Chapitre 44. 1955 – Bandung, le rendez-vous du tiers monde

LE 18 AVRIL 1955, SUKARNO, premier président de l’Indonésie indépendante, ouvrit à Bandung « la première conférence intercontinentale des peuples de couleur dans l’histoire de l’humanité1 ». Tout l’événement a peut-être été là, dans l’acte même de se rencontrer, et de dire cette rencontre. À l’invitation des gouvernements de Birmanie,de Ceylan, de l’Inde, d’Indonésie et du Pakistan, les représentants de vingt-neuf pays d’Afrique et d’Asie se réunirent pendant plusieurs jours à Bandung, sur l’île de Java. Parmi eux, quelques grandes figures politiques : outre Sukarno, Nasser, le président de l’Égypte, Nehru, Premier ministre de l’Inde, Zhou Enlai, ministre des Affaires étrangères de la Chine.

Lors du discours inaugural, Sukarno souligna le basculement géographique que constituait la tenue de cette conférence à Bandung.

C’est un nouveau départ dans l’histoire du monde que les dirigeants des peuples d’Asie et d’Afrique puissent se réunir dans leurs propres pays pour discuter et débattre de questions d’intérêt commun. Quelques décennies auparavant encore, il était souvent nécessaire de se déplacer dans d’autres pays voire d’autres continents avant que les porte-parole de nos peuples puissent s’entretenir.
Je rappelle à ce propos la conférence de la « Ligue contre l’impérialisme et l’oppression coloniale » qui s’est tenue à Bruxelles il y a presque trente ans. À cette conférence, bon nombre d’honorables délégués ici présents s’étaient réunis et avaient trouvé une nouvelle force dans leur lutte pour l’indépendance
Mais c’était une réunion qui eut lieu à des milliers de kilomètres, parmi des peuples étrangers, dans un pays étranger, dans un continent étranger. Elle ne se fit pas là par choix, mais par nécessité.
Aujourd’hui, le contraste est frappant. Nos nations et nos pays ne sont plus des colonies. À présent, nous sommes libres, souverains et indépendants. Nous sommes redevenus maîtres dans notre propre maison. Nous n’avons plus à nous rendre sur d’autres continents pour conférer2.

La conférence à laquelle Sukarno faisait référence avait eu lieu en 1927, à Bruxelles. De fait, elle fut un jalon important dans un processus d’émancipation des pays colonisés qui s’était d’abord développé, durant l’entre-deux-guerres, dans les grandes métropoles politiques d’Europe. Celles-ci avaient aussi été des lieux de rassemblement pour des jeunes colonisés venus faire leurs études, et leurs armes politiques. La conférence de Bruxelles était elle-même la coalescence transnationale de divers mouvements créés dans les années précédentes : l’African National Consens (ANC), l’Étoile nord-africaine, le Comité de défense de la race nègre…

Avant Bruxelles, la conférence de Versailles, en 1919, constitua une tribune importante pour un certain nombre de délégations étrangères qui avaient foi dans la promesse wilsonienne du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, mais ni la délégation égyptienne ni la délégation chinoise ne furent entendues, pas plus que la délégation arménienne. Les déceptions avaient été nombreuses. Un siècle plus tard, les Kurdes combattent toujours, même si l’espoir de voir la création d’un État indépendant reste nul.

Très vite, après 1919, ce fut la Russie communiste qui reprit ce mot d’ordre émancipateur susceptible d’ébranler le monde. En France, en 1921, le tout nouveau Parti communiste français soutint la création de l’Union intercoloniale, que Gratien Candace, dans le journal Le Radical, qualifia d’« école à l’usage de révolutionnaires pour les colonies françaises, [où] se prépare l’action contre l’œuvre civilisatrice de la France dans ses possessions d’outre-mer3 ». À Londres, en 1925, les étudiants se regroupèrent au sein de la West African Students’, tandis que l’année suivante, à Paris, se réunissait la première assemblée générale du Comité de défense de la race nègre.

Et c’est cette effervescence qui conduisit à la tenue de la conférence de Bruxelles de 1927. Parmi ses organisateurs : Willi Münzenberg. Ayant fréquenté Lénine en Suisse durant la Première Guerre mondiale, entre 1916 et 1918, il fut l’un des principaux dirigeants du Parti communiste allemand (KPD) et s’impliqua particulièrement dans l’Internationale communiste. En 1921, suite à un appel de Lénine, il fonda l’Internationale Arbeiter Hilfe (« Secours ouvrier international ») afin de porter secours à la population affamée de la région de la Volga.

Mais Bruxelles ne fut qu’un jalon.

En 1927 également, à Madras, la quarante-deuxième réunion du Congrès national indien proclama que le but du peuple indien était l’indépendance totale du pays. L’autre décision importante fut de rejoindre la Ligue contre l’impérialisme qui venait d’être fondée à Bruxelles. L’Inde s’inscrivait dans le réseau d’un combat transnational. À la fin du mois de décembre 1928 se réunit la quarante-troisième assemblée du Congrès national indien. Le second jour, Nehru, après une brève allocution en hindi, lut à la tribune dix-neuf messages de sympathie et de soutien, dont un de Romain Rolland, qui avait publié un ouvrage sur Gandhi dès 1924, voyant en lui une sorte de messie du pacifisme. Sur la demande de V. Chattopadhyaya et de Willi Münzenberg de la Ligue contre l’impérialisme, l’écrivain français avait envoyé une lettre au président du Congrès national indien :

J’adresse mon salut de respect et d’affection à l’Inde assemblée aujourd’hui en son Congrès national indien. Le monde le voit se réunir avec les grandes espérances qu’ont suscitées les États Généraux de 1789, qui ouvrirent à l’homme une nouvelle ère. Que d’aujourd’hui puisse dater l’ère qui portera dans l’histoire le nom de l’Indépendance de l’Inde – India Liberata !
[…]
Nous connaissons trop en Occident les abus, les erreurs et les crimes d’un nationalisme monstrueux, pour ne pas souhaiter que l’Inde échappe à la Roue meurtrière, qui broie les peuples d’Europe et d’Amérique. Qu’elle s’élève au-dessus, à ce stade supérieur de l’Avenir humain, où l’on réalisera en sa propre nation l’harmonie de toutes les fois, la coopération de toutes les énergies, l’union de toutes les nations, pour le bien de l’entière humanité4 !

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, un autre événement mérite d’être rappelé, même s’il est resté très mineur : le Congrès des peuples d’Europe, d’Afrique et d’Asie, organisé à Puteaux, au mois de juin 1948, par Marceau Pivert, animateur du Mouvement pour les États-Unis socialistes d’Europe, et par Jean Rous. L’objectif affiché était de refuser l’antagonisme entre les États-Unis et l’URSS, d’ouvrir en quelque sorte une troisième voie, et pour cela, de défendre le « droit à la libre détermination sans pression extérieure5 ». Dans ce cadre, l’ouverture sur les luttes anticoloniales était évidente et ce congrès se devait d’entendre « les revendications des délégués des masses indigènes en voie d’émancipation antiimpérialiste ». Léopold Sédar Senghor y participa. Mais l’anticolonialisme en France restait alors marginal ; et encore une fois, c’était dans une métropole coloniale que se tenait un tel événement. Sukarno avait donc bien raison de souligner, en 1955, que se réunir à Bandung, dans un pays devenu indépendant, était un basculement dans l’histoire mondiale, par l’affirmation des pays anciennement colonisés.

Il n’était cependant nullement question de parler alors de « Tiers-Monde ». Certes, l’expression avait déjà été inventée, mais comment aurait-elle pu avoir déjà un tel écho ?

L’expression de « Tiers-Monde » date d’un article de 1952, paru dans L’Observateur. Alfred Sauvy écrivait : « Nous parlons volontiers des deux mondes en présence, de leur guerre possible, de leur coexistence, etc., oubliant trop souvent qu’il en existe un troisième, le plus important, et en somme, le premier dans la chronologie. C’est l’ensemble de ceux que l’on appelle, en style Nations Unies, les pays sous-développés6. » La chose nous semble peut-être évidente, mais cette division en trois mondes implique un monde englobant, ce que le titre explicite : « Trois mondes, une planète. » Alfred Sauvy n’est pas un militant et l’article n’a pas valeur de manifeste, il s’agit d’un simple appel à davantage de prise en considération des difficultés des pays sous-développés en proie à une croissance démographique importante. Les accents quasi révolutionnaires de la dernière phrase sont donc un peu trompeurs, même si on peut comprendre que la formule fût saisissante : « Car enfin ce Tiers-Monde ignoré, exploité, méprisé comme le Tiers-État, veut, lui
aussi, être quelque chose7. »

L’expression avait été ensuite reprise en titre d’un cahier de l’Ined, paru en 1956, intitulé Le « Tiers Monde » : sous-développement et développement. S’il a été coordonné par Georges Balandier, c’est bien à Alfred Sauvy qu’il doit son titre.

Mais le fait majeur dans la trajectoire de la notion de « Tiers-Monde » a sans doute été sa reprise par un des principaux penseurs de l’anticolonialisme : Frantz Fanon. En 1961, l’expression est employée à plusieurs reprises dans Les damnés de la Terre, mais sans majuscule ni trait d’union, parallèlement à celle de « pays sous-développés », dont elle apparaît comme une sorte de synonyme. Le tiers monde n’y est pas une entité figée, structurée. Frantz Fanon prend position dans les débats politiques de l’époque en faveur d’une émancipation des pays anciennement colonisés. Il récuse ainsi l’obligation qu’il y aurait à s’aligner sur l’une ou l’autre des deux superpuissances :

On a pu penser généralement que l’heure était venue pour le monde, et singulièrement pour le tiers monde, de choisir entre le système capitaliste et le système socialiste. Les pays sous-développés, qui ont utilisé la compétition féroce qui existe entre les deux systèmes pour assurer le triomphe de leur lutte de libération nationale, doivent cependant refuser de s’installer dans cette compétition. Le tiers monde ne doit pas se contenter de se définir par rapport à des valeurs qui l’ont précédé. Les pays sous-développés au contraire doivent s’efforcer de mettre au jour des valeurs qui leur soient propres, des méthodes, un style qui leur soient spécifiques8.

Mais le discours de Frantz Fanon, aux accents très césairiens, était surtout dirigé contre l’Europe.

Allons, camarades, il vaut mieux décider dès maintenant de changer de bord. La grande nuit dans laquelle nous fûmes plongés, il nous faut la secouer et en sortir. Le jour nouveau qui déjà se lève doit nous trouver fermes, avisés et résolus.
Il nous faut quitter nos rêves, abandonner nos vieilles croyances et nos amitiés d’avant la vie. Ne perdons pas de temps en stériles litanies ou en mimétismes nauséabonds. Quittons cette Europe qui n’en finit pas de parler de l’homme tout en le massacrant partout où elle le rencontre, à tous les coins de ses propres rues, à tous les coins du monde.
Voici des siècles que l’Europe a stoppé la progression des autres hommes et les a asservis à ses desseins et à sa gloire ; des siècles qu’au nom d’une prétendue « aventure spirituelle » elle étouffe la quasi-totalité de l’humanité. Regardez-la aujourd’hui basculer entre la désintégration atomique et la désintégration spirituelle9.

Contre l’Europe, et contre les États-Unis, « monstre où les tares,
les maladies et l’inhumanité de l’Europe ont atteint des dimensions
épouvantables », Frantz Fanon redéfinissait la notion de tiers monde
contre l’Occident : « Camarades, n’avons-nous pas autre chose à
faire que de créer une troisième Europe ? » ; tout en reconnaissant,
malgré tout, l’apport intellectuel de l’Europe : « Tous les éléments
d’une solution aux grands problèmes de l’humanité ont, à des
moments différents, existé dans la pensée de l’Europe10. »

Le tiers monde se devait donc d’inventer un autre monde possible :

Reprenons la question de l’homme. Reprenons la question de la réalité cérébrale, de la masse cérébrale de toute l’humanité dont il faut multiplier les connexions, diversifier les réseaux et réhumaniser les messages. […]
Allons frères, nous avons beaucoup trop de travail pour nous amuser des jeux d’arrière-garde. L’Europe a fait ce qu’elle devait faire et somme toute elle l’a bien fait ; cessons de l’accuser mais disons-lui fermement qu’elle ne doit plus continuer à faire tant de bruit. Nous n’avons plus à la craindre, cessons donc de l’envier. Le tiers monde est aujourd’hui en face de l’Europe comme une masse colossale dont le projet doit être d’essayer de résoudre les problèmes auxquels cette Europe n’a pas su apporter de solutions11.

Comme l’écrivit Jean-Paul Sartre dans la préface de 1961 : « Bref,
le tiers monde se découvre et se parle par cette voix12. » Mais Frantz
Fanon mourait quelques jours après la publication de son livre.


Le tissage du monde

La conférence de Bandung a été un rendez-vous important, un lieu de rencontre pour des acteurs nouveaux du Monde. Elle s’inscrivait dans un processus impulsé avant-guerre, marqué par des conférences et des rencontres qui avaient eu lieu dans les métropoles coloniales. Bandung constituait donc un tournant. Mais au-delà de l’anticolonialisme, l’absence de projet commun ne permit pas de réelle union.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 46, constater la fusion des marchés. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 40, espérer la multiplication des associations mondiales.

L’ordonnancement du monde

Le tiers monde était la contestation d’un ordre mondial défini à la fois par la colonisation, passée, et par la bipolarité, présente. Mais l’opposition au colonialisme ne suffit pas pour définir un troisième bloc, non aligné, ou un autre mondialisme, plus humaniste. Le tiers monde restait davantage un mot d’ordre.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 46, où il sera question d’un autre triptyque. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 43, faire la guerre au nom de la paix mondiale.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (29 mai 2022). Chapitre 44. 1955 – Bandung, le rendez-vous du tiers monde. Carnets de géohistoire. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p014


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.