Quel patrimoine du XXème siècle pour Lyon ? (Café géo, Lyon, 21 mars)

Débat « Quel patrimoine du XXème siècle pour Lyon ? Réflexions à partir de la Part-Dieu » animé par Vincent Veschambre, professeur à l’École d’architecture de Lyon, le 21 mars, à 18h, au Café de la Cloche.

Sur le site des Cafés géographiques

L’Église au risque de l’espace public (1200-1700)

Séminaire de Dominique Iogna-Prat, directeur d’études à l’EHESS

Jeudi de 17 h à 19 h (EHESS, salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 8 mars 2012 au 14 juin 2012

Sous l’intitulé programmatique de « L’Église au risque de l’espace public », il s’agit d’aborder la question de la « pétrification » de l’Église latine médiévale sous une forme visible et monumentale, au prix d’une confusion entre contenant et contenu emblématique d’un englobement, d’une prise de contrôle de la société chrétienne par l’institution ecclésiale. Dans un passage célèbre de son Esthétique (III, i, 3), Hegel voit dans l’architecture gothique « le centre caractéristique du romantisme », et il fait de la cathédrale médiévale un idéal-type, « une œuvre qui existe pour elle-même », « un être pour soi ». Est-ce à dire que la référence monumentale à l’Église accompagne l’histoire du christianisme en tant qu’universalisme éthique dans les grands systèmes philosophiques classiques ? Sans doute, mais au fil d’une histoire qui voit se découpler les domaines du théologique et du politique. D’où la nécessité de confronter la monumentale Église médiévale aux formes modernes de la communauté, de 1200 à 1700, depuis la scolastique jusqu’à l’absolutisme, dans une longue pré-modernité sécularisée au cours de laquelle s’opèrent de larges mouvements de transferts de sacralité de l’Église à la Cité et à l’État, avec l’émergence de la politique comme « science de l’architecture ».

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2011/ue/1173/

Séminaire Histoire et géographie, temps et espace

Marie-Vic Ozouf-Marignier, directeur d’études à l’EHES
Nicolas Verdier, chargé de recherche au CNRS

Histoire et géographie, temps et espace
Croisements et fertilisations

Jeudi de 13 h à 15 h (salle 9, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 1er mars 2012 au 7 juin 2012

Géographie historique, géohistoire, histoire géographique : il existe de multiples déclinaisons de la rencontre de deux disciplines et des deux notions qui lui sont associées. Ce séminaire souhaite les interroger à partir de deux volets. Le premier pratiquera une réflexion épistémologique et historiographique sur les lieux, les moments et les matériaux de cette interaction. Le second passera par des études de cas inscrites dans les champs privilégiés de ce croisement intellectuel. On articulera donc la perspective d’histoire des savoirs et des disciplines et celle de la pratique effective d’approches croisées ou d’études d’objets historico-géographiques ou géographico-historiques. Administration et modes de découpage du territoire, réseaux de communication, construction du paysage et de la ville seront notamment des terrains d’étude. On s’intéressera également aux supports, outils ou genres mobilisés : l’image (de la carte à la photographie en passant par le schéma), la statistique (littéraire ou quantitative), la description (de la topographie à la chorographie). Enfin, ce séminaire souhaite accorder une large place aux dispositifs qui coordonnent science et action, autrement dit aux situations dans lesquelles la géographie historique sert l’aménagement ou la décision politique

1er mars 2012
Marie-Vic Ozouf-Marignier (Directeur d’Etude à l’EHESS)
Nicolas Verdier (Chargé de Recherche au CNRS)
Introduction

8 mars 2012
Daniel Nordman (Directeur de recherche au CNRS)
« Evénement et Méditerranée »

15 mars 2012
Dominique Iogna-Prat (Directeur d’Etude à l’EHESS)
« L’Eglise médiévale comme fabrique territoriale : un bilan »

22 mars 2012
Denise Pumain (Professeure à l’université Paris I)
« Variations sur le temps des villes, ses effets structurels et ses modélisations »

29 mars 2012
Annick Lacroix (Doctorante à l’ISP/CNRS)
« Administrer un territoire colonisé. Quadriller, contrôler, aménager l’Algérie avec des bureaux de poste (1870-1930) »

5 avril 2012
Marie-Claire Robic (Directrice de recherche au CNRS)
« La différence des temps et l’analyse spatio-temporelle. A propos de Paul Vidal de la Blache »

Les villes au congrès national des Sociétés historiques et scientifiques

Du 23 au 27 avril se tient à Tours le congrès national des Sociétés historiques et scientifiques. Cette année, le thème en est les villes et nombre de contributions s’inscrivent à la croisée de l’analyse géographique et de l’analyse historique (programme).

On attirera l’attention sur la matinée du 26 avril consacrée à la chrono-chorématique urbaine, qui s’attache à modéliser l’espace urbain en dégageant ses structures élémentaires dans la longue durée et qui a été développée depuis les années 1990 dans le cadre d’une collaboration entre archéologues et géographes engagée au sein d’un atelier de chrono-chorématique coordonné par le Centre national d’archéologie urbaine (ministère de la Culture) depuis 2001.