L’invention de l’histoire globale

Texte publié in : Eric C. Kollman, La nouvelle histoire mondiale, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2019, pp. 7-20.

En décembre 1943 paraît aux États-Unis, dans la revue Social Education, éditée par le National Council of Social Studies, un article intitulé « The new “World History”1 ». Son auteur, Eric C. Kollman (1903-1981), est un historien d’origine autrichienne ayant trouvé refuge aux États-Unis en 1939 à la suite de l’Anschluss. Erich Kollmann, de son nom allemand, était enseignant dans le secondaire, à la Ottakring Volkshochschule de Vienne. Eric Kollman, de son nom américanisé, fut enseignant dans le supérieur, dans l’Iowa, au Parsons College, puis, à partir de 1944, au Cornell College ; il fut surtout connu pour ses travaux sur l’histoire politique de l’Allemagne et de l’Autriche durant l’entre-deux-guerres2. Mais en 1943, en pleine Seconde Guerre mondiale, Eric Kollman consacra deux articles au contexte contemporain et à la nécessité d’adapter l’enseignement de l’histoire, celui traduit dans ce volume et un autre consacré à « la nature de cette guerre3 ». En un mot, Eric Kollman, dans « The new “World History” », a inventé l’histoire globale. Ainsi formulée, l’affirmation peut sembler un peu abrupte et hautement critiquable. Il serait en effet difficile de récuser le fait que cet article n’est cité ni par les historiens contemporains ni par les historiographes de l’histoire globale4, et qu’il semble tout simplement n’avoir eu aucune influence ni postérité. Nonobstant, c’est bien le premier article dans
lequel l’expression global history a été employée, et cela sciemment, puisque Kollman souligne la différence entre « histoire mondiale » (world history) et « histoire globale » (global history). Il ne s’agit donc pas d’un abus interprétatif dû à une relecture a posteriori en quête d’origines.

Ceci prend sens dans le « moment global » qui a lieu aux États-Unis au cours des premières années de la Seconde Guerre mondiale5. Le conflit a révélé une « globalité » du Monde6 accrue par le développement de la radio et du transport aérien ; il a permis une cristallisation linguistique et intellectuelle de la conscience de la mondialisation. L’impératif du global thinking, prôné par Wendell L. Willkie lors d’un discours radiophonique donné en en octobre 1942 au terme de son périple au tour du monde, fut entendu par 36 millions d’auditeurs7. Aussi, en 1943, réfléchissant sur le conflit en cours, Eric Kollman insistait-il sur sa dimension globale par rapport aux guerres mondiales précédentes : « Cette guerre est la première guerre globale que le monde a jamais connue ; comparées à elle, même la Première Guerre mondiale et la guerre de Sept Ans au XVIIIe siècle semblent des conflits locaux. La guerre globale est un phénomène entièrement nouveau, comme l’est l’histoire mondiale, au
sens propre du mot, à savoir l’histoire de toutes les parties du monde dans leur rapport les unes aux autres et dans leur interdépendance. Cette guerre touche les déserts glacés du Groenland et les déserts brûlants d’Arabie ; elle atteint les jungles d’Amérique du Sud et les îles perdues de l’océan Pacifique8. » De fait, pour localiser les batailles qui se déroulaient aux quatre coins du Monde et pour mieux saisir cette globalité du conflit, les éditeurs multiplièrent les atlas de « géographie globale9 ». Au-delà, ce sont les social studies qui furent sollicitées pour assurer la formation des citoyens d’un monde d’après-guerre qu’on percevait inéluctablement comme global. C’est ainsi que l’enseignement de l’histoire fut remis en question.

L’article d’Eric Kollman constitue donc un témoignage intéressant sur ce « moment global », mais aussi une véritable réflexion sur ce que pourrait être l’histoire globale. Car c’est bien un texte programmatique dont il s’agit ici. Considérant que le monde, et pas seulement les États-Unis, connaissait alors un tournant, Eric Kollman développa les caractéristiques d’une nouvelle histoire à même de saisir la spécificité de l’humanité globale, et appela de ses vœux l’enseignement de cette histoire. À la fois processus historique, historiographie et discipline scolaire, l’histoire globale fut d’emblée conçue par Eric Kollman comme un triptyque cohérent.

L’histoire globale comme processus historique

Comme le constatait déjà le libéral Ramsay Muir en 1933, l’interdépendance économique du monde était en place10 et, en 1943, l’heure était essentiellement au constat : le monde était entré dans une nouvelle ère caractérisée par la globalité. C’est ce dont on prit subitement conscience avec la Seconde Guerre mondiale, Eric Kollman parmi d’autres. Cependant, celui-ci ne se laissa pas leurrer par une nouveauté radicale. Cette globalité, selon lui, s’inscrivait dans une relative longue durée, puisqu’il en faisait remonter l’origine aux Grandes Découvertes et à l’essor du capitalisme à partir du XVIe siècle. Au même moment, Fernand Braudel, en captivité en Allemagne, exposait une analyse comparable à ses camarades de camp11.

Les facteurs de cette mondialisation semblaient assez évidents à Eric Kollman pour qu’il n’y insistât pas – la croissance démographique, l’urbanisation, le progrès des moyens de transport et de communication. Ce qui était vrai alors l’est davantage encore aujourd’hui, au point de nous faire croire que « l’avènement du Monde » daterait de la fin du XXe siècle. La population mondiale, qui était d’environ deux milliards trois cents millions en 1943, a dépassé aujourd’hui les sept milliards d’habitants. Majoritairement rurale à l’époque, elle est désormais urbaine à près de 55 %. Les moyens de transport et de communication se sont accéléré grâce aux satellites, au réseau Internet, à la communication sans fil, à la traction électrique, au gigantisme des navires, aux avions
à réaction… Il y a soixante-quinze ans, Eric Kollman ne s’est donc pas trompé en affirmant le caractère inéluctable de cette transformation, à moins d’une catastrophe majeure. La guerre froide a pu laisser imaginer le pire, qui ne s’est pas produit. Cela ne signifie pas que l’humanité est à l’abri d’un cataclysme.

Au-delà de l’explication causale du processus de mondialisation, Eric Kollman se focalisait sur ses conséquences. Son propos était donc moins géohistorique que géopolitique – terme qu’il emploie et qui s’impose alors12.

  • Les frontières étaient-elles devenues « obsolètes » ? Au moment où la guerre faisait rage « dans chaque continent, dans chaque île, dans chaque mer, dans chaque ciel du monde » et où les lignes de front encerclaient le monde entier, pour reprendre les mots de Franklin D. Roosevelt13, le point de vue d’Eric Kollman peut surprendre. Même si on fait abstraction de la guerre, il est difficile de le suivre. En ce milieu du XXe siècle, deux grandes dynamiques sont à l’œuvre, bien perçues par Edward H. Carr dans Twenty Years Crisis, paru en 1941. S’il est vrai qu’on observe des organisations internationales, continentales ou mondiales qui rapprochent les pays, en revanche, les revendications nationales donnent naissance à de nouveaux États et minent les empires coloniaux.
  • Le temps de la « frontière » est-il terminé ? Eric Kollman évoque un schéma géohistorique peu explicite, mais qu’on trouve chez d’autres auteurs, notamment Frederick J. Turner et Halford J. Mackinder : au XXe siècle, l’humanité n’aurait plus de possibilités d’émigration – sous-entendu surtout de colonisation de nouveaux territoires par les Européens ; on passerait ainsi d’une logique extensive à une logique intensive. Le monde serait désormais le champ clos de l’humanité14. Je ne sais si Eric Kollman avait lu l’ouvrage de Ferdinand Fried, Wende der Weltwirtschaft, paru en 1937, dans lequel ce dernier, à partir d’une même analyse, concluait que cette exploitation en profondeur devait se faire dans des « grandes espaces » par des « grandes peuples15 ».
  • Les migrations cosmopolitisent-elles le monde ? La multiplication des migrations aboutit à des influences croisées et à des fusions culturelles qui constituent la possibilité d’émergence d’une culture mondiale : du pluriel naîtrait un commun bigarré. Francis Delaisi, en 1925, décrivait ainsi le quotidien de M. Durand, un bourgeois de Paris : « Qu’il s’agisse de sa nourriture, de son vêtement, de son travail ou de ses plaisirs, chacun de nous est tributaire de tous les pays sous le soleil. Il ne peut faire un geste sans déplacer un objet venu des régions les plus lointaines ; et réciproquement tout événement important à la surface du globe a son retentissement sur les conditions de sa vie. L’homme moderne est vraiment citoyen du monde16. » Les grandes villes avaient la réputation d’être cosmopolites, mais en décrivant ce processus à l’échelle mondiale, Eric Kollman anticipait ce qu’on a depuis appelé la cosmopolitisation culturelle17, partageant l’optimisme de H. G. Wells, qui écrivait en 1921 : « Le tissage de l’humanité en une seule communauté n’implique pas la création d’une communauté homogène, mais plutôt l’inverse : l’accueil et l’utilisation adéquate de la qualité distinctive dans une atmosphère de compréhension18. »
  • L’Europe est-elle devenue une périphérie ? Selon Eric Kollman, la mondialisation contemporaine se distingue de l’occidentalisation des siècles passés, qu’elle fût pacifique ou guerrière. La mondialisation ne se réduirait plus à un processus unidirectionnel, du centre vers la périphérie, de l’Europe vers le reste du monde ; il s’agirait bien, selon lui, d’un processus complexe, multilatéral : « En révolutionnant le reste du monde, la civilisation occidentale elle-même a été révolutionnée. » Il pointe le Proche et l’Extrême-Orient, l’Amérique centrale et la Russie. Le texte n’est pas évident à déployer ; il est possible qu’Eric Kollman fît ainsi allusion, entre autres, au développement du Japon depuis la fin du XIXe siècle et à la crainte du « péril jaune » que cela suscita en Europe.
  • La position des pays a-t-elle changé ? Ce n’est pas simplement l’Europe qui serait périphéricisée. La carte même du monde serait transformée par la multiplication des interactions au point que la position de certains pays en serait changée. Dans « The Nature of this War… », Eric Kollman développa cette idée à propos des États-Unis : « Alors que la position géographique de ce pays a changé depuis une cinquantaine d’années avec la fermeture de la frontière et l’expansion au-delà des frontières “naturelles” – un changement aussi fondamental et important que le changement de la position de l’Angleterre au début des temps modernes – trop d’entre nous continuent de réfléchir en termes de continent19. » En 1901, Anatole Leroy-Beaulieu écrivait : « L’axe du monde moderne se déplace en même temps que la scène de l’histoire s’élargit en tous sens. C’est une des choses qui distingueront le XXe siècle des siècles qui l’ont précédé. Le mouvement d’unification de la planète, préparé par les découvertes du XVe siècle, a définitivement fait entrer le globe tout entier dans la sphère politique et économique des peuples civilisés20. »
  • L’Europe est-elle rattrapée ? On peut penser que le déplacement d’Eric Kollman du Vieux Monde vers le Nouveau Monde a pu contribuer à cette prise de conscience. Il fait le constat d’une extension de l’industrialisation, empruntant la théorie des latecomers (le « phénomène des derniers venus ») à l’économiste Thorstein Veblen qui avait analysé le développement industriel de l’Allemagne dans un livre paru en 191521. C’est un constat généralement partagé depuis la fin du XIXe siècle. La notion de « pays émergents », aujourd’hui, n’est que la réitération d’un processus qui a bien un siècle, mais que les analystes feignent de redécouvrir et de renommer.
  • Le monde présent est-il celui de la contemporanéité ? Dans son article, Eric Kollman emploie une expression qui évoque immanquablement Reinhardt Koselleck : la « contemporanéité du non-contemporain », Ungleichzeitigkeit des Gleichzeitigen. En fait, le concept est dû à l’historien de l’art Wilhelm Pinder et c’est dans le livre de Karl Mannheim, Man and Society in an Age of Reconstruction, paru en 1940, qu’Eric Kollman a trouvé cette notion22. L’uniformisation civilisationnelle aurait d’ailleurs pour conséquence de mettre fin à cette situation d’allochronie, à cette possibilité de remonter dans le temps en voyageant dans l’espace comme certains auteurs européens l’écrivent depuis la fin du XVIIIe siècle23.

Si le monde présent connaît ce processus global, c’est-à-dire mondial, transnational, désoccidentalisé et polycentrique que décrit Eric Kollman, comment faut-il en faire l’histoire ?

L’histoire globale comme historiographie

C’est l’aspect le moins développé dans l’article d’Eric Kollman. On peut en retenir trois questions majeures.

  • L’historien est-il trop près ? Le problème est bien connu et a longtemps contribué à disqualifier toute histoire du temps présent. La nouveauté du fait global imposerait ici d’écrire une histoire dans une quasi-contemporanéité. Or cela ne permet pas de prendre le recul suffisant pour une analyse distanciée et synthétique. En revanche, cette immersion faciliterait une compréhension plus directe des faits. Le texte d’Eric Kollman peut sembler contradictoire : d’une part, il rappelle la longue histoire de la mondialisation, ou du processus de « mise en Monde », puisque le concept de « mondialisation » n’existe pas alors ; d’autre part, il insiste sur la dimension présente de cette globalité. Depuis, des historiens comme Bruce Mazlich ont défendu une histoire globale centrée sur un processus de globalisation qui ne serait significatif que depuis les années 1950, voire les années 1970, c’est-à-dire durant le dernier demi-siècle écoulé24. Comme l’a souligné Sebastian Conrad25, ce constat d’une mondialisation comme fait contemporain est itératif depuis plus d’un siècle et demi, et brouille la perception d’un seuil signifiant : quand sommes-nous vraiment entrés dans un Monde mondialisé ?
  • L’histoire doit-elle être totale ? La formulation est empruntée à l’école française des Annales et Eric Kollman ne l’écrit pas ainsi, mais on retrouve sous sa plume un débat transatlantique sur la place de la science historique parmi les sciences sociales. Dès les années 1920, est affirmée la nécessité de tourner la page d’une histoire exclusivement politique et militaire au profit d’une « histoire intégrale ». Eric Kollman prenait clairement position en faveur d’un élargissement de l’horizon, comme Braudel parlait d’ouvrir les fenêtres. L’anthropologie, la sociologie, la psychologie, la psychanalyse, la géopolitique constituent selon Kollman autant d’apports à la compréhension de l’histoire, récente ou ancienne. Il insiste d’ailleurs sur l’importance d’une approche multidimensionnelle de l’histoire, balayant ironiquement toute philosophie de l’histoire qui serait trop réductrice.
  • Micro ou macro-histoire ? Dans ce débat, qui continue d’animer la communauté des historiens, Eric Kollman tranche : l’histoire microscopique serait idéale comme moyen, parce que répondant parfaitement aux exigences méthodologiques d’une analyse fine et circonstanciée des sources, mais au prix d’une spécialisation excessive et d’une perte du sens ; l’histoire macroscopique, à l’inverse, serait trop éloignée des sources, mais permettrait de donner une vision plus large des faits. L’histoire globale s’inscrirait dans cette dernière catégorie et serait une réponse aux préoccupations de l’époque.

Sur toutes ces questions, le propos d’Eric Kollman manque d’ampleur. Peut-être parce que le texte est extrait d’une conférence donnée dans le cadre d’un rassemblement organisé en avril 1943 par le Council for the Social Studies (le Conseil national pour les sciences sociales) et la Teachers’ Section of the Mississippi Valley Historical Association (l’Association historique de la vallée du Mississippi)26.

L’histoire globale comme enseignement

Eric Kollman commence par rappeler, de façon très vague, les polémiques autour de l’enseignement de l’histoire. Le propos semble évident. Il est probable qu’Eric Kollman fasse ici allusion au débat suscité par la publication d’une enquête nationale dans le New York Times, le 4 avril 1943 : « L’ignorance de l’histoire états-unienne montrée chez les étudiants en première année27. » Pendant plusieurs jours, les articles se succédèrent, leurs auteurs affichant des prises de position politiques diverses. Pour Eric Kollman, la question n’était pas tellement là. L’apprentissage de l’histoire des États-Unis est sans nul doute important mais, selon lui, « une nation menant une guerre globale et luttant pour une paix globale doit apprendre une histoire globale28 ».

La problématique n’est pas totalement nouvelle. En note de bas de page, Eric Kollman fait référence à un rapport sur les manuels scolaires qu’il aurait écrit pour le gouvernement autrichien à destination de la Société des nations29. Dès 1921, le Centre européen de la Dotation Carnegie pour la paix internationale avait ouvert deux enquêtes, l’une sur la force réelle des partis démocratiques en Allemagne et les dispositions de l’opinion publique allemande vis-à-vis des graves problèmes de l’après-guerre ; l’autre sur l’esprit dans lequel étaient conçus et rédigés, à l’égard du drame de 1914-1918, de ses causes et de ses résultats, les livres scolaires les plus récemment mis en usage chez les peuples qui avaient participé à la guerre. Le résultat de cette vaste enquête fut publié en 192430. Pour les auteurs de cette synthèse, l’ouverture au monde était une évidence : « Le caractère “planétaire” du cataclysme explique la première des nouveautés que présente la littérature scolaire de l’après-guerre, en France et en Belgique, la plus saisissable au premier abord pour l’observateur. Désormais, ceux qui écrivent pour l’enfance ne peuvent plus se dispenser d’ouvrir sur l’Europe et sur le vaste monde la fenêtre qu’avant 1914, on leur reprochait, non sans raison, de tenir trop volontiers fermée. […] Il est à souhaiter seulement que, désormais, cette
révélation de l’étranger par les livres d’école n’ait plus la guerre pour occasion ou pour objet, et que notre jeunesse apprenne de plus en plus à connaître et à aimer les autres nations en elles-mêmes, pour elles-mêmes, pour leur génie propre, pour leur apport fraternel à l’œuvre commune de la civilisation31 ! »

En 1925, la Commission internationale de coopération intellectuelle avait adopté une résolution qui suggérait aux commissions nationales de collaborer pour essayer de supprimer ou d’atténuer dans les livres scolaires les passages susceptibles de favoriser l’incompréhension entre les peuples. Cinq ans plus tard, la Commission résolut de déléguer une enquête sur les livres scolaires. Le rapport écrit par Eric Kollman est peut-être une réponse à cette enquête. En 1932, l’Institut international de coopération intellectuelle présenta un rapport de synthèse : La révision des manuels scolaires contenant des passages nuisibles à la
compréhension mutuelle des peuples
, qui déboucha en 1937 sur la Déclaration concernant l’enseignement de l’histoire (révision des manuels)10.

Des ouvrages comme en appelait Eric Kollman, il en existait déjà au moins deux, qu’il cite : celui de H. G. Wells, The Outline of History, paru en 1920, et celui de Jawaharlal Nehru, Glimpses of World History – « Regards sur l’histoire du monde », traduit en français en 1986, dans une édition malheureusement difficile à trouver, sous le titre Lettres
d’un père à sa fille
. L’ouvrage, paru en 1934, est composé de près de deux cents lettres écrites par Nehru à sa fille Indira entre 1930 et 1933, alors qu’il était détenu dans les prisons britanniques. On y retrouve plusieurs éléments de l’histoire globale à venir : l’envergure mondiale de la réflexion ; la vision de l’histoire sur la longue durée, appuyée sur le présent et ouverte sur l’avenir ; le constat de la mondialisation comme
processus d’interrelation croissante entre les hommes grâce au progrès technique ; le rejet d’une historiographie exclusivement nationale ; et la remise en question d’une écriture de l’histoire qui contribuerait à l’hégémonie des puissances dominantes.

L’histoire globale de Kollman, un hapax ?

L’article d’Eric Kollman semble n’avoir rencontré aucun écho, il n’est cependant pas un fait totalement isolé. Un des auteurs qui a le plus contribué à la conception de l’histoire globale est Marshall G. S. Hodgson (1922-1968). Or, son premier article, « World History and a World Outlook », date de 1944. L’adjectif global y est employé deux fois : « Maintenant il est de la plus haute importance que nos historiens et nos chercheurs en sciences sociales en général construisent une vision “globale”, mondiale […]. Même si cela ne peut pas être fait dès maintenant, nous ne devons pas saboter la possibilité qu’ont les gens de penser en termes de monde “global”, en continuant à parler en termes qui donnent à l’esprit profane une image déformée du monde, et ainsi aident à maintenir les idées déjà désastreusement provinciales que nous avons33. » Il y insistait particulièrement sur la nécessité de repenser la place de chaque région du monde.

Enfin, signalons qu’en 1945, Upton Close et Merle Burke publièrent un ouvrage intitulé The Ladder of History. A World History, « L’échelle de l’histoire. Une histoire mondiale », dont la préface expliquait leur intention : « Les auteurs ont reconnu que la dépendance de presque tous les pays envers la situation et la politique de presque tous les pays nous oblige à une pensée et une perspective globales. Nous, Américains, avons appris, par le chemin le plus dur, que nous devons comprendre beaucoup plus de peuples et de cultures que les nôtres afin de contrôler notre fortune et notre destin national. Dans ce livre, les auteurs ont fait une
tentative sans réserve non seulement de représenter l’histoire et les institutions d’Europe et d’Amérique, mais aussi d’entrer dans la vie de la Chine, du Japon aussi bien que de l’Islam. […] L’histoire mondiale est l’histoire de l’homme. L’habitat de l’homme et sa sphère d’action sont globaux. C’est une histoire globale34. »

Pourtant indéniablement globale, la guerre froide, en divisant le monde, contribua sans doute à freiner le développement d’une telle histoire. En 1943, Eric Kollman avait le sentiment d’écrire face au présent ; en 2019, le programme qu’il dressait pour l’histoire globale garde toute sa pertinence.

Présentation

Traduction française

Texte originel


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Vincent Capdepuy (21 mai 2022). L’invention de l’histoire globale. Carnets de géohistoire. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p00t


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.