Géohistoire de la Nouvelle-Zélande : unité territoriale et intégration à l’espace-monde

Par François Cognard

Résumé. Tout au long de son histoire, la société néo-zélandaise s’est efforcée de nouer des liens avec le monde extérieur tout en maintenant l’intégrité de son territoire multi-insulaire. Selon une perspective privilégiant le temps long, cet article décrit les spécificités physiques et humaines de l’archipel du Pacifique sud ainsi que son processus d’intégration à l’économie monde. Une approche qui, à l’aide de la modélisation graphique, souligne l’originalité des dynamiques spatiales du territoire national caractérisées par l’opposition entre ses deux principales îles.

La suite sur M@ppemonde.

L’Église au risque de l’espace public (1200-1700)

Séminaire de Dominique Iogna-Prat, directeur d’études à l’EHESS

Jeudi de 17 h à 19 h (EHESS, salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 8 mars 2012 au 14 juin 2012

Sous l’intitulé programmatique de « L’Église au risque de l’espace public », il s’agit d’aborder la question de la « pétrification » de l’Église latine médiévale sous une forme visible et monumentale, au prix d’une confusion entre contenant et contenu emblématique d’un englobement, d’une prise de contrôle de la société chrétienne par l’institution ecclésiale. Dans un passage célèbre de son Esthétique (III, i, 3), Hegel voit dans l’architecture gothique « le centre caractéristique du romantisme », et il fait de la cathédrale médiévale un idéal-type, « une œuvre qui existe pour elle-même », « un être pour soi ». Est-ce à dire que la référence monumentale à l’Église accompagne l’histoire du christianisme en tant qu’universalisme éthique dans les grands systèmes philosophiques classiques ? Sans doute, mais au fil d’une histoire qui voit se découpler les domaines du théologique et du politique. D’où la nécessité de confronter la monumentale Église médiévale aux formes modernes de la communauté, de 1200 à 1700, depuis la scolastique jusqu’à l’absolutisme, dans une longue pré-modernité sécularisée au cours de laquelle s’opèrent de larges mouvements de transferts de sacralité de l’Église à la Cité et à l’État, avec l’émergence de la politique comme « science de l’architecture ».

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2011/ue/1173/