l’Europe, au cours de la seconde moitié du XVIe siècle, l’exotique émergea peu à peu de la simple étrangeté. En 1605, Charles de L’Écluse publia un fort volume sur les « exotiques » : Exoticorum libri decem, quibus animalium, plantarum, aromatum, aliorumque peregrinorum fructuum historiæ describuntur, « Dix livres sur les exotiques, dans lesquels sont décrits les animaux, plantes, aromates et autres fruits pérégrins ». L’horizon s’était élargi. L’exotique n’était pas simplement ce qui n’était pas d’ici, mais ce qui était de là-bas, au loin.

De fait, Sao Tomé, petite île équatoriale du golfe de Guinée découverte par les Portugais entre 1469 et 1471 lors de leurs voyages exploratoires le long des côtes africaines, était devenue à partir du XVIe siècle un lieu de plantation de canne à sucre et un centre important du commerce d’esclaves qui se mettait progressivement en place. Duarte Lopes, qui y passa lors de son voyage au Congo au milieu des années 1580, insiste : l’île de Sao Tomé « est très riche ; le trafic y est considérable ». On y produisait du sucre « en énorme quantité5 ».

La lettre de Charles de L’Écluse à Thobias Roels est donc très importante car elle conforte deux faits : d’une part, le manioc a été introduit en Afrique par les Portugais au début des années 1590 ; d’autre part, la farine de manioc s’est imposée peu à peu comme une nourriture bon marché dans le cadre du système esclavagiste, que ce soit sur les navires ou dans les plantations. L’abbé Raynal n’avait donc pas complètement tort lorsqu’il affirmait que le manioc était la nourriture des Africains déportés aux Antilles au XVIIIe siècle.

Un autre témoignage permet de saisir le manioc dans cette traversée de l’Atlantique. En 1580, le corsaire anglais Francis Drake achevait la deuxième circumnavigation du globe. L’année suivante, la reine Élisabeth Ire le fit chevalier et en 1585, il menait une expédition contre l’Espagne. Au sein de la flotte anglaise, un jeune capitaine, Richard, lui-même fils de l’amiral John Hawkins, faisait son apprentissage. Moins de dix ans plus tard, en 1593, Richard Hawkins s’élançait à son tour avec l’ambition d’effectuer un tour du monde ; il ne put le mener à terme. En 1594, après plusieurs jours de combat au large de Paita, sur la côte péruvienne, il fut fait prisonnier et resta pendant huit ans dans les geôles espagnoles de Lima, puis de Séville et enfin de Madrid. Libéré en 1602, il se mit à la relation de son expédition tronquée : The observations of Sir Richard Hawkins in his Voyage to the South Sea in the Year 1593.

Dans l’ouvrage, Richard Hawkins raconte comment, en décembre 1593, alors que son équipage et lui longeaient la côte sud-américaine et se dirigeaient vers le détroit de Magellan, ils prirent en chasse un navire portugais qui faisait route vers l’Angola pour s’approvisionner en esclaves. Il explique que ceux-ci étaient destinés à être débarqués à l’embouchure du fleuve de La Plata afin d’être acheminés vers la mine de Potosí, et souligne combien ce trafic était lucratif. Et il ajoute ceci :

Le chargement de ce navire était de la farine de cassavi, que les Portugais appellent Farina de Paw [farinha de pão]. Elle sert de marchandise en Angola, de nourriture pour les Portugais sur les navires, et pour les nègres lors de leur transport vers la rivière de Plata. Cette farine est faite d’une certaine racine que les Indiens appellent yucca, qui ressemble à des pommes de terre6.

La cassave, c’est la racine de manioc, et par extension la farine qui en est faite. Le mot est emprunté au taino, une des langues des Grandes Antilles. Il apparaît dès 1492 lors du premier voyage de Christophe Colomb. Dans son journal de bord, celui-ci, sans s’y attarder, évoque en passant « leur pain qu’ils appellent cazavi7 ». Ce qu’on retrouve dans le premier livre de la première décade du De Orbe Novo Decades de Pierre Martyr d’Anghiera, écrit en 1493 :

Ces hommes doux se nourrissent de racines semblables à nos navets par leur taille et leur forme, et à la châtaigne par leur douce saveur. Ils les appellent ignames. Il existe aussi une autre sorte de racine, appelée yucca, à partir de laquelle ils font même du pain. […] Quant au yucca, après l’avoir coupé en morceaux puis pressé, car c’est une plante pleine de suc, ils le pilent et le cuisent en galettes8.

Très vite, les Espagnols s’étaient rendu compte des qualités de conservation du « pan de cazabi » comme ration de marine, et c’est précisément la situation décrite par Richard Hawkins dans son texte. Mais une certaine ambiguïté y demeure : au début des années 1590, le manioc est-il déjà cultivé en Angola ou bien la farine provient-elle d’Amérique ?

Moins d’un siècle plus tard, la question ne se pose plus. En 1668, l’humaniste néerlandais Olfert Dapper, dans sa Description de l’Afrique, décrivait l’agriculture du manioc en Angola, autour de Luanda, fondée par les Portugais en 1575 :

Dans l’île de Massander et sur les bords du Bengo et du Danda, on trouve une plante que les Nègres d’Angola nomment mandihoca, plusieurs insulaires de l’Amérique yuca et les Mexicains quauhcamotli. On moud la racine et on en fait du pain. II n’y a point d’endroit dans tout l’Angola qui rapporte autant de mandihoca que les bords du fleuve Bengo, soit à cause de la fertilité du terroir, soit parce que la proximité de Louando S. Paulo, donnant occasion de la débiter, fait qu’on la cultive avec plus de soin.

Dapper mentionnait également la culture et la consommation du manioc sur l’île de Sao Tomé :

L’on y plante aussi une certaine racine appelée mandihoca, et on en fait de la farine, mais les habitants du pays en mangent fort peu et l’envoient pour la plupart en Angola9.

Ceci est de toute évidence à mettre en lien avec la traite négrière.

À noter qu’Olfert Dapper ne parle pas de « cassave », mais de « mandihoca », qui est à peu près le même nom que celui donné par les esclaves qui avaient renseigné Charles de L’Écluse – celui qui a donné notre « manioc ». Il est emprunté au tupi, la langue parlée par les tribus vivant sur les côtes du Brésil au moment de l’arrivée des Européens. L’explorateur français André Thevet, dans les Singularités de la France antarctique, paru en 1558, à la suite de son voyage au Brésil en 1555-1556, avait décrit ainsi la culture et l’usage du « manihot ». Que Dapper reprenne le mot portugais, « mandihoca », n’est pas étonnant au regard de la domination portugaise sur cet espace transatlantique. Le traité de Tordesillas de 1494 avait partagé les « nouveaux mondes » entre la couronne d’Espagne et la couronne du Portugal. La partie orientale de l’Amérique du Sud, autrement dit le Brésil, et la partie subsaharienne de l’Afrique avaient échu au Portugal. Le manioc a été introduit en Afrique par les Portugais qui l’ont importé d’Amérique latine. Leur implantation le long des littoraux d’Afrique, d’El Mina dans le Ghana actuel à Mogadiscio en Somalie, a permis une diffusion rapide de ce tubercule.

Mais la course du manioc ne s’arrêta pas là. Elle se prolongea dans l’océan Indien. Ainsi, dans les années 1730, le gouverneur de La Bourdonnais l’introduisit à l’île Bourbon – La Réunion – :

L’agriculture n’était pas moins négligée dans les îles et la paresse des habitants profitait d’aucun des avantages du terrain. Le sieur de La Bourdonnais les a tirés de cet état d’indolence, et leur a fait cultiver tous les grains nécessaires pour la subsistance des deux îles afin de prévenir les disettes qui étaient si fréquentes, qu’il n’y avait presque pas d’année où les habitants ne fussent réduits à se disperser dans les bois, pour y chercher à vivre de chasse et de mauvaises racines. Aujourd’hui ces îles ont amplement de quoi fournir à la nourriture des habitants, surtout depuis que le sieur de La Bourdonnais y a introduit la culture du manioc qu’il apporta du Brésil ; et en cela il croit pouvoir dire qu’il a rendu un service essentiel aux colonies, mais ce n’a pas été sans beaucoup de peines10.

Le manioc est un des multiples exemples de ces plantes qui ont été diffusées dans les autres régions du globe et de manière plus générale de ce qu’Alfred W. Crosby avait appelé « l’échange colombien11». Un temps, on finit même par oublier de quel côté de l’Atlantique le manioc provenait, d’Amérique ou d’Afrique. Car le manioc fut l’envers du sucre, la nourriture anonyme de la traite négrière.


L’outrepassement du monde

L’exotique est le monde importé, ce qui provient d’au-delà de l’horizon du familier. C’est l’étrange étranger. Le manioc n’est qu’une de ces plantes dont les Européens prennent connaissance, observent, classent, s’approprient, directement ou indirectement, transportent d’une région à l’autre du monde, exploitent.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 24, à Jamestown, toujours sur les rives de l’Atlantique. Si vous allez à rebours, avancez jusqu’au chapitre 18, sur les rives du Pacifique.

Le tissage du monde

La mise en interconnexion de l’Amérique et de l’Eufrasie à partir de la fin du XVe siècle est évidemment un des événements majeurs de l’histoire globale, permettant de distinguer une ère pré-colombienne et une ère colombienne, en Amérique comme ailleurs. La traite négrière, dont l’histoire du manioc est l’écho indirect, en est la dimension la plus criminelle.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 23, dans le Japon que voulait atteindre justement Christophe Colomb. Si vous allez à rebours, avancez jusqu’au chapitre 20, virevolter dans l’océan Pacifique.



Citer ce billet
Vincent Capdepuy (2022, 28 juin). Chapitre 22. 1597 – Le manioc, une plante exotique. Carnets de géohistoire. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p01t

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.