Chapitre 28. 1739 – La guerre de l’oreille de Jenkins

LA GUERRE DE 1914-1918 a-t-elle vraiment été la Première Guerre mondiale ? Il y a déjà quelque temps que la question commence à être posée sérieusement, et de plus en plus d’auteurs attirent l’attention sur la guerre de Sept Ans (1756-1763) dont le déploiement en Europe, en Amérique, en Asie, pourrait justifier que le concept de « guerre mondiale » soit employé. Or la logique globale qui est à l’œuvre dans ce conflit est déjà en place dans les années antérieures, comme le remarquait Voltaire, en historien du temps présent :

La France ni l’Espagne ne peuvent être en guerre avec l’Angleterre, que cette secousse qu’elles donnent à l’Europe ne se fasse sentir aux extrémités du monde. Si l’industrie et l’audace de nos nations modernes ont un avantage sur le reste de la terre et sur toute l’Antiquité, c’est par nos expéditions maritimes. On n’est pas assez étonné peut-être de voir sortir des ports de quelques petites provinces inconnues autrefois aux anciennes nations civilisées, des flottes dont un seul vaisseau eût détruit tous les navires des anciens Grecs et des Romains. D’un côté ces flottes vont au-delà du Gange se livrer des combats à la vue des plus puissants empires, qui font les spectateurs tranquilles d’un art et d’une fureur qui n’ont point encore passé jusqu’à eux ; de l’autre, elles vont au-delà de l’Amérique se disputer des esclaves dans un Nouveau Monde1.

Cette réflexion de Voltaire, en 1756, dans son Essai sur l’histoire générale et sur les mœurs, introduit son exposé de l’expédition de George Anson, qui s’inscrit au cours d’une guerre appelée par les Anglais « guerre de l’oreille de Jenkins » et par les Espagnols « guerre de l’asiento ». La traite des noirs de l’Afrique vers les possessions espagnoles d’Amérique était un monopole (asiento) concédé à l’Angleterre à l’occasion du traité d’Utrecht (1713) pour trente ans. Une clause annexe, en revanche, limitait l’importation de marchandises britanniques à un seul navire par an. En 1731, un navire de contrebande fut arraisonné. Le capitaine espagnol fit trancher l’oreille du capitaine anglais, Robert Jenkins. Les relations entre les deux nations se dégradèrent, mais l’affaire fut étouffée. Provisoirement. En 1739, Jenkins fut appelé à comparaître à la Chambre des communes et l’indignation prévalut. Le Premier ministre Robert Walpole fut contraint de déclarer la guerre contre l’Espagne. Or, pour affaiblir la puissance espagnole, il fut décidé d’aller frapper celle-ci à la source de sa richesse, à l’autre bout du monde, à Manille. Les Britanniques pensaient profiter du délabrement des places fortes espagnoles et surtout espéraient prendre de vitesse les Espagnols, dans
un monde où l’information circulait lentement :

Ce projet était certainement très bien conçu, et pouvait contribuer puissamment, tant au bien public qu’à la réputation et à la fortune de ceux qui avaient été choisis pour l’exécuter ; car si M. Anson était parti pour Manille au temps et de la manière que l’avait dit le Chevalier Wagner, il serait, suivant toutes les apparences, arrivé sur les lieux avant que les Espagnols y eussent reçu avis qu’ils étaient en guerre avec les Anglais, et par conséquent avant qu’ils se fussent mis en état de faire résistance. On peut hardiment supposer que la ville de Manille se trouvait dans une situation pareille à celle de tous les autres établissements espagnols, lors de la déclaration de guerre : c’est-à-dire que les fortifications de leurs meilleures places étaient négligées, et en divers endroits tombées en ruine, leur canon démonté, ou rendu inutile, faute d’affûts ; leurs magasins, destinés à contenir les munitions de guerre et de bouche, tous vides ; leurs garnisons mal payées, et par cela même peu fortes, et découragées ; et la caisse royale du Pérou, qui devait seule remédier à tous ces désordres, entièrement épuisée. On sait par des lettres de leurs vice-rois et de leurs gouverneurs, qui ont été interceptées, que c’était là précisément l’état de Panama, et des autres places espagnoles le long de la côte de la mer du Sud, près de douze mois après notre déclaration de guerre ; et l’on n’a aucun droit de s’imaginer que la ville de Manille, éloignée d’environ la moitié de la circonférence de notre globe, ait été l’objet de l’attention et des soins du gouvernement espagnol plus que Panama, et les autres ports importants du Pérou et du Chili, d’où dépend la possession de cet immense empire2.

La gestion de la distance est un vieux problème et pour Paul Kennedy
la sur-extension est une explication récurrente dans la dislocation des empires3.

Pour les Anglais, il s’agissait donc là de profiter de cette faiblesse comme de la lenteur des communications en frappant par surprise la périphérie la plus éloignée de l’Empire espagnol, mais néanmoins cruciale sur le plan économique. Deux flottes devaient faire la moitié du tour du globe, l’une par l’ouest, l’autre par l’est, et attaquer soudainement, aussi paradoxal que cela puisse paraître, Manille. Cependant, le projet tel quel fut finalement abandonné. Anson fut chargé de commander une flotte unique, pour affaiblir l’Empire espagnol dans l’océan Pacifique en passant par l’ouest. Ce qu’il mit à exécution. La guerre ne fut donc pas mondiale par le nombre de pays engagés, mais on peut estimer qu’elle le fut par la stratégie, conséquence directe de la mondialisation des puissances européennes. La thalassocratie anglaise est ici testée, et avec un certain succès car si Manille ne fut pas attaquée, le galion de Manille,
en revanche, fut capturé en 1743, avec un butin qui s’élevait à un million et demi de piastres.

Nous vîmes donc renaître pour la seconde fois notre attente et nos espérances ; et de jour en jour nous nous confirmions dans l’idée que ce galion était la plus riche prise qu’on pût trouver dans aucun lieu du monde. Tous nos projets pendant le reste de notre voyage étant relatifs à ce vaisseau presque aussi fameux que celui des Argonautes, et le commerce qui se fait entre Manille et le Mexique par le moyen de ce galion étant peut-être le plus lucratif qui se fasse, eu égard à son peu d’étendue, j’ai cru devoir employer le chapitre suivant à en donner à mes lecteurs l’idée la plus juste qu’il me sera possible4.

L’expédition fut donc un succès. Mais elle eut une autre conséquence, à plus long terme. Poursuivant leur route, les Anglais firent escale à Macao et purent tester la valeur de la puissance chinoise, intouchable depuis l’arrivée des premiers navires portugais au début du XVIe siècle5.

Tout d’abord, alors que les Anglais cherchaient leur route vers Macao, il y eut la surprise d’être comme invisibles aux pêcheurs qu’ils croisèrent en mer, eux qui se croyaient les rois du monde.

Cet essaim de pêcheurs n’est pas particulier à cet endroit ; nous avons trouvé le même spectacle tout le long de cette côte, dans notre route vers Macao. Nous ne doutâmes pas un moment que nous ne trouvassions dans tout ce nombre de pêcheurs un pilote qui voulût nous guider dans notre route ; mais quoiqu’ils rôdassent tout près de notre vaisseau, et que nous tâchassions de les attirer par l’amorce la plus puissante sur tout Chinois, de quelque rang et condition qu’il soit, je veux dire par un bon nombre de piastres, que nous leur faisions voir, aucun d’eux ne voulut venir à bord, ni nous donner la moindre direction. Je crois bien que la principale difficulté venait de ce qu’ils ne comprenaient pas ce que nous souhaitions d’eux ; nous leur répétions bien le nom de Macao ; mais ils ne concevaient pas ce que nous voulions dire par là ; pour toute réponse, ils nous présentaient du poisson ; et j’ai su depuis que ce mot, ou quelque chose d’approchant, veut dire poisson en chinois. Ce qui nous surprenait le plus, était le peu de curiosité de ce grand nombre d’hommes ; aucun ne paraissait nous honorer de la moindre attention. Jamais vaisseau, tel que le nôtre, n’avait paru dans ces mers ; peut-être que de tous ces pêcheurs, il n’y en avait pas un qui eût jamais vu un vaisseau européen, rien n’était plus naturel à croire que des objets si nouveaux auraient attiré leurs regards : mais quoique plusieurs de ces bateaux vinssent tout contre notre vaisseau, aucun de ceux qui les montaient ne parut se détourner un moment de son travail pour nous regarder. Cette insensibilité, surtout dans des gens de mer, sur des choses qui tiennent à leur profession, est presque incroyable ; mais les Chinois nous ont donné plus d’un exemple analogue à celui-là. Je ne sais si cette disposition d’âme est chez eux un effet de tempérament, ou d’éducation ; mais quelle qu’en soit la cause, elle me paraît la marque d’un caractère assez bas et assez méprisable, et ne s’accorde guère avec les éloges que tant d’auteurs donnent au génie de cette nation, et que j’ai lieu de croire fort outrés6.

Ce premier jugement, de mépris, sur l’absence de curiosité de la part des Chinois, se prolonge ainsi au fur et à mesure de leur séjour dans le port de Macao et de leurs relations avec les Chinois. Une image se brisait, et la réaction de Voltaire à la lecture du compte rendu anglais s’inscrit à contre-courant de la tendance générale vers la sinophobie7 :

Macao appartient depuis cent cinquante ans aux Portugais. L’empereur de la Chine leur permit de bâtir une ville dans cette petite île qui n’est qu’un rocher, mais qui leur était nécessaire pour leur commerce. Les Chinois n’ont jamais violé, depuis ce temps, les privilèges accordés aux Portugais. Cette fidélité devait, ce me semble, désarmer l’auteur anglais, qui a donné au public l’histoire de l’expédition de l’amiral Anson. Cet historien, d’ailleurs judicieux, instructif et bon citoyen, ne parle des Chinois que comme d’un peuple méprisable, sans foi, et sans industrie. Quant à leur industrie, elle n’est en rien de la nature de la nôtre ; quant à leurs mœurs, je crois qu’il faut plutôt juger d’une puissante nation par ceux qui sont à la tête, que par la populace des extrémités d’une province. Il me paraît que la foi des traités, gardée par le gouvernement pendant un siècle et demi, soit plus d’honneur aux Chinois, qu’ils ne reçoivent de honte de l’avidité et de la fourberie d’un vil peuple d’une côte de ce vaste empire. Faut-il insulter la nation la plus ancienne et la plus policée de la terre, parce que quelques malheureux ont voulu dérober à des Anglais, par des larcins et par des gains illicites, la vingt millième partie tout au plus de ce que les Anglais allaient voler par force aux Espagnols dans la mer de la Chine ? Il n’y a pas longtemps que les voyageurs éprouvaient des vexations beaucoup plus grandes dans plus d’un pays de l’Europe. Qu’aurait dit un Chinois si ayant fait naufrage sur les côtes de l’Angleterre, il avait vu les habitants courir en foule s’emparer avidement à ses yeux de tous ses effets naufragés8 ?

Le milieu du XVIIIe siècle marque le passage d’une sinophilie européenne
à une sinophobie. C’est le moment d’une divergence dans le regard, avant d’être une divergence dans la puissance.


Le rétrécissement du monde

Malgré la lenteur des communications maritimes, les guerres prirent peu à peu une dimension mondiale. Le globe devint le théâtre unique de conflits mettant aux prises des puissances européennes implantées dans le monde entier.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 30, avec la mise en place d’un discours évolutionniste et allochronique. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 27, dans un blanc de l’histoire.

L’ordonnancement du monde

L’Empire espagnol n’était déjà plus que l’ombre de lui-même. La distance avait gagné. La véritable puissance d’envergure mondiale à laquelle les Anglais commencèrent à se confronter au milieu du XVIIIe siècle était l’Empire chinois, très autocentré.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 31, avec la question de l’universalité réelle des droits de l’homme. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 26, avec le rêve d’une amphictyonie mondiale.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (18 juin 2022). Chapitre 28. 1739 – La guerre de l’oreille de Jenkins. Carnets de géohistoire. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p01l


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.