Chapitre 43. 1950 – Sous le drapeau de l’ONU

DANS TOUS LES PAYS, LE DRAPEAU national est un signe de fierté et de patriotisme. Mais il y a un seul drapeau qui appartient à tous. Ce drapeau bleu de l’Organisation des Nations Unies était une bannière d’espoir pour moi pendant mon enfance dans une Corée en guerre1. » C’est ainsi que le 24 octobre 2015, Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU, s’exprimait à l’occasion des soixante-dix ans de sa création.

Ce drapeau, tout le monde le connaît : sur un fond bleu ciel, une carte du monde en blanc, cernée d’un rameau d’olivier. Il avait été défini pour la première fois dans un rapport du Secrétaire général en date du 15 octobre 1946 : « Une carte du monde figuré en projection azimutale équidistante ; le pôle Nord servant de centre ; autour de la carte, une couronne de branches d’olivier stylisées et croisées ; le tout en or sur un champ gris-bleu, les mers en blanc. La projection de la carte s’étend jusqu’au 40e degré de latitude Sud, et comprend quatre cercles concentriques2. »

Cet emblème dérivait d’un dessin créé en avril 1945 par les membres de la section des présentations graphiques du Bureau des services stratégiques des États-Unis en vue de créer un badge pour les participants à la conférence de San Francisco. Réunie d’avril à juin 1945, celle-ci s’était achevée par la création de l’Organisation des Nations Unies. On retrouve le même dessin sur la couverture et sur la première page de la charte adoptée le 26 juin 1945. Cependant, dans cette première version, la carte, centrée sur le pôle Nord, était axée sur les États-Unis, ce qui peut se comprendre par la localisation de la conférence inaugurale et par le rôle joué par les États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale.

La projection azimutale, rare, a le mérite de montrer la totalité du globe dans sa rotondité. On peut évidemment penser qu’il y a un lien avec la forme de l’objet, la circularité d’une telle carte l’inscrivant parfaitement dans le badge. Mais le choix d’une projection azimutale révèle surtout l’influence d’un cartographe « non conventionnel », Richard E. Harrison, qui, durant la Seconde Guerre mondiale, a produit un grand nombre de cartes publiées dans la revue Fortune Magazine, dont certaines ont été rééditées avant même la fin du conflit. Or, parmi celles-ci, une en particulier a connu un très grand succès. Réalisée en août 1941, elle montre le monde selon une projection azimutale équidistante centrée sur le pôle Nord, ce qui permettait d’embrasser le globe, et donc la guerre, d’un seul coup d’œil. Une seconde version, actualisée, fut publiée en mars 1942, avec pour titre : « One World, one War ».

Cette nouvelle vision du monde est à mettre en relation avec le conflit en cours, mais aussi avec le développement de l’aviation, comme l’attestent les titres de quelques atlas parus en 1943-1944 : Toward New Frontiers of Our Global World, « Vers les frontières nouvelles de notre monde global » ; Our Global World. A Brief Geography for the Air Age, « Notre monde global. Une brève géographie pour l’âge de l’air » ; Atlas of Global Geography, « Atlas de géographie globale » ; Our Air-Age World, A Textbook in Global Geography, « Notre monde à l’âge de l’air. Manuel de géographie globale3 ».

Cependant, le rapport du 15 octobre 1946 réaffirmait le caractère provisoire de l’emblème utilisé jusqu’alors et la nécessité pour les Nations Unies de se doter d’un sceau et d’un emblème officiels. Le choix était ouvert. « Les Nations Unies ne sont nullement engagées à employer ce dessin ou tout autre dessin déterminé, et l’Assemblée générale doit se considérer comme libre d’adopter le dessin, quel qu’il soit, qu’elle juge le meilleur4. »

En novembre 1946, deux projets furent proposés par la sixième commission, en charge des questions juridiques ; le second fut adopté le mois suivant. Par rapport au dessin de 1945, la carte avait été modifiée de manière à comprendre tous les pays jusqu’au soixantième parallèle, au lieu du quarantième, et elle était axée sur le méridien de Greenwich, pour représenter les pays « autant que possible, dans la position qu’ils occupent par rapport aux points cardinaux5 ». L’extension de la carte du 40e au 60e degré de latitude Sud se comprend aisément. L’ensemble des terres habitées est en effet situé en deçà du 60° parallèle. Cela laisse toutefois de côté l’Antarctique, alors terra nullius, qui ne fit l’objet d’un traité juridique international qu’en 1959, quoique toujours en marge de l’ONU. Quant à la justification donnée du pivotement appliqué à la carte, elle est étonnante et n’a tout bonnement aucun sens : dans une projection polaire, les points cardinaux n’ont aucune valeur. Ce qu’il faut évidemment comprendre, c’est que la nouvelle carte, beaucoup plus proche d’une carte traditionnelle de type Mercator, heurte moins la vision européenne du monde : l’Europe est toujours « au centre », l’Amérique « à gauche », l’Afrique « en bas » et l’Asie « à droite ».

Peut-être faut-il voir derrière cette argumentation bancale, pour ne pas dire fallacieuse, une volonté de rééquilibrer la carte entre les États-Unis et l’URSS. Le premier dessin avait été créé aux États-Unis au début de l’année 1945, en pleine guerre. Un an plus tard, le contexte géopolitique n’était plus le même. Les tensions s’étaient exacerbées et ne se cachaient plus sous le voile d’une alliance de circonstance.

Le 20 octobre 1947, un drapeau fut adopté par l’Assemblée générale des Nations Unies ; son dessin reprenait celui de l’emblème de l’ONU, au centre d’un fond bleu pâle. La carte était devenue drapeau.

***

Au National Army Museum, à Waiouru, en Nouvelle-Zélande, il y a un drapeau de l’ONU. Il est plié, ne laissant voir qu’une partie du monde, centrée sur la Nouvelle-Zélande. Il a été donné le 9 juillet 1952 par le capitaine R.J. Smith, qui avait été officier à l’Incheon Rest Centre, en Corée du Sud, pendant la guerre. Celle-ci avait débuté le 25 juin 1950 par l’offensive nord-coréenne contre son voisin du Sud. Elle était la conséquence de la division de la Corée à la fin de la Seconde Guerre mondiale, elle était à l’image de la division du monde en deux camps autour des deux superpuissances qui se disputaient le globe, les États-Unis et l’URSS.

La réaction des États-Unis fut rapide. Dès le 27 juin 1950, en l’absence du représentant de l’URSS, ils obtinrent du conseil de sécurité de l’ONU le vote d’une résolution condamnant l’agression de la Corée du Sud, puis, le 7 juillet, la mise sur pied d’une force militaire dont ils reçurent le commandement. Seize pays y participaient, dont la Nouvelle-Zélande. Incheon, sur la côte ouest de la Corée, fut le lieu de débarquement d’un corps expéditionnaire pour devenir une deuxième tête de pont pour les forces onusiennes.

Il ne s’agissait pas de « Casques bleus », qui ne furent créés qu’en 1956 à l’occasion de la crise du canal de Suez. Cependant, comme il fut clairement spécifié dans la résolution 84 du 7 juillet 1950, le conseil de sécurité autorisa « le commandement unifié à utiliser à sa discrétion, au cours des opérations contre les forces de la Corée du Nord, le drapeau des Nations Unies en même temps que les drapeaux des diverses nations participantes6 ». Les soldats se battirent donc sous drapeau de l’ONU.

Le fait est important. L’Organisation des Nations Unies avait été créée en juin 1945 dans le but de « maintenir la paix et la sécurité internationales et à cette fin [de] prendre des mesures collectives efficaces en vue de prévenir et d’écarter les menaces à la paix et de réprimer tout acte d’agression ou autre rupture de la paix7 ». Dès le 29 mai 1948, une résolution avait appelé les gouvernements impliqués à cesser les hostilités en Palestine et mettait à disposition du médiateur des Nations Unies en Palestine un certain nombre d’observateurs militaires. L’organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve (UNTSO en anglais) existe toujours.

En juin 1950, le conseil de sécurité s’engageait pleinement dans l’aide à la République de Corée pour se défendre militairement, « pour repousser les assaillants et rétablir dans cette région la paix et la sécurité internationales8 ». Ceci amena, sur la proposition du secrétaire d’État Dean Acheson, à modifier le chapitre VII de la charte, « Action en cas de menace contre la paix, de rupture de la paix et d’acte d’agression ». La résolution 377 « Union pour le maintien de la paix » modifia les compétences de l’Assemblée générale. Celle-ci, en l’absence d’unanimité au sein du conseil de sécurité alors que la paix était menacée ou rompue, pouvait immédiatement examiner la question en session extraordinaire d’urgence pour faire des propositions sur les mesures collectives à prendre.

Mais tout le monde n’approuvait pas cette évolution. Durant ces années-là, le Premier ministre indien, Jawaharlal Nehru, en fidèle disciple de Gandhi, exprima à plusieurs reprises son opposition à cette militarisation de la défense de la paix et à l’impérialisme états-unien au détriment de la Chine nouvellement communiste, rejetée de l’ONU et considérée comme la responsable de cette guerre. En décembre 1950, lors d’un discours au Parlement, il insista sur son attachement à trouver une solution négociée à ce conflit.

Une simple phrase peut résumer ce qui est, aujourd’hui, le principal problème dans les relations internationales : la paix ou la guerre. Celle-ci, si elle vient, sera une guerre écrasante et englobante, une guerre qui apporterait une destruction totale du monde et qui probablement ruinerait la fière structure de la civilisation moderne. […] Je suis sûr que les peuples dans le monde entier veulent la paix et sont anxieux d’éviter la guerre. Et pourtant, la peur et la suspicion nous ont saisis ; chaque pas qu’une partie fait ajoute à la peur et à la suspicion et ainsi la catastrophe se rapproche inévitablement comme une tragédie grecque9.

Dès le mois de mai 1950, avant que la guerre éclate, dans un discours radiodiffusé à New York, Nehru avait pointé du doigt la contradiction pour l’Organisation des Nations Unies, fondée sur l’idée qu’il n’y avait qu’un seul monde (One World), à exclure certaines nations.

Certains pensent que dans les circonstances actuelles, il est presque inévitable que le monde doive se diviser en deux camps hostiles et que chaque pays doive s’aligner d’un côté ou de l’autre. L’hostilité, sans nul doute, existe mais il y a plusieurs pays qui refusent de s’aligner ainsi10.

Commentant, en off, la résolution 377 « Union pour le maintien de la paix », Nehru affirma qu’utiliser des forces militaires onusiennes pour combattre une agression était « une mauvaise approche » et que « c’était comme convertir l’ONU en une version élargie du Pacte Atlantique, et faire de celle-ci une organisation militaire, au lieu d’une organisation dévouée à la paix internationale11 ». Les États-Unis auraient même envisagé d’accorder à l’Inde une place au conseil de sécurité, que Nehru aurait refusée, par égard pour la République populaire de Chine.


La représentation du monde

Le drapeau de l’ONU n’attire plus guère l’attention. On l’a vu et revu. Pourtant, c’est une belle carte du monde, dessinée selon une projection qui reste rare. L’emblème de l’ONU disait bien la conscience d’une monde unifié, « One World », que la Seconde Guerre mondiale avait cristallisée. C’était l’image d’un monde en paix. Mais en 1950, celui-ci était déjà divisé en deux blocs, sinon trois.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 45, surplomber la Terre. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 39, cartographier la totalité de l’espace planétaire.

L’ordonnancement du monde

L’Organisation des Nations Unies, fondée en 1945, était l’aboutissement de rêves anciens, alors que la Seconde Guerre mondiale n’était même pas terminée. Elle était voulue pour préserver la paix, comme la Société des Nations avant elle. Pourtant, très rapidement, on se heurta à la guerre, en Palestine puis en Corée. Là, furent envoyés des observateurs ; ici, des troupes, au risque de contredire la mission de l’ONU.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 44, assister à l’émergence d’un troisième bloc. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 41, discuter de la nécessaire division du monde en grands espaces.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (31 mai 2022). Chapitre 43. 1950 – Sous le drapeau de l’ONU. Carnets de géohistoire. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p015


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.