Chapitre 29. ca 1760 – La prophétie de Vaitā

AU MILIEU DE L’OCÉAN PACIFIQUE, sur le rivage du lagon de Rā’iatea, Vaitā contemplait le marae de Taputapuatea, le lieu consacré à ’Oro, le dieu de la guerre. Selon le récit recueilli par le missionnaire J. M. Orsmond en 1823, et publié un siècle plus tard par Teuira Henry, dans Ancient Tahiti, un fort coup de vent aurait brisé les branches d’un vieil arbre, n’en laissant que le tumu, le tronc. D’après une autre version, rapportée par un autre missionnaire, Robert Thompson, venu dans l’archipel en 1839, des guerriers auraient conquis le district d’Opoa et ce serait eux qui auraient abattu l’arbre qui ombrageait le marae. Mais celle-ci ne contredit pas celle-là et la première n’est peut-être que la métaphore de la seconde. Sans doute, un ennemi est-il venu, tuant ceux pour qui ce lieu de culte faisait sens. N’est-ce pas ce que raconte James Cook dans le journal de son voyage ? Au début des années 1760, des guerriers venus de Bora-Bora auraient attaqué et auraient laissé le chef du district d’Opoa, Vete’ara’i U’uru, complètement affaibli. Après trois ans de guerre, Rā’iatea et Tahaa seraient passées sous la domination des
Hau Fa’anui.

C’est dans ce contexte de conflits interinsulaires que Vaitā, face au désastre de la défaite, se fit soudain l’énonciateur d’une prophétie :

Les enfants glorieux de Te Tumu
Viendront et verront cette forêt à Taputapuatea.
Leur corps est différent, notre corps est différent
Nous sommes une seule espèce provenant de Te Tumu.
Et ils prendront cette terre
Et les anciennes règles seront détruites
Et les oiseaux sacrés terrestres et marins
Arriveront aussi ici
Viendront pleurer
Ce que cet arbre abattu a à enseigner
Ils arrivent sur une pirogue sans balancier1.

Selon une troisième version des événements, publiée par William Ellis, lui aussi missionnaire, en poste sur l’île de Huahine entre 1817 et 1823, le prophète en question s’appelait Maui2. Mais cela ne change rien à l’histoire. Le fait est dans l’annonciation de cette venue d’un vaa ama ore, une pirogue sans balancier, autant dire, dans le monde polynésien, un objet navigant non identifié. Comment, sans flotteur, un tel navire ne chavirerait-il pas ? Ce prophète tenait des propos vraiment bizarres, et les prêtres qui l’accompagnaient ne manquèrent pas de lui rappeler que les hommes avaient appris à construire des bateaux de Hiro, héros légendaire, pour partie d’ascendance divine, premier roi de l’île de Rā’iatea, fondateur du marae d’Opoa.

L’horizon est ce vers quoi on peut s’élancer, qu’on peut infiniment tenter de franchir, allant toujours plus loin – ce que firent les populations austronésiennes, d’île en île, de siècle en siècle. Mais l’horizon est aussi ce d’où peut surgir l’inconnu, la menace. Étrange prophétie que celle de Vaitā, recueillie des années après parce que conservée en vertu de sa validation. Quelques années plus tard, en effet, des navires étranges arrivèrent. Un jour de juin 1767, des pirogues en provenance de l’île voisine de Me’etia étaient venues à Tahiti annoncer l’apparition d’une embarcation inconnue, sorte de très grande pirogue, mais sans balancier. C’était le Dolphin, à bord duquel le capitaine Samuel Wallis réalisait un tour du monde. Après avoir passé le détroit de Magellan et traversé l’étendue vide de l’océan Pacifique, il était parvenu aux îles du Sud, dont celle de Tahiti, qu’il baptisa « île du roi George III ». George Robertson, le capitaine du Dolphin, raconte que lorsque les marins avaient aperçu les hautes montagnes de Tahiti, ils avaient été pris « des espoirs les plus grands imaginables » ; ils avaient cru « à ce moment-là voir le continent austral longtemps désiré, dont on a souvent entendu parler mais qu’aucun Européen n’a jamais vu3 ». Mais l’île était plongée dans la brume. Celle-ci était si épaisse que le navire dut jeter l’ancre et lorsqu’elle se dissipa, il était entouré de centaines de pirogues sur lesquelles étaient des centaines de personnes4.

James Fleet Clover, un missionnaire qui résida à Tahiti entre 1797 et 1798, publia lui aussi un récit de l’arrivée du Dolphin. Quand les gens entendirent les canons du navire, ils s’enfuirent, criant « ’e atua haera mai », « C’est le dieu qui vient5 ». William Ellis écrivit la même chose. Lorsque les habitants de Tahiti virent le Dolphin, ils furent étonnés par sa taille et pensèrent, dans un premier temps, qu’il s’agissait d’îles flottantes habitées par des êtres surnaturels, d’où émanait le tonnerre. Dans un second temps, après s’être approchés et être montés à bord, ils comprirent que c’était la prophétie qui se réalisait. La vue des canons les confirma dans le fait qu’il s’agissait bien des pirogues sans balanciers que Vaitā/Maui avait annoncées. William Ellis ajoutait que, dans les années 1820, il avait souvent entendu les habitants s’étonner et s’exclamer lorsqu’un bateau entrait ou sortait du port : « Te va’a a Maui e ! Ta va’a ama ore ! », « Oh la pirogue de Maui ! La pirogue sans balancier6 ! » Ils s’interrogeaient encore sur la manière dont Vaitā/Maui avait pu savoir, des années auparavant, que les Européens arriveraient.

De fait, la question mérite d’être posée. La congruence de la prophétie et de la réalité n’est-elle que le fait d’un hasard ? H.A.H. Driessen a montré, de façon assez convaincante, que la prophétie de Vaitā était sans doute l’écho de rumeurs à propos de navires aperçus dans les années passées.

En effet, la présence de navires européens dans les eaux polynésiennes était relativement ancienne puisque dès 1521, les navires de Magellan auraient abordé l’île de Puka Puka dans l’archipel des Tuamotu, les « îles Infortunées ». En 1606, une expédition espagnole, organisée par Pedro Fernandes de Queirós, à destination de la Terra australis, le mythique continent austral, traversa également l’archipel des Tuamotu, celui de Vanuatu ainsi que les îles qu’on appellerait plus tard Cook. Dix ans plus tard, en 1616, une expédition néerlandaise, menée par Willem Schouten et Jacob Le Maire, traversa le Sud de l’océan Pacifique, mais l’objectif était de trouver une nouvelle route vers les Moluques. En 1722, une expédition néerlandaise, conduite par Jakob Roggeveen, lui aussi à la recherche de la Terra australis, découvrit l’île de Pâques, traversa l’archipel des Tuamotu et celui de la Société. Cependant, ce n’est réellement qu’au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle que fut entreprise l’exploration de cette région du monde, baptisée « Océanique » par Conrad Malte-Brun en 18047.

Or, des trois navires de l’expédition de Jakob Roggeveen, l’un d’entre eux, le Die Africaansche Galey, fit naufrage sur l’atoll de Takapoto, en mai 1722. Lors des opérations de sauvetage, des hommes désertèrent, « sous l’emprise de l’alcool et de la luxure débridée pour avoir des relations sexuelles avec les femmes indiennes8 ». Semble-t-il, tous ne restèrent cependant pas là. Certains, peut-être à bord d’un canot, auraient pris le large et fini par échouer sur l’île de Anaa, à l’extrémité sud-ouest de l’archipel des Tuamotu, à plus de trois cent cinquante kilomètres de Tahiti. Le fait serait confirmé par plusieurs sources. Robert Molyneux, à bord de l’Endeavour, en 1769, rapporte que si le Dolphin en 1767 fut bien le premier navire européen à Tahiti, des hommes blancs avaient déjà été vus. On racontait qu’un navire européen avait fait naufrage sur une petite île et que l’équipage, très faible, avait été massacré. On amena à Tahiti le corps d’un de ces hommes et du fer. Tupa’ia, originaire de Raiatea, se joignit à l’expédition conduite par Cook, à qui il fit profiter de ses connaissances, notamment géographiques. Il réalisa ainsi une carte sur laquelle, à l’emplacement d’Anaa, il indiqua un bateau européen avec la mention : « Tupa’ia ta’ata no pahi mate », « Tupa’ia [dit] que les hommes du bateau ont été tués9 ». En 1774, une expédition espagnole atteignit Anaa. Un des officiers trouva une vieille croix en bois sur une plage. Elle pourrait être une trace de l’arrivée de ces rescapés néerlandais.

Plus simplement, peut-être, deux ans avant l’arrivée de l’expédition britannique de Samuel Wallis, John Byron, à bord du même navire, le Dolphin, avait fait un tour du monde, le premier en moins de deux ans. Or, au cours de celui-ci, en juin 1765, il était passé par l’archipel des Tuamotu, dont l’île de Takaroa, où trois habitants furent tués suite à un accrochage, et l’île de Takapoto, où les gens paraissaient très intéressés par le fer. En 1773, Juan de Hervé en entendit parler à Tahiti. Des clous étaient échangés, des histoires circulaient.

Tout ceci reste incontestablement fragile, mais permet de donner un filigrane de rationalité à la prophétie de Vaitā. Ce serait donc sur la base de quelques rumeurs colportées d’île en île que celui-ci aurait annoncé la venue de bateaux étranges. La prophétie aurait ainsi constitué la structure pour un futur possible, et en l’occurrence advenu. Il est très difficile d’écrire une histoire à parts égales quand l’une des parties en présence est de culture orale.

William Ellis mentionne, dans son texte de 1829, qu’il existerait une seconde prophétie, attribuée également à Maui, selon laquelle des navires sans cordages devraient arriver et qui ne serait pas encore réalisée. Il ajoutait :

J’ai souvent pensé, en regardant le peu de cordages à bord des navires à vapeur, que si un spécimen de cette invention moderne devait atteindre les îles des mers du Sud, [ils] déclareraient que la seconde prophétie de Maui serait accomplie et que le navire sans cordages serait arrivé10.

Décalquée de toute évidence sur la première, cette prophétie pourrait être une manière de préparer un nouveau changement, à savoir l’arrivée de bateaux à vapeur, qui auraient pu être décrits par des voyageurs. La tradition prophétique, loin d’être la répétition d’un récit figé pour une société sans histoire, serait au contraire une manière d’intégrer les événements et les transformations contemporaines.


L’outrepassement du monde

L’arrivée de ces grands navires européens, venus d’au-delà de l’horizon, suscita souvent étonnement et ébranlement. Parfois, elle avait été prophétisée. C’est du moins ce qu’on raconta ensuite. Ces récits étaient une manière d’intégrer l’événement.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 31, légiférer sur l’horizon de l’humanité. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 26, rêver d’une organisation internationale.

Le tissage du monde

Les îles de l’océan Pacifique ont été parmi les derniers territoires à être intégrés dans le système-Monde. Ces archipels, dispersés dans un océan immense, avaient été parfois traversés, mais ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle que les Européens en firent l’exploration systématique, et la conquête.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 30, voyager dans le temps de l’humanité. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 25, partir en Inde négocier l’implantation de marchands anglais.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (16 juin 2022). Chapitre 29. ca 1760 – La prophétie de Vaitā. Carnets de géohistoire. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p01k


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.