Chapitre 36. 1897 – La guerre des mondes

LA GUERRE DES MONDES PARUT D’ABORD sous la forme de feuilleton dans Pearson’s Magazine entre avril et décembre 1897, ce dont Le Temps, en France, rendit compte immédiatement dans une note de lecture du 17 décembre de cette même année : « Les Anglais, peuple de poètes et de philanthropes, sont en train de s’intéresser beaucoup, depuis quelque temps, à une race qui a sur toutes les autres l’avantage de se prêter infiniment mieux à leur sympathie et de ne leur ménager aucune déception : c’est, à savoir, la race des Martiens, ou habitants de la planète Mars1. » De fait, si le regard de H.G. Wells se porta alors sur Mars, ce ne fut pas tout à fait un hasard. Depuis que l’astronome italien Giovanni Schiaparelli avait observé, en 1877, de grandes traces rectilignes sur la surface de la planète rouge, qu’il désigna sous le terme de « canaux » (canali), l’imagination allait bon train. Mars était-elle habitée ? En 1895, Percival Lowell émit l’hypothèse qu’il s’agissait là de véritables canaux, traces d’une civilisation en butte à la désertification de son monde. Une décennie plus tard, la démonstration fut faite que ces canaux n’étaient le fruit que d’une illusion d’optique. Mais cela importait peu. Les Martiens étaient nés.

L’intérêt du roman de H.G. Wells est ailleurs, moins dans son imaginaire extraterrestre que dans ce qu’il révèle d’une prise de conscience planétaire. En cette fin du XIXe siècle, la puissance britannique dominait le monde, à l’horizon clos sur lui-même ; d’où pouvait donc surgir une menace ? De Mars. C’était l’idée lumineuse de H.G. Wells.

Vue sous l’angle de l’histoire globale, elle paraît doublement intéressante. D’une part, l’invention d’un ennemi extraterrestre commun à l’humanité – même si dans le roman, les Martiens ne s’en prennent qu’aux seuls Anglais – peut être interprétée comme l’expression d’une conscience globale qui se diffusait progressivement et s’exprimait différemment, pas forcément de façon explicite. D’autre part, le discours de H.G. Wells est nourri par l’histoire de la mondialisation passée. On pourrait ainsi reprendre la très belle formule de Montaigne, dans les Essais : « Notre monde vient d’en trouver un autre. » Cet événement, à peu près unique, se répète ici, mais de façon inversée, avec les humains dans le rôle des Amérindiens.

H.G. Wells se faisait ainsi l’écho, certes feutré, de toute une réflexion entamée dès le XVIe siècle sur les exactions commises par les Européens en ces nouveaux mondes qu’ils découvraient. Or, malgré ces condamnations, les massacres se répétaient au XIXe siècle – et ont continué par la suite. C’est ainsi que le narrateur interpelle le lecteur, au début du roman :

Et avant de les juger trop durement, nous devons nous remémorer combien furent impitoyables et totales les destructions accomplies par notre propre espèce, non seulement sur des espèces animales, comme le bison et le dodo, disparus, mais sur les races humaines inférieures. Les Tasmaniens, en dépit de leur ressemblance humaine, furent entièrement balayés du monde en l’espace de cinquante ans dans une guerre d’extermination menée par les immigrants européens. Sommes-nous de tels apôtres de la miséricorde que nous puissions nous plaindre de ce que les Martiens aient fait la guerre dans le même esprit2 ?

Le propos éminemment raciste, reflet d’un colonialisme justifié par une idéologie pseudo-naturaliste, fait allusion à la disparition des dodos sur l’île Maurice et au génocide de la population aborigène de Tasmanie. Le dodo, volatile non volant, décrit pour la première fois sur l’île Maurice par un navigateur néerlandais, Wybrand van Warwijck, en 1598, avait disparu moins d’un siècle plus tard. Tous avaient été chassés, mangés et on ne redécouvrit le dodo qu’au XIXe siècle, où il devint le symbole des espèces victimes de la prédation humaine.

L’histoire des habitants de la Tasmanie est autrement plus triste. L’île, située au sud de l’Australie, fut aperçue en 1642 par un navigateur néerlandais, Abel Tasman, mais ce n’est qu’au tout début du XIXe siècle qu’une première colonie, britannique, s’y installa – en 1803. En trente ans, les quelques milliers d’Aborigènes qui peuplaient l’île moururent, soit des maladies apportées par les Européens, soit des colons qui les assassinaient froidement, au cours de ce qu’on appelle parfois la « Guerre noire » (Black War). En 1833, un peu plus de deux cents survivants furent regroupés dans un camp, sur Flinders Island, où ils dépérirent. La dernière Aborigène, « Lalla Rook », Truganini de son vrai nom, s’éteignit en 1876. La disparition totale de cette population, avec ses langues et sa culture, ce que certains qualifient aujourd’hui de génocide, était la terrible illustration d’une logique qu’on retrouvait ailleurs depuis trois siècles. En 1894, Élie Reclus avait consacré un ouvrage au Primitif d’Australie, il y citait une expression attribuée aux Tineh d’Amérique boréale, qui appelaient les Européens les Ewie Daetlini, « ceux qui traînent la mort après eux3 », en raison des maladies qu’ils apportaient, et dénonçait « les coups d’une Civilisation dont les campagnes, dites pacifiques, sont plus meurtrières que ne fut jamais guerre entre sauvages4 ». Il annonçait un retournement à venir :

Peau-Noire et Peau-Rouge sont expulsés de la terre qui les vit naître, et envoyés mourir au désert. Dans leur héritage les aventuriers de l’industrie se taillent des royaumes. Mais le crime d’aujourd’hui amène la vengeance de demain5.

L’originalité de H.G. Wells est donc d’avoir détourné cette menace, potentielle, post-coloniale dirait-on peut-être aujourd’hui, en une agression menée par des envahisseurs venus de l’espace et présentés comme étant en avance, technologiquement mais aussi anatomiquement. Cependant, en faisant de cette problématique une œuvre de science-fiction, en l’externalisant au-delà de l’orbe terrestre et donc du probable, on peut penser qu’il l’a aussi déréalisée par rapport au monde sublunaire, et dépolitisée.

La morale de l’histoire, développée dans l’épilogue, apparaît ainsi totalement fictive :

En tout cas, que nous attendions ou non une autre invasion, ces événements nous obligent à modifier grandement nos vues sur l’avenir humain. Nous avons appris que désormais nous ne pouvons plus regarder notre planète comme un espace clôturé et comme une demeure sûre pour l’Homme ; jamais nous ne serons en mesure d’anticiper le bien ou le mal invisible qui peut tout à coup tomber sur nous hors de l’espace6.

Néanmoins, sur le plan de l’imaginaire populaire, le roman d’H.G. Wells marqua une étape dans la prise de conscience d’un destin collectif pour des humains qui habitent la même Terre, même si la menace ne viendra pas de Mars. Et ceci est d’autant plus significatif qu’il n’était pas le seul.

En Allemagne, la même année, en 1897, Kurd Lasswitz publiait un roman, Auf zwei Planeten, « Les deux planètes », jamais traduit en français. L’idée était exactement la même que celle de H.G. Wells : des Martiens arrivaient sur Terre, s’installaient au pôle Nord et prenaient le contrôle progressif de toute la planète. L’auteur appliquait ainsi à la Terre et aux humains dans leur ensemble tout le processus de colonisation que les puissances européennes mettaient alors en œuvre en Afrique. La science-fiction n’est pas que l’exploration ludique d’un futur possible, elle est d’abord un miroir tendu aux contemporains. Ainsi, à l’image ce qui a pu se pratiquer à la fin du XIXe siècle et encore au début du XXe siècle, sur Mars, un musée de la Terre est ouvert, permettant de prendre connaissance des paysages, de la flore, de la faune, des habitants. Au théâtre, on rejoue la rencontre avec les Terriens, notamment la confrontation avec les soldats anglais, qui, « figures grotesques, vrais diables, dans des vêtements improbables, balançant leurs fusils, ont exécuté une danse de guerre sauvage7 », provoquant l’hilarité moqueuse des spectateurs, tandis que la scène suivante de capture des Martiens, forcément scandaleuse car immorale, suscite l’indignation et la colère. Comme le commente une Martienne, « depuis cet incident, malheureusement, l’avis est répandu dans une partie de la presse que les hommes ne doivent pas être considérés comme des êtres rationnels et traités à droits égaux ». D’autant que les Terriens se montrent belliqueux.

Kurd Lasswitz imagine l’effondrement de l’Empire britannique et le chaos géopolitique mondial qui s’ensuit. Les autres puissances se déchirent pour les possessions britanniques. La France, l’Italie, l’Allemagne, l’Autriche, la Russie entrent en conflit en Afrique, en Asie, en Turquie, au risque qu’une guerre mondiale éclate. L’Empire ottoman, privé de la protection britannique, attisant le fanatisme musulman, provoque le massacre des chrétiens et l’intervention militaire des autres puissances européennes. Les mosquées et palais de Constantinople sont en ruines. Face à ce désordre, les Martiens décident d’intervenir. Un décret est pris : « Puisque les humains ne sont pas capables, de leur propre chef, de maintenir entre eux une culture pacifique, le gouvernement des États martiens est contraint de proclamer “le protectorat sur toute la Terre” et d’interdire toute action politique entre les États terrestres sans accord préalable des États martiens8. » Le désarmement est imposé et une conférence de la paix est organisée au pôle Nord de la Terre. La pacification est l’arme de la conquête coloniale.

Cependant, contre ce protectorat martien, une résistance s’organise. « Tandis qu’une rage impuissante contre Mars bouillonne dans les âmes, les cœurs s’accrochent à l’espoir d’un avenir meilleur et un idéal puissant souffle dans les esprits : que la paix soit sur Terre en sorte que la Terre appartienne aux hommes9 ! » Une alliance secrète se met en place, « entre toutes les nations et les tribus, entre toutes les classes sociales et les niveaux d’enseignement1010 ». Dans la forêt, aux États-Unis, des ingénieurs parviennent à copier la technologie des colonisateurs et finalement, à l’utiliser contre eux, permettant la libération de la Terre.

Mais ce n’est pas un simple retour à la situation initiale. Les États concluent entre eux une alliance de paix qui embrasse la Terre civilisée, « un nouvel esprit emplit l’humanité, [qui] courageuse, lève la Terre dans la paix, la liberté et la dignité11 ». Le mondialisme a permis à la fois l’anticolonialisme contre les envahisseurs martiens et le dépassement des nationalismes antagonistes. Le livre se termine sur la paix mondiale, die Weltfrieden.

Comme dans le roman d’H.G. Wells, les Terriens s’en sortent bien, mais dans la fiction de Kurd Lasswitz, ils ont appris à s’organiser. Face à l’ennemi d’outre-Monde, ils se sont unis. C’était une préoccupation réelle en cette fin du XIXe siècle, du moins de la part de certains.


L’outrepassement du monde


La planète a fini par présenter un horizon limité. On pouvait continuellement faire le tour du globe et avoir l’impression que l’horizon sans cesse se dérobe, le Monde terrestre n’en était pas moins fini. Restait donc l’horizon interplanétaire et la fiction. Mais ce n’est pas pour imaginer une colonisation vers l’ailleurs. Au contraire, dans ces miroirs tendus aux contemporains, c’est la colonisation européenne elle-même avec ses conséquences meurtrières qui est remise en question.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 39, vous heurter aux barreaux de la cage. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 34, faire de plus en plus vite le tour de la cage.

Le tissage du monde

Conquérir ou être conquis. Comme l’écrivait Fernand Braudel, le choc des mondes a souvent été violent. Les Européens le savaient d’autant mieux que depuis quelques siècles, ils étaient partis à l’assaut des différentes régions du globe. La fiction d’une Terre envahie était un miroir critique en faveur d’une autre mondialisation, fondée sur l’union des peuples.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 40, défendre la mise en communication des hommes, dans la paix et pour la paix. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 35, rêver des États-Unis du monde.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (7 juin 2022). Chapitre 36. 1897 – La guerre des mondes. Carnets de géohistoire. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p01d


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.