Chapitre 35. 1869 – Le peuple-monde

EN 1867, À GENÈVE, FUT ORGANISÉ un congrès de la paix et de la liberté. Le programme en était le suivant :

Première question. — Le règne de la paix, auquel aspire l’humanité, comme au dernier terme de la civilisation, est-il compatible avec ces grandes monarchies militaires qui dépouillent les peuples de leurs libertés les plus vitales, entretiennent des armées formidables, et tendent à supprimer les petits États au profit de centralisations despotiques ? Ou bien la condition essentielle d’une paix perpétuelle entre les nations n’est-elle pas, pour chaque peuple, la liberté, et, dans leurs relations internationales, l’établissement d’une confédération des libres démocraties constituant les États-Unis d’Europe ?
Deuxième question. — Quels sont les moyens de préparer et de hâter l’avènement de cette confédération des peuples libres ? Retour aux grands principes de la Révolution, devenant enfin des vérités ; revendication de toutes les libertés individuelles et politiques ; appel à toutes les énergies morales, réveil de la conscience ; diffusion de l’instruction populaire ; destruction des préjugés de race, de nationalité, de secte, d’esprit militaire, etc. ; abolition des armées permanentes ; harmonie des intérêts économiques par la liberté ; accord de la politique et de la morale.
Troisième question. — Quels seraient les meilleurs moyens de rendre permanente et efficace l’action du Congrès international de la paix ? Organisation d’une association durable des amis de la démocratie et de la liberté1.

Ce n’était pas la première fois que se retrouvaient les défenseurs de la paix. Victor Hugo, présent à Genève en 1867, était déjà à Paris, au Congrès de la paix de 1849. Mais en 1867, il y avait aussi Giuseppe Garibaldi, Mikhaïl Bakounine, Edgar Quinet, Élisée et Élie Reclus, et bien d’autres encore. Cependant, Karl Marx, alors à Lausanne pour le congrès de l’Association internationale des travailleurs, refusa de venir. Les pensées étaient diverses et les débats furent houleux. Fallait-il conditionner la paix au renversement préalable de toutes les monarchies ? Fallait-il d’abord éradiquer le paupérisme ? Fallait-il déchoir la papauté ? Tous n’avaient pas la même analyse sur la cause première de la guerre. La question politique, la question sociale, la question religieuse, posées dès la première séance, divisaient et aucun programme n’emporta l’unanimité. Fut tout de même prise la décision de fonder une Ligue de la paix et de la liberté, « vraie fédération cosmopolite » ; et on appela à la création d’États-Unis d’Europe. L’année suivante, à Berne, une minorité,
menée par Bakounine, fit sécession et créa l’Alliance internationale de la démocratie socialiste.

La Ligue perdura et un prix de cinq mille ans francs fut mis au concours pour le meilleur ouvrage publié en 1870 ayant pour titre « Le crime de la guerre ». L’intellectuel argentin Juan Bautista Alberdi, alors en France, rédigea un texte, El Crimen de la guerra, qui ne fut publié qu’en 1895, après sa mort, le concours ayant été annulé à cause de la guerre qui avait éclaté entre la France et la Prusse ; et l’ouvrage n’a jamais été traduit en français.

Alberdi était profondément pacifiste. Déjà, en 1865, il avait publié un livre sur Los intereses argentinos en la guerra del Paraguay con el Brasil, « Les intérêts argentins dans la guerre du Paraguay avec le Brésil ». Une édition en français parut la même année sous le titre Les dissensions des républiques de la Plata et les machinations du Brésil. La traduction était due à Elisée Reclus, qui s’en inspira pour l’écriture d’articles publiés dans La Revue des Deux-Mondes. Alberdi s’opposait vivement à ce qu’il percevait comme une agression du Brésil à l’encontre du Paraguay voisin et à l’implication de l’Argentine dans cette guerre, au sein de la Triple Alliance, c’est-à-dire auprès du Brésil. Le conflit était international, mais aussi, selon Alberdi, intranational. Il ravivait les tensions à l’intérieur de l’Argentine entre la province de Buenos Aires et les autres provinces.

Mais l’horizon de la réflexion d’Alberdi s’étendait bien au-delà de l’Amérique du Sud. Ce qu’il avait en tête en 1869 était la question de la guerre dans le monde entier. Il n’y avait pour lui aucune contradiction à penser à la fois un ordre international, mondial, et à s’impliquer dans la constitution de la nation argentine. Fédéraliste, il déployait une pensée qui allait du local au global sans les opposer ; au contraire :

L’idée de patrie n’exclut pas celle d’un peuple-monde, celle du genre humain formant une seule société supérieure et complémentaire des autres.
La patrie, au contraire, est compatible avec l’existence d’un peuple multiple composé de patries nationales, comme l’individualité de l’homme est compatible avec l’existence de l’État dont il est membre.
L’indépendance nationale sera dans le peuple-monde la liberté de la nation-citoyenne, comme la liberté individuelle est l’indépendance de chaque homme dans l’État dont il est membre.
Chaque homme aujourd’hui, même, a plusieurs patries qui, loin de se contredire, s’appuient et se soutiennent.
Bien sûr, la province ou localité de sa naissance ou de son domicile, puis la nation dont la province est partie intégrante, puis le continent où est la nation, et pour finir le monde dont le continent fait partie.
Ainsi, à mesure que l’homme se développe et devient davantage capable de généralisation, il s’aperçoit que sa patrie complète et définitive, digne de lui, est la Terre dans toute sa rotondité, et que sur les territoires de l’homme définitif jamais ne se couche le soleil2.


Le cosmopolitisme, qu’il définit comme « le patriotisme universel et humain3 », était clairement multiscalaire ; il se déployait à tous les niveaux, du local au global, sans exclusivité. Selon lui, le patriotisme « chauvin et antisocial4 » était mort de ses excès – ce qui ne manquera pas, évidemment, de passer, un siècle et demi plus tard, pour une certaine naïveté. Cependant, il semblait croire, ou vouloir croire sincèrement à l’avènement d’une mondialité qui serait à l’échelle du globe ce qui se serait déjà produit sur le pourtour méditerranéen durant l’Empire romain :

Tout ce qui forme aujourd’hui le monde civilisé, dans le vieux continent – l’Europe, l’Asie et l’Afrique –, formait géographiquement le monde des Romains. Ils n’étaient pas un peuple : ils étaient un monde, un peuple-monde, qui tend à se reconstruire, autrement, sur la base de l’autonomie nationale de plusieurs peuples indépendants et séparés qui ont succédé au peuple romain sur ses territoires antiques.
Les États modernes, bien que indépendants, forment un seul monde par la solidarité de leurs intérêts qui les relient et les lient indissolublement5.

Désormais, pour Alberdi, « La grande phase de la démocratie moderne est la démocratie internationale, la venue au monde d’un gouvernement du monde, la souveraineté du peuple-monde, comme garantie de la souveraineté nationale6 ».

Cependant, son propos ne manque pas d’une certaine ambiguïté en présentant comme actuel ce qui reste en réalité de l’ordre du projet. Comme d’autres avant lui, Alberdi fait clairement preuve d’une conscience anticipante : « l’intuition d’un futur plus que probable7 », comme il l’écrit lui-même. En réalité, la gouvernance mondiale reste à faire :

À partir de maintenant, de grandes étapes conduisant et préparant l’union du genre humain (qui n’a jamais cessé d’être une unité multiple) et la formation d’autorités qui exercent leur souveraineté juridique dans la décision des contentieux partiels de ses membres, qui aujourd’hui se définissent par la force matérielle des participants, sont les suivantes :
Premièrement : la formation de grandes unités continentales, qui sont comme les sections du pouvoir central du monde. Les divisions de la Terre, qui sert de patrie commune du genre humain, en grands continents séparés, déterminent déjà cette manière de constituer l’autorité du monde en plusieurs vastes circonscriptions, humaines ou internationales.
Il est naturel tout au moins que ces grandes unions continentales ou sections précèdent dans leur formation la constitution d’un pouvoir central comme l’unité de chaque nation a précédé celle de tout l’univers, qu’on voit venir dans le futur dès l’époque à laquelle Grotius conçut le droit international comme le droit de l’humanité considérée dans son vaste ensemble.
À l’idée du monde-uni ou du peuple-monde a dû précéder l’idée de l’union européenne ou des États-Unis d’Europe, l’union du monde américain, ou quelque chose d’identique à une division interne et domestique, pour le dire ainsi, du vaste ensemble du genre humain en sections continentales, coïncidant avec les démarcations qui divisent la Terre qui sert de patrie commune du genre humain8.


Mais l’objectif reste bien la constitution d’« une espèce de fédération
comme les États-Unis de l’humanité », qui permettrait « un gouvernement international et commun de tous les peuples qui forment l’humanité », aboutissement de « la construction séculaire de ce grand édifice du peuple-monde9 ».

La notion de « peuple-monde » impliquait également le rejet de toute discrimination, qui était une problématique majeure en Amérique du Sud, entre blancs, noirs et Indiens. Alberdi rejette très fermement l’idée qu’il puisse y avoir deux droits, un « pour les Romains avec les Romains », un autre « pour les Romains avec les Grecs ou autres étrangers » ; et il condamnait en particulier l’esclavage au Brésil, où il ne fut interdit qu’en 1888. Il y avait là pour Alberdi un motif d’ingérence : « Ainsi s’explique le droit du monde à intervenir pour l’abolition de l’esclavage civil, crime commis contre l’humanité10. »

Mais dans cet ouvrage, c’est avant tout la guerre qui est dénoncée comme un « crime de lèse-humanité11 » ; c’est elle qu’il faut abolir. Les acteurs majeurs de ce nouvel ordre mondial devraient donc être les pays neutres, qui forment la majeure partie de la « société universelle », ou « société-monde ».

Les nations neutres, qui dans l’Antiquité n’étaient rien, aujourd’hui sont tout. Elles forment le tiers état [tercer estado] du genre humain, et exercent ou possèdent la souveraineté morale du monde12.

Cependant, Alberdi, dans un texte inachevé marqué par un certain désordre, laisse s’exprimer ses doutes.

La question est de savoir si la société des nations existe de nos jours, même si ce n’est que sur un mode embryonnaire ; ou si cette société est totalement absente.
Et avant cette question, une autre question : les nations entre lesquelles est réparti le genre humain, peuvent-elles former un seul corps à travers l’espace qui les sépare les unes des autres jusqu’à faire d’elles de simples points perdus dans l’espace immense de notre planète13 ?

La réflexion géographique sur la réduction de la distance est développée en plusieurs passages de son texte. Alberdi parle ainsi de la « suppression de l’espace14 », grâce, en particulier, au commerce, qui est le facteur majeur « d’unification et de pacification du genre humain », selon une conception libérale. Alberdi plaide pour la disparition de toute entrave au commerce : « L’unité du peuple-monde doit venir de la suppression de ces barrières fiscales, qui découpent l’intégrité du genre humain en autant de camps rivaux et ennemis » ; et s’enthousiasme pour les progrès techniques comme la télégraphie : « le télégraphe, supprimant l’espace, réunit les souverains en un congrès permanent et universel sans les faire sortir de leur palais15 » ; et les communications à vapeur : « La vapeur a non seulement supprimé la terre comme espace, mais aussi la mer16. » Celle-ci, « qui représente les deux tiers de notre planète, est le terrain commun du genre humain ». Il est bien conscient que la maritimisation des échanges accompagne la mondialisation.

Ainsi, l’ouverture du canal de Suez, qui unit les pays d’Orient à ceux de la Méditerranée, sert la mise en place de la justice du monde plus que tous les traités de droit international17.

Achevé en 1867, le canal de Suez fut inauguré en novembre 1869. Dans une lettre envoyée quelques jours après, Alberdi exprimait son enthousiasme : « Ce canal a mis en contact immédiatement et directement la Terre Sainte du mahométanisme et la Terre Sainte, et lors
de la fête d’inauguration se sont mêlées la croix et le croissant de lune en bénédiction à Dieu, pour le bénéfice de cette entreprise de civilisation qui tient à la paix des religions18. » À quelques jours du concile œcuménique qui s’ouvrit au Vatican le 8 décembre 1869, Alberdi y voyait un signe.

La foi chrétienne était l’avenir : « L’Évangile est le droit des gens moderne, c’est la véritable loi des nations civilisées19. » Le Christ a
bien dit de tendre l’autre joue ; la guerre ne peut donc qu’être considérée comme un crime. Alberdi appartenait à la « Génération de 37 », ce groupe d’intellectuels formé à Buenos Aires en 1837 dans la lignée de la révolution de mai 1810, et très marqué par la pensée de Saint-Simon. Ainsi n’hésite-t-il pas à écrire que « la vapeur est le bras du christianisme
20 ». « L’un a fait de la Terre la maison unique et commune du genre humain ; l’autre a proclamé une seule famille de frères tout ce que la vapeur amasse21. »

Selon un credo très libéral, ce sont donc le christianisme et le commerce qui devraient amener la paix dans le monde.

En 1911, Jean Jaurès prononça une série de conférences en Argentine. Malgré un positionnement politique clairement différent, il salua l’engagement d’Alberdi :

Parce qu’Alberdi a voulu la paix, parce qu’il a voulu le progrès de la production, parce qu’il a voulu que l’Amérique et l’Europe puissent communiquer librement, parce qu’il a compris que la paix est la condition indispensable au progrès normal de la civilisation à l’époque contemporaine, parce qu’il s’est exposé au nom de cet idéal aux outrages et aux accusations, je dis de lui qu’il a été un bon artisan de l’œuvre humaine, un des apôtres qui ont désiré la disparition de ce cauchemar terrible de la destruction et de la mort internationale22.


Le tissage du monde


Le XIXe siècle ne fut pas que le siècle des nationalités. Des intellectuels défendirent également l’internationalisme et se rencontrèrent. Centré sur l’Europe, ce mouvement restait à prétention universelle. Le juriste argentin Alberdi, alors réfugié en France, participa à penser le Monde en des termes particulièrement novateurs, mais restés sur le moment inédits et ignorés. Il n’en témoigne pas moins, comme Jaurès en sens inverse plus tard, des échanges intellectuels entre l’Europe et l’Amérique du Sud.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 36, combattre les Martiens. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 30, explorer les confins de la Sibérie.

L’ordonnancement du monde

Alberdi n’était pas le premier à plaider en faveur d’un droit international, contre la guerre, pour l’union et la concertation, mais certaines de ces formules restent particulièrement saisissantes par rapport à une réflexion qui s’est poursuivie tout au long du XXe siècle et jusqu’à aujourd’hui.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 38, acclamer la victoire japonaise. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 33, célébrer l’anglobalization.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (9 juin 2022). Chapitre 35. 1869 – Le peuple-monde. Carnets de géohistoire. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p01e


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.