#1 – Les monts Poyas

On le sait, la délimitation entre l’Europe et l’Asie est pour le moins arbitraire. L’Oural est un toponyme bien pratique, appris dans nos leçons d’école primaire et sagement récité. Le récit métagéographique classique présente ce choix comme un coup géopolitique. La fixation de la limite entre l’Europe et l’Asie le long des monts Oural aurait permis d’étendre la partie européenne de l’Empire russe, ou, pour le dire autrement, d’européaniser la Russie[1]. Ce n’est peut-être pas si évident, mais ce ne sera pas l’objet du jour.

On attribue souvent l’idée à Philip Johan von Strahlenberg, scientifique suédois fait prisonnier par les armées russes. De fait, en 1725, sur une carte réalisée par ses soins et imprimée à Paris, Nova descriptio geographica Tattariae Magnae tam orientalis quam occidentalis, on peut lire le long d’une chaîne de montagnes qui s’étirent du sud au nord : Mons Pojas Semnoi dictus Terminus inter Europam et Asiam, « la montagne Poyas Semnoi est la frontière entre l’Europe et l’Asie ». D’Oural, il n’en est pas encore question, même si on peut trouver le toponyme Mons Ural Tau, au sud, de façon plus localisée.

Philip Johan von Strahlenberg, 1725, Nova descriptio geographica Tattariae Magnae tam orientalis quam occidentalis (Source gallica.bnf.fr / BnF)

Poyas Semnoi ? Le toponyme est attesté dans le livre de Sigmund von Herberstein, Rerum Moscoviticarum Commentarii, « Commentaires sur les choses moscovites », publié en 1549. L’auteur, un baron allemand, ambassadeur du Saint-Empire, se rendit deux fois en Moscovie, en 1517 et en 1529. Dans son livre, il affirmait que pour les Ruthènes, ce nom signifiait cingulus mundi vel terræ, « Ceinture du monde, ou de la terre »[2]. C’est l’expression qu’il reprenait sur une carte placée à la fin de l’ouvrage pour nommer une chaîne de montagnes tracée du nord au sud : Montes dicti cingulus terrae.


Sigmund von Herberstein, 1549, Rerum moscoviticarum commentarii (Source Google)

Jules Verne le savait bien lorsqu’il écrivit le voyage de Michel Strogoff de Russie en Sibérie :

« Les monts Ourals se développent sur une étendue de près de trois mille verstes (3,200 kilomètres) entre l’Europe et l’Asie. Qu’on les appelle de ce nom d’Ourals, qui est d’origine tartare, ou de celui de Poyas, suivant la dénomination russe, ils sont justement nommés, puisque ces deux noms signifient “ceinture” dans les deux langues. Nés sur le littoral de la mer Arctique, ils vont mourir sur les bords de la Caspienne. »[3]



[1] Mark Bassin, 1991, « Russia between Europe and Asia: The Ideological Construction of Geographical Space », Slavic Review, Vol. 50, N° 1, pp. 1-17.

[2] Sigmund von Herberstein, 1549, Rerum moscoviticarum commentarii, « Nunc chorographiam principatus et dominii magni ducis moscoviae aggrediar », Vienne, f° xii v.

[3] Jules Verne, 1876, Michel Strogoff, Paris, J. Hetzel et Cie, p. 91.



Citer ce billet
Vincent Capdepuy (2022, 22 juin). #1 – Les monts Poyas. Carnets de géohistoire. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p01o

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.