Chapitre 32. 1820 – Une maladie affreuse à Bourbon

Habitants de Bourbon ! une maladie affreuse afflige l’île Maurice ; déjà elle compte de nombreuses victimes ; dans sa fureur, elle attaque les blancs et les noirs, et peu d’heures lui suffisent pour les immoler.
Jusqu’à présent nous sommes préservés : j’ai donné des ordres pour que les communications soient interrompues, et les navires assujettis à une quarantaine rigoureuse.
Les bâtiments du roi surveillent les rades ; des rondes exactes seront faites ; des sentinelles placées au bord de la mer en défendent l’approche pendant la nuit ; toutes les précautions dictées par la prudence sont prises. Tous les chefs de service, animés d’un même zèle, partagent et mes inquiétudes et mon désir ardent de votre conservation.
Mais, dans l’étendue de côtes que présente la colonie, que peut l’activité de quelques hommes, si elle n’est secondée, secourue, par la généralité des habitants ; si chacun n’est pas pénétré du danger que courent lui, sa femme, ses enfants et ses esclaves !
Les communications sont garanties contre le foyer du mal, la trop malheureuse île Maurice ; mais elles continuent d’exister avec Madagascar : bientôt le mal y sera propagé ; et des hommes aveuglés par un viſ et perfide intérêt, qui déjà ont introduit la petite vérole sur votre territoire, au mépris des lois du Souverain et de l’humanité, tenteront de vous apporter une maladie d’autant plus dangereuse qu’elle n’est encore connue que par ses effets terribles.
À qui puis-je m’adresser, si ce n’est à vous-mêmes, pour la conservation de ce que vous avez de plus cher !
Veillez donc avec moi, suivez des yeux toutes les voiles qui paraîtront ; elles peuvent vous porter les miasmes de la contagion : c’est la mort que ces bâtiments peuvent vous apporter.
Ne perdez pas le souvenir du fléau qui, en 1792, désola l’île de France, et lui enleva près de vingt mille individus.
Repoussez donc avec le sentiment de l’indignation tout débarquement frauduleux ; vouez à l’infamie et à la vengeance des lois tous ceux qui les protégeraient et qui se font un jeu de l’existence d’une population entière.
Comptez sur mon zèle et mon attachement pour vous préserver, sur mon courage pour vous défendre, sur ma sévérité pour vous venger ; mais aidez-moi.

Saint-Denis, île Bourbon, le 10 décembre 1819.
Le Commandant et Administrateur pour le Roi,
Signé P. Milius1.

PIERRE MILIUS NE FUT QUE brièvement gouverneur de l’île Bourbon (La Réunion), entre 1818 et 1821, mais il eut à gérer une crise dont les conséquences auraient pu être très graves. En coupant toute communication avec Maurice, il tentait d’isoler l’île. Mais sa crainte était la contrebande. Indépendamment de toute épidémie, c’était déjà un souci. Dès octobre 1818, il avait créé un corps de gendarmerie afin, entre autres, de veiller à la bonne application de la loi interdisant la traite des esclaves, prise par Napoléon en 1815 et confirmée par Louis XVIII en 1817. Récente, elle n’était toujours pas respectée et régulièrement, par quelques dizaines, parfois par centaines, des esclaves étaient débarqués illégalement, ici ou là le long d’une côte difficile à surveiller.

Il avait raison de s’inquiéter. Le mal vint effectivement d’un navire, le Pic-Var, parti de l’île de France (Maurice) le 7 janvier 1820, et qui débarqua furtivement des esclaves près de Saint-Denis. Une semaine plus tard, le 14 janvier, huit esclaves moururent. Le gouverneur Milius prit des mesures immédiatement et il n’y eut pas de véritable épidémie à La Réunion. Le 28 janvier, les esclaves malades furent transférés au lazaret de la Ravine à Jacques. Le 1er février, un cordon fut déployé autour de Saint-Denis afin de « refermer le mal dans le lieu même où il a pris naissance2 ». Aussi, dès la fin février, la pêche dans la rade de Saint-Denis fut à nouveau autorisée. La contagion n’avait atteint ni Sainte-Marie, ni Sainte-Suzanne, ni Saint-André, ni, a fortiori, les quartiers du Sud, Saint-
Pierre et Saint-Joseph. En avril, enfin, le cordon de sécurité entourant
Saint-Denis fut levé. Le 16 du même mois, à Paris, à l’Académie royale des sciences, Alexandre Moreau de Jonnès faisait lecture de sa Notice sur la maladie pestilentielle importée aux îles de France et de Bourbon, et désignée sous le nom de choléra-morbus de l’Inde3.

Le choléra, voilà la maladie.

On savait d’où elle venait : la ville de Jessore, dans le delta du Bengale, août 1817. De là, l’épidémie s’était propagée à travers la péninsule Indienne, contaminant dès novembre l’armée anglaise, dont les mouvements contribuèrent à la diffusion. Puis ce furent les navires de commerce. L’île de Ceylan fut touchée en février 1819, Malacca en août, l’île de Penang en octobre. C’est ainsi que l’île Maurice fut contaminée en novembre 1819 par un navire en provenance de Calcutta, La Topaze ; puis La Réunion en janvier 1820, où l’épidémie fut heureusement circonscrite. Mais elle se poursuivait ailleurs : les Philippines furent également atteintes en 1820, puis, en 1821, Java, les Moluques d’un côté, les pays du golfe Persique de l’autre. Le choléra faisait tâche d’huile au gré des mouvements des hommes. Au milieu des années 1820, l’épidémie, que certains qualifièrent de « pandémie » par son ampleur spatiale, sembla cependant faire une pause. On ne la discerna pas vraiment, mais en 1824, le choléra, qui était présent au Levant, n’atteignit pas l’Égypte, ni a fortiori l’Europe et encore moins l’Amérique.

On pouvait ainsi cartographier la propagation du fléau qui ne manquait pas d’en rappeler un autre : la peste du XIVe siècle. Mais le plus étonnant, a posteriori, est le débat autour de la nature même de la maladie. En dépit des faits, l’Académie de médecine de Paris continua longtemps de nier la caractéristique contagieuse du choléra.

Dès 1824, Alexandre Moreau de Jonnès proposa l’esquisse de l’itinéraire du choléra qui « s’est propagé, de proche en proche, depuis 1817 jusqu’en 1823, en l’espace de sept ans, depuis les Moluques jusqu’au rivage de la Syrie, et depuis l’embouchure de la Volga, dans la mer Caspienne, jusqu’aux îles de France et de Bourbon, dans la mer d’Afrique4 ». La carte représentait les axes principaux de diffusion de la maladie et était accompagnée d’un tableau, au-dessous, indiquant les dates auxquelles les différents pays avaient été touchés. L’étude, dans son ensemble, permettait d’établir que la propagation du choléra ne dépendait ni de prédispositions individuelles (âge, sexe, race), ni de la température, ni de l’humidité, ni du mauvais air, ni d’une mauvaise nourriture, ni du sens du vent. Le choléra était bien une maladie contagieuse, qui « s’étend de proche en proche par les communications, remontant les fleuves, et pénétrant dans les provinces les plus reculées au moyen de la navigation intérieure ; suivant les armées dans leurs marches, les Indiens dans leurs pèlerinages, les bâtiments de guerre et du commerce dans leurs expéditions, et traversant les mers avec les navigateurs, les déserts avec les caravanes, et les chaînes de montagnes avec les voyageurs ou les fuyards5 ».

Une deuxième pandémie de choléra se développa à la fin des années 1820. En 1828, l’épidémie était dans le Caucase ; en 1830, elle était à Moscou, à Saint-Pétersbourg, au Caire, à Téhéran, en 1831 à Varsovie, à Londres… En 1832, ce furent le Canada, les États-Unis, le Mexique. L’épidémie cholérique agissait comme une sorte de révélateur du degré de mondialisation en cette première moitié du XIXe siècle.

Le Geographisches Institut Weimar, l’Institut géographique de Weimar, fondé en 1804, a été un foyer majeur de production cartographique. Carl Weiland, qui y travaillait, produisit en 1832 une carte représentant la progression du choléra depuis 1817 en Asie, Europe et Afrique (Cholara-Karte, oder Uebersicht der progressiven Verbreitung der Cholera seit ihrer Erscheinung im Jahr 1817 über Asien, Europa und Africa). Elle montre la progression de la maladie à travers l’Eufrasie, avec les régions touchées année après année, chacune, de 1817 à 1831, étant d’une couleur différente. Le procédé est remarquable car il constitue une étape dans l’élaboration de cartes isochrones, dont on considère que la première date de 1881 et représente le temps, en jours, pour les voyageurs partant de Londres. Ici, le thème est un peu différent, puisqu’il s’agit d’un événement unique, la propagation d’une pandémie sur plusieurs années. Cependant, réalisée en 1832, cette carte n’englobe pas l’Amérique.

Carl Weiland, 1832, Cholara-Karte, oder Uebersicht der progressiven Verbreitung der Cholera seit ihrer Erscheinung im Jahr 1817 über Asien, Europa und Africa.

Après 1832, il y eut d’autres pandémies. À chaque fois, la maladie semblait aller toujours plus loin, plus vite, à la mesure des progrès des moyens de communication, comme le résuma assez bien le docteur H. Bourru lors d’une conférence donnée à la Société de géographie commerciale de Nantes le 28 janvier 1883 :

Si nous comparons ces invasions, nous voyons la première mettre cinq ans pour atteindre la frontière d’Europe, qu’elle ne dépasse pas ; la deuxième atteindre en trois ans l’isthme de Panama ; la troisième, l’océan Pacifique à l’ouest, la Patagonie au sud, avec la vitesse prodigieuse de 50 kilomètres par jour, qui, en neuf mois, la porte de Java en Amérique. C’est la mesure des perfectionnements apportés, pendant ces trente années, dans la rapidité des communications sur terre et sur mer, et surtout de la navigation à la vapeur substituée à la navigation à voiles6.

Mais ce n’était pas la seule maladie potentiellement épidémique à profiter du développement des réseaux. La fièvre jaune inquiétait. Appelée parfois la « peste américaine », elle était en réalité originaire d’Afrique. Si elle s’était propagée en Amérique, c’était à cause de la traite négrière. En 1883, le docteur Bourru interpellait ainsi son public de négociants :

Je ne sais, Messieurs, quelles sont vos doctrines économiques. Désirez-vous le libre échange de vos marchandises ? Peu m’importe ici. Mais le libre échange de ces idées généreuses de la civilisation, vous le réclamez tous. Accepterez-vous aussi le libre échange de ces grandes calamités que nous avons suivies au travers du monde ? Non, sans doute, et vous voudrez assurer la protection de nos ports, de nos colonies, de nos compatriotes émigrants, de toute l’humanité. Je suis venu vous demander votre alliance dans cette guerre que la science moderne soutient contre les grandes pandémies, permettez-moi d’espérer que je vous aurai convaincus7.

Dans la mondialisation, il semblait falloir distinguer la circulation des biens et la mise en mouvement des éléments pathogènes.


La représentation du monde

Cartographier la progression du choléra ne se limite pas à réaliser une énième carte du monde, à une époque où ces cartes se banalisent. L’originalité ici est de montrer la progression d’une maladie et ainsi de montrer les connexions entre les régions du globe. Moins qu’une carte du monde, c’est donc d’une carte de la mondialisation qu’il s’agit.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 33, contempler le monde de l’intérieur. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 27, constater qu’il y a des trous dans les cartes.

Le rétrécissement du monde

La cartographie des pandémies était une cartographie de l’espace du monde, mais aussi une cartographie du temps du monde. Au fil des décennies, c’était faire le constat d’une certaine accélération, au gré des progrès techniques.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 34, passer et repasser à Yokohama. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 30, retourner en enfance.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (12 juin 2022). Chapitre 32. 1820 – Une maladie affreuse à Bourbon. Carnets de géohistoire. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p01h


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.