Chapitre 42. 1943 – Globalivernes

LE 9 FÉVRIER 1943, À LA CHAMBRE des représentants des États-Unis, la républicaine Clare Boothe Luce, nouvellement élue, fit son premier discours, son maiden speech. La guerre n’était pas finie, pourtant les discussions étaient déjà vives concernant l’après-guerre. Elle s’en prit donc à Roosevelt et à Churchill, à la naïveté de la Charte de l’Atlantique, au combat pour les Quatre libertés, et plus encore à l’alliance avec Staline, « le maître de Moscou et le galant conquérant de Stalingrad1 », dont il fallait craindre les « oukases » et dont on ne savait encore si on le rencontrerait « sur la Vistule, ou sur le Rhin, ou sur la Seine, ou à la Grande Muraille de Chine, ou sur le fleuve Jaune, ou à Tōkyō ». Elle en appelait au réalisme. Mais cela l’amenait à récuser également l’isolationnisme traditionnel des républicains, car on ne pouvait plus ignorer la mondialisation.

Le mot lui-même, enfin son équivalent anglais, globalization, n’avait pas encore été créé. Sa première utilisation attestée est un peu plus tardive. En octobre 1944, lors d’une conférence prononcée à Colorado Springs, Manley O. Hudson, membre de la Cour permanente de justice internationale et de l’Institut de droit international, parla « des nouveaux dangers que le monde a rencontrés avec la mécanisation et la globalisation de la guerre2 ». Par « globalisation », Hudson entendait clairement l’extension de la guerre à l’échelle du globe. Son propos s’inscrivait dans un discours général sur la guerre, qualifiée de « globale » (« global war ») depuis fin 1941. C’est ainsi que Franklin D. Roosevelt s’exprimait le 23 février 1942, lors d’une « causerie au coin du feu », la première depuis l’entrée en guerre des États-Unis :

Cette guerre est une nouvelle sorte de guerre. Elle est différente de toutes les autres guerres du passé, non seulement par ses méthodes et par ses armes, mais aussi par sa géographie. C’est la guerre dans chaque continent, chaque île, chaque mer, chaque ciel du monde. C’est la raison pour laquelle je vous ai demandé de sortir et d’étendre devant vous une carte de toute la Terre, et de suivre avec moi les références que je vais faire aux lignes de front de cette guerre qui encercle le monde3.

La guerre était globale. Mais elle était plus encore le révélateur de la globalité du monde. Nickolaus L. Engelhardt, dans un atlas publié en 1943 et intitulé Toward New Frontiers of Our Global World, « Vers les nouvelles frontières de notre monde global », résumait cette situation nouvelle :

Le Monde a rétréci en taille. Nous ne pouvons plus penser en termes de nations isolées ou même de continents isolés. L’âge de l’air [Air Age] a commencé. Aujourd’hui, les nations autour du Monde sont reliées entre elles de façon plus serrée que l’étaient New York et Boston durant notre propre lutte « pour former une union parfaite4».

Packard L.O, Overton B., Wood B.D., 1944, Our Air-Age World. A Textbook in Global Geography, New York, The Macmillan Company.

L’âge de la globalité était en fait celui de l’aéronautique. C’est le titre d’un atlas publié en 1944 par Grace C. Hankins : Our Global World. A Brief Geography for the Air Age, « Notre monde global. Brève géographie pour l’âge de l’air5».

Les réseaux des compagnies aériennes s’étaient rapidement étendus durant les années 1920 et 1930. En novembre 1935, un hydravion, le China Clipper, permit la traversée de l’océan Pacifique entre San Francisco et Manille ; en mai 1936, c’est le zeppelin Von Hindenburg qui assura la traversée transatlantique entre Francfort et Lakehurst. Ce que le journaliste américain John E. Lodge célébra en ses termes : « Le Phileas Fogg de 1936 peut acheter ses tickets à l’avance et peut accomplir un tour du Monde par les airs en tout confort6. »

Durant la guerre, Wendell Willkie, l’ancien candidat républicain aux élections présidentielles de 1940, désormais rallié à F.D. Roosevelt, accomplit un tour du monde en quarante-neuf jours, du 26 août au 14 octobre 1942, mais seulement 160 heures de vol. Il était chargé de rencontrer les principaux alliés des États-Unis. Il fit le récit de son voyage dans un ouvrage publié en 1943 sous un titre qui en résumait l’idée principale : One World, « Un seul monde » : « Si j’avais eu quelques doutes sur le fait que le monde était devenu petit et complètement interdépendant, ce voyage les aurait complètement dissipés7. » Il plaida dès lors pour une « pensée mondiale »(global thinking).

Wendell L. Willkie, 1943, One World, New York, Simon and Schuster.

Archibald MacLeish, poète, bibliothécaire du Congrès mais aussi directeur adjoint de l’Office of War Information, célébra lui aussi la géographie globale :

Jamais, dans toute leur histoire, les hommes n’ont pu vraiment concevoir le monde comme un : une seule sphère, un globe ayant les qualités d’un globe terrestre, une terre ronde dans laquelle toutes les directions éventuellement se rencontrent, dans lequel il n’existe pas de centre parce que chaque point, ou aucun, est le centre8.

L’avion semblait ouvrir l’horizon des hommes en les arrachant à la terre.

Dans un article paru en février 1941, Henry Luce, magnat de la presse, avait appelé à entrer dans le « siècle américain » :

Dans le domaine de la politique nationale, le problème fondamental de l’Amérique a été, est, que, tandis que leur nation devenait au cours du XXe siècle la nation la plus puissante et la plus vitale dans le monde, les Américains étaient cependant incapables de tenir compte spirituellement et pratiquement de ce fait. Aussi, n’ont-ils pas réussi à jouer leur rôle en tant que puissance mondiale – un échec qui a eu des conséquences désastreuses pour eux-mêmes et pour l’humanité tout entière. Et le remède est le suivant : accepter sans réserve notre devoir et notre opportunité en tant que nation la plus puissante et vitale dans le monde, et en conséquence exercer sur le monde tout le poids de notre influence, aux fins qui nous agréent et par les moyens qui nous agréent. […] Une fois que nous cesserons de nous distraire avec des arguments ineptes sur l’isolationnisme, nous serons surpris de découvrir qu’il existe déjà un immense internationalisme américain. Le jazz américain, les films d’Hollywood, l’argot américain, les machines américaines et les produits brevetés, sont en fait les seules choses que chaque communauté dans le monde, de Zanzibar à Hambourg, reconnaît en commun. Aveuglément, sans le vouloir, par hasard et vraiment en dépit de nous-mêmes, nous sommes déjà une puissance mondiale par toutes les manières triviales – par les manières très humaines. Mais il y a beaucoup plus que cela. L’Amérique est déjà la capitale intellectuelle, scientifique et artistique du monde9.

Un an plus tard, en mai 1942, le vice-président Henry A. Wallace prenait le contre-pied de Henry Luce en affirmant que « le siècle où nous entrons – le siècle qui va sortir de cette guerre – peut et doit être le siècle de l’homme commun10 » ; et non, donc, celui seulement des Américains. Il y avait une part d’idéalisme dans cette vision d’un monde où toutes les nations seraient à égalité, vision qui se diffusait grâce à une multitude de cartes nouvelles et aux manuels scolaires œuvrant à l’éducation de citoyens du monde. Comme l’écrivit un groupe de professeurs du district de Philadelphie dans un plan pour l’éducation d’après-guerre publié en 1944, il fallait apprendre « à vivre dans un monde interdépendant dans lequel la conquête de l’espace fait de tous les hommes, partout, des voisins11 ». C’est ce que certains appelaient le mondialisme, « globalism ».

Or le discours de Clare B. Luce, l’épouse de Henry Luce, en février 1943, s’en prenait directement à ce globalisme et elle qualifia la « pensée globale » du vice-président Henry A. Wallace de « globalivernes », « globaloney ». Le mot, qu’elle inventait, fit sensation et cristallisa un débat qui dura plusieurs mois. L’enjeu était la sécurité du monde d’après-guerre. Alors que Henry A. Wallace plaidait pour la libre circulation dans les airs, calquée sur la libre circulation sur les mers, Clare B. Luce mettait en garde contre la naïveté qui consisterait à ouvrir le pays à la concurrence étrangère, au détriment des intérêts commerciaux états-uniens, et à faciliter une éventuelle attaque aérienne ennemie. La représentante entendait se placer dans un juste milieu entre les isolationnistes et les utopistes. En cela, elle entérinait le fait que les États-Unis ne pouvaient plus se considérer comme une île, alors que l’évolution allait clairement vers une unification et un rétrécissement du globe. Mais ce qu’elle instillait, c’était le doute et la suspicion à l’égard de l’URSS totalitaire et de Staline.

Le globalisme fut perçu par des républicains comme une forme d’internationalisme et dénoncé comme tel. En 1944, John T. Flynn, journaliste et membre du bureau en charge de l’éducation supérieure à la municipalité de New York, connu pour son anticommunisme, dénonça, dans une lettre destinée aux membres du Congrès et intitulée Bureau of Globaloney (« Bureau des globalivernes »), la propagande qu’aurait menée l’Office de l’éducation des États-Unis afin de diffuser l’internationalisme et la « globaloney faith ». Il s’en prit notamment à Walter Kochnig, un professeur autrichien réfugié aux États-Unis12. Autre exemple, le projet éducatif lancé par l’UNRRA, l’Administration des Nations Unies pour le secours et la reconstruction, en mai 1944, porté par le représentant démocrate J. William Fulbright et Archibald Macleish : « Aujourd’hui, la petite école rouge a pris sa place à côté du quart de lait pour tous dans le monde du vice-président Wallace. Les internationalistes ont lancé leur campagne pour donner la culture et la lumière au monde à travers un “UNRRA éducatif” – aux frais des contribuables américains13. » On critiquait les bons sentiments des globalistes, comme cette lectrice du Chicago Tribune citant le rabbin Barnett R. Brickner de retour d’une longue tournée auprès des armées : « Vous ne faites pas un homme à l’esprit global en le balançant en Inde ou dans la jungle14. »

La fin de la guerre remit en question ce globalisme. Pour certains, celui-ci, pleinement synonyme d’internationalisme, devait être combattu avec virulence dans un contexte marqué par la mise en place de la guerre froide. En 1947, le Chicago Tribune publia une série d’articles violents qui s’en prenaient à l’enseignement reçu et notamment à la National Education Association, la plus grande organisation syndicale du pays :

Dans les écoles publiques, les enfants américains sont endoctrinés par le communisme, le socialisme, le globalisme, et la vénération pour la politique radicale gouvernementale du New Deal à travers les manuels qu’ils utilisent en classe 15.

Pourtant, sur le plan géopolitique, par la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis étaient clairement entrés dans un âge global et la guerre froide ne pouvait pas être comprise sans la prise de conscience de la mondialisation. Les sondages successifs réalisés depuis 1947 par le Chicago Council on Global Affairs montraient ainsi que la majorité de l’opinion publique états-unienne était favorable à une participation active aux affaires du monde (plus de 60 %).

Il y a un point, toutefois, qui ne pouvait être discuté. En 1940, une
partie de la population des États-Unis redoutait une attaque du
pays. « L’Amérique peut-elle être bombardée ? », telle était la question
posée par l’exposition organisée en avril 1941 au Science Museum of the St. Paul Institute, à Saint Paul, dans le Minnesota. Sa popularité semble avoir été assez grande car elle tourna ensuite dans plusieurs villes du Nord-Est des États-Unis. Après 1945, dans le contexte nouveau de la guerre froide, ce risque d’un bombardement était encore plus grand. Les États-Unis étaient plus que jamais à portée d’avion.


L’outrepassement du monde

La première circumnavigation aérienne a sombré dans l’oubli, comme la plupart de cette épopée de la première moitié du XXe siècle. Pourtant, le développement de l’aviation avait ouvert une nouvelle frontière. Dans un monde qui semblait désormais clos sur lui-même, l’avion était une sorte d’échappatoire et offrait un nouveau regard sur le monde. De l’impossibilité de restreindre son horizon, de s’isoler.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 45, observer l’orbe terrestre depuis l’espace. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 39, glorifier la conquête de l’espace terrestre.

Le rétrécissement du monde

L’avion a été un formidable accélérateur de la mobilité humaine. Il a pu donner l’impression de considérablement réduire les distances, mais il avait un coût et cette mobilité demeurait un privilège. L’« âge de l’air » n’était pas une mondialisation pour tous.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 47, au temps du cloisonnement du monde. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 41, au temps du morcellement du monde.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (1 juin 2022). Chapitre 42. 1943 – Globalivernes. Carnets de géohistoire. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p016


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.