Chapitre 46. 1985 – La Triade

RIEN À VOIR AVEC LES SOCIÉTÉS secrètes chinoises. La Triade, c’est une forme du Monde. Généralement, on la conçoit comme trois pôles dominant l’économie mondiale : l’Amérique du Nord, l’Europe de l’Ouest, l’Asie de l’Est. C’est à peu près la définition de Wikipédia. Il est clairement établi, également, que la notion est due à Ken’ichi Ōhmae, qui, en 1985, a publié un ouvrage portant ce titre : Toraiado, en japonais, ce qui est une transcription de l’anglais Triad.

De fait, Ken’ichi Ōhmae était alors directeur général du bureau tokyoïte de McKinsey & Company, une multinationale spécialisée dans le conseil en gestion stratégique.

Ce premier point mérite d’emblée d’être souligné. Car contrairement aux idées reçues, Ken’ichi Ōhmae n’était pas un économiste au sens universitaire du terme, mais un docteur en ingénierie nucléaire. C’est par sa pratique professionnelle qu’il avait développé une compétence en management et en stratégie des entreprises, et qu’il en était arrivé à écrire ce livre, La Triade : émergence d’une stratégie mondiale, publié dès 1985 en japonais, en anglais, en français, en allemand… imposant au monde entier un terme nouveau, rapidement repris, mais pas forcément tel qu’il l’entendait lui-même.

Il y a, en effet, un profond quiproquo sur le sens de l’expression. Ken’ichi Ōhmae n’entendait pas montrer l’existence de trois pôles, mais bien au contraire l’unification d’un marché. Il pensait la mondialisation économique à une époque où le terme ne s’était pas encore imposé ; il ne l’emploie qu’une fois, et la traduction française l’escamote totalement1. Pour lui, du point de vue des entreprises, ce qui importait, c’était l’homogénéisation. Ainsi, écrit-il :

On assiste à l’émergence d’un groupe de consommateurs formé de ressortissants du Japon, d’Amérique du Nord et de la Communauté européenne que nous pouvons appeler les Triadiens. Il s’agit de gens ayant des éducations très similaires de même que des niveaux de revenus, des styles de vie, des loisirs et des aspirations semblables2.

Cinq ans plus tard, Ken’ichi Ōhmae publia un nouvel ouvrage dans lequel il prolongeait son analyse sur la stratégie à mener par les entreprises dans un marché mondial, « the global marketplace » (le vocabulaire même change) : The Borderless World. Power and Strategy in the Interlinked Economy, « Le Monde sans frontière. Puissance et stratégie dans une économie interconnectée3 » – livre qui n’a jamais été traduit en français. Lu aujourd’hui, le propos peut sembler assez banal. Ken’ichi Ōhmae décrivait un monde dans lequel les frontières économiques s’estompaient au profit d’un seul et vaste marché dominé par la compétition. Cependant, comme dans son précédent ouvrage, Ken’ichi Ōhmae mettait en garde les managers : « Bien que le paysage de la compétition s’étire jusqu’à un horizon mondial, ils voient mieux ce qu’ils connaissent le mieux : les consommateurs géographiquement près de chez eux4. » Il développait ainsi l’idée qu’il était nécessaire de trouver un équilibre à équidistance entre le global et le régional. Il défendait la nécessité de « s’initier » aux marchés locaux, ce qu’il appelait, dans La Triade, « s’autochtoniser ».

***

Ken’ichi Ōhmae n’en parle pas dans son ouvrage. Pourtant, depuis le début des années 1970, il existe une organisation privée relativement peu connue : la Commission trilatérale, ou tout simplement, la Trilatérale.

Certains aiment à parler d’institution secrète. Sa fondation en 1973 à l’initiative de David Rockefeller, président de la Chase Manhattan Bank, et frère du vice-président des États-Unis, n’avait pourtant échappé à personne. La Trilatérale regroupait des personnalités influentes de la politique, de la banque et des affaires, ainsi que des universitaires d’Amérique du Nord, d’Europe occidentale et du Japon, et exprimait publiquement un certain nombre d’analyses et de recommandations pour influer sur le cours du monde. L’objectif était explicitement de renforcer la coopération entre ces trois régions afin d’améliorer la compréhension publique des problèmes communs, de tenir des propositions conjointement, et de prendre l’habitude de travailler ensemble.

Lors du comité exécutif d’octobre 1973, à Tōkyō, François Duchêne, Kinshide Mushakoji et Henry D. Owen furent les rapporteurs d’une analyse sur « la crise de la coopération internationale », au moment même où la guerre au Moyen-Orient soulignait le risque de crise énergétique et la nécessité de trouver des solutions pour éviter de tels conflits.

En fin de compte, un « humanisme planétaire », pour reprendre une phrase de Zbigniew Brzezinski, offre les seuls buts communs pour des sociétés aussi diverses que des démocraties industrielles avancées. La colonisation des océans et de l’espace, l’impact des nouvelles technologies, et le contrôle de l’environnement et de la biosphère dans un monde très largement industriel, urbain et surpeuplé, tout cela va créer de nouvelles opportunités de conflits ou bien de coopération. Il n’y a aucun doute sur les divisions que ces questions pourraient susciter, par exemple entre les puissances industrielles soucieuses de réduire la « pollution » et les puissances pré-industrielles soucieuses de produire plus. Il est d’autant plus important, par conséquent, de renforcer les cadres de la coopération qui existent déjà. Par le passé, on a déjà pensé que les besoins économiques étaient un facteur de divisions : Cecil Rhodes, Lénine et Hitler, tous partageaient cette opinion. La coopération après-guerre a montré que c’était faux. Il est clair maintenant que quels que soient les conflits à propos des parts équitables, tous ont un intérêt dans le bon fonctionnement du système. Dans un monde surpeuplé, les buts de l’humanisme planétaire doivent être recherchés à travers les règles, les institutions et les contrats d’une gestion commune5.

Le projet de la Commission trilatérale était expressément internationaliste. Ce que David Rockefeller reconnaissait en 2002 dans
ses Mémoires :

Certains croient que nous faisons partie d’une cabale secrète contre les intérêts des États-Unis, qualifiant ma famille et moi-même d’« internationalistes », et nous accusant de conspirer avec d’autres autour du monde pour construire une structure globale politique et économique plus intégrée – un monde, si vous voulez. Si c’est la charge, je plaide coupable, et je suis fier de ça6.

Dans le désordre des années 1970, la Trilatérale a été pensée et organisée comme une institution mondialisatrice. Cependant, la vision du monde de Zbigniew Brzezinski, qui fut l’instigateur de ce projet, était assez différente de celle que Ken’ichi Ōhmae développa quinze ans plus tard. En 1968, Brzezinski avait publié deux articles dans la revue britannique de la gauche anti-stalinienne, Encounter, par ailleurs financée par la CIA. Selon lui, le développement technique et scientifique était en train de creuser un écart culturel, psychologique, social croissant entre les pays avec la conséquence paradoxale que l’apparition de cette nouvelle société « technétronique » – comme il aime à la qualifier – pourrait « créer des mondes distincts sur une planète qui continue de rétrécir à cause de la révolution des communications7 ». Il y aurait ainsi une désynchronisation des sociétés, à commencer par la société états-unienne, qui serait la première à faire l’expérience du futur : « L’Europe et l’Amérique ne sont plus dans la même ère8. »

D’où l’urgence, d’après Brzezinski, de redéfinir la politique étrangère des États-Unis, de délaisser la lutte contre le communisme au profit d’une politique commune « avec le reste de l’humanité » pour apporter des réponses aux problèmes posés par cette ère nouvelle.

Encore plus important sera la stimulation, pour la première fois dans l’histoire à l’échelle mondiale, d’un dialogue nécessaire sur ce que nous voulons sauvegarder ou promouvoir de ce qu’est la vie humaine, et sur la pertinence des systèmes moraux existants à une époque qui ne peut pas entrer dans les limites étroites de doctrines pâlissantes. La recherche de nouvelles directions – au-delà des réalités tangibles du développement économique – pourrait être un sujet approprié pour un congrès mondial spécial, consacré aux problèmes technétroniques et philosophiques de l’ère à venir. À ces questions, aucune société, aussi avancée qu’elle soit, n’est en mesure de fournir une réponse9.

Mais en deçà de cet horizon, dans un autre article publié la même année dans la même revue, « Peace and Power », Brzezinski réitéra son souhait de voir construire un système international qui permettrait de mettre un terme à la « guerre civile » entre les pays développés et qui serait capable de répondre aux problèmes du monde en gestation. Mais il précise sa vision : « La réponse dont on a besoin devrait impliquer un effort pour forger une communauté des nations développées, embrassant les États atlantiques, les plus avancés des États européens communistes (dont l’URSS), et le Japon10. » En 1972, David Rockefeller lança sa campagne en faveur d’une « Commission internationale pour la paix et la prospérité ». Brzezinski était à ses côtés et fut le premier directeur de la Trilatérale.

Au final, la Triade, comme la Trilatérale, désignait l’unification, politique ou économique, en cours ou à venir, d’un monde dont on percevait qu’il était en train de fusionner dans un processus que ni Brzezinski ni Ōhmae ne nommait « mondialisation », en un temps où le concept était rare, ou quasi inexistant. La notion de « Triade » exprimait ainsi la coalescence des principales économies industrielles de l’époque.

Comment expliquer alors que le terme de « Triade » ait fini par désigner, communément, l’idée d’un monde partagé en trois pôles de puissance dominant chacun un grand-espace d’ordre continental ?

On pourrait faire remonter cette structure ternaire du monde à la fin du XIXe siècle, au moment où les Européens virent émerger deux nouvelles puissances : les États-Unis d’un côté, le Japon de l’autre. Ainsi, en 1909, le géographe Jean Brunhes reprit le structuralisme géomorphologique abstrait du globe qu’Albert de Lapparent, en 1883, dans son Traité de géologie, avait lui-même emprunté à Lowthian Green. Le relief terrestre n’aurait rien de hasardeux. Bien au contraire, les masses continentales seraient disposées selon un tétraèdre en équilibre, constitué de trois ensembles à la géométrie comparable : l’Europe-Afrique, l’Asie-Australie et les deux Amériques, toutes déchirées par des Méditerranées : la Méditerranée européenne, les Méditerranées sud-asiatiques et les Méditerranées américaines ; tandis que l’Antarctique constituerait le quatrième continent, à part et singulier11.

On peut penser que ce ne sont là qu’élucubrations à la mode du XIXe siècle, l’abus d’une rationalisation more geometrico ; et sans doute est-ce le cas. Nonobstant, cette structure spatiale accroche. En 1936, Eugène L. Guernier, qui fut président de la chambre de commerce de Casablanca entre 1916 et 1922, puis professeur d’économie politique à l’Institut des hautes études marocaines entre 1923 et 1927, publia un ouvrage d’envergure : Le destin des continents. Le sous-titre explicite bien sa thèse : Trois continents – Trois civilisations – Trois destins. La crise économique était passée par là. Le monde s’était fragmenté en zones d’influence.

Le rêve d’hégémonie mondiale, sous la hiérarchie d’un seul, s’est évanoui. Et c’est pourquoi le règlement total de tous les problèmes mondiaux apparaît, même sous l’égide de la Société des Nations qui reste une création britannique, comme une procédure impossible : elle se présente, aux yeux des continents affranchis de l’Europe, comme le vestige d’une antique servitude12.

Peut-être cet ordre universel était-il « une œuvre prématurée au-dessus
des forces humaines ».

D’où son idée de suivre le compartimentage géohistorique du globe en « un triptyque sphériforme ».

Et c’est ainsi que nous avons été conduits à constater que les faits ont provoqué, au cours des derniers siècles, et mieux encore au cours des dernières années, trois courants d’aspirations différentes se localisant suivant trois cycles d’aspirations différentes se localisant suivant trois cycles d’harmonie économique et politique s’identifiant eux-mêmes avec les trois fuseaux géographiques que l’on sait, pour former trois destins continentaux.
[…]
Et ainsi se dessine une Société continentale des Nations à l’intérieur de chaque fuseau, destinée à régler toutes les questions de sa compétence territoriale (Union panaméricaine ; Union paneurafricaine : vaste édifice dont le Comité Haut-Méditerranéen est peut-être la première pierre ; Union panasiatique), tandis qu’une Société des Continents présiderait avec indépendance les débats relatifs aux incidents intercontinentaux13.

Le projet d’EurAfrique, encore bien présent dans les années 1950, a été balayé par la décolonisation. Des décennies plus tard, toutefois, cette vision du monde n’a pas disparu. En 2007, dans un article du Monde, Jean-Louis Guigou, membre fondateur de l’Institut de prospective économique du monde méditerranéen (Ipemed), développait l’idée que l’intégration économique en Amérique, en Europe, en Asie, fait naître « des “quartiers d’orange”, des blocs de systèmes industriels, commerciaux et financiers intégrés Nord-Sud qui avancent à la même heure, insérés entre deux ou trois fuseaux horaires ». Il défendait ainsi la régionalisation comme moyen de réguler la mondialisation.

« La terre est bleue comme une orange », disait André Breton. Les quartiers qui s’y dessinent prennent la forme de grandes régions. L’Europe doit très vite comprendre que la région qui est la sienne comprend tout le monde méditerranéen. Les pays européens, qui ont su transformer leurs peurs (peur de la guerre, peur du communisme) par la construction européenne, doivent pouvoir transformer la peur du conflit Occident-Orient en une nouvelle utopie mobilisatrice : celle d’une Communauté méditerranéenne, véritable prototype des relations Nord-Sud qui, associant des hommes de richesse, de culture ou de religion différentes, doit s’appuyer sur les valeurs de dignité, de respect et d’échange pour créer ce qui pourrait devenir la plus grande région du monde14.

Plus récemment, en 2015, l’Ipemed, sous la présidence de Jean-Louis Guigou, a annoncé la création d’une fondation appelée « La Verticale Afrique – Méditerranée – Europe ».

Même si elle n’a toujours pas été mise en place en raison des trop fortes résistances, la Zone de libre-échange des Amériques, dont le projet avait été impulsé à Miami en 2003, s’inscrit dans une même logique. En Asie, l’ASEAN compléterait ce triptyque. Mais la multiplication des connexions Sud-Sud brouille aujourd’hui complètement cette lecture du monde.


Le tissage du monde

La Triade est souvent perçue comme une division du monde en trois aires ou pôles économiques, quand son inventeur cherchait tout simplement à nommer un espace unique, parce qu’interconnecté. La méprise perdure. La Triade était un autre nom pour parler de l’archipel du Monde développé, il est resté comme celui d’un trio d’aires de puissance.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 48, à des rendez-vous globaux. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 44, se retrouver entre pays qui ne sont rien.

L’ordonnancement du monde

La mondialisation « triadienne » n’a pas émergé d’elle-même. Elle résulte d’un processus de mondialisation économique qui a été accompagné par des États et par des entreprises. Cette histoire ne date pas des années 1980. Dès la fin du XIXe siècle, ce triptyque de puissances émergeait ; la fin de la domination de l’Europe sur le Monde était annoncée.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 48, contester la mondialisation libérale. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 44, contester l’impérialisme.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (27 mai 2022). Chapitre 46. 1985 – La Triade. Carnets de géohistoire. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p012


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.