Chapitre 34. 1872 – Yokohama, étape incontournable du tour du monde

GEORGE FRANCIS TRAIN, CITOYEN des États-Unis, originaire de Boston, a mené une vie pleine de rebondissements aux quatre coins du globe. Alors qu’il se trouvait à Melbourne, en Australie, en 1855, il eut le projet de s’implanter au Japon, tout nouvellement entrouvert grâce à l’intervention diplomatique – avec quelques navires de guerre – du commodore Matthew C. Perry en mars 1854, qui aboutit à la signature de la convention de Kanagawa. Celle-ci autorisait seulement l’entrée des ports de Shimoda et de Hakodate aux navires états-uniens et la présence d’un consul à Shimoda ; le traité d’amitié et de commerce entre les États-Unis et le Japon, qui ouvrit les trois ports de Nagasaki, de Yokohama et de Hakodate, ne fut conclu qu’en 1858. Cependant, dans son autobiographie, parue en 1902, George F. Train affirmait qu’il avait déjà pressenti l’importance de Yokohama, alors qu’il ne s’agissait, dans les années 1850, que d’un modeste village de pêcheurs à l’entrée de la baie d’Edo.

J’avais arrêté mon choix sur Yokohama pour ouvrir une branche de notre maison. Le développement rapide de la ville depuis, dans des conditions nouvelles, et l’augmentation considérable de son commerce avec l’Europe et l’Amérique, aussi bien qu’avec l’Inde, la Chine et l’Australasie, ont bien confirmé mon discernement précoce. Je savais que nous pourrions acquérir une grande influence dans le monde du commerce, et devenir, peut-être, la plus grande maison de transport maritime du globe, avec des succursales à Boston, Liverpool, Melbourne, et Yokohama1.

Il partit donc pour la Chine, puis, après quelque temps, s’embarqua pour Yokohama, mais une tempête le ramena sur Fuzhou, et de-là, il gagna Hong Kong, puis Calcutta. On ne sait trop pourquoi il abandonna son projet.

Après quelques années et déboires, en 1869, alors que la construction du premier chemin de fer transcontinental des États-Unis s’achevait, financée par le Credit mobilier of America créé par George F. Train, celui-ci eut l’idée soudaine de réaliser un tour du monde.

La circonférence du globe avait rétréci. Je voulais, naturellement, être le premier homme à profiter du grand avantage ainsi donné, pour faire plus rapidement le voyage autour du monde2.

Il calcula que cela pouvait se faire en quatre-vingts jours, et en août 1870, il s’embarquait à San Francisco en direction de Yokohama. Il continua vers Saïgon, où il prit un navire de la compagnie des Messageries impériales vers la France, en passant par le canal de Suez, inauguré en 1869. Arrivé à Marseille en avril 1871, il s’engagea dans la Commune qui avait éclaté en mars ; il fut fait prisonnier puis renvoyé aux États-Unis, où il fut candidat à l’élection présidentielle de 1872. Il avait bien fait un tour du monde, mais pas dans le temps escompté. Ce n’était que partie remise.

***

En 1872, le comte de Beauvoir publiait le troisième volume de son Voyage autour du monde, récit du périple qu’il avait réalisé quelques années auparavant, entre 1866 et 1867, en compagnie du duc de Penthièvre, de la maison d’Orléans. Celui-ci, après plusieurs années d’apprentissage dans la marine, en France puis aux États-Unis, « voulait faire le tour du globe pour son instruction et son plaisir3 ». Âgés l’un et l’autre d’à peine vingt ans, ils entreprirent donc une circumnavigation en touristes, quittant Londres à bord d’un voilier, l’Omar-Pacha, jusqu’à l’Australie en passant par le cap de Bonne-Espérance, avant de continuer vers le nord, en longeant « les côtes de l’Indo-Chine et de la Chine, de Singapour à Pékin, de l’Équateur aux neiges, sans trouver pour la France une position digne d’elle4 ». En avril 1867, ils entraient dans la rade de Yokohama, où ils jetèrent l’ancre à côté des navires de guerre français, et purent se réjouir de l’implantation prometteuse de la France au Japon. Dans son journal, Ludovic de Beauvoir évoquait, entre autres, l’arsenal qu’on était en train de construire, sous la direction d’un ingénieur français, François Léonce Verny. « Douze mille ouvriers japonais étaient occupés, les uns à ces gigantesques terrassements, les autres au creusement des bassins, d’autres enfin à la construction de deux canonnières5. »

En effet, suite à l’expédition du commodore Perry, en 1854, le Japon s’ouvrait peu à peu aux puissances occidentales. Le Royaume-Uni, la Russie, les Pays-Bas puis la France s’étaient imposés chacune leur tour. En 1864, Léonce Verny, alors en Chine, reçut l’ordre de se rendre à Yokohama pour étudier la possibilité d’implanter un arsenal, à la demande du gouvernement japonais. Il choisit le site de Yokosuka, à l’entrée de la baie d’Edo, la future Tōkyō. Après des années de travaux, l’arsenal fut inauguré en 1872 en présence de l’empereur. François Verny insista pour que fût développée une école française afin de former des ingénieurs et des techniciens. Dans son avant-projet de sidérurgie proposé au shogunat, il expliquait que ceci, au bout de quelques années, permettrait de remplacer les Français par des Japonais à la supervision du chantier naval.

***

Au matin du 13 novembre 1872, avec la marée, le Carnatic, à bord duquel se trouvait Passepartout, le fidèle serviteur de Phileas Fogg, entra dans le port de Yokohama. Jules Verne, membre de la Société de géographie, justifie ce passage incontournable pour les héros de son Tour du monde en quatre-vingts jours :

Ce point est une relâche importante du Pacifique, où font escale tous les steamers employés au service de la poste et des voyageurs entre l’Amérique du Nord, la Chine, le Japon et les îles de la Malaisie6.

Et il continue sa description ainsi :

Passepartout se trouva d’abord dans une cité absolument européenne, avec des missions à basses façades ornées de vérandas sous lesquelles se développaient d’élégants péristyles, et qui couvrait de ses rues, de ses places, de ses docks, de ses entrepôts, tout l’espace compris depuis le promontoire du Traité jusqu’à la rivière. Là, comme à Hong Kong, comme à Calcutta, fourmillait un pêle-mêle de gens de toutes races. Américains, Anglais, Chinois, Hollandais, marchands prêts à tout vendre et à tout acheter, au milieu desquels le Français se trouvait aussi étranger que s’il eût été au pays des Hottentots7.

En quelques années, Yokohama était déjà devenue un haut lieu de la mondialisation capitaliste du XIXe siècle.

Le roman de Jules Verne fut publié en cette même année 1872. Nulle anticipation donc ; bien au contraire, il célébrait le présent, un monde où les techniques modernes de transport, le chemin de fer, le navire à vapeur, permettaient de franchir les distances plus rapidement que jamais et de faire le tour du globe en un temps record. George F. Train l’affirma, c’est lui qui aurait inspiré à Jules Verne le personnage de Phileas Fogg.

La première partie de Hachijūnichikan sekai isshū, « Autour du monde en quatre-vingts jours », parut dès 1878 ; puis la seconde partie en 1880. La traduction en japonais était le fait d’un des élèves de l’école de Yokosuka, Chunosuke Kawashima. L’ouvrage connut un grand succès, en cette ère Meiji où le Japon s’ouvrait à l’Occident.

***

Toujours en 1872, au mois de novembre, les voyageurs qui accompagnaient Thomas Cook accostaient eux aussi, pour de vrai, dans le port de Yokohama, point de pa ssage obligé. Le célèbre « tour opérateur » britannique, né à Melbourne en 1808 et mort en Norvège en 1892, avait eu l’idée de proposer un voyage organisé autour du globe.

Les touristes globaux envoyèrent des lettres dont certaines furent ensuite éditées. En route vers Yokohama, Thomas Cook commençait son compte rendu ainsi :

Je me propose de ne pas vous importuner par des détails trop longs sur les modes de transport et sur les incidents. Vos lecteurs savent tous que c’est par le pouvoir très grand de la vapeur, appliqué à la locomotion sur terre et sur mer, que nous sommes en mesure de boucler une série de voyages arrangés autour du globe.
C’est grâce à la vapeur, que le 25 septembre, nous avons emprunté la route touristique des monts du Peak dans le comté de Derby jusqu’à Liverpool ; grâce à la vapeur, que le lendemain, nous avons embarqué dans le port de la Mersey pour New York ; grâce à la vapeur, que nous avons voyagé de New York à Buffalo, aux chutes du Niagara, coupant par le Canada jusqu’à Detroit, et de là jusqu’à Chicago, Burlington, Ontario (traversant le Mississippi et le Missouri), et puis à travers les vastes prairies des territoires du Nebraska, du Wyoming, de l’Utah, et l’État de Californie ; et grâce à la vapeur que nous labourons les eaux sans chemin de ce grand océan Pacifique. Magnifique agencement qui nous familiarise avec les États, les pays et les peuples qui constituaient les rêveries romantiques des lectures, des illustrations et de l’imagination de l’enfance8.

De cette rotation, Thomas Cook tire une réflexion de géographie globale – banale peut-être, mais non moins pertinente et toujours d’actualité :

Nous voyageons depuis plus d’un mois, et avons parcouru plus de 8 000 miles vers l’ouest, tout le temps vers l’ouest, pour trouver l’Orient, et nous continuons d’aller vers l’ouest ! ne tournant ni vers le sud ni vers le nord, et j’aimerais savoir jusqu’où nous devons aller avant que nous nous trouvions en Orient. On nous dit le Japon, la Chine et l’Inde sont tous en Orient, et je sais que l’Égypte et la Palestine le sont, mais je suis impatient de changer d’hémisphère, et de savoir quelle sorte de « ligne » devons-nous traverser pour ressentir la transition9.

Elizabeth Jane Cochran était originaire de Pennsylvanie. En 1885, elle se fit connaître en répondant virulemment à un article paru dans le Pittsburh Dispatch, « What Girls Are Good For », « À quoi sont bonnes les filles ». Embauchée, elle prit comme nom d’auteur Nellie Bly. Deux ans plus tard, elle déménagea à New York pour travailler au New York World, récemment racheté par Joseph Pulitzer, et pour lequel elle réalisa un reportage retentissant sur les asiles. Mais par un beau dimanche de 1888, migraineuse, ne souhaitant qu’une chose, « être à l’autre bout de la planète10 », elle eut l’idée d’entreprendre un tour du monde, à condition d’avoir la certitude de pouvoir battre le record de Phileas Fogg. Une fois renseignée, elle proposa le projet à son éditeur, qui refusa, parce que le journal nourrissait déjà un tel projet, mais pour un homme. Finalement, ce fut elle, mais son tour du monde ne commença que l’année suivante. Le 14 novembre 1889, à 9 h 40 et 30 secondes, la globe-trotteuse Nellie Bly embarquait sur l’Augusta Victoria à destination de Londres, « avec pour unique bagage une seule robe ! » – ainsi finissait le titre du New York World, le lendemain.

Malgré l’impératif du temps, lors de sa traversée de la France, elle accepta l’invitation envoyée par Jules Verne et son épouse à passer par chez eux. Lors de cette soirée, ils discutèrent notamment de l’itinéraire choisi par Nellie Bly. Jules Verne l’interrogea sur son choix de ne pas passer par Bombay. « Parce qu’il m’importe davantage de gagner du temps que de porter secours à une veuve éplorée11 », répondit-elle, évoquant un épisode assez rocambolesque du roman où Phileas Fogg sauvait Aouda du bûcher auquel la mort de son époux la condamnait, selon la coutume de la sati. Bombay n’était pas une étape indispensable à la « tourdumondité » (round-the-world-ness), pour reprendre le concept de Jennie G. Molz12. En revanche, Yokohama ne pouvait être contournée. En janvier 1890, Nellie Bly arriva, à son tour, dans le port japonais, où un reporter de Tōkyō vint l’interviewer. Son journal avait publié une traduction de l’article dans lequel elle avait raconté sa visite à Jules Verne, auteur bien connu grâce aux traductions de Chunosuke Kawashima.

Elle passa « 120 heures au Japon », mais résuma fort bien le développement du pays :

Jusqu’à récemment, les Japonais étaient très en retard : pas de chemins de fer, de tramways, de locomotives ni même d’électricité. Ils pensaient à raison qu’il était inutile de perdre son temps à inventer ce qui existait déjà dans d’autres pays, aussi firent-ils venir, avec des salaires mirobolants et des contrats de trois, cinq ou dix ans à la clé, des ingénieurs chez eux. Ces derniers se mirent au travail, assistés de l’élite japonaise. Lorsque le contrat prenait fin, les Japonais étaient capables de remplacer leurs étrangers par leur propre main-d’œuvre, désormais opérationnelle. Voilà comment ils restent à la tête de toutes les entreprises du pays10.


Elle fit le tour du monde en soixante-douze jours. La même année, George F. Train le boucla en soixante-sept jours ; et en 1892, en soixante jours.

***

Le 9 mars 1905, le lecteur du Japan Weekly Day, publication britannique de Yokohama compilant des informations « sur le commerce, la politique, la littérature et l’art japonais », partageait-il l’indignation de l’auteur de ce petit article presque anecdotique ?

Yokohama a été particulièrement honorée ces dernières années par les visites express de quelques personnes engagées dans la tâche, apparemment hautement plaisante, de faire « le tour du monde pour un pari » – généralement aux frais du public. George Francis Train, Nellie Bly, Sveu Wiren, Louis Morningstar, sont quelques-uns de ces gens que nous rappellerons à l’esprit, et maintenant un autre du genre sera bientôt parmi nous. Cette fois, c’est une dame, Miss Londonderry, une journaliste américaine, qui est engagée dans l’encerclement du globe – avec une bicyclette. […] Nous espérons qu’elle accomplira son périple saine et sauve, mais dans le même temps nous devons à nouveau exprimer notre étonnement sur la générosité avec laquelle le public soutient ces entreprises. Elles ne servent aucun but utile, n’accomplissent rien d’utile. Certes, les paris semblent très profitables pour ceux qui prennent soin de les faire monter ; et tant que cela paiera, on trouvera des gens prêts à s’enthousiasmer14.

Trente-trois ans après la publication du Tour du monde en quatre-vingts jours, quel désabusement !


L’outrepassement du monde

Avec l’accélération des moyens de transport, l’horizon du monde devint la ligne de fuite d’une course autour du globe. Le tour du monde en quatre-vingts jours, en français, en anglais, en japonais, avait créé un imaginaire vite dépassé par la réalité de moyens de transport en progrès constant. Paradoxalement, l’élargissement de l’horizon dans l’imaginaire commun se combinait à son rétrécissement.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 36, affronter un autre monde. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 31, proclamer un crime de lèse-humanité.

Le rétrécissement du monde

La modernisation des moyens de transport au cours du XIXe siècle rétrécit le globe et rendit le tour du monde accessible à davantage de personnes. Même s’il garda une certaine exceptionnalité, le tour du monde devint un programme touristique parmi d’autres.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 37, mettre une ceinture autour du globe. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 32, échapper à une pandémie.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (9 juin 2022). Chapitre 34. 1872 – Yokohama, étape incontournable du tour du monde. Carnets de géohistoire. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p01f


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.