Chapitre 23. 1601 – Une lettre annuelle du Japon

Lettre annuelle du Japon envoyée
au P. Pasius, provincial.

Au T.R.P. Claude Acquaviva, général de la Compagnie de Jésus,

Vous aurez pu apprendre par les Lettres annuelles, et par le supplément écrit au mois de février de cet an 1601, les révolutions qui ont eu cours dans le Japon jusques à présent, les tribulations et dangers que nous avons passés avec la perte et la ruine d’une grande partie de cette Chrétienté. Comme aussi le remède que la
divine Providence, après un si rude fléau, va découvrant en l’heureux succès de nos affaires. Encore qu’il n’y ait que sept mois que ces dépêches vous furent envoyées, néanmoins parce que le vaisseau qui voulait venir de Chine n’est point arrivé cette
année, ce qui fait perdre espérance de pouvoir écrire au mois de mars prochain, nous avons pensé vous donner avis par ce navire portugais, venu de Manille, et prend la route de Macao, de tout ce qui est urgent depuis, prévenant l’occasion que nous ne saurions recouvrer au bout de l’an, bien est vrai que le partement subit de ce vaisseau ne nous donne loisir, au lieu d’une entière annale, que d’écrire un abrégé de notre histoire. Je vous dirai en premier lieu l’état du Japon en général, pour retomber après aux particularités remarquables de ce qui est advenu ès lieux où nous avons des demeures et nombre de chrétiens1.

AINSI DÉBUTE UNE LONGUE lettre publiée à Paris en 1605. Le destinataire, Claudio Acquaviva (1543-1615) était le cinquième supérieur général de la Compagnie de Jésus, qui avait été fondée par Ignace de Loyola en 1534. La présence au Japon était ancienne puisque François Xavier, après un premier arrêt à Goa, où il fonda un collège
jésuite, se rendit au Japon en 1549. Mais l’implantation du christianisme fut difficile. Les missionnaires européens arrivèrent dans un contexte de guerre civile. S’ils purent obtenir la conversion de quelques puissants, l’influence restait limitée. Inversement, lorsque l’empereur Ōgimachi publia des édits interdisant le christianisme, en 1565 et 1568, cela n’eut guère d’effet.

En revanche, en 1587, après l’unification opérée par Toyotomi Hideyoshi, celui-ci, conscient de la menace que représentait, sinon le christianisme comme religion, du moins l’ingérence des puissances européennes, bannit les missionnaires : « Le Japon est un pays de Dieu et les pères chrétiens ne doivent pas y prêcher leur loi fausse. […] Contrairement à ce que nous aurions cru, les missionnaires n’ont pas fait des prosélytes par leur sagesse ; ils ont surtout eu pour but de détruire le bouddhisme. Nous ne pouvons donc pas les admettre plus longtemps à rester au Japon ; ils devront quitter ce pays pour retourner dans le leur2. » Le commerce, cependant, n’était pas fermé : « En ce qui concerne les navires noirs [portugais] qui viennent chez nous dans un but commercial, ils pourront, comme auparavant, continuer à faire le trafic. » L’année suivante, en 1588, Hideyoshi reprit le contrôle direct de la province de Nagasaki, dont le port, depuis 1571, était devenu la porte d’entrée des Européens et avait été concédé à la Compagnie de Jésus en 1580 par le daimyō Ōmura Sumitada, converti au christianisme.

Après la mort de Hideyoshi, en 1598, les missionnaires revinrent. Tout comme son prédécesseur, Tokugawa Ieyasu se montra rétif à la présence des missionnaires chrétiens, mais il ouvrit le Japon aux relations commerciales avec les Portugais et avec les Espagnols implantés aux Philippines, en un temps où les deux monarchies ne faisaient plus qu’une. Ceci explique la présence du bateau portugais mentionné dans la lettre.

Celle-ci s’inscrit dans une communication périodique qui reliait les différentes missions jésuites au gouvernement de la Compagnie de Jésus. Le principe avait été édicté par Ignace de Loyola dans les Constitutions de l’ordre de 1556 :

Les Supérieurs locaux, ou les Recteurs, résidant dans une Province, et ceux qui sont envoyés pour faire fructifier le champ du Seigneur, doivent écrire à leur Provincial, toutes les semaines, si faire se peut ; et les Provinciaux et les autres doivent aussi écrire toutes les semaines au Général, s’il n’est pas éloigné ; mais s’ils sont dans des États différents, où il n’y aurait pas la commodité d’écrire si souvent, tant les particuliers envoyés pour faire fructifier le champ du Seigneur ; comme il a été dit, tant les Supérieurs locaux et les Recteurs, que les Provinciaux, écriront au moins une fois tous les mois au Général, et celui-ci aura soin d’écrire qu’on leur récrive aussi tous les mois. Et ceux-ci feront aussi récrire une fois par mois aux Supérieurs locaux, aux Recteurs et aux particuliers à qui il serait nécessaire de le faire. On le fera même plus souvent de part et d’autre, suivant les occasions qui se présenteront dans le Seigneur3.

La règle imposait une correspondance mensuelle, mais la distance
fit qu’elle ne fut qu’annuelle.

On mesure, à la lecture de la lettre, la lenteur des échanges et les aléas qui pouvaient affecter les communications si jamais un navire ratait les vents favorables. Ceci était vrai pour les lettres comme pour les hommes.

En 1581, trois daimyō de Kyūshū, la plus méridionale des quatre îles principales de l’archipel japonais, Ōtomo Sōrin (1530-1587), de la province de Bungo, Arima Haruobu (1567-1612), de la province de Hizen, et Ōmura Sumitada (1533-1587), de Nagasaki, qui s’étaient convertis au christianisme, décidèrent, sur l’idée du jésuite Alessandro Valignano, d’envoyer une délégation auprès du pape, connue sous le nom d’ambassade Tenshō. Mancio Itō, accompagné de trois autres samouraïs chrétiens, s’embarqua en février 1582 sur un navire portugais commandé par Dom Ignace de Lima. Tous les quatre arrivèrent à Macao après dix-sept jours d’une navigation périlleuse – trop tard ; ils durent y attendre dix mois. L’année suivante, en janvier 1583, ils étaient à Malacca, puis joignirent Goa, doublèrent le cap de Bonne-Espérance et finirent par arriver dans le port de Lisbonne en août 1584. D’Alicante, ils se rendirent dans le port de Livourne en mars 1585, puis à Pise, Florence, et enfin Rome, où ils furent reçus par le pape Grégoire XIII le 23 mars 1585. Ils lui remirent trois lettres, traduites en italien. Mancio Itō fut nommé citoyen honoraire de la ville de Rome et fut anobli au sein de l’ordre papal de la Milice dorée, dello Speron d’Oro. Ils quittèrent la ville dès le mois de juillet 1585, pour Barcelone, puis regagnèrent Lisbonne, où ils s’embarquèrent en avril 1586. Ils arrivèrent à Nagasaki en juillet 1590, au terme d’un voyage qui avait duré huit ans. C’est d’eux qu’Urbano Monte tint quelques informations nouvelles à propos du Japon lorsqu’il réalisa en 1587 une vaste carte du monde en soixante tableaux.

Dans les années 1610, une autre grande ambassade japonaise chrétienne fut envoyée à Rome par Date Masamune, le daimyō de la province d’Ōshū, au nord du Japon. Son vassal, le samouraï Hasekura Tsunenaga, partit en octobre 1613 en prenant le chemin inverse, via les Philippines et la Nouvelle-Espagne. Il arriva à Acapulco en janvier 1614, et se rendit à Mexico, où il rencontra le vice-roi. Chimalpahin Quauhtlehuanitzin, qui rédigea des Annales en nahuatl et en espagnol, en a laissé un témoignage : « C’est la deuxième fois que les Japonais débarquent sur le rivage d’Acapulco ; ils y transportent toutes choses en fer, des pupitres, et des vêtements qu’ils vendent ici4. » Puis Hasekura repartit pour l’Europe, et s’embarqua à nouveau, sur l’océan Atlantique. Il fut à La Havane en juillet 1614, et au port de San Lucar de Barrameda, en Andalousie, en octobre. Le roi d’Espagne Philippe III le reçut à Madrid le 30 janvier 1615. Sur la route de l’Italie, le mauvais temps força les navires à faire escale quelque temps dans le port de Saint-Tropez, au mois d’octobre, comme le relate Madame de Saint Troppez :

Il y a huit jours qu’il passa à Saint-Tropez un grand seigneur Indien, nomme Don Felipe Francesco Faxicura, Ambassadeur vers le Pape, de la part de Idate Massamuni roi de Woxu au Japon, feudataire du grand roi du Japon et de Meaco. Il avait plus de trente personnes à sa suite, et entre autres, sept autres pages tous fort bien vêtus et tous camus, en sorte qu’ils semblaient presque tous frères. Ils avaient trois frégates fort lestes, lesquelles portaient tout son attirail. Ils ont la tête rase, excepté une petite bordure sur le derrière faisant une flotte de cheveux sur la cime de la tête retroussée, et nouée à la Chinoise5

Ils parvinrent enfin à Rome au mois de novembre, où ils rencontrèrent le pape Paul V. Hasekura regagna le Japon via l’Espagne et la Nouvelle-Espagne. Lorsqu’il atteignit le port de Nagasaki en août 1620, sept ans après son départ, la situation avait radicalement changé.

L’interdiction définitive du christianisme avait été prise en 1614 par le shogunat Tokugawa et ouvrit une période très dure pour les chrétiens du Japon. En 1966, Shūsaku Endō publia un roman historique, Chimoku, « Silence », qui eut un grand succès et fut récompensé du prix Tanizaki. L’auteur y raconte, en partie sous forme épistolaire, la mission de deux jésuites portugais, en 1638, auprès des chrétiens qui doivent faire face à la persécution, et au silence de Dieu. Le roman a été adapté au cinéma par Martin Scorsese en 2016.

En 1639, comme le rapporta le jésuite António Francisco Cardim,

le tyran Toxogun (ou pour mieux dire Tono Xogun), empereur du Japon, n’étant encore assouvi de tant de cruautés exercées inhumainement contre les chrétiens ses vassaux et les prédicateurs de l’Évangile, dont il avait fait une si grande boucherie l’espace de tant d’années qu’a duré dans ces royaumes la persécution contre notre sainte foi, il voulut enfin la détruire tout à fait, et sans recours. À quoi il ne jugea rien de plus à propos que de rompre, et interdire pour toujours le commerce que de tout temps les Japonais avaient avec les Portugais de Macao6.


En 1640, un navire portugais en provenance de Macao fut incendié dans la rade de Nagasaki. Tous les membres de l’ambassade furent décapités.

Ils partirent en nombre de soixante et un, de dix-sept nations toutes différentes, et qui composent presque toute l’Inde d’Orient, savoir est Portugais, Castillans, Métis, Indiens, Papamgos, Chinois, Bengalais, Cafres, Malais, Timores, Solores, Ballalas, Malabares, Achenois, Canarins, Macassares et Javanais. Sans doute Notre Seigneur voulut être par cette occasion glorifié au Japon par tant de nations ramassées ensemble, pour confondre ces païens, qui croyaient avoir déjà éteint la sainte foi dans ces royaumes7.

Le Japon se fermait pour deux siècles.

En 1702, le père Charles Le Gobien, procureur des missions jésuites de Chine, publiait un premier volume de compilation de ces lettres envoyées. D’autres suivirent et constituèrent la collection des Lettres édifiantes et curieuses, écrites des Missions étrangères par quelques missionnaires de la Compagnie de Jésus. Montesquieu, Voltaire, Rousseau y trouvèrent matière à réflexion.

Ainsi, en 1767, peut-être, Voltaire rédigea-t-il un texte très violent contre l’Église catholique et plus particulièrement contre les jésuites. Intitulé Avis à tous les Orientaux, il fut retrouvé parmi ses papiers et publié en 1784 dans ses œuvres complètes, parmi les facéties :

Toutes les nations de l’Asie et de l’Afrique doivent être averties du danger qui les menace depuis longtemps. Il y a dans le fond de l’Europe, et surtout dans la ville de Rome, une secte qui se nomme les chrétiens catholiques : cette secte envoie des espions dans tout l’univers, tantôt sur des vaisseaux marchands, tantôt sur des vaisseaux armés en guerre. Elle a subjugué une partie du vaste continent de l’Amérique, qui est la quatrième partie du monde. Elle-même avoue qu’elle y massacra dix fois douze cent mille habitants pour prévenir les révoltes contre son pouvoir despotique et contre sa religion. Il s’est écoulé environ cent trente révolutions du soleil depuis que cette secte, soi-disant catholique chrétienne, ayant trouvé le moyen de s’établir dans le Japon, autrement Nipon, elle voulut exterminer toutes les autres sectes, et causa une des plus furieuses guerres civiles qui aient jamais désolé un royaume. Le Japon nagea dans le sang, et, depuis cette affreuse époque, les habitants ont été obligés de fermer leur pays à tous les étrangers, de peur qu’il n’entre chez eux des chrétiens. […]
Le nom de catholique signifie universel ; ce nom leur suffit pour persuader aux idiots qu’on doit dans tout l’univers croire à leurs dogmes, et se soumettre à leur pouvoir ; ces dogmes sont le comble de la démence, et ils disent que c’est précisément ce qui convient au genre humain. Non seulement ils annoncent trois dieux qui n’en font qu’un, mais ils disent qu’un de ces trois dieux a été pendu. Ils prétendent le ressusciter tous les jours avec des paroles ; ils le mettent dans un morceau de pain ; ils le mangent, et le rendent avec les autres excréments. C’est à cette doctrine qu’ils veulent que tous les hommes se soumettent ; et quand ils sont les plus forts, ils font mourir dans les tourments tous ceux qui osent opposer leur raison à cet excès de folie.
[…]
Il est donc nécessaire qu’on fasse passer ces excès dans toutes les langues, et qu’on les dénonce à toutes les nations8.

Le christianisme, par définition, était une religion mondialisatrice – catholique, au sens littéral du terme. Il était aussi une religion de paix et d’amour, mais il n’en fut pas toujours ainsi.


Le tissage du monde

La mise en connexion des différentes parties du globe n’a jamais été définitivement acquise. En beaucoup de régions du monde, les peuples n’ont pas pu résister aux Européens. Au Japon, cela n’a pas été le cas. A l’ouverture a succédé
la fermeture.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 25, dans l’Inde du Grand Mogol. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 22, dans un cabinet hollandais.

Le rétrécissement du monde

On peine à imaginer la lenteur des circulations à l’échelle du globe, que ce soit pour les informations, pour les hommes ou pour les marchandises. Le Monde d’alors, en tant qu’espace vécu, n’était pas celui dans lequel nous vivons. À l’aune de ces navigations à voile soumises aux rythmes des vents régionaux, il était nettement plus vaste.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 27, dans un blanc de l’histoire. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 18, prendre la mer avec un Inca, pour un temps incertain.



Citer ce billet
Vincent Capdepuy (2022, 25 juin). Chapitre 23. 1601 – Une lettre annuelle du Japon. Carnets de géohistoire. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p01s

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.