Chapitre 21. 1584 – La carte perdue de Matteo Ricci

L’AMBASSADE PORTUGAISE MENÉE par Tomé Pires en 1517 auprès de l’empereur de Chine fut un échec. Le commerce avec les fólánji, les Européens, fut prohibé. Ce n’est qu’entre 1552 et 1557 que les Portugais parvinrent à obtenir une remise en question partielle de l’édit impérial et à s’implanter dans la rade de Macao où ils purent installer, contre loyer, un comptoir permanent. Lieu de commerce, Macao devint aussi, dès 1576, le centre d’un diocèse très vaste et le point de départ de nombreux missionnaires. Parmi eux, un jeune jésuite, originaire d’Italie, Matteo Ricci. Après le noviciat de Rome, il s’était embarqué à Lisbonne en 1577, pour Goa, la capitale de l’Empire portugais d’Asie. Ordonné prêtre à Cochin, il arriva à Macao en 1582. C’est de là que l’année suivante, accompagnant Michel Ruggieri, Matteo Ricci participa à la première installation des jésuites à Zhaoqing, alors siège du vice-roi du Guangdong et du Guangxi. Il resta en Chine jusqu’à sa mort en 1610, laissant une œuvre considérable, dans des domaines divers, dont la cartographie.

Dès la première année, lors d’une visite de lettrés chinois à la mission jésuite, ceux-ci eurent l’occasion d’admirer un planisphère accroché au mur, probablement inspiré du planisphère contenu dans le Theatrum Orbis Terrarum, le « Théâtre du monde des terres », réalisé par le cartographe flamand Abraham Ortelius en 1570. S’il existait des cartes chinoises du monde, la différence était manifeste. Celle qu’ils découvrirent offrait une image du monde qui allait à l’inverse des cartes traditionnelles caractérisées par une très forte disproportion au profit de la Chine et au détriment du reste du monde :

Car les Chinois, qui sur toute autre nation n’auraient jamais eu le moindre, et quasi nul commerce avec les peuples étrangers, étaient grossièrement ignorants des parties du monde. Car encore qu’ils eussent assez de semblables tables cosmographiques qui portaient le titre de description universelle de tout le monde, ils réduisaient néanmoins l’étendue de toute la terre en leurs quinze provinces, et en la mer dépeinte à l’entour ils mêlaient quelques petites îles, ajoutant les noms des royaumes qu’ils avaient quelquefois ouï nommer, tous lesquels royaumes assemblés en un à peine égalaient la moindre province de l’Empire chinois1.

On reconnaît très bien dans ce témoignage de Matteo Ricci tel que le rapporta Nicolas Trigault en 1616 dans son Histoire de l’expédition chrétienne au royaume de Chine, les cartes du monde réalisées depuis le XIVe siècle, dont la plus connue aujourd’hui est la Kangnido.

Mais il faut évidemment aussi y lire un discours en creux sur les Européens et sur la place qu’ils se donnaient dans le Monde. Ce n’était pas seulement deux traditions cartographiques qui se rencontraient ici, mais deux discours métagéographiques qui se heurtaient : qui était au centre ?

La force de Matteo Ricci fut précisément d’éviter le choc et de préférer l’accommodement, selon un modus vivendi prôné par ses prédécesseurs. Invité à réaliser une carte, Matteo Ricci acheva celle-ci en 1584. Non seulement, il avait traduit la toponymie en caractères chinois, ce qui était la moindre des choses, mais il transforma totalement la carte en changeant le centre de projection, sans pour autant totalement céder. Si la Chine se retrouvait bien « au milieu » de la nouvelle carte, elle n’en occupait pas le centre exact, qui est quelque part au large du Japon. Tandis que l’Amérique occupait la partie droite de la carte, l’Europe était en quelque sorte marginalisée, mise à l’écart :

Ceci produisit aussi un autre effet, qui n’était pas de moindre importance ; car on voyait par cette description de quel espace quasi démesuré de terres et de mers le Royaume de la Chine était éloigné de l’Europe, ce qui fut cause qu’ils diminuèrent la crainte qu’ils avaient des nôtres : jugeant aisément qu’ils n’avaient aucun sujet d’avoir peur d’un peuple que la nature avait séparé d’eux de si grands intervalles2.

La carte de 1584 est malheureusement perdue, de même que toutes les copies qui en furent faites, ainsi que celles d’une seconde version réalisée par Matteo Ricci à Nanjing en 1600. Les seules cartes qui nous sont parvenues sont issues de la troisième version de la carte, celle de 1602, imprimée à Beijing en six panneaux, et intitulée Kūn yú wànguó quán tú, « Carte complète des dix mille pays du monde ».

Matteo Ricci, Kūn yú wànguó quán tú (Library of Congress)

On peut apprécier le travail de traduction réalisé par Matteo Ricci et considérer qu’il s’agit d’une véritable greffe de la cartographie européenne, alors en pleine modernisation, sur la cartographie chinoise. La difficulté première fut de rendre la rotondité de l’espace global désormais pleinement conçu dans sa totalité, même si de larges pans en restaient méconnus. La carte se présente comme un planisphère construit selon une projection pseudo-cylindrique, encadré sur la gauche de deux cartes hémisphériques selon une projection polaire azimutale, et sur la droite de deux schémas cosmographiques. L’ensemble constitue véritablement un discours imagé de la globalité.

Détail

La carte de Matteo Ricci apporte également un découpage du monde avec une transcription du nom des différentes parties de celui-ci : Europe (Ōu-luó-bā), Asie (Yà-xì-yà), Libye (Lì-wéi-yà) – en lieu et place de l’Afrique –, Amérique du Nord (Běi-yà-mò-lì-jiā), Amérique du Sud (Nán-yà-mò-lì-jiā) et Magellanie (Mò-wǎ-là-níjiā) – continent imaginé au sud du détroit de Magellan. Mais ce qu’il est intéressant de noter, c’est que tout en transférant un cadre normatif conçu en Europe, il aménagea celui-ci en laissant une place à la Chine. Avec la même typographie que celle employée pour le nom des différentes parties du monde, Matteo Ricci écrivit le nom de la Chine : Dà míng yī tǒng, « l’union du grand Ming ». La première remarque est que cette égalisation typographique est de toute évidence une manière de signifier que la Chine, à elle toute seule, égale l’Europe ou l’Afrique, au risque de provoquer une incohérence avec le toponyme d’Asie, écrit en parallèle. La deuxième remarque est que le nom choisi par Matteo Ricci n’est pas le plus évident. On aurait pu attendre celui de dà míng guó, « État du grand Ming », qui désigne plus directement la Chine. L’expression retenue doit sans doute être comprise comme une référence à un ouvrage géographique paru en 1461, le Dà míng yī tǒng zhì, « Figure de l’union du grand Ming ».

Au-delà, ceci nécessite de rappeler qu’il n’y avait pas en Chine de nom pour dire la Chine et que celle-ci a longtemps été appelée par la dynastie régnante : dà yuán guó avant, dà qíng guó après. Le nom même de Chine, tel que nous l’employons, provient de la première dynastie, celle des Qin au IIIe av.n.è. Quant au nom zhōng guó, « État du milieu », s’il est ancien, son sens est longtemps resté ambigu et ce n’est finalement qu’assez récemment qu’il a été utilisé officiellement, en 1861, dans le traité de Nertchinsk.

On pourrait multiplier les exemples de cette mixité toponymique. D’un côté, Matteo Ricci transcrivit les noms européens : Yǐ-xī-bǎ-nǐyà pour Espagne, Fú-lǎng-chá pour la France, Ní-luó pour le Nil, Ōu-fà-là-de pour l’Euphrate ; ou bien il les traduisit : Dì-zhōng-hǎi « la mer dans la terre » pour la Méditerranée, parfois en les adaptant et en respectant le point de vue sinocentré avec Xī-hóng-hǎi « la mer rouge occidentale » pour la mer Rouge, et Dōng-hóng-hǎi « la mer rouge orientale » pour le golfe de Californie, alors dénommé mar vermeio. D’un autre côté, il reprit, lorsqu’ils existaient, les toponymes utilisés dans la cartographie chinoise classique : Nánjīng pour Nankin, Dà liúqiú « la grande Ryukyu » pour ce qui semble bien-être Taïwan, Rìběn pour le Japon, ou shāmò « désert », pour désigner la diagonale aride qui s’étend au nord-ouest de la Chine et qui s’étend du désert du Takla-Makan au désert de Gobi.

La carte de Matteo Ricci eut un grand succès. En 1603, à la demande d’un Chinois converti au catholicisme, Li Yingshi, il réalisa une autre grande carte, en huit panneaux. Puis, en 1608, il reçut une commande de l’empereur, qui avait été très impressionné par la carte qui lui avait été présentée. Il s’agissait d’imprimer douze cartes sur de la soie. Matteo Ricci dut graver à nouveau des matrices, mais aucune des cartes imprimées n’a été conservée. Enfin, en 1609, il réalisa une nouvelle carte, en deux hémisphères, qui nous est connue indirectement.

Au XVIIe siècle, le succès des cartes de Matteo Ricci fut très grand et des copies circulèrent en Extrême-Orient jusqu’au Japon. Malgré l’édit de Kan’ei de 1630 qui interdit l’introduction d’ouvrages étrangers venus d’Europe, et explicitement ceux de Matteo Ricci, il semble y avoir eu une certaine tolérance à l’égard des ouvrages cartographiques. On pourrait ainsi citer une carte de 1688, Bankoku sokaizu, due au cartographe japonais Ishikawa Ryusen. Sa principale caractéristique est la projection transverse, avec l’est en haut de la carte, ce qui place l’Europe et l’Afrique en bas. Elle est reprise d’une mappemonde anonyme dite de Shôhô datant de 1645, dont le modèle initial est sans conteste la carte de Matteo Ricci, même si certains éléments proviennent de cartes européennes plus tardives. Le tracé y est nettement moins précis, mais l’important est ce que ces transferts révèlent de la mondialisation de ce regard global que porte la nouvelle cartographie européenne du XVIe siècle.


La représentation du monde

La carte de Matteo Ricci est un bon exemple de la diffusion de la représentation globale élaborée par les Européens à partir du XVe siècle. Mais il ne s’agit pas là d’une simple diffusion. Matteo Ricci a su adapter la carte européenne à un point de vue, par le changement de projection et par l’adaptation des noms. La mondialisation n’est pas qu’uniformisation et on pourrait presque parler d’une créolisation cartographique, en tout cas d’hybridation.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 24, faire l’équilibriste sur un globe. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 19, faire le tour du monde en carte.

L’ordonnancement du monde

L’implantation des jésuites en Chine s’inscrit dans l’extension de l’hégémonie européenne, mais elle se fait là à pas feutrés, ou plutôt dans la soie, entre lettrés. La Chine reste en réalité au centre de son monde et l’Europe n’est toujours qu’une lointaine province.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 26, anticiper, au lendemain des guerres de religion, ce que pourrait être une amphictyonie mondiale. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 20, gouverner à distance.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (26 mai 2022). Chapitre 21. 1584 – La carte perdue de Matteo Ricci. Carnets de géohistoire. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p011


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.