Chapitre 33. 1851 – Le monde à contresens

LES ANNÉES 1820-1830 FURENT le temps des rama. Les panoramas étaient des dispositifs cylindriques permettant aux spectateurs, grâce à de vastes toiles peintes, d’embrasser l’horizon de tel ou tel lieu. À Paris, en 1809, dans une nouvelle rotonde, on pouvait ainsi contempler la rencontre entre les empereurs français et russe à Tilsit ; en 1819 et en 1821, ce furent des panoramas de Jérusalem et d’Athènes qui y furent exposés. Dans une autre rotonde, ce fut la Bataille navale de Navarin en 1831, la Bataille d’Alger en 1833, l’Incendie de Moscou en 1839… On pourrait ainsi multiplier les exemples, et se souvenir de l’évocation ironique de cette « panoramie » dans Le Père Goriot de Balzac.

Parmi cette multitude de spectacles, il est un dispositif plus original peut-être, le Géorama, inventé en 1822, par Charles Delanglard, un employé à l’Administration centrale des contributions indirectes. Bien des années plus tard, en 1861, un Dictionnaire de la conversation le définissait en ces mots :

Le géorama présente la terre à contresens : c’est le monde renversé. Le spectateur est dans l’intérieur du globe, et la terre se déroule sous ses pieds, s’arrondit autour de lui et sur sa tête ; les parois du globe montrent tous les accidents que l’on voit à la surface de la terre : les montagnes se dressent, les vallées se creusent, les fleuves serpentent en longs rubans, les volcans vomissent des flammes1.

Installée boulevard des Capucines, la sphère, de dix mètres de diamètre, ouvrit ses portes en 1825.

L’inversion de la représentation aurait pu déranger. Quelle étrangeté,
a priori, que de voir le globe représenté à l’intérieur, et non à l’extérieur. Face à l’impossibilité de représenter la Terre sur une surface plane sans déformation ou sans rupture, le globe, en tant qu’objet cartographique, a longtemps paru comme la seule solution, parce que homologique. Cependant, même avec un globe en modèle réduit, pour voir le monde, il faut encore en faire le tour. Or toute la valeur du géorama est là, dans sa vertu panoptique – ou presque.

Le géographe allemand Alexandre de Humboldt, fondateur de la Société de géographie de Paris, fut enchanté de sa visite et on a rapporté les propos qu’il aurait tenus à la sortie du Géorama.

Malgré le grand usage que j’ai fait toute ma vie de cartes géographiques, je ne m’étais jamais, par exemple, rendu compte de la figure et de l’étendue de la Polynésie, ni de l’océan Pacifique. Ce que je viens de voir rectifie beaucoup des idées que je m’étais forgées sur les rapports qu’ont entre elles les terres et les mers2.

Il exprima le vœu, resté lettre morte, qu’on pût y établir une école centrale de géographie.

Mais le géorama périclita assez rapidement et en 1833, la veuve de Delanglard annonça la destruction du bâtiment.

Un deuxième fut construit en 1844 par Charles-Auguste Guérin, aux Champs-Élysées. Plus grand, il mesurait 16,5 mètres de diamètre. La carte, peinte à l’aquarelle, avait été élaborée avec l’aide du géographe français Vivien de Saint-Martin. Le spectacle remporta un vif succès. Marc-Antoine Jullien, fondateur de la Revue encyclopédique, ancien robespierriste et promoteur de la pédagogie mutuelle, était enthousiaste et communiqua une notice à la section de géographie au Congrès scientifique britannique tenu à Cambridge en juin 1845, au cours duquel il fut question d’établir à Londres un géorama sur le modèle de celui de Paris.

C’est une idée ingénieuse que celle d’introduire l’homme au centre d’une sphère dont les parois représentent à ses yeux toutes les contrées du globe. […] À l’époque de civilisation où nous sommes arrivés, l’agriculture, l’industrie et les manufactures, le commerce, la marine sont les vrais éléments de la prospérité publique. Les ressources du sol, les produits du travail, les échanges que l’on peut faire de ces produits, la facilité, la rapidité et l’extension des communications constituent la puissance d’une nation. Les nations ne vivent plus dans un tel état d’isolement. Des rapports mutuels, des intérêts communs les unissent. Elles doivent se visiter, s’étudier, s’instruire, s’aider les unes les autres. La connaissance de la géographie et les voyages deviennent un complément de l’éducation et de l’instruction ; plus les hommes s’instruisent, plus ils étendent et multiplient leurs relations ; plus aussi la société dont ils font partie est riche et florissante. Les États civilisés de l’Europe et les États de l’Amérique du Nord, comparés aux peuplades à demi barbares, disséminées dans les différentes parties du globe, fournissent des preuves et des témoignages vivants de ces vérités. Donc, il n’est plus permis à un homme bien élevé, et qui veut se créer par lui-même une existence honnête et indépendante, de rester étranger aux connaissances géographiques. Donc, tout ce qui peut contribuer à rendre l’étude de la géographie facile, complète, instructive et pour ainsi dire intuitive, agréable et attachante, mérite d’être accueilli et encouragé. Le Géorama, tableau abrégé du globe terrestre, dont l’œil peut saisir l’ensemble et parcourir les détails, donne la solution la plus satisfaisante de ce problème : initier la plupart des hommes à la connaissance exacte et approfondie des divers États, de leurs produits et de leurs intérêts respectifs3.

Bref, le globe du géorama était l’instrument idéal d’une éducation à la mondialisation. Mais au mois de décembre 1844, l’installation s’embrasa.

Cependant, le plus célèbre peut-être de ces géoramas, bien qu’il n’en portât pas le nom, fut le globe construit par James Wyld à l’occasion de l’exposition universelle de Londres, « the Great Industrial Industrial Exhibition of the World », en 1851.

Illustrated London News, 7 juin 1851

Ce globe apparut comme l’instrument idéal de la célébration de la domination britannique sur le Monde. La notice qui fut publiée la même année pour présenter et expliquer le globe est on ne peut plus explicite :

Comme siège principal d’une race à qui appartient la plus grande partie de la surface terrestre – peut-être, aussi, la plus grande partie de la population terrestre – ; comme maillon entre l’Ancien et le Nouveau Monde ; et comme centre des arts de la paix, Londres devait à juste titre être choisi comme la scène d’un tel essai4.

L’auteur reprenait, quelques pages plus loin :

Si nous regardons avec cupidité notre héritage – car pour le peuple, le Monde est la destinée de notre race –, nous échouons souvent à reconnaître ce que nous avons déjà accompli. Une catégorie mauvaise de manuels scolaires, morcelant le Monde en divisions archaïques, et le représentant principalement sous ses aspects physiques, ne donne aucune idée de géographie politique, encore moins du vaste empire de la race anglaise, éparpillé à travers les régions du globe. Ici, nous pouvons chercher et comparer nos dominions en Europe, nos comptoirs en Afrique, notre grand empire indien, notre ferme à moutons d’Australie, notre implantation en Australasie, en Polynésie, en Amérique du Sud, notre part dans les Antilles ; et voir comment le monde nord-américain est partagé entre les deux grandes sections de notre peuple. Alors, les éléments disjoints d’un pouvoir sans égal peuvent être établis, et réunis ensemble.
Mais ceci n’est qu’un début, l’étape suivante est de chercher la position de nos rivaux. Nous faisons le tour de la Chine ; nous mesurons la Russie d’est en ouest ; et descendant d’un échelon, nous délimitons la France, l’Autriche, les États allemands ; puis plus en dessous, les territoires de la Vallée d’Andorre, ou les quelques partisans d’un chef papou, si l’échelle du globe, aussi vaste qu’elle est, permet de déterminer des limites aussi petites.
Du sommet de notre exultation, nous pouvons regarder en arrière et demander ce que les anciennes monarchies furent – cette portion du Monde qu’Alexandre conquit, et son soupir de soulagement parce qu’il pensait qu’il n’y avait pas d’autre monde à conquérir. Incités par les historiens, nous pouvons délimiter les roseaux parmi les collines, lorsque Rome envoya ses fils pour faire du monde occidental son empire, de la même manière que nos pères arrivèrent, sur trois barques, des rives du Jutland. Et pour avoir appris les progrès de Rome puis sa chute, nous pouvons goûter notre fierté, dans la peur que nous aussi, un jour, dans la marée des progrès du Monde, nous chutions, et soyons comme Rome5.

De fait, l’exposition de Londres marqua le triomphe de la mondialisation
britannique, ce que l’historien Niall Ferguson a appelé l’anglobalization.

Tout le monde ne céda pas forcément à cet enthousiasme. Karl Marx et Friedrich Engels, en 1850, dans la Neue rheinische Zeitung, avaient une autre lecture de cet événement. Ils dénonçaient le sang-froid avec lequel, en 1849, la bourgeoisie anglaise avait annoncé cette exposition, « à un moment où le continent entier était encore en train de rêver de révolution ». Pour eux,

l’exposition est la preuve frappante de la violence concentrée avec laquelle la grande industrie moderne, partout, renverse les barrières nationales et rend de plus en plus floues les particularités locales de la production, des rapports sociaux, du caractère de chaque peuple. En mettant en spectacle dans un petit espace les ressources amassées par l’industrie moderne, alors juste que la bourgeoisie est minée de toutes parts, elle affiche aussi des matériaux qui ont été produits, et qui continuent d’être produits jour après jour en cette période de troubles, pour la construction d’une société nouvelle. Avec cette exposition, la bourgeoisie du monde a érigé dans la moderne Rome son Panthéon, où, avec une suffisance orgueilleuse, elle exhibe les dieux qu’elle a créés pour elle-même.

Ils n’hésitaient pas à annoncer l’effondrement de l’ordre social.

Dans une future exposition, la bourgeoisie ne figurera peut-être plus comme les propriétaires de ces forces productives, mais seulement comme leurs ciceroni6.

En ce début du XXIe siècle, le capitalisme continue régulièrement à se donner en spectacle. C’était à Shanghai en 2010, ce sera à Dubaï en 2020. Paris est candidate pour 2025 et le comité a prévu de reprendre le projet qu’Élisée Reclus avait imaginé pour l’exposition universelle de 1900. Il ne s’agissait pas exactement d’un géorama, dans la mesure où Reclus avait projeté un édifice de plus de 200 mètres de haut constitué de deux sphères imbriquées l’une dans l’autre, la plus petite, mobile, de près de 128 mètres de diamètre, représentant la configuration physique de la Terre, à l’extérieur. Reclus revenait ainsi à une représentation classique. Il vantait l’intérêt du globe « par le caractère de vérité » et « par son caractère d’unité », par opposition à la carte qui déforme, distend, disjoint. Le projet était ambitieux, pour ne pas dire démesuré, et trop coûteux ; il fut finalement abandonné en 1898. Il restait une utopie planétaire.

Fig. 1
Projet de globe Reclus, dessin non signé. Archives nationales, F12/4446 D.

La représentation du monde

Le globe était depuis des siècles le symbole du pouvoir universel. Géant, il devint un outil de célébration et d’éducation à la mondialisation pour les masses. Les globes permettaient de faire un tour du monde, un géorama, sans voyager. L’appropriation visuelle et intellectuelle par les spectateurs européens révélait aussi l’appropriation coloniale et flattait le sentiment de supériorité.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 37, cartographier la ceinture du globe. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 32, suivre la propagation d’une pandémie.

L’ordonnancement du monde

L’exposition universelle de Londres de 1851 a été un moment de gloire de la mondialisation britannique. Une puissance pouvait prétendre dominer le monde comme nulle ne l’avait fait auparavant, et comme nulle ne l’a fait, depuis, de façon aussi directe. Mais au-delà, ce fut aussi la célébration de l’économie capitaliste, réitérée, depuis, régulièrement, par les expositions universelles, ici et là de par le Monde.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 35, rêver d’une paix-Monde. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 31, vous révolter au nom de l’universalité des droits de l’homme.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (11 juin 2022). Chapitre 33. 1851 – Le monde à contresens. Carnets de géohistoire. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p01g


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.