Chapitre 27. 1733 – Les blancs de l’histoire

LONGTEMPS, JE ME SUIS PERDU dans les espaces blancs des cartes d’Amérique du Sud, d’Afrique ou d’Australie1. » C’est à peu près en ces termes que dans le roman de Joseph Conrad, Heart of Darkness, « Au cœur des ténèbres », publié en 1899, Marlow entamait son récit, tout en reconnaissant que ces espaces blancs n’avaient fait, depuis, que se rétrécir. Inversement, moins de deux siècles plus tôt, en 1733, Jonathan Swift, dans une rhapsodie sur la poésie, se moquait gentiment des géographes qui, « sur les cartes de l’Afrique, remplissent leurs blancs avec des figures de sauvages, et sur les collines inhabitables, placent des éléphants à défaut de villes2 ». Le propos était vrai ; ou presque. La majorité des cartes européennes de l’Afrique, au début du XVIIIe siècle, étaient ainsi, sans blancs.

Si on regarde la carte de la Basse Aethiopie, qui comprend les royaumes de Congo, coste et pays des Cafres, empires du Monomotapa et Monoemugi, réalisée par Sanson d’Abbeville en 1655, partout, on voit collines, rivières, lacs. La carte est pleine et rien ne trahit le doute ou l’ignorance du géographe.

En 1689, la carte de l’Afrique par Coronelli répond au même canon, mais un cartouche imposant, au cœur de l’Éthiopie, avertit le lecteur que les sources du Nil, demeurées longtemps inconnues, auraient été localisées par quatre jésuites et décrites dans une relation imprimée à Coimbra en 1660. Cependant, on peut noter que ce même cartouche a l’heur de combler un espace inexploré.

En 1700, sur la carte de l’Afrique de Guillaume de L’Isle, ce même espace apparaît presque vide, sans rivières ni montagnes, avec la seule mention de quelques royaumes comme les « États du Mono-emugi », avec l’indication, pour le moins laconique, « Pays très fertile ».

En 1708, sur la carte du Congo, le « Royaume de Nimeamaie ou du Mono-emugi » est parsemé de petites tentes, qui meublent le vide de la carte, même si Guillaume de L’Isle exprime son incertitude : « Les Nègres disent que la rivière de Cuabo sort du lac de Zambre, ce qui n’est pas certain. » De fait, le tracé de cette rivière est interrompu et le lac en question n’est pas représenté. Un peu plus loin, il écrit, de la même manière : « On ne sait pas où la rivière de Cuneni prend sa source. »

Bourguignon d’Anville a progressivement systématisé cette pratique, d’abord sur des cartes régionales, puis, en 1749, sur sa grande carte de l’Afrique. En 1727 sur une carte de « l’Éthiopie orientale », c’est-à-dire l’Afrique du Sud-Est, le doute s’étale. Au-delà des littoraux, tout devient incertain. Les Européens avaient bien entendu parler de lac(s), mais ne les avaient pas atteints et ne les discernaient pas. D’Anville dessine une sorte de lac en forme de large rivière n’ayant ni source ni exutoire et parsemé d’îles :

Le grand lac qui paraît ici plus particulièrement que dans aucune carte précédente est semé d’îles inhabitées. Il est salé et a un fond de 8 ou 10 brasses. On dit qu’il abonde en poisson, et qu’on trouve des vivres sur ses rives. Les vents du couchant règnent sur ce lac en mars et en avril, comme sur la côte de Mozambique.

On pourrait y voir des références à la fois au lac Victoria, qui compte plusieurs milliers d’îles, au lac Eyasi, qui est salé, au lac Tanganyika, dont les eaux sont particulièrement poissonneuses ; mais sur la carte, l’extrémité méridionale de ce lac touche à la ville de Maravi, d’où le nom de « lac de Maravi », ce qui correspond à l’actuel lac Malawi. À l’autre extrémité, d’Anville indique qu’« on sait que ce lac est à la hauteur de Mombassa, sans qu’on connaisse si c’est toute son étendue ». On comprend mieux quel a pu être son embarras à mettre au clair ces indications floues et peu concordantes.

Quant au royaume de Nimeamaï, d’Anville efface les tentes et les collines, au profit d’une longue indication :

Les marchands nègres de Pombo do Congo, qui est le pays de Congo le plus avancé vers l’est, disent qu’à soixante journées de chez eux, il y a un grand lac, qui est à l’est de Nimeamaï. On dit que le pays dans cet intervalle est fertile et agréable, mais que l’air y est malsain, et que les Giagas ou Jagos, qui sont anthropophages, désolent le pays. Ceux de Pombo ajoutent que des hommes dont la couleur est brune ou basanée, et non pas noire (ce qui désigne les Maures de la côte de Mélinde) viennent de la partie du Levant sur la rive du lac, trafiquer avec les Cafres qui y habitent.

La carte de l’« Éthiopie occidentale », en 1732, reprend une partie de la carte précédente, dans le tracé et dans les indications, avec cette explication très importante sur les intentions de l’auteur :

Partie intérieure tout à fait inconnue dans le détail, laquelle paraîtra plus sensiblement et avec plus d’étendue que dans toute autre carte précédente, non par un plus grand éloignement entre les deux côtes de l’Éthiopie, l’Occidentale et l’Orientale, puisque nous les tenons autant et plus rapprochées qu’ailleurs ; mais pour avoir moins exagéré dans l’étendue des pays connus de part et d’autre, en sorte que l’espace intermédiaire qui est encore vide pour la géographie en devienne plus vaste. C’est pour que cela devînt sensible, que nous avons fait entrer dans cette carte de l’Éthiopie occidentale, la partie de l’Orientale dont la
connaissance est plus enfoncée dans les terres.

L’ignorance est assumée.

Swift, en 1733, ne connaissait évidemment pas cette carte et ignorait qu’en France, un cartographe était en train d’inventer le « blanc de la carte ». Sur la carte de l’Afrique, réalisée en 1749, Bourguignon d’Anville, en raison de la taille même de la feuille, élimine la majorité des commentaires développés sur les cartes régionales, laissant ainsi toute sa place au blanc avec la mention, ici et là, de « Pays inconnu ». Il parvint ainsi à une typologie distinguant les espaces connus directement par les Européens et donc repérés ; les espaces connus indirectement par ouï-dire et donc incertains, avec des petits commentaires du genre « peu connu » ou « on n’a pas une connaissance entière de ce lac » ; et les espaces totalement inconnus.

Sur les cartes, cette typologie se traduit, si on schématise un peu, par un gradient allant des littoraux vers l’intérieur du continent, ce qui est la conséquence directe du fait que la mondialisation européenne s’est imposée par la mer. Il serait donc assez facile de conclure que les blancs de la carte, au milieu du XVIIIe siècle, correspondraient aux marges de la mondialisation, aux tombées de la distance. Or, on peut reprendre quelques indications pour s’interroger sur les réseaux qui s’enfonçaient au cœur de ces espaces blancs.

Tout d’abord, on pourrait relever la mention des « Maures » « basanés », c’est-à-dire, probablement, des Arabes de la côte swahilie, dont Malindi avait été une des principales villes commerçantes de la région. Au début du XVIIIe siècle, leur pénétration à partir du littoral, ancienne, aurait donc été encore plus importante que celle des Européens.

Ailleurs, du côté de Sette, sur le littoral atlantique, « croît le bois rouge qu’on trafique à Majumba » ; là, à Buka-meala, « on va chercher de l’ivoire ». Et au « Fungo », « on fait trafic de toile de Matompe ». Bref, le commerce européen draine, directement et indirectement, les ressources vers les ports côtiers sans que les Européens pénètrent forcément dans l’intérieur des terres. Les informations utilisées par d’Anville ne sont pas toujours toutes récentes puisqu’on en retrouve une partie dans la description de l’Afrique par le Hollandais Olfert Dapper un siècle plus tôt, ce qui permet de développer les indications données par le cartographe.

Ainsi, y apprend-on que le

Fungeno est un royaume tributaire du Grand Macoco, et situé entre les deux rivières de Zaïre et de Congo, à l’orient de Conde. Les Portugais y achètent quelques esclaves et des étoffes d’écorce de Matombe, qui est composé de filaments longs comme le chanvre. Ces étoffes sont la monnaie courante du Luanda et d’Angola ; en sorte que quelque quantité qu’on en apporte, on n’en a jamais trop. Les Portugais trafiquent aussi avec les habitants de Nimeamaye, royaume situé au sud-est de Macoco. Comme le prince de Nimeamaye vit en bonne intelligence avec le grand Macoco, ses sujets peuvent traverser sans crainte les États de ce puissant voisin, et aller négocier à Fungeno3.

On comprend mieux la fonction de ces toiles d’écorce, qui ne sont donc pas importées en Europe, mais simplement utilisées sur place comme monnaie d’échange. On devine également le rôle des commerçants africains qui prolongent les réseaux portugais bien au-delà des territoires connus. Enfin, on lit ce qu’on sait, que parmi ces échanges, il y avait le trafic d’esclaves, mais d’Anville ne l’écrit pas : étonnant blanc de la carte.

En 1790, le géographe britannique James Rennell citait Swift en contrepoint de la glorification de l’oeuvre entreprise par the Association promoting the discovery of the interior parts of Africa, « l’Association promouvant la découverte des parties intérieures de l’Afrique », fondée à Londres en 1788. Il s’enthousiasmait du fait que « le XVIIIe siècle a souri favorablement à la science géographique partout sur le globe4 », « un Anglais devait s’enorgueillir que ses compatriotes aient eu leur pleine part à la gloire de la réalisation de cela ». Cependant, la connaissance de l’Afrique était celle qui avait le moins progressé, ce qu’il expliquait par des causes naturelles :

Formée par le Créateur avec un contour et une surface totalement différents des autres continents, ses parties intérieures échappent à toute recherche nautique, tandis que les guerres et le commerce dans lesquels les Européens ont pris part, ont été confinés aux parties très circonscrites de ses bords5.

Au début du XIXe siècle, le géographe allemand Carl Ritter développa un discours géohistorique consistant à décrire l’Afrique en retard sur le plan civilisationnel et à expliquer ceci par une configuration géographique particulière, massive et donc peu encline au commerce maritime :

L’Afrique, entourée de tous côtés par la mer, se présente comme un tout isolé, comme une forme de terre complètement séparée des autres et n’existant pour ainsi dire que par elle-même6.

Il ajoute ailleurs :

Aucun accident aux contours de l’Afrique, qui offre un développement de côtes moindre que toute autre partie du monde ; cette disposition éloigne le plus possible l’intérieur des terres du contact vivifiant de l’Océan. Toute individualité de pays ou de nation a été ainsi refusée à cette masse uniforme dont toutes les extrémités également distantes du centre sont soumises à peu près à la même chaleur tropicale7.

Peu de circonvolutions littorales, peu d’îles, l’Afrique, selon lui, ne pouvait donc qu’être repliée sur elle-même.

Un siècle plus tard, en 1963, dans un manuel d’histoire pour les classes de terminale, Fernand Braudel nuançait le propos :

L’Afrique noire, en somme, s’est ouverte mal et tardivement sur le monde extérieur. Ce serait tout de même une erreur d’imaginer que ses portes et fenêtres ont été verrouillées à longueur de siècles. La nature qui, ici, commande de façon impérative n’est cependant jamais seule à dicter ses ordres : l’histoire a souvent eu son mot à dire8.

Il évoquait ainsi les zones d’interface avec l’Islam : le Sahara et le rivage de l’océan Indien ; puis le littoral atlantique avec la traite négrière européenne. Il reconnaissait toutefois que

le long passé de l’Afrique noire est mal connu, comme celui de tous les peuples qui ont ignoré l’écriture et dont l’histoire ne nous parvient qu’à travers une tradition orale, les recherches de l’archéologie, ou les récits de témoins extérieurs et occasionnels.

On passait ainsi du blanc de la carte au blanc de l’histoire. Mais il n’y avait qu’un pas à considérer que cette configuration de l’Afrique avait causé son retard de développement

car tout progrès de civilisation est facilité par les interférences et relations de civilisation à civilisation. Cette relative clôture explique des lacunes importantes, qui ne se sont guère comblées (et encore !) avant l’arrivée des Européens et l’installation des grandes colonisations ».

Par le blanc des cartes, au XVIIIe siècle, les géographes européens avaient fini par reconnaître leur ignorance. Au temps de la colonisation, cette lacune géographique servit à disqualifier tout un continent et à expliquer un prétendu retard historique, voire une absence d’histoire. C’est là le soubassement du fameux discours de Nicolas Sarkozy, le 26 juillet 2007, à l’université Cheikh-Anta-Diop de Dakar :

Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire. Le paysan africain, qui depuis des millénaires, vit avec les saisons, dont l’idéal de vie est d’être en harmonie avec la nature, ne connaît que l’éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles. Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n’y a de place ni pour l’aventure humaine, ni pour l’idée de progrès. Dans cet univers où la nature commande tout, l’homme échappe à l’angoisse de l’histoire qui tenaille l’homme moderne mais l’homme reste immobile au milieu d’un ordre immuable ou tout semble être écrit d’avance. Jamais l’homme ne s’élance vers l’avenir. Jamais il ne lui vient à l’idée de sortir de la répétition pour s’inventer un destin. Le problème de l’Afrique et permettez à un ami de l’Afrique de le dire, il est là. Le défi de l’Afrique, c’est d’entrer davantage dans l’histoire9.

Les blancs de l’histoire sont comme les blancs de la carte, ils ne sont que la crasse de notre ignorance.


La représentation du monde

La carte du monde a été établie par les Européens à partir des côtes qu’ils longeaient. Progressivement, ils pénétrèrent les terres. Mais longtemps des blancs ont persisté. Ceci n’implique pas l’absence de relations avec l’extérieur. Entre les littoraux et l’intérieur, hommes et marchandises circulaient. C’est simplement que les Européens ne s’aventuraient pas dans ces terræ incognitæ – inconnues pour eux.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 32, cartographier la première pandémie. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 25, poser un globe sur le dos d’un poisson.

Le rétrécissement du monde

Le blanc des cartes révélait l’ignorance des Européens. Cela montrait également l’épaisseur de l’espace, et particulièrement des espaces terrestres. Le désenclavement du Monde est une notion éminemment européocentrée et maritime. L’Afrique avait ses routes.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 28, assister à la première guerre mondiale. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 23, attendre la lettre annuelle du Japon.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (20 juin 2022). Chapitre 27. 1733 – Les blancs de l’histoire. Carnets de géohistoire. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p01m


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.