La nouvelle histoire mondiale

Eric C. Kollman, « The new “World History” », Social Education, 7, 1943, p. 342-346, trad. française par Vincent Capdepuy, publié in : Eric C. Kollman, La nouvelle histoire mondiale, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2019, pp. 21-42.

Le fait le plus spectaculaire de ces derniers temps pour l’historien – et probablement pas seulement pour l’historien – a sans doute été l’émergence d’une véritable histoire mondiale, c’est-à-dire une histoire des différentes parties du monde comme éléments interconnectés et interdépendants. Si cette évolution a été en préparation depuis plusieurs centaines d’années, à peu près depuis l’âge des grandes découvertes et les débuts du capitalisme, sa réalisation est une affaire des cinquante ou cent dernières années et le processus est loin d’être terminé. L’histoire mondiale – peut-être faudrait-il dire plutôt l’histoire globale – est amenée à durer. Il se peut que cette guerre décide par qui, comment et dans quel but la société mondiale qui est en train de se constituer doive être organisée. La question de son émergence ne se pose plus. Seule une gigantesque catastrophe aux proportions inimaginables, accompagnée d’un traumatisme psychique d’ampleur mondiale, pourrait provoquer une rechute dans un âge préindustriel.

Cet article ne peut pas, et ne doit probablement pas, esquisser l’évolution des forces qui ont imposé cette nouvelle histoire mondiale ni en discuter le détail. Nous savons tous que les moyens modernes de transport et de communication, l’industrialisation, l’urbanisation et l’ascension des masses sont quelques-unes de ses caractéristiques les plus remarquables. Cet article mettra plutôt l’accent sur un certain nombre de phénomènes et de problèmes, qui soit ne sont pas tout à fait aussi évidents, soit, s’ils ne sont pas nouveaux, ont pris une tournure déterminante dans la structure de l’histoire globale.

Les caractéristiques de l’histoire mondiale

Avant tout, il y a le changement qui s’est produit dans la répartition géographique de l’humanité, ou plutôt dans les implications de cette répartition. Non seulement les frontières ont changé de signification et sont devenues obsolètes pour des raisons stratégiques, économiques et politiques, mais la position géopolitique de nombreux pays, voire de continents entiers, est fondamentalement différente de ce qu’elle était il y a cinquante ou cent ans1.

Deuxièmement, la nouvelle histoire mondiale ne se confond pas avec l’histoire récente de la civilisation occidentale. Alors que ses premières phases pouvaient être décrites comme l’expansion de l’Occident dans le monde entier par l’émigration ou la conquête, la pénétration pacifique ou l’impérialisme colonial, l’histoire globale consiste, maintenant au moins, en un processus à double sens. Les Croisés découvrirent, en partie à leur propre surprise, la supériorité culturelle de leurs ennemis. On peut trouver, je crois, quelques analogies à cela dans des évolutions récentes en Extrême et au Proche-Orient, en Amérique centrale et même en Russie. En révolutionnant le reste du monde, la civilisation occidentale elle-même a été révolutionnée.

Troisièmement, les fusions culturelles et les migrations ont pris une dimension mondiale et, dans ce processus, ont changé de sens. Elles ont soulevé le problème de la possibilité d’une culture mondiale et de la nécessité d’une planification mondiale de la circulation des personnes. Le passage de la frontière devient un phénomène international, et le chapitre contemporain de l’histoire mondiale est celui d’une évolution intensive plutôt qu’extensive, ce qui accroît la complexité de la société mondiale qui émerge lentement.

Quatrièmement, dans un monde plus ou moins réparti entre les puissances au début de la Première Guerre mondiale, le phénomène très intéressant des derniers venus sur le plan du développement économique et sur celui du pouvoir politique a pris de l’importance. L’histoire récente du Japon, de l’Allemagne et de la Russie, mais également de la Turquie et du Mexique, a fait voler en éclats l’hypothèse du monde occidental au XIXe siècle – soutenue même par beaucoup de marxistes – selon laquelle chaque pays doit passer par des phases prédéterminées de développement économique, social et politique avant d’atteindre le niveau de la civilisation occidentale, et selon laquelle l’industrialisation se confond avec le libéralisme économique et politique, et avec le progrès au sens du mot au XIXe siècle. C’est le phénomène des derniers venus, si bien compris par Veblen2, qui a apporté un tel élément de surprise dans l’histoire récente.

Cinquièmement, parmi les faits qui ont pris une nouvelle signification dans le contexte global est ce qu’on a appelé la « contemporanéité du non-contemporain3 ». Je m’explique. L’un des faits permanents de l’histoire de l’humanité a été que le développement des civilisations commença dans différentes régions à des moments différents. L’Égypte était déjà à un haut niveau de sa civilisation quand les peuples en Europe centrale vivaient encore à l’âge de pierre. Rome était un grand village plutôt discret quand les Grecs entraient dans la période des guerres médiques. Les tribus primitives des Indiens d’Amérique du Nord étaient contemporaines des grandes civilisations des Aztèques et des Incas. Même aujourd’hui, mais peut-être pour la dernière fois, on peut étudier presque toutes les étapes de l’histoire passée de l’humanité en se rendant dans différentes régions du globe. C’est là, d’ailleurs, que l’histoire comme science sociale dominante dans la dimension du temps rencontre la sociologie générale comme science sociale dominante dans la dimension de l’espace.

Dans des conditions modernes, cependant, cette contemporanéité du non-contemporain est devenue un phénomène de « retard culturel » à l’échelle mondiale. La question de savoir si et comment intégrer les personnes prétendument arriérées dans la société industrielle moderne est devenue le problème numéro un du passé immédiat, du présent et du futur. La question se trouve au centre non seulement du problème colonial, de l’ancien et du nouvel impérialisme, mais c’est aussi la clé de la compréhension de l’histoire récente et du futur proche de l’Europe du Sud et des régions similaires. La guerre actuelle est, entre autres choses, menée pour savoir si les gens différents ne devraient pas être figés à leurs niveaux actuels dans une nouvelle structure hiérarchique à l’échelle du globe ; et personne ne devrait rejeter cela à la légère comme étant carrément impossible.

Inutile de dire que la contemporanéité du non-contemporain est un fait national aussi bien qu’international. Il est caractéristique de la nouvelle histoire mondiale que les frontières entre les affaires intérieures et les affaires étrangères sont floues, que les problèmes intérieurs sont de portée mondiale, et que la politique étrangère est devenue une question nationale dans pratiquement tous les pays du monde. C’est pour cette raison qu’une guerre globale est en même temps une guerre civile à l’échelle internationale.

Sixièmement, parmi les tendances qui caractérisent la nouvelle histoire mondiale, il y a la montée, la propagation et le début du déclin du nationalisme. Le nationalisme, d’abord force de progrès et d’intégration, a pris une dimension désintégratrice et contre-révolutionnaire. E. H. Carr a décrit et analysé très justement la crise de l’autodétermination nationale dans son excellent livre Conditions of Peace4. Dans la froide réalité d’États nationaux interdépendants, le nationalisme comme force politique et principe d’organisation doit soit être transformé en un nouveau racisme supranational dans lequel la race maîtresse – que ce soient les Aryens blancs ou jaunes – monopolise le pouvoir et le contrôle politique, soit être réservé au domaine culturel et être remplacé dans la sphère politique par une organisation internationale de nations coopérant qui – du moins l’espérons-nous – apportera à ses membres une nouvelle ère de liberté, mais par la grâce de Dieu.

Vers une meilleure histoire mondiale

Dans quelle mesure, en tant qu’historiens, sommes-nous capables de bien comprendre et de décrire la nouvelle histoire mondiale ? Les difficultés sont grandes et stupéfiantes, mais grand également est le défi. Un certain nombre de circonstances peuvent nous aider, même si certaines d’entre elles peuvent certes jouer dans les deux sens.

1. L’histoire globale est un phénomène nouveau, presque contemporain ; tandis que ce fait nous prive de la distance et d’un dossier clos, il rend possible une compréhension plus directe.

2. Nous vivons dans une ère de changement rapide. Penser en termes historiques, génétiques, évolutionnistes est aussi impératif que naturel. « L’explication historique est une explication du monde en termes de changement. »

3. Notre génération a connu une expérience historique plus riche que n’importe quelle autre génération. Combien la période de transition entre l’époque médiévale et l’époque moderne est plus proche du présent puisque nous vivons dans un âge similaire ! Combien avons-nous gagné en compréhension de la dynamique des révolutions passées grâce à ce que nous avons vécu nous-mêmes ! Les mouvements de masse passés ne sont-ils pas plus proches de nous, en compréhension et en appréciation, depuis que nous vivons dans une société de masse ? Et la Guerre d’indépendance et la Guerre civile[1] ne sont-elles pas devenues plus vivantes pour notre génération, parce que nous nous battons dans une autre guerre d’indépendance qui est en même temps une guerre civile internationale ?

4. Nous pouvons être de meilleurs historiens parce que nous sommes moins sûrs de nous, moins tenus par un schéma figé, par un étalon rigide de valeurs. L’air de relativité que nous respirons depuis un certain temps nous permet d’entamer une recherche historique avec un plus grand degré de scepticisme, une plus grande capacité d’intuition des autres périodes et des cultures différentes. Cette insécurité a, bien sûr, également conduit à la recherche historique par souci d’échapper au présent, et à déconstruire le passé dans son propre intérêt. Et, comme une expérience récente l’a montré, les êtres humains ne peuvent pas supporter l’atmosphère de la relativité trop longtemps. Cependant, comme une influence purificatrice qui nous oblige à revenir aux fondamentaux et à réexaminer les vieux concepts qui ont trop souvent été pris pour acquis, une période de transition, dans laquelle hier et demain se combattent sur tous les fronts et sur toute la ligne, est d’une valeur inestimable pour la vision de l’historien.

À ces facteurs plus généraux peuvent être ajoutés quelques-uns qui ont à voir avec la situation actuelle de l’histoire en tant que science. Chacun d’entre eux devrait grandement nous aider à comprendre ce qu’est l’histoire globale.

1. Une aide importante est apportée par les autres sciences sociales. Les découvertes de la sociologie et de l’anthropologie en particulier sont indispensables à l’historien de l’histoire globale ; mais d’autres sciences comme la psychologie sociale, la psychanalyse et la géopolitique ont aussi élargi notre horizon, et sont de la plus grande aide dans la recherche en permettant une meilleure compréhension de l’histoire récente et, par là même, de toute l’histoire.

2. Il semble également que la relation quelque peu tendue entre l’histoire et les autres sciences sociales sur le plan de la théorie et sur celui de l’enseignement soit sur la voie d’une rapide amélioration. Mannheim a certainement raison quand il affirme : « L’observation de la société en mouvement complète de nombreux éléments dans nos études historiques, tout comme notre travail de terrain actuel manque de perspective s’il n’est pas complété par l’approche historique5. »

3. La nouvelle montée de la philosophie de l’histoire, qui s’épanouit toujours en temps de crise, a été dans une certaine mesure un contrepoids contre une spécialisation trop étroite, en mettant à nouveau l’ensemble de l’histoire sur le devant de la scène. Les auteurs dans ce domaine, de Hegel et Marx à H. S. Chamberlain, Spengler, Croce, Berdjaeff et R. Niebuhr, ont également, pris ensemble, beaucoup fait, quoique involontairement, pour jeter et discréditer toute théorie monocausale de l’histoire et de la société, pour favoriser la pensée en termes multidimensionnels.

4. Enfin, dans le domaine de l’historiographie, une évolution a lieu qui est plus favorable à l’étude et la compréhension de l’histoire mondiale. « Les historiens tentent à nouveau d’interpréter le passé dans les grandes lignes. Dans la mesure où cela est fait, il y a, en un sens, un retour aux savoirs historiques plus larges d’il y a un siècle ou plus6. » L’approche microscopique de l’histoire, nécessaire comme moyen mais désastreuse comme fin, est remplacée une fois de plus par une tentative de synthèse et d’interprétation large. L’évolution historiographique est en soi un symptôme et un reflet du fait que nous vivons dans une époque de réelle histoire mondiale.

Vers un meilleur enseignement

Peu de sujets d’enseignement ont été autant critiqués au cours des dernières années que l’histoire. C’était un sujet aride, une collection de faits et de dates sans signification, enseignée pour elle-même comme une évasion du présent ou seulement pour la glorification de la tradition, disant trop sur les grands hommes et trop peu sur le grand nombre. Le doute était émis quant à savoir si l’histoire était plus qu’un mythe et si l’historien ne pourrait jamais raconter ce qui s’est vraiment passé, et encore moins le rendre vraisemblable. Peu de mots de Hegel ont été cités plus souvent que sa remarque selon laquelle la seule chose que l’on peut apprendre de l’histoire est que les gens n’apprennent jamais rien d’elle, alors que la vérité se situe probablement dans une autre remarque de Hegel disant que l’histoire est un très bon professeur, mais que ses élèves sont généralement très faibles.

Très récemment, cependant, l’histoire a fait un retour sur le devant de la scène, comme les mathématiques et la géographie. Il s’agit d’une double lecture, à la fois de l’histoire américaine et de l’histoire mondiale. Qu’une nation en lutte pour sa propre existence doive être renforcée par la conscience de son propre héritage est une évidence. L’histoire américaine enseignée en ce moment donnera à nouveau la vision d’une croissance et de réalisations magnifiques. Elle peut nous raconter une histoire fascinante de la démocratie et de la liberté. Elle aura, toutefois, également à souligner le fossé entre les idéaux et la réalité politiques, à expliquer, à la lumière du passé, la nécessité d’une inventivité future dans le domaine des sciences sociales et de l’action sociale, et à ne pas oublier de mentionner les nombreux éléments de travail inachevé dans les domaines économique, politique et social. De cette façon, elle contribuera à détruire la dangereuse et mauvaise alternative entre « retenir un grand passé et gagner un plus grand avenir » (Roosevelt). Mais même le meilleur enseignement de l’histoire américaine peut seulement nous donner une connaissance plus approfondie et meilleure de nos origines. Pour vraiment comprendre comment et ce que nous sommes, nous devons aussi savoir comment et ce qu’est le reste du monde, et comment il en est venu à être ce qu’il est. Une nation menant une guerre globale et luttant pour une paix globale doit apprendre l’histoire globale. Et nous devons l’enseigner pour un certain nombre de raisons spécifiques.

La plus importante est peut-être qu’on acquiert et que les étudiants acquièrent de nouvelles perspectives et un meilleur sens des proportions. Comme l’histoire américaine semble différente du point de vue d’un soldat de l’Armée rouge ! Comme l’histoire européenne est différente du point de vue d’un professeur de lycée américain ! Comme est dénué de sens notre schéma des temps antiques, médiévaux et modernes quand on les regarde avec l’expérience historique d’un Chinois ou un Indien7 ! La guerre de Sept Ans du XVIIIe siècle – pour donner au moins un exemple précis – est presque un phénomène nouveau si vous la regardez avec les yeux d’un Autrichien ou d’un Prussien, au lieu de la regarder dans le cadre de l’histoire américaine, anglaise ou française. Observer l’histoire de son propre pays ou même l’histoire du monde à partir d’un seul centre est presque aussi insatisfaisant et trompeur que les anciennes cartes qui montrent Jérusalem ou La Mecque au centre du monde.

Le texte le plus approprié pour l’Européen moyen sur l’histoire européenne dans son ensemble est probablement un texte écrit dans notre pays. De la même façon, nous pouvons en apprendre beaucoup sur l’histoire américaine dans le cadre général de l’histoire mondiale en lisant les chapitres sur les États-Unis dans un texte européen8.

Ce ne serait certainement pas la pire préparation pour l’enseignement de l’histoire mondiale que d’étudier les manuels standards d’histoire mondiale écrits et utilisés dans les différentes parties du monde. Un atlas historique, qui visualise, siècle après siècle, les événements contemporains sur une échelle mondiale, pourrait faire comprendre aux élèves la contemporanéité du non-contemporain et servir également d’antidote aux idées populaires à propos de la chute de Rome ou du concept de Moyen Âge. Tout ce point peut se résumer en citant la célèbre phrase de Lincoln : « Nous devons nous affranchir nous-mêmes et alors nous sauverons notre pays. »

L’histoire mondiale récente – et d’ailleurs toute histoire mondiale – devrait aussi nous aider, nous et nos étudiants, à réfléchir non seulement aux tendances à long terme, mais aussi en termes mondiaux. Il est d’une importance vitale pour les citoyens d’aujourd’hui et de demain de voir l’histoire américaine dans le cadre des quatre cents ans de la civilisation occidentale et de la distinguer comme une période et de la comparer, par exemple, au Moyen Âge européen. De cette façon, nous pouvons rattraper un peu de l’expérience limitée de notre propre histoire en des phénomènes tellement vitaux comme la guerre, le féodalisme, le cléricalisme, la paysannerie, etc.

Que l’enseignement de la nouvelle histoire du monde soit une nécessité politique, également, un possible antidote à l’isolationnisme américain et à l’impérialisme américain, que nous devions en savoir plus sur le passé et le présent des autres nations et peuples avec lesquels nous avons affaire aujourd’hui et dans un avenir prévisible, est presque trop évident pour avoir besoin de le souligner ici longuement. Un étudiant en histoire globale sera également mieux équipé pour voir l’ensemble, et pas seulement les parties, de la réalité historique, et la relation entre les parties dans une civilisation donnée, ainsi qu’entre les civilisations. L’importance d’une telle réalisation ne peut pas être surestimée à notre époque d’interdépendance où le fait que nous vivons tous dans un seul et même monde a été rappelé brutalement et douloureusement par les récents événements.

Aucun des cours existants au lycée ou à l’université ne fait exactement ce que j’ai à l’esprit et je doute qu’un simple cours puisse à lui seul atteindre tous les objectifs que je viens de mentionner. Un cours sur l’actualité ne peut évidemment pas convenir. Il a certainement le mérite d’éveiller et de stimuler l’intérêt pour les affaires contemporaines, et il est utile pour établir chez les élèves l’habitude d’écouter les nouvelles et de lire un journal. Mais il a les mêmes défauts que le cours sur les problèmes de société dans les sciences sociales, trop souvent enseigné, à savoir l’absence de cadre de référence et la difficulté de montrer la relation et l’interdépendance d’événements qui surviennent comme des actualités singulières. Les cours d’histoire européenne, d’histoire latino-américaine, de l’Extrême-Orient et d’autres cours spécialisés à l’université ont, bien sûr, leurs mérites, mais ils donnent, par leur nature même, seulement une partie de l’ensemble.

Ce qui me vient à l’esprit est le cours de civilisation qui est dispensé dans de nombreuses universités. Il est intéressant de voir comment les manuels récents ont déplacé de plus en plus l’accent sur un point de vue global et sur l’émergence de la nouvelle histoire mondiale9. Je reste cependant dubitatif quant à la possibilité d’enseigner correctement un cours de civilisation en première année d’université et de lui accorder un créneau à ce moment précis. Sa place serait plutôt en dernière année d’université comme une synthèse des sciences humaines et sociales (en supposant ici un système éducatif en 8-4-4[2]), en particulier pour les seniors qui ne font pas d’études supérieures, mais terminent leur formation par un baccalauréat en arts, et elle serait indispensable pour le futur enseignant du secondaire en sciences sociales ou en sciences humaines.

Le cours d’histoire mondiale, plutôt populaire dans les écoles secondaires, n’est pas satisfaisant pour d’autres raisons. Il est généralement enseigné en deuxième année, à la fois trop tôt et trop tard, comme je le vois. Trop souvent, il est un résumé unidimensionnel du passé, parfois encyclopédique, depuis Adam et Ève jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. On a souvent interprété l’histoire mondiale seulement en termes d’héritage du passé de notre civilisation occidentale actuelle et on a trop peu souligné l’interdépendance croissante des États-nations et des cultures. Il a dans de nombreux cas été purement descriptif au détriment des méthodes comparative et analogique. Les manuels se sont grandement amélioré et ont déplacé l’accent de l’aspect purement politique à la sphère culturelle plus large. Mais l’accent n’est toujours pas assez mis sur la relation entre les différents domaines et activités d’une civilisation donnée. L’étudiant apprend à connaître la Déclaration d’indépendance de 1776. À une autre page, il apprend que le premier modèle fonctionnel d’un moteur à vapeur a été inventé en 1776. À une autre page encore, on parle de la publication de La richesse des nations d’Adam Smith cette année-là. Est-ce que l’élève a appris à voir la relation
entre ces trois faits ?

Donnée dans le cadre d’un seul cours, la nouvelle histoire mondiale devrait être enseignée dans chaque lycée du pays. Il s’agit pour l’essentiel non pas du travail d’un seul département, mais d’une entreprise de collaboration pour les enseignants des sciences sociales et des sciences humaines. Le contexte (au sens littéraire) d’un tel cours sera le globe, le traitement devra être historique, ainsi que sociologique. Il ne doit pas être seulement descriptif mais aussi comparatif. S’il est correctement enseigné, un tel cours contiendra au moins une géographie politique et économique, et sera également un outil d’intégration et de synthèse pour les cours en sciences sociales et humaines.

Enseigner un tel cours à ceux qui finissent le secondaire ne devrait pas être difficile, dans la mesure où les étudiants manifestent de l’intérêt. Il y aura peu de problème de motivation. Les intérêts et les besoins subjectifs des élèves sont identiques dans ce cas à un besoin objectif de la société dans laquelle ils vivent. Deux approches sont, bien sûr, toujours disponibles pour le professeur d’histoire, permettant de susciter l’intérêt des étudiants, à savoir leur plaisir à retrouver le connu et à découvrir l’inconnu. Mais peu de choses suscitent davantage l’enthousiasme des étudiants que les tendances à long terme et les grandes connexions entre les périodes et les cultures. Un autre facteur favorable à l’enseignement de l’histoire globale est la tendance à l’intégration des sciences sociales et, dans le programme en général, une tendance qui n’est ni plus ni moins que la reconnaissance de l’interdépendance dans le domaine de l’étude et de l’enseignement.

L’enseignant fait face, cependant, à de grands handicaps dans sa tâche. Le principal obstacle est, je suppose, une formation insuffisante. La recherche historique en études supérieures n’est pas toujours la meilleure préparation pour enseigner l’histoire mondiale au lycée (ou même à l’université). Beaucoup d’enseignants ont également une formation insuffisante dans les autres sciences sociales ou pas assez de formation en histoire même. Et il y a la difficulté supplémentaire des habitudes de pensée bien établies et du manque d’imagination. Mais nous devons surmonter toutes ces difficultés si nous voulons aider les générations présentes et futures à maîtriser les tâches de la politique mondiale qui nous attendent. Nous devons le faire si nous apprenons, suivant le conseil de Platon, à voir dans la réalité historique, comme dans tout autre réalité, l’unique et le général, les deux en même temps.

Présentation

Introduction

Texte original


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (21 mai 2022). La nouvelle histoire mondiale. Carnets de géohistoire. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p00v


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.