Chapitre 47. 1991 – Les barbares du Sud

EN 1991, JEAN-CHRISTOPHE RUFIN, considéré comme un spécialiste des relations Nord-Sud pour son engagement au sein de Médecins sans frontières depuis 1976, écrivait un ouvrage qui tentait d’analyser l’évolution des relations internationales en cette fin de guerre froide : L’Empire et les nouveaux barbares1. Il alertait sur un basculement cardinal en train de s’opérer, avec l’effacement de la confrontation Est/Ouest au profit d’un nouvel axe de conflictualité entre le Nord et le Sud. La différence était que dans le premier cas, l’opposition était globalement symétrique, tandis que dans le deuxième, elle devenait fondamentalement asymétrique. La théorie de Jean-Christophe Rufin était que cette nouvelle conflictualité, qui succédait également à une logique de solidarité, serait inventée par un Nord soudainement privé d’ennemi avec le recul de l’URSS – lorsque le livre paraît, celle-ci existe encore, mais pour quelques mois seulement… La limite Nord/Sud serait un nouveau limes, la frontière entre un monde en paix unifié en une sorte d’empire à prétention universelle et un monde barbare déchiré, atomisé en de multiples guerres intestines. Rufin lisait le monde qui émergeait à la fin du XXe siècle au prisme de l’histoire romaine et développait une analyse saisissante, inspirée par les réflexions de l’historien grec Polybe (IIe s. av.n.è.) à propos de Rome, comme puissance garante de la civilisation face aux barbares ; mais le lecteur pourrait s’en trouver mal à l’aise. Il est donc nécessaire de mettre à distance un tel ouvrage et de s’interroger sur sa place dans un temps plus long.

On pourrait ainsi rappeler comment cette dichotomie mondiale s’est peu à peu affirmée au fil du XXe siècle.

Willy Bandt (dir.), 1980, Nord-Sud: un programme de survie. Rapport de la Commission indépendante sur les problèmes de développement international. Paris, Gallimard, cf. « La limite Nord / Sud », Mappemonde, 2007, n°88.

La notion de division « Nord/Sud » est à peu près aussi ancienne que l’expression de « tiers monde » et s’est imposée beaucoup plus rapidement, car expliquée en anglais. La formule, en effet, est due à Sir Oliver Franks, alors président de Lloyds Bank, dans un rapport remis en décembre 1959 au Committee for Economic Development (CED), une organisation états-unienne fondée en 1942, et publié dans Saturday Review en janvier 1960.

Avant, les tensions Est-Ouest étaient le problème dominant ; maintenant, nous avons un problème Nord-Sud d’égale importance. Il est lié au premier, mais il existe en soi, de façon indépendante et égale. Je voulais parler des problèmes des relations entre les pays industrialisés du Nord et les pays sous-développés et en développement qui se trouvent au sud de ceux-ci, que ce soit en Amérique centrale ou du Sud, en Afrique ou au Moyen-Orient, en Asie du Sud ou dans les grands archipels du Pacifique. S’il y a douze ans, l’équilibre du monde tournait autour de la reconquête de l’Europe occidentale, maintenant il tourne autour de relations justes du Nord industriel du globe avec le Sud en développement2.

Si la relation Nord-Sud était donc alors posée sous un angle problématique, c’était cependant pour essayer de remédier à ce problème. Le CED avait joué un rôle important dans la mise en place du plan Marshall pour l’Europe d’après-guerre, le propos d’Oliver Franks s’inscrivait dans la même logique.

Mais il y avait peu à passer du « problème Nord-Sud » au « conflit Nord-Sud » dans un contexte de guerre froide où les cartes se confondaient, comme dans cet après-midi du 17 juin 1964, à la Chambre des communes, où la peur du Sud était palpable, notamment chez les conservateurs. Denis Healy avait lancé la discussion en soulignant qu’il y avait une possibilité croissante d’une réconciliation entre la Russie et l’Ouest, au moins en ce qui concernait la sécurité de l’Europe :

D’un autre côté, le risque d’une guerre en dehors de l’Europe est clairement de plus en plus grand. En fait, la guerre est une réalité dans plusieurs parties du monde. En ce moment même, les troupes britanniques sont engagées dans des combats à Bornéo et en Arabie du Sud, et au cours des derniers mois, elles ont combattu à Chypre et en Afrique de l’Est ; et les troupes américaines sont lourdement engagées dans des combats au Sud-Vietnam. Je pense que tous, nous devons admettre que cela est amèrement contraire à nos espérances. Nous tous croyions que les engagements militaires outre-mer se réduiraient avec la fin de notre vieil Empire et la création d’un Commonwealth indépendant, mais en fait, le fardeau militaire qui nous tombe dessus, s’est alourdi, si tant est que cela soit possible3.

À quoi, le Premier ministre Alec Douglas-Home tenta de répondre de façon plus posée :

À ceux qui disent que la Grande-Bretagne a perdu sa voie, je dirais que la Grande-Bretagne a joué un rôle crucial en atténuant le conflit Est-Ouest et joue un rôle crucial en prévenant des conflits entre Nord et Sud, les pays développés et ceux en développement. Tels sont nos objectifs. Si des gens cherchent un nouveau rôle pour la Grande-Bretagne, c’est celui-ci.

Un autre député, Patrick Wall, renchérissait :

Si nous ne parvenons pas à combler l’écart et à garantir l’évolution dans le monde, nous serons confrontés à une situation révolutionnaire. Il est certainement de la responsabilité, et même du devoir de tout gouvernement de faire les préparatifs nécessaires. Il s’agit de prévenir les derniers coups mortels dans le conflit entre Est et Ouest. Il s’agit aussi de préparer la possibilité d’un conflit Nord-Sud mené par la Chine.

En juillet 1964, le secrétaire général de l’ONU, U Thant, par ailleurs homme politique birman, attirait lui aussi l’attention sur le fait que la géopolitique mondiale obéissait à une double bipolarisation :

J’ai dit souvent, et je pense que cela vaut d’être répété […], que les tensions entre le Nord et le Sud sont fondamentalement aussi graves que les tensions entre l’Est et l’Ouest4.

Un mois avant s’était tenue à Genève la première grande conférence consacrée aux questions du développement, la CNUCED I. Elle était l’aboutissement d’un processus impulsé par l’Assemblée générale de l’ONU, qui, en décembre 1961, avait proclamé la période 1961-1970 « Décennie des Nations Unies pour le développement ». Ce fut lors des négociations de Genève que les pays en développement adoptèrent une proclamation commune donnant naissance à ce qui est devenu par la suite le Groupe des 77 :

Les pays en développement susnommés reconnaissent que la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement a marqué un pas important dans la voie de la création d’un ordre économique mondial nouveau et équitable. Ils considèrent que la Conférence marque l’aboutissement des efforts soutenus qui ont trouvé leur expression concrète dans la déclaration du Caire, la charte d’Alta Gracia, les résolutions de Brasilia, d’Addis-Abeba, de Niamey, de Manille et de Téhéran, et surtout dans la déclaration commune des soixante-quinze pays formulée à la dix-huitième session de l’assemblée générale des Nations Unies. Tous ces efforts ont contribué à forger l’unité des soixante-quinze pays, fait saillant de la Conférence et événement d’importance historique5.

Il n’y avait là aucune logique de conflit, mais la simple expression d’une revendication, forte, pour un monde simplement plus juste :

La Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement marque le début d’une ère nouvelle dans l’évolution de la coopération internationale en matière de commerce et de développement. Cette coopération doit être l’instrument décisif qui permettra de mettre fin à la division du monde en zones d’abondance et en zones de pauvreté intolérable. Cette tâche est la première de celles auxquelles ont à faire face les hommes de cette époque. L’injustice et la négligence des siècles passés doivent être réparées. Les pays en voie de développement sont unis dans leur résolution d’obtenir cette réparation et ils comptent, dans leur entreprise, sur la compréhension et le soutien de toute la communauté internationale6.

Pourtant, en 1968, Zbigniew Brzezinski, dans un article publié dans la revue Encounter, « America in the Technetronic Age », « L’Amérique à l’âge technétronique », s’alarmait :

Avec l’écart croissant qui condamne tout espoir d’imitation, le développement le plus probable est une idéologie de rejet du monde développé. La haine raciale pourrait fournir la force émotionnelle essentielle, exploitée par des leaders xénophobes et romantiques. Les écrits de Frantz Fanon – violents et racistes – sont un bon exemple. De telles idéologies du rejet, combinant racisme et nationalisme, pourrait à l’avenir réduire les chances d’une coopération régionale significative, tellement indispensable si la technologie et la science doivent effectivement s’appliquer. Elles élargiraient certainement les écarts psychologiques et émotionnels existants. En effet, on peut se poser la question à ce stade : qui est le vrai dépositaire de cette indéfinissable qualité que nous appelons humain ? Le technétron technologiquement dominant et conditionné, de plus en plus entraîné à s’ajuster aux loisirs, ou l’agrarien arriéré et plus « naturel », de plus en plus dominé par des passions raciales et en permanence exhorté à travailler plus dur, même si le but de sa vie devient plus évasif7.

La peur des classes laborieuses, ici à l’échelle mondiale, y est sans fard.

Bref, la problématique des conflits Nord-Sud était loin d’être nouvelle en 1991, la fin de la guerre froide la mettait simplement à nu.

***

Le second intérêt du livre de Jean-Christophe Rufin est dans son idée que les guerres du Sud auraient créé de nouvelles terræ incognitæ, et que nous aurions vécu, en cette fin du XXe siècle, un recul dramatique.

L’idée du rétrécissement du monde connu heurte en nous une idée, une évidence familière : la certitude qu’une longue marche historique a conduit les Européens à pénétrer jusqu’aux retraits les plus ultimes de la planète. Lent et obstiné, ce processus de découverte puis d’exploration, enfin de pacification, a commencé au XVIe siècle avec les grandes navigations circumterrestres ; il s’est poursuivi jusqu’à la Seconde Guerre mondiale et au-delà. […] En 1930, les atlas de géographie réservent encore des taches blanches pour figurer les zones peu ou pas explorées. Pourtant, malgré des hésitations, nous avons retenu que l’Histoire marche dans une direction claire : le mystère s’est défendu mais il a cédé. Partout, il a peu à peu perdu du terrain. Le progrès scientifique – et militaire – a rendu le combat de plus en plus inégal. Il y a cinquante ans, Valéry annonçait le commencement du monde fini. Et nous y avons cru. […] Mais en suivant V.S. Naipaul à la « courbe du fleuve », au coeur des continents, on pourra percevoir dans le tiers monde le retour du mystérieux, de l’inaccessible, de l’insoumis : les taches blanches réapparaissent. Elles ont spectaculairement progressé ces dernières années. La carte des nouvelles zones inexplorées ne peut être que sommaire tant on a perdu l’habitude de représenter l’inconnu. Mais ces taches blanches ne sont pas loin d’atteindre, par leur surface et surtout par le nombre d’hommes qu’elles englobent, leur importance des années 1930. Dans nos atlas, on verra bientôt certaines légendes remplacées par la mention « Hic sunt leones8 ».

Le propos est fort et trouve rapidement de l’écho, notamment auprès de Xavier Raufer qui, à partir de 1992, forge un nouveau concept, celui des « zones grises », qu’il développe, souvent au mot près, dans plusieurs textes. Dans Le Débat, d’abord, « La menace des “zones grises” sur la nouvelle carte du Monde9 », puis, anonymement, au sein du collectif Zadig, dans L’implosion française10, puis, en 1993, dans L’Histoire, « Révolutionnaires, trafiquants et terroristes11 ». Selon lui, « l’effondrement puis la disparition du bloc socialiste, l’abandon – nolens volens – du modèle étatique européen par toute une série de pays du tiers monde ont précipité par ricochet nombre de mouvements révolutionnaires armés, de guérillas, hors de la sphère du politique. Ce phénomène, qui intéresse au total plusieurs centaines de milliers d’hommes en armes, s’est produit dans la discrétion : le Sentier lumineux au Pérou, les Forces armées révolutionnaires colombiennes ou encore des pans entiers de la résistance afghane ont en effet conservé leur apparence politique comme moyen commode d’identification, ou comme leurre ou par habitude. Mais, privés de l’aide matérielle que leur accordaient naguère certaines grandes puissances au nom du principe “L’ennemi de mon ennemi est mon ami”, ils se sont désormais alliés à de grands cartels criminels ; ou opèrent en mercenaires à leur service.
S’autofinançant par la vente de narcotiques, le racket, les pillages et les vols à main armée, ces entités mutantes présentent pour le monde développé un danger considérable12 ».

En 1985, dans Une planète et quatre ou cinq mondes. Réflexions sur l’histoire contemporaine, le poète mexicain Octavio Paz proposait une vision peut-être plus globale :

Si je me suis longuement arrêté sur le cas de l’Iran, c’est parce qu’il me semble un signe des temps. La résurrection des traditions nationales et religieuses n’est qu’une manifestation supplémentaire de ce qu’il convient d’appeler la vengeance historique des particularismes. Voilà le véritable thème de cette époque et il sera celui des années à venir. Noirs, Chicanos, femmes, Basques, Bretons, Irlandais, Wallons, Ukrainiens, Lettons, Lituaniens, Estoniens, Tartares, Arméniens, Tchèques, Croates, catholiques mexicains et polonais, bouddhistes, Tibétains, chi’ites de l’Iran et de l’Irak, juifs, Palestiniens, Kurdes chaque fois assassinés, chrétiens du Liban, Mahrattes, Tamouls, Khmers… Chacun de ces noms désigne une particularité ethnique, religieuse, culturelle, linguistique ou sexuelle. Toutes ces particularités sont des réalités irréductibles et que nulle abstraction ne pourra dissoudre. Nous vivons la rébellion des exceptions, non plus souffertes comme des anomalies ou comme des infractions à une prétendue règle universelle, mais assumées comme une vérité propre, un destin. […] La prétendue universalité des systèmes élaborés en Occident pendant le siècle dernier a été mise en pièces. Un autre universalisme, pluriel, se fait jour13.

C’est de cette colère qu’Arjun Appadurai, en 2006, a proposé une géographie : La violence à l’âge de la globalisation. Nuls barbares effectivement, juste des femmes et des hommes en colère.


La représentation du monde

La mondialisation n’est pas qu’un mouvement à sens unique vers un monde plus intégré, plus unifié. Des divisions perdurent. La limite Nord/Sud est une des grandes lignes globales du monde. Aucun pouvoir ne l’a tracée, mais elle est là, et en bien des endroits elle ressemble à un limes. Près de trente ans plus tard, on ne cesse d’actualiser la carte des murs qui s’érigent dans le monde et des cimetières marins.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 49, faire un puzzle de globe. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 45, assister à un lever de Terre.

Le rétrécissement du monde

La mondialisation a été la mise en mouvement à l’échelle du globe des hommes, des idées, des marchandises. Mais ces flux sont très inégaux et très inégalitaires. Des barrières ont été dressées et continuent de l’être. Des espaces se ferment, les uns aux migrants, les autres aux voyageurs, mais pas forcément à l’argent et aux armes.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 49, avec la synchronisation hyperconnectée. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 42, penser que toute cette mondialisation n’est que baliverne.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (25 mai 2022). Chapitre 47. 1991 – Les barbares du Sud. Carnets de géohistoire. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p010


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.