#2 – Franques ou Europeéns ?

Exception faite d’une occurrence au milieu du VIIIe siècle, dans la Chronique mozarabe qui relate la bataille dite de Poitiers[1], le nom d’« Européens » n’a pas été employé avant le XVe siècle, sous la plume d’Æneas Sylvius Piccolomini (1405-1464), pape à partir de 1458 :

« Sous le règne de Frédéric, troisième empereur du nom, chez les Européens [Europeos], et chez les habitants des îles qui sont estimés du nom de chrétien, des faits sont rapportés qui sont dignes qu’on s’en rappelle[2]. »

Il n’est pas facile de tracer les emplois au cours du siècle suivant et ainsi l’émergence d’une identité européenne. Au hasard des recherches, un texte mérite qu’on s’y attarde un peu : le récit de voyage en Éthiopie du missionnaire portugais Francisco Álvares entre 1520 et 1526, publié en 1540 sous le titre Verdadeira informação das terras do Preste João das Índias. Dans un des chapitres, il explique pourquoi à plusieurs reprises il parle de Franques, « Francs ». C’étaient des chrétiens, esclaves des Turcs, « qui étaient de diverses nations ». « Franques » translittère l’arabe Franji utilisé alors pour désigner les chrétiens d’Europe.

Dans l’édition française de 1558, le mot est repris à l’identique : « Des Franques qui sont à la cour du Prêtre Jean »[3]. De même, au XIXe siècle, la traduction anglaise donne : « On the Franks who are in the country of the Prester »[4].

Pourtant, en 1556, une autre traduction française avait déjà été publiée par Jean Temporal dans un volume rassemblant plusieurs récits de voyages réalisés en Afrique. On y trouve là encore une explication sur la raison pour laquelle « les Asians, et Africans, Maures et Sarrazins appellent tous les Chrétiens d’Europe Franques »[5], et on peut lire dans la marge : « Franques sont appelés tous les Europeans, et pourquoi » – Europeans étant la première orthographe du mot.

En 1557, dans une édition en castillan, la traduction est plus directe : « para saver quen son estos Europeos de quien tantas vezes habla »[6]. Pas question ici des Francs, mais simplement des Européens.

Au mitan du XVIe siècle, on cherche les mots pour nommer les habitants d’une Europe dont l’unité religieuse est en train de voler en éclats. Aux historiens de retrouver ces tâtonnements linguistiques.


[1] J. E. López Pereira, Crónica mozárabe de 754, Saragosse, Anubar, coll. « Textos Medievales », 1980.

[2] Pii II pontifici maximi Asiæ Europæque elegantissima descriptio, 1531, p. 290 : Quæ sub Frederico tertio eius nominis imperatore apud Europeos, aut qui nomine Christiano censentur insulares homines, gesta feruntur memoratu digna mihique digna tradere posteris.

[3] 1558, Historiale description de l’Éthiopie, Anvers, chez Jehan Bellere, p. 176 – je modernise à peine l’orthographe.

[4] Francisco Alvarez, 1881, Narrative of the Portugese Embassy to Abyssinia, trad. du portugais par Stanley of Alderley, Londres, Hakluyt Society, p. 174.

[5] 1556, « Histoire de l’Éthiopie, décrite par Dom Francisque Alvarez », in : De l’Afrique,Lyon, Jean Temporal, Tome second, p. 121.

[6] 1557, Historia de las cosas de Etiopia, trad. Du portugais par Thomas de Padilla, Anvers, Juan Steelfio, f° 92 v.



Citer ce billet
Vincent Capdepuy (2022, 24 juin). #2 – Franques ou Europeéns ? Carnets de géohistoire. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p01r

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.