Chapitre 20. 1576 – Un voyage retour

DIEGO JIMÉNEZ ÉTAIT UN BARBIER de Séville. Dans un premier temps, il s’était embarqué pour la Nouvelle-Espagne, s’y établit, avant de reprendre le large comme simple soldat, aux côtés de Miguel López de Legazpi. En 1565, il participa à la conquête des Philippines, ce qui lui donna droit à une encomienda de quelques villages dont il pouvait exploiter la population. Fort de cette nouvelle assise, économique et sociale, il s’enrichit grâce au commerce de divers produits importés de Chine (or, bijoux, épices, porcelaine, tissus, coffrets…), qu’il réexportait ensuite vers la Nouvelle-Espagne. Fortune faite, il écrivit à sa femme, restée durant toutes ces années à Séville, et l’invita à le rejoindre « en Chine1 », par-delà un hémisphère. En 1576, tandis qu’elle s’embarquait, avec leur fille, leur gendre, et les enfants de ces derniers, lui-même faisait voile à travers le Pacifique. Ils devaient se retrouver à Mexico. Mais la fièvre prit Diego Jiménez alors que son navire approchait des côtes californiennes et celui-ci s’empressa de rédiger son testament. Comme l’écrit Romain Bertrand, il fut alors pris par « les remords de la conquête ». Outre l’argent destiné aux prières et aux aumônes, en intercession pour le salut de son âme, il donna 20 pesos d’or pour un Indien visayan qui le servait et un tael et demi d’or à une esclave visayane pour qu’elle pût racheter sa liberté.

Ce bref récit de vie, qu’on saisit à la mort, ouvre un monde, celui de ces hommes anonymes qui ont participé à cette fulgurante expansion hispanique toujours plus vers l’ouest : l’Amérique d’abord, outre-Atlantique, les Philippines ensuite, outre-Pacifique. La deuxième moitié de cette histoire est souvent délaissée. Pourtant, elle n’est pas moins importante dans la compréhension de la mise en place d’une mondialisation vraiment globale.

Le tour du monde entamé par Magellan et achevé par Elcano en 1522 avait révélé l’étendue de l’océan Pacifique, il avait prouvé qu’on pouvait le traverser, mais les Espagnols n’avaient pas pu revenir par l’océan Pacifique – qui était l’idée initiale. L’océan Pacifique ne paraissait pas, toutefois, être un obstacle à l’accès aux îles des épices, qui restaient l’objectif de toutes les expéditions commerciale depuis le XVe siècle. Aussi, sur la base de la réussite relative de la première circumnavigation et des nouvelles informations rapportées par les survivants, Charles Quint décida rapidement de plusieurs expéditions, lancées à partir du port de La Corogne, nouvellement promu avec l’implantation de la Casa de contratación para el comercio de la especiería, la « Maison du commerce des épices ».

Une première expédition, guidée par Estéban Gómez, ancien pilote portugais de l’expédition de Magellan, quitta La Corogne début 1525. Gómez prétendait trouver un passage vers l’Asie entre la Floride et le Labrador. Ce fut un échec.

Une deuxième expédition, beaucoup plus importante, partit quelques mois plus tard. Le commandement en avait été attribué à fray García de Loaísa, secondé par Elcano. La flotte espagnole contourna l’Amérique par le sud avant de s’engager dans l’océan Pacifique, et de s’y perdre. Loaísa et Elcano, parmi tant d’autres, moururent. Un navire, cependant, atteignit les Moluques, à Tidore.

En 1527, une expédition menée par Álvaro de Saavedra fut dépêchée à partir du port de Zacatula (Zihuatanejo), en Nouvelle-Espagne, à la recherche des navires disparus de Loaísa. En 1528, La Florida atteignit les Philippines, puis les Moluques, où les survivants de l’expédition précédente, commandés par Hernando de la Torre, étaient retranchés dans une forteresse. Saavedra décida d’aller chercher des renforts en Nouvelle-Espagne. Deux fois, en 1528 puis en 1529, les Espagnols tentèrent le voyage retour, mais sans succès. Les marins se heurtèrent à des vents contraires et manquèrent de vivres.

En 1529, par le traité de Saragosse, les Moluques furent reconnues comme étant dans le domaine portugais. Les expéditions à partir de l’Espagne cessèrent. Mais là-bas, au loin, les rescapés des expéditions de Loaísa et de Saavedra ne surent pas tout de suite que Charles Quint avait vendu les Moluques aux Portugais ; et quand ils l’apprirent, ne l’acceptèrent pas facilement. Antonio de Herrera rapporte qu’« ils disaient que l’Empereur ni aucun autre prince n’avait le pouvoir de les vendre ou de les engager, que les Castillans fassent ce qu’ils veulent, eux feraient ce qu’ils voudraient ; et à partir de là, ils songèrent à tuer les Castillans et les Portugais pour sortir de la sujétion à tous ». Ils furent finalement vaincus en 1530 et ramenés au Portugal.

Ce ne furent pas les seuls Espagnols à être faits prisonniers par les Portugais et à être renvoyés à Lisbonne. En 1542, le vice-roi de Nouvelle-Espagne, Antonio de Mendoza, monta une nouvelle expédition, qu’il confia à Ruy López de Villalobos « pour découvrir, conquérir et peupler la mer du Sud et les îles du Ponant2 ». Le terme d’« îles du Ponant », islas del Poniente, littéralement « îles du couchant » ou « de l’Ouest », n’est pas neutre. Bien sûr, il montre la direction dans laquelle ces expéditions s’engageaient, mais il affirme surtout que ces îles, à l’ouest, étaient considérées comme étant dans l’hémisphère espagnol. L’expédition ne menaçait pas le partage établi lors du traité de Saragosse en 1529. L’objectif était également d’établir le voyage de retour. Dans ses instructions, le vice-roi le rappelle à Ruy López de Villalobos : « Comme vous le savez, le voyage de retour n’a pas été découvert ni connu, raison pour laquelle vous devez penser que cela devra être long3. » Les navires abordèrent plusieurs îles, qu’ils baptisèrent au fur et à mesure de leur progression : les îles Corales et Los Jardines (dans l’archipel des Marshall), Cæsarea Caroli (Mindanao), les îles Felipinas (les îles Samar et Leyte, dans l’archipel des Philippines). Affamés, malades, divisés, les Espagnols finirent par embarquer sur des navires portugais. En 1544, Ruy López de Villalobos mourut dans une prison de l’île d’Amboine, mais une centaine de ses hommes parvinrent au Portugal. García de Escalante Alvaredo qui fit le récit de l’expédition en dressa un constat négatif : « Comme tous vos marchands le savent, aucune terre, de toutes celles que nous avons vues, ne vaut la peine que Sa Seigneurie ne les peuple ni ne fasse plus de frais dans ces parties4. »

Cependant, en 1559, Philippe II demanda à Andrés de Urdaneta, rescapé de l’expédition Loaísa, de mener une entreprise vers les Philippines. Il accepta, mais le commandement échut à López de Legazpi. Les navires quittèrent le port de Barra de Navidad en 1564. Après une escale guerrière aux îles Mariannes, les Espagnols débarquèrent à Cebú, dans l’archipel des Philippines, en février 1565 et s’y installèrent. L’objectif était évidemment de faire commerce des épices, mais aussi, comme il est clairement précisé dans l’ordre envoyé par Philippe II au vice-roi don Luis de Velasco, de savoir revenir de ces îles : « Le principal dans ce voyage vise à connaître le retour5. »

En 1565, un navire quitta l’île de Cebú, avec à son bord Andrés de Urdaneta. S’appuyant sur le modèle de l’océan Atlantique, il fit l’hypothèse qu’en remontant vers le nord, on trouverait des alizés permettant de naviguer vers l’est et de rejoindre les côtes américaines. Et c’est ainsi qu’au bout de cent vingt jours de navigation, les Espagnols se trouvèrent au large de la Californie et finirent par rejoindre le port d’Acapulco ; tous étaient malades et terriblement affaiblis. Mais le succès de ce voyage retour permettait d’instaurer une connexion entre les deux rives de l’océan Pacifique ; il modifiait la place de l’Amérique dans la géographie du Monde émergent. Dès 1566, la nouvelle s’en diffusait en Espagne : « Ceux du Mexique sont très fiers de leur découverte, parce qu’ils ont compris qu’ils seront au coeur du monde [el corazón del mundo]6. »

L’objectif, dans un premier temps, fut de renforcer la fragile colonie espagnole. Deux ans plus tard, en 1567, plus de deux mille Espagnols arrivèrent ainsi en renfort. La conquête se poursuivit en 1570 avec l’installation dans la baie de Luçon, au fond d’une baie immense, d’une nouvelle ville portuaire en communication avec toutes les autres îles de l’archipel.

En 1573, le galion qui allait chercher des hommes, soldats, religieux, commerçants, arriva à Acapulco chargé de cannelle et de soieries, qui avaient été apportées à Manille par des jonques chinoises. Un nouveau commerce s’ouvrait entre l’Asie et l’Amérique, et fit concurrence au commerce avec l’Europe, et notamment avec le port de Séville. Aussi, le commerce entre Manille et Callao, qui s’était rapidement développé au début des années 1580, fut-il interdit dès 1582. En 1587, ce fut la réexportation de produits chinois, à partir de la Nouvelle-Espagne vers le Pérou, qui fut interdite. Mais en 1591, les marchands de Séville se plaignirent auprès du roi et en 1593, Philippe III mit en place la permiso general, aussi connue sous le nom de Leyes de navigación y comercio de Filipinas, « Lois de navigation et de commerce des Philippines ».

Dans ce processus de mise en ordre de ce nouveau territoire espagnol, la création d’une Real Audiencia à Manille en 1583-1584 constitua une étape majeure. Elle faisait suite à la création d’« Audiences royales » à Saint-Domingue en 1511, à Mexico en 1527, à Panama en 1538, au Guatemala en 1543 et à Guadalajara en 1548, comme il y en avait eu, avant, créées à Valladolid et à Grenade. Le décret de 1583 délimitait ainsi son champ d’action : « Ladite île de Luçon et tout le reste des Philippines, l’archipel de Chine, et le continent de celui-ci, découvert et à découvrir7. »

Cependant, se mettait en place un nouvel ordre colonial qui se voulait distinct, précisément, de celui développé en Amérique. Entre 1581 et 1586, quatre réunions eurent lieu à Manille à la demande du premier évêque de la ville, Domingo de Salazar. En 1581, l’esclavage fut déclaré illégal ; en 1582, la conquête de l’archipel fut légitimée ; en 1583, le projet de conquête de la Chine fut étudié ; et en 1586 fut dressé un rapport général sur la situation de l’archipel8. Les citoyens se plaignirent des nombreuses difficultés rencontrées et de la précarité de leur implantation. Les menaces semblaient multiples : commerciales face à la concurrence des marchands portugais d’un côté, des marchands chinois de l’autre ; religieuses face à la progression des musulmans ; militaires également face aux Japonais, aux Chinois, aux Anglais. Le rapport se terminait sur une argumentation pour conquérir la Chine, immensément
riche, peuplée et paisible :

S’offre à Sa Majesté la plus grande opportunité et la plus grande entreprise que jamais monarque du monde ne s’est vu offrir, tout ce que les tentatives humaines puissent atteindre et prétendre de grandes richesses et de reconnaissance éternelle, tout ce qu’un cœur chrétien et fervent défenseur de la gloire de son Dieu et de sa loi puisse désirer grâce au salut et la réparation de tant d’âmes innombrables élevées en lui et rachetées par son sang, et maintenant abusées et possédées par le diable et son égarement et ses vices9.


Le tissage du monde

La découverte du voyage retour à travers l’océan Pacifique est loin d’être un détail de l’histoire. C’est bien ce savoir qui aboutit à compléter la boucle des relations autour du globe, même si cela restait fragile. Dans l’histoire de la mondialisation, l’événement compte donc autant que la traversée de l’océan Atlantique. Il le complète.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 22, avec une connexion transatlantique. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 16, avec une déconnexion transeurasiatique.

L’ordonnancement du monde

Cette connexion transpacifique permit à l’Empire espagnol de s’étendre par-delà deux océans sans avoir à traverser le territoire portugais. Les Philippines complétèrent son domaine colonial. Quelle que fût la distance, l’ordre s’y imposait. Mais cet ordre restait fragile.

► Si vous allez au fil du temps, continuez au chapitre 21, adapter une carte à l’ordre chinois. Si vous allez à rebours, avancez au chapitre 19, partager le monde.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (24 mai 2022). Chapitre 20. 1576 – Un voyage retour. Carnets de géohistoire. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p00z


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.