Chapitre 24. 1608 – Leçons de géographie à Jamestown

LA PRINCESSE INDIENNE POCAHONTAS a été rendue célèbre par un dessin animé de Walt Disney sorti sur les écrans en 1995 ; dix ans plus tard, elle fut aussi un des personnages principaux du film de Terrence Malick, The New World. Les deux productions, dont on ne comparera pas la qualité cinématographique, s’inspiraient plus ou moins librement de faits historiques qui se déroulèrent au début du XVIIe siècle et qui constituent un bon exemple de mise en connexion de deux mondes.

John Smith (1580-1631), que la fiction a transformé en amant de Pocahontas, alors même qu’elle n’avait qu’une dizaine d’années lorsqu’il la rencontra pour la première fois en 1608, était un aventurier anglais. Après avoir dans un premier temps combattu les Turcs, il s’embarqua en 1606 pour l’Amérique et participa à la création de Jamestown par les colons de la Virginia Company. De ce qui se passa alors, il en fit deux récits : le premier, presque immédiat, a été publié en 1608, A True Relation of Such Occurrences and Accidents of Note as Hath Hapned in Virginia Since the First Planting of that Colony ; le second, plus tardif, s’inscrit dans une Histoire générale de Virginie, publiée en 1624. Une critique croisée de ces textes parus à plusieurs années d’intervalle révèle maints détails dissemblables, contradictoires ou complémentaires, mais confirme l’intérêt général du témoignage de John Smith sur la mise en place de la nouvelle colonie de Virginie et sur les échanges entre Anglais et Indiens.

Leur rencontre fut d’abord celle d’une ignorance réciproque qui conduisit à un partage de savoirs, à commencer par la description de leurs mondes respectifs. John Smith relate ainsi une discussion qu’il eut avec le chef Powhatan, le père de Pocahontas :

Il me demanda pourquoi nous venions à nouveau avec notre bateau. Je lui dis – ce qui me donna l’occasion de parler de la mer derrière, de l’autre côté, la principale, où était l’eau salée –, que mon père avait un enfant tué, que nous supposions par Monocan, son ennemi, et dont nous entendions venger la mort.
Après un long débat, il commença à me décrire les pays derrière les chutes, avec une grande partie du reste […]. Il me décrivit beaucoup de royaumes vers le haut de la baie, qui semblait être une puissante rivière sortant de puissantes montagnes entre les deux mers. Il me confirma également le peuple vêtu à Ocamahowan ; et les pays méridionaux aussi, comme le reste qu’il nous décrivit être à un jour et demi de Mangoge, deux jours de Chawwonock, six de Roonock, jusqu’à la partie sud de la mer derrière. Il décrivit un pays appelé Anone, où il y a beaucoup d’objets en cuivre, et des maisons comme les nôtres.
Je récompensai son discours (voyant quel prix il accordait aux grands et spacieux empires, voyant que tout ce qu’il connaissait était dans ses territoires), en lui décrivant les territoires de l’Europe, qui étaient sujet de notre grand roi dont j’étais le sujet, la multitude innombrable de ses navires, je lui donnai à entendre le bruit des trompettes, et montrai la terrible manière de combattre sous les ordres du capitaine Newport, mon père, que j’intitulai le meworames, terme par lequel ils désignent le roi des eaux. Il l’admira pour sa grandeur ; et ne fut pas le moins effrayé. Il désira que j’abandonne Paspahegh et que j’habite près de lui sur la rivière, dans un pays appelé Capa Howasicke. Il promit de me donner du grain, des venaisons, ou tout ce que je voulais pour nous nourrir. En échange, nous lui ferions des hachettes et des objets en cuivre, et personne ne nous dérangerait1.

La description faite par le chef Powhatan obéit à quelques principes assez classiques : des points de repère géographiques (montagnes, rivières, mer…), des peuples, et des distances exprimées en temps. Celle faite par John Smith en retour la décalque, ce qu’il souligne lui-même, et ce que révèle également l’usage de termes indiens, comme celui de meworames, mais aussi la formulation des relations sociales en termes familiaux (père, frère, enfant). On regrettera le caractère elliptique de la réponse de Smith, qu’il n’a probablement pas jugée intéressante pour un lectorat anglais. Il passe vite en particulier sur un point, pourtant d’importance : l’outre-mer. Il indique juste en passant qu’il a dû parler de la « grande mer », celle qui est de l’autre côté, c’est-à-dire probablement
de l’autre côté du lido qui ferme la baie de la Chesapeake, considérée comme une petite mer.

Dans l’ouvrage paru en 1624, qui constitue un prolongement du livre de 1608, mais aussi une réécriture de celui-ci, il est question d’une autre rencontre entre John Smith et le chef Powhatan au cours de laquelle ce dernier commença à dessiner des points à même le sol, signes d’une pratique qu’on pourra qualifier de cartographique.

Il n’y a pas d’eau salée derrière les montagnes, les relations que tu as eues de mon peuple sont fausses. Sur ce, il commença à dessiner des points sur le sol (suivant son discours) de toutes ces régions2.

Le problème qui est évoqué ici est celui de l’éventuelle présence d’une mer au-delà des montagnes et c’est le rivage de celle-ci qui semble être esquissé dans l’angle nord-ouest de la carte dressée par John Smith en 1616. On aurait tort de considérer que la cartographie européenne ne fut l’oeuvre que des seuls Européens. On devine ici le rôle des habitants dans l’élaboration des cartes du Nouveau Monde. Ainsi, la toponymie amérindienne est omniprésente sur la carte, à l’exception du littoral où on trouve quelques noms anglais : Cape Henry, Cape Charles, Smyth Isles, etc.

Les descriptions évoquées ci-avant sont d’ordre géographique, ou chorographique comme on disait à l’époque, mais elles s’inscrivent dans des conceptions cosmographiques. Ainsi, dans un autre passage, John Smith évoque rapidement le fait que peu après sa capture, lorsqu’il fut mené devant le chef Powhatan, il montra sa boussole et dut en expliquer l’usage, ce qui donna lieu, à la demande expresse du chef, à une petite leçon sur le globe terrestre et le mouvement des astres.

Aussi bref qu’il soit, ce passage est intéressant car il révèle la prégnance du discours métagéographique qui sous-tend la mainmise européenne sur le Monde. Un des éléments cruciaux de la mondialisation tient dans cette saisie théorique du globe et ce n’est pas un hasard si, sur le portrait de John Smith qui est intégré dans un angle de la carte qu’il réalisa en 1616, on trouve un globe terrestre. Le message iconographique est simple : le savoir géographique, autant que la puissance militaire et la maîtrise des mers, contribue à l’expansion européenne, et en l’occurrence anglaise.

Mais l’intérêt des récits de John Smith est de donner accès des informations qui permettent, en partie, d’équilibrer le point de vue. Ainsi, dans le texte de 1624, John Smith raconte une cérémonie organisée peu après sa capture :

Ceci terminé, le prêtre en chef laissa tomber cinq grains blancs. Puis battant ses bras et ses mains avec une telle violence qu’il transpira et que ses veines se gonflèrent, il commença une courte oraison. À la fin, tous ils émirent une courte plainte, puis ils laissèrent tomber trois graines de plus. Après quoi, ils commencèrent à nouveau leur chant, puis une nouvelle oraison, laissant tomber autant de grains qu’auparavant, jusqu’à ce qu’ils aient fait deux cercles autour du feu. Ceci fait, ils prirent une poignée de petits bâtons préparés à cette fin, continuant leur dévotion, et à la fin de chaque chanson et oraison, ils laissaient tomber un bâton entre les grains. Jusqu’à la nuit, ni lui ni eux ne mangèrent ou burent, et alors ils festoyèrent simplement avec les meilleures provisions qu’ils purent. Pendant trois jours, ils firent cette cérémonie ; dont la signification, lui dirent-ils, était de savoir s’il était bien intentionné ou non. Le cercle de farine signifiait leur pays, les cercles de grains les limites de la mer, et les bâtons son pays. Ils imaginaient le monde plat et rond, et eux au milieu3.

Ce témoignage est rare. On ne connaît en effet qu’une dizaine d’évocations de « cartes éphémères » réalisée par des Amérindiens d’Amérique du Nord4. Généralement, ce sont des cartes dessinées pour appuyer une description faite à des Européens, comme c’est le cas dans le premier exemple cité. Dans le dernier cas, la carte est réalisée lors d’une cérémonie, il s’agit bien d’un usage interne et son sens n’est expliqué à John Smith que dans un deuxième temps. C’est d’ailleurs moins une carte à proprement parler qu’un schéma cosmographique.
La logique en est très simple : une représentation ethnocentrée, avec une terre entourée par la mer. Difficile de ne pas penser aux schémas cosmographiques mésopotamiens et grecs, et de ne pas y voir une certaine structure universelle.

Cependant, si on se replace dans l’horizon de lecture de l’époque, ce qu’il faut percevoir en creux, c’est bien la dénonciation de l’erreur et la mise en valeur de la connaissance « vraie » des Européens, car eux savent bien que le monde n’est pas plat.


L’outrepassement du monde

Dans cette rencontre entre Anglais et Powhatan, deux mondes entrent en contact et s’intersectent. Chacun ouvrit un horizon à l’autre sur son arrière-pays. De l’échange, quoique asymétrique, émergea un horizon plus large pour tous.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 26, pour anticiper une amphictyonie à l’horizon mondial. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 22, goûter à l’exotique, qui est le produit de l’horizon.

La représentation du monde

La rencontre entre John Smith et le chef Powhatan illustre la confrontation de deux représentations du monde où le cercle est une figure centrale. Mais celui-ci n’y a pas le même sens ni la même échelle. La diffusion de la représentation globale est un élément récurrent dans l’histoire de l’expansion européenne. Il y a un englobement impérialiste.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 25, assister à la rencontre du poisson et du bœuf sous un globe. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 21, avec un autre exemple de diffusion de la cartographie européenne.



Citer ce billet
Vincent Capdepuy (2022, 24 juin). Chapitre 24. 1608 – Leçons de géographie à Jamestown. Carnets de géohistoire. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p01q

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.