Chapitre 30. 1783 – Dans le berceau de l’humanité

AU XVIIIe SIÈCLE, POUR LES EUROPÉENS, il y avait encore des nouveaux mondes à découvrir, dans les marges septentrionales du
Monde. Ainsi, en février 1755, le Journal des savants rendait compte de la troisième et dernière partie des Considérations géographiques et physiques sur les nouvelles découvertes au nord de la Grande Mer, vulgairement appelée mer du Sud, de Philippe Buache, et revenait sur l’histoire de la découverte de la Californie et du Jéso – territoire situé au nord du Japon – « À cause de la liaison intime que ces deux contrées ont entre elles1. » Il y aurait eu une lettre, adressée au comte de Pontchartrain par un officier et mise au dépôt de la Marine, car contenant des observations importantes sur le passage de la Chine par le nord de l’Europe. Un matelot du Havre aurait assisté aux funérailles d’un capitaine portugais, David Melguer, qui, en 1660, serait parti du Japon, sur un navire appelé le Père éternel, aurait longé la côte septentrionale de la Tartarie, jusqu’au Spitzberg, puis l’Écosse, et aurait finalement atteint Porto. Le même officier affirmait que les Hollandais connaissaient cette route, mais que pour ni or ni argent, on n’obtiendrait des informations. C’est qu’on en raconte, des histoires, dans les ports du monde. Mais ce voyage est imaginaire. Jamais, au XVIIe siècle, un marin européen n’a suivi la route maritime du Nord, ce qu’on appelle parfois, de façon très européocentrée, le « passage du Nord-Est », pour la simple raison que celle-ci était impraticable en raison des glaces.

Certes, en 1648, le Cosaque Semen Dejnev avait franchi le détroit qui relie l’océan Pacifique et l’océan Arctique, mais l’expédition fut sans écho. Ce n’est donc qu’au mitan du XVIIe siècle qu’un marin danois qui avait débuté sur les navires de la Compagnie des Indes orientales néerlandaise avant de s’engager au service du tsar Pierre le Grand, Vitus Béring, fit la preuve de la discontinuité entre les deux continents, américain et eufrasien, laissant, sans le savoir, son nom à cet interstice. Détail, dira-t-on, que ce détroit au regard de l’immensité de l’océan Pacifique ; pourtant, après tout, à quatre-vingt-dix kilomètres près, il aurait pu n’y avoir qu’un seul continent. Or, dans ce pli du Monde, il restait des territoires à explorer et des peuples à rencontrer.

La première expédition de Béring, en 1728-1729, fut considérée comme inaboutie. Aussi, en 1733, mena-t-il une nouvelle expédition d’exploration au nord-est de la Sibérie, en direction du Japon d’une part, de l’Amérique du Nord d’autre part. Elle conduisit à une meilleure
connaissance de ces régions septentrionales et de leurs habitants, ainsi qu’à l’installation des Russes dans la péninsule du Kamtchatka. Membre de l’expédition, Stepan Kracheninnikov rédigea une Histoire et description du Kamtchatka, qui ne fut publiée, en russe, qu’après sa mort, en 1755, et en français dès 1770. Il y décrit, entre autres, le développement du commerce. D’abord, dit-il, ce furent quelques marchands de détail qui suivirent les Cosaques. De fait, ceux-ci avaient constitué le fer de lance de l’expansion russe vers l’est. Dès 1632, un fort avait été construit à Iakoutsk, sur les rives de la Léna ; en 1647, ils s’étaient installés sur le littoral de l’océan Pacifique, à l’embouchure du fleuve Okhota. Et c’est précisément d’Okhotsk que partirent les expéditions menées par Vitus Béring. Pour Stepan Kracheninnikov, c’est à ce moment-là que le commerce se développa véritablement :

Ce furent les facteurs, ou commis des vrais négociants, qui commencèrent à porter quantité de marchandises d’abord à Okhotsk, et ensuite à Kamtchatka dans le temps de la seconde expédition, pendant laquelle, vu la multitude des gens qui y étaient employés, il se fit un grand débit de toutes sortes de marchandises, et si fort à leur avantage, que quelques-uns de ces petits marchands, qui étaient venus de Russie sur des vaisseaux en y servant de matelots, étendirent tellement les branches de ce négoce, que dans l’espace de 6 ou 7 années, plusieurs d’entr’eux firent un commerce de 15 mille roubles, et même davantage.

Les marchandises apportées – draps, toiles, chaussures, mouchoirs, vin, sucre, tabac, miroirs, fausses perles, grains de verre, barres de fer et de cuivre, couteaux, haches, scies, briquets, cire, sel, chanvre, corail… – provenaient de Russie, de Sibérie, de Bulgarie, de Kalmoukie, de Boukharie, de Chine. Que tirait-on du Kamtchatka ? Des peaux : castors marins, zibelines, renards, loutres. « Comme autrefois, il n’y avait point d’argent dans ce pays, tous les marchés se faisaient en fourrures2. »

L’or a beaucoup fait courir les Européens, les épices, le poivre entre autres, mais pas uniquement : les pelleteries aussi. En Amérique du Nord, ce trafic joua un rôle important dans le front de colonisation européenne. En 1645, la Compagnie de Nouvelle-France créée par Richelieu avait, du moins en droit, le monopole du commerce des fourrures. Puis ce furent la Compagnie de la Baie d’Hudson, fondée à Londres en 1670, et la Compagnie de la Baie du Nord, sous les auspices de Colbert, en 1682. Sur le terrain, ceux qui trafiquaient les peaux de castor et de renard étaient les coureurs des bois et les voyageurs. Un siècle plus tard, lors de son troisième voyage exploratoire, en 1778, le capitaine Cook mena ses navires le long des côtes de l’Alaska. S’il ne parvint pas à franchir le détroit, il découvrit la richesse potentielle des loutres marines. Selon le témoignage de James King, commandant du Discovery, « nos matelots avaient apporté un grand nombre de fourrures de la côte d’Amérique, et ils furent aussi surpris que charmés de la quantité d’argent que les marchands déboursaient pour elles3 » ; et à Kiakhta, ville fondée à la frontière de la Chine en 1727 comme point de négoce exclusif, les marchands chinois les achetaient le double, pour les
revendre avec grand profit à Beijing et plus encore au Japon. Si la nouvelle ne fut connue en Europe qu’en 1784, elle suscita immédiatement l’intérêt de certains marchands. Dès 1785, un navire britannique, le Harmon, en provenance de Macao, mouilla dans la baie de
Nootka ; quelques mois plus tard, les peaux furent revendues à Macao pour un profit considérable. Timothy Brook avait déjà attiré l’attention sur la place du commerce de peaux dans la mondialisation du XVIIe siècle à partir d’un tableau de Vermeer4. L’intégration du Kamtchatka à la fin du XVIIIe siècle s’inscrit dans le prolongement de cette histoire.

Pierre-Charles Levesque, qui vécut plusieurs années en Russie et fut même professeur à l’École des cadets de Saint-Pétersbourg, entre 1778 et 1780, recueillit assez d’informations pour écrire une Histoire de Russie, publiée en 1782, complétée l’année suivante par une Histoire des différents peuples soumis à la domination des Russes. On peut y lire cette réflexion générale, inspirée par la population du Kamtchatka : « Pour bien connaître l’humanité, il faut d’abord l’étudier dans son berceau, c’est-à-dire dans l’état de l’homme sauvage. C’est là que vous trouverez les principes encore informes de nos idées intellectuelles, de nos vices, de nos vertus, de nos folies, de notre industrie, de nos connaissances. Plus une peuplade sera brute encore, moins elle aura fait de ces progrès qui ne sont dus qu’au long usage de la société et à de longues communications des différentes sociétés entre elles, et mieux nous reconnaîtrons ce qu’était l’homme dans le premier état de nature, et par quelles voies il est devenu tel que nous le voyons dans les États policés. » Or, « où trouver un théâtre plus favorable à cette étude si piquante pour ceux qui veulent suivre la marche de l’esprit humain, que dans les vastes contrées qui composent la domination des Russes5 ? » Pierre-Charles Levesque affirmait ainsi une idée qui s’imposait alors à l’époque, selon laquelle la distance dans l’espace du monde correspondait à une distance dans l’histoire du monde, c’est-à-dire à un retard civilisationnel.

En 1800, Joseph-Marie Degérando le formula de façon explicite dans ses Considérations sur les diverses méthodes à suivre dans l’observation des peuples sauvages : « Le voyageur philosophe qui navigue vers les extrémités de la terre traverse en effet la suite des âges ; il voyage dans le passé ; chaque pas qu’il fait est un siècle qu’il franchit. Ces îles inconnues auxquelles il atteint sont pour lui le berceau de la société humaine. Ces peuples, que méprise notre ignorante vanité, se découvrent à lui comme d’antiques et majestueux monuments de l’origine des temps : monuments bien plus dignes mille fois de notre admiration et de notre respect que ces pyramides célèbres dont les bords du Nil s’enorgueillissent. Celles-ci n’attestent que la frivole ambition et le pouvoir passager de quelques individus dont le nom même nous est à peine parvenu ; ceux-là nous retracent l’état de nos propres ancêtres, et la première histoire du monde6. »

C’est le principe d’allochronie mis à nu dans les pratiques anthropologiques par Johannes Fabian dans un essai publié en 1983, Time and the Other, « Le temps et les autres7 ». Le contemporain se faille. Une disjonction temporelle s’opère entre les observateurs européens
et les autres. Ceux-ci et ceux-là ne vivraient pas dans le même temps, jusque dans l’espace de la rencontre.

L’allochronie s’inscrivit au XIXe siècle dans un adjectif qui prit un sens nouveau : « Arriéré. » Jusqu’alors, n’étaient arriérés que ceux qui n’avaient pas payé ce qu’ils devaient. À partir du début du XIXe siècle, on commença à parler de « peuple arriéré », car considéré « en retard » par rapport à d’autres peuples selon un schéma évolutionniste à voie unique. L’économiste Robert de Fontenay, en 1855, dans un article sur le paupérisme, résumait très bien cette conception selon laquelle « la géographie, au point de vue économique, c’est en quelque façon l’histoire projetée du temps sur l’espace » ; et il ajoutait : « Chaque contrée représente une époque ; les peuples arriérés sont une sorte de Moyen Âge contemporain8. »

L’arriération justifiait la colonisation. En 1881, Jean Dupuis recevait le prix Delalande-Guérineau. L’amiral Mouchez fit un discours lors duquel il affirma que « c’est le droit et le devoir des nations les plus civilisées, mais c’est aussi leur honneur et la cause la plus efficace, la plus juste de leur prospérité, d’introduire chez les peuples arriérés leur influence, leur commerce et les bienfaits de la civilisation9 ». Cette même année, sous le gouvernement de Jules Ferry, la Chambre vota l’accroissement du budget pour les forces navales en Indochine. Jules Ferry revint au pouvoir en 1883. En deux ans, l’Annam puis le Tonkin tombèrent sous protectorat français.

Mais la colonisation n’était pas l’affaire de tous. En 1905, Élisée Reclus consacrait toute une partie du premier volume de L’homme et la terre aux « peuples attardés ». Il y reprenait cette conception géohistorique du progrès de la civilisation et de la contemporanéité de peuples arrivés à des stades différents de l’évolution.


Bien plus, écrivait-il, on peut dire que la préhistoire se continue encore pour les populations d’une très grande partie de la Terre, qui, en dépit, de leur rattachement officiel au reste du monde, n’en sont pas moins encore immergés en pleine civilisation traditionnelle et se maintiennent dans leur isolement intellectuel et moral.

Mais bien avant le développement et la formalisation de l’ethnoarchéologie, ce qu’il voyait dans cette analogie des modes de vie était la source de connaissance des sociétés passées et disparues.

C’est grâce à cette coexistence des âges successifs de l’humanité, à cette pénétration des époques, et surtout à l’étude des peuples dits « primitifs » ou plutôt des « attardés », encore très faiblement influencés par les grands conquérants, que l’on apprend à connaître par analyse les hommes d’autrefois, nos ancêtres.

Se contredisant quelque peu, il affirmait d’un côté que « les distances correspondent au temps : de contrée en contrée, on voyage aussi bien de siècle en siècle » ; et de l’autre, que

même chez les nations de l’Europe occidentale, dans les cercles les plus brillamment illuminés par la splendeur de la culture moderne, les chercheurs de coutumes, de traditions, de chants populaires découvrent incessamment des survivances et des traces de l’ancienne préhistoire10.

Durant l’entre-deux-guerres, le propos put prendre une tournure nettement plus racialiste, comme dans cette description de Michel Ribaud, ancien missionnaire à Hokkaidō, dans le journal La Croix, en 1938 :

La réclusion actuelle des Aïnou à l’extrémité du continent asiatique n’est pas une singularité. Les peuples primitifs ont actuellement une répartition géographique particulière qui est d’habiter à l’écart. La raison en est qu’ils ont été refoulés par les races nouvelles plus puissantes, qu’ils ont été en majeure partie détruits. Leurs restes sont allés se mettre à l’abri dans des retraites et des refuges. Ainsi en a-t-il été pour les Pygmées et les Pygmoïdes d’Asie, les tribus tasmaniennes de l’Australie, les tribus négrilles d’Afrique. Au nord de l’Asie, tout un groupe de tribus, les Samoyèdes (les Kamtschadales), les Koryakes et comme eux les Aïnou, pourchassés par les peuples pasteurs et cultivateurs de l’Asie centrale et orientale, se sont retirés vers l’extrême nord et nord-est sans perdre contact avec les Esquimaux parmi lesquels certaines tribus appartiennent à la culture primitive arctique, etc. Ces civilisations entourent d’abord comme d’une ceinture la moitié sud de l’Ancien Monde, continuée dans le Nouveau Monde par les Gès-Tapouya.

Ces peuples apparaissent comme les témoins d’une humanité passée, refoulée au fil du temps.

La dispersion du centre primitif, causée par l’accroissement de la population et les exigences de la vie matérielle, dut commencer assez tôt. Certains rameaux de la famille humaine se virent obligés d’aller chercher plus loin leur nourriture, emportant avec eux les souvenirs de famille et l’art de fabriquer des instruments. Ils se propagèrent ainsi à travers le monde avec une force incoercible, mais très lentement, pendant des millénaires. Les races primitives procédèrent à l’inverse de ce que nous faisons actuellement. C’est insensiblement qu’elles changeaient de régions et de climats. Dans leurs migrations, elles ne rencontrèrent de la part de la nature aucune difficulté insurmontable. Avant la présence de l’homme, quel obstacle eût pu les arrêter11 ?

Au XXe siècle, le Monde apparaissait définitivement comme la « contemporanéité du non-contemporain », pour reprendre le concept d’Ernst Bloch12. En 1966, François Honti, dans Le Monde diplomatique, interpellait les lecteurs sur la nécessité d’une gestion internationale de ces peuples menacés par le monde moderne :

Il y a sur terre des peuples que l’on qualifie fréquemment de « primitifs » parce qu’ils restent attachés à un mode de vie archaïque. Pour de nombreuses raisons – isolement volontaire ou forcé, hostilité des peuples mieux avec lesquels ils sont entrés en contact, manque de possibilité d’adaptation progressive, – ils n’ont pu ni voulu suivre l’évolution générale dans les domaines politique, économique, social et technologique. Ils apparaissent donc comme les représentants du passé, d’un passé généralement fort lointain par rapport à notre façon de vivre, et constituent une minorité dans le pays dont ils sont généralement les habitants les plus anciens, mais où ils se trouvent soumis à la puissance politique de peuples étrangers. Ils ont presque tous été victimes de persécutions allant parfois jusqu’à des massacres ; dans certains cas, ils le sont encore aujourd’hui. Leur faiblesse les place en état d’infériorité à l’égard de la majorité dominante ; fait grave lorsque, comme cela arrive, les territoires qu’ils occupent sont convoités pour leurs richesses naturelles. Leur meilleur moyen de défense était de tout temps la fuite ; c’est pour cela surtout qu’ils habitent actuellement des régions inhospitalières : forêts vierges, déserts et territoires arctiques, où les conditions de vie sont souvent pénibles, mais où ils espèrent pouvoir conserver leurs vieilles croyances et leurs traditions13.


Le tissage du monde

Comment penser la coprésence opérée par la mondialisation dans une société-Monde qui était et reste plurielle ? La question reste d’actualité. L’intégration de nouveaux territoires s’est poursuivie tout au long du XVIIIe siècle, jusqu’aux confins de l’Eufrasie et de l’Amérique. Mais derrière le récit des explorateurs et des savants, on perçoit la quête de matières premières, l’extension des réseaux marchands et les profits réalisés d’une étape à l’autre.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 35, rencontrer d’autres partisans de la paix. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 29, prophétiser l’arrivée de pirogues sans balancier.

Le rétrécissement du monde

L’intégration de peuples marginaux, qui semblaient moins évolués, n’était pas un fait nouveau. Ce qui l’était, c’était le sentiment de décalage historique en termes d’évolution. La synchronisation des espaces du Monde faisait émerger une conception allochronique des Européens à l’égard de peuples qualifiés d’« arriérés » ou de « primitifs ».

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 32, empêcher la propagation d’une pandémie. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 28, attaquer par surprise à l’autre bout du monde.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (16 juin 2022). Chapitre 30. 1783 – Dans le berceau de l’humanité. Carnets de géohistoire. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p01j


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.